Le Royaume de Jakar

Assassin, Ombre, Artisan, Sage...Qui choisirez-vous pour mener à bien votre mission ? Sauvez le Royaume ou mettez le à feu et à sang !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]

Aller en bas 
AuteurMessage
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 25
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Mer 29 Fév - 20:53

Il avait mal aux bras. Et il savait pourquoi. Depuis une semaine, il ne faisait qu'abattre du bois et le tailler pour construire sa demeure. Enfin, leur demeure. Rien qu'en y pensant, il souriait.
Il terminait les meubles nécessaires aujourd'hui. Le reste, ils verraient. Parce qu'elle venait le lendemain. Il avait tellement hâte. Hâte de la revoir, de la serrer dans ses bras, de l'embrasser… Trois mois et demi de séparation. Trois longs mois sans elle. Rien qu'en pensant à tout ce qu'il avait vécu…

Il était arrivé à Arlor assez rapidement, comme il se l'était juré. Il avait été accueilli chez le Gouverneur qui avait été surpris de voir son pansement à l'œil. Soaric ne s'était pas étalé sur le sujet et avait aussitôt demandé l'objet de la mission. Qui était idiote. Pour lui. N'importe quel Archer aurait pu le faire. Mais non. L'excuse : "vous êtes le meilleur dans ce domaine." Bah voyons. Il s'agissait juste de défendre une place forte dans les Montagnes Divines, une place qui était assiégée et qu'il fallait protéger pendant une durée indéterminée. Et cela avait duré trois semaines. Plus les deux pour aller et revenir jusqu'à Arlor. Et le reste, il avait voyagé, cherchant l'endroit parfait. Et il l'avait trouvé.
Il avait alors immédiatement envoyé une lettre à Lola :

"Retrouve-moi à l'aube du quatrième jour de la deuxième semaine de ce mois-ci à l'orée d'Asperance, près de la Rivière Nassaï, là ou la forêt est proche sans être trop près. Je t'attendrais dans une clairière illuminée des rayons du soleil.
Soaric."


Il espérait qu'elle l'ait eue à temps et qu'elle arrive sans encombre au lieu-dit. Il entra dans la maison en bois. Dedans, il y avait un double lit, une pièce salle de bains, une petite cuisine inachevée encore. La grande salle était elle aussi inachevée. Il terminait la table et les chaises. Il se dirigea vers la salle de bains. Là, il s'observa dans le miroir qu'il avait déniché pendant son voyage.
Il n'avait pas trop mauvaise mine, malgré les jours de jeun pendant le siège de la place forte. Mais Lola risquait de remarquer qu'il n'avait plus que la peau sur les os au niveau des joues. Bah, il reprendrait quand elle serait là. Tous les jours, il admirait sa marque. Enfin, celle qu'il avait et que Lola avait soignée.

Une belle cicatrice partait du coin de son œil droit pour s'achever sous le cuir chevelu. On la voyait nettement, elle se dessinait bien sur sa peau claire. Seule séquelle qu'il conservait, la baisse de la vue pour l'œil droit. En effet, il y avait des moments où il voyait flou ou des étincelles, mais c'était rare. Donc, cela ne le gênait pas outre mesure. En plus, il essayait de faire pousser ses cheveux pour qu'ils recouvrent la cicatrice.

Il prit un bon bain, savourant l'eau chaude, se sécha, s'habilla et se prépara un peu à manger. Il était fier de ce qu'il avait fait. Et il avait vraiment bien choisi l'endroit. Il était sûr que Lola adorerait.

Il se coucha tôt. Il devait encore finir pas mal de choses avant son arrivée…


******

Il se réveilla avant le soleil, se leva, grignota et se remit à la tâche. La table fût vite achevée, ainsi que les chaises. Il en avait construites six, au cas où.
Voyant les rayons du soleil arriver, il se dépêcha de tout ranger, de se rafraîchir le visage et de ressortir. Elle ne devrait plus tarder. Son cœur battait comme un fou, comme s'il la sentait toute proche.
Et, là, il la vit. Elle était encore loin, évidemment, mais il savait que c'était elle. Avec Hyndian. Il avait tenu parole. Soaric sourit. Elle était belle. Même de loin il le savait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 22
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Jeu 1 Mar - 22:03

    Trois mois. Que représentent trois mois, finalement, à l’échelle humaine ? Ou à l’échelle mondial ? Pas grand-chose, certainement. Je ne dirais pas que ce n’est rien, car ce ne serait que mensonge…Mais ce n’est pas beaucoup, il faut l’avouer.
    En trois mois, il peut se passer pleins de choses, comme il peut se passer rien du tout. En trois mois, on ne peut pas changer le cours du monde…C’est une question je dirais d’années…
    Mais pour Lola, trois mois étaient affreusement long. Surtout sans la présence de celui qu’elle aimait plus que tout. Il serait inutile de vous dévoiler son nom car vous le connaissez déjà tous…Hein ? Comment cela, Maedren ?
    Mais non, bande de nouilles ! Soaric !
    Cela faisait maintenant trois mois tout rond que la demoiselle avait été séparées de son chéri. Trois mois durant lesquels elle avait fait la magnifique rencontre de Waren et Melley, et aussi…D’Eghir. Mais cela, c’est une tout autre histoire, et nous en parlerons beaucoup plus tard.
    Bref ! Et justement, ce jour des trois mois, l’artisane était passée à l’auberge qui lui servait de poste…Hyndian attendait à l’extérieur, en train de regarder un étalage de bijoux…Il avait très envie d’en acheter un pour sa fille momentanée. Pas un truc qui coûte la peau des fesses, mais quelque-chose de discret, de raffiné qui lui correspondrait. Mais le problème était là : il n’avait pas d’argent sur lui. Il l’avait confié à Lola le temps qu’il restait près d’elle. Pour avoir confiance, me direz-vous, il avait confiance…
    Quoiqu’il en soit, il décida d’abandonner son idée, et entra dans la masure où la jeune femme attendait au comptoir. L’aubergiste leur sourit et lui tendit une lettre, que Lola s’empressa de lire :

    « Retrouve-moi à l'aube du quatrième jour de la deuxième semaine de ce mois-ci à l'orée d'Asperance, près de la Rivière Nassaï, là ou la forêt est proche sans être trop près. Je t'attendrais dans une clairière illuminée des rayons du soleil.
    Soaric. »

    -Hé bien, lâcha la demoiselle, il est du genre mystérieux mon chéri…

    Hyndian lut à son tour et éclata de rire. Fort heureusement, lui il avait compris, et promis de l’emmener de ce pas. Le voyage devrait durer quatre jours, justement. Et ils décidèrent de monter en scelle tout de suite…

    ****

    Que dire sur Lola ? Elle n’avait pas vraiment changée depuis leur séparation. Enfin, pas mentalement…car physiquement…
    Elle avait grossi. On ne pouvait remarquer pour le moment seulement qu’elle avait pris du ventre. Au premier regard, on admettait immédiatement qu’elle avait forcé sur le chocolat. Mais ils verraient, quelques mois plus tard…Ils verraient comme ils s’étaient trompés. Car effectivement, la raison de cette prise de poids était toute autre.
    Lola Elwëe allait être maman…Elle l’avait découvert lors de sa rencontre avec les assassins. Elle ne se doutait de rien…Mais elle leur avait parlé comme quoi elle se sentait fatiguée, elle avait plus faim que d’habitudes et une étrange envie de menthe…Chose que pourtant, elle ne raffolait pas. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’elle tuerait pour avoir une simple feuille de menthe, mais elle en était presque arrivée là…
    Et puis, l’absence de ses règles confirmaient les pensées de chacun : elle attendait un bébé. Lorsqu’elle avait appris la nouvelle, elle avait d’abord été étonnée…La future maman ne pensait pas que cela viendrait si tôt ! Mais elle avait accepté ce fait et en fut vraiment contente. Elle n’en avait pourtant rien dit à Soaric, dans leurs lettres. Elle préférait lui dire directement…

    -Nous y sommes bientôt ?
    demanda soudainement Lola à Hyndian.

    Il la regarda de haut en bas, et vit à quel point elle était excitée. Elle se tortillait sur sa scelle, ne tenant plus en place. Il sourit longuement avant de lui répondre :

    -Tu ne vois pas la petite maison là-bas ? C’est là qu’il t’attend. D’ailleurs, j’aperçois sa silhouette…

    -Où ça ? Où ça-heuuu ! Je vois pas ! Je vois rien ! Mais où est-ce que t’as vu ça ? T’as du rêver…Ah ! Ah non ! Nooon ! Je le vois ! Oui ! Il est là !!! Oh, Hyndian, il est là !


    Là-dessus, le faux-père éclata de rire. Elle était impossible lorsqu’elle s’y mettait ! Il n’avait absolument pas eu le temps de dire quoique se soit, et fut obligé de voir les divers émotions passer sur le visage de la demoiselle (à savoir l’étonnement, puis la frustration, ensuite l’ennui et puis la joie…).
    Lola fronça les sourcils, et se tourna vers lui :

    -Mais pourquoi il est près d’une maison ?

    -J’ai ma petite idée là dessus…pas toi ?


    Une maison pour eux deux ? Etait-ce vraiment possible… ? Elle décida de ne pas s’exciter trop rapidement, et enchaîna la conversation :

    -Tu crois qu’il va me demander en mariage ?

    Lorsqu’elle prononça ses mots, ils n’étaient plus qu’à cinq cents mètres de là. S’ils criaient assez fort, ils pourraient se parler…

    -Peut-être, qui sait ? Je te laisse là par contre. Je reviendrais d’ici une semaine…Pour que vous profitiez un peu, hein ?

    Avant qu’elle n’ait pu rouspéter, il approcha son cheval du sien et l’embrassa sur le front. Puis il vit signe à Soaric qui lu répondit, et partit au galop. Lola le regarda s’éloigner, sans trop de remord.
    Elle voulait tout de même jouir de son séjour avec son chéri ! Depuis tout ce temps qu’ils avaient été séparés, elle en avait le droit…
    Elle arriva à cent mètres de lui, et arrêta son cheval. Elle descendit à terre, et inspira un grand coup, avant de murmurer :

    -Te revoilà enfin mon cœur…

    L’artisane retint ses larmes de joies. Elle était heureuse, vraiment. Elle courut vers lui de toutes ses forces, avec la certitude que le séjour ici serait des plus merveilleux.
    Une certitude qui, j’espère, serait confirmée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 25
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Jeu 1 Mar - 22:28

Elle était là-bas. Et, si son œil ne le trompait pas, elle était surexcitée. Il sourit. Elle n'avait pas changé. Ils approchèrent, puis il vit Hyndian lui faire un signe de la main auquel il répondit. Il les laissait un peu seuls…Il n'y était pas obligé. Mais Soaric était si content de la revoir qu'il oublia bien vite l'ancien bandit…

Elle arrêta son cheval une centaine de mètres devant lui, en descendit et courut. Il l'attrapa et l'enlaça comme jamais il ne l'avait fait. Puis, ils se regardèrent longuement dans les yeux, pesant le cadeau que la vie leur faisait en leur permettant de se réunir sains et saufs. Et là, il n'y tint plus.

Il prit sa nuque entre ses mains et l'embrassa passionnément. Un peu comme le tout premier baiser qu'il lui avait donné. Ils restèrent un certain temps ainsi enlacés, s'embrassant amoureusement. Lorsqu'elle se détacha de lui, elle recula légèrement, ne lâchant toutefois pas ses mains, comme pour l'observer. Il fît de même.

Elle était toujours aussi merveilleuse. Ses cheveux étaient même plus longs, ses yeux plus pétillants…Une chose l'intrigua. Elle avait pris du ventre. Il réfléchit sans le montrer à Lola. Elle n'était pas du genre à se goinfrer pour combler l'attente. Non.

Soudain, une réponse se fraya un chemin dans son cerveau. Était-elle…? Déjà ? Si tôt ? Bah, il acceptait le changement et accueillerait l'enfant avec le plus grand bonheur. Si c'était cela. Etre père. Il n'avait jamais imaginé cela un jour. Il avait plutôt pensé à mourir en forêt, seul entouré d'animaux…
Mais il préférait l'avenir qui se dessinait devant lui. Lola, l'enfant, lui, leur maison…Paradis sur terre quoi !

Lui montrant la maison, il lui dit :


-Notre demeure.

Cela suffisait. Il la guida à l'intérieur, se nourrissant de l'immense sourire peint sur son visage. Ils ne s'étaient pas lâchés. Il lui montra leur chambre, la cuisine, la salle de bains, la salle à manger, et même la petite pièce qu'il avait ajoutée pour former un second étage et qui pourrait accueillir leurs enfants. Il y avait pensé…

Lola ne parlait pas. Sans doute l'émotion. Lorsqu'il lui eut tout montré, ils s'installèrent sur le lit. Il voyait nettement le bonheur sur le visage de Lola. Il lui susurra dans le cou tout en l'embrassant :


-J'espère qu'elle te plaira autant que j'ai aimé la construire…

Il continua à l'embrasser, le front, les joues, tout…Partout..Comme pour rattraper les trois longs mois de séparation.

Ses mains devinrent baladeuses et il se surprit à enlever le haut de la robe qu'elle portait. Il regarda sa peau, si belle, si parfaite, si…


-Qu'est-ce que c'est que ses marques rouges ? Demanda-t-il

Il y avait des marques rouges sur le cou et les épaules de Lola. Il ne les avaient jamais vues…

Il regarda Lola dans les yeux. Elle avait un air….de quelqu'un qui demande pardon…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 22
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Ven 2 Mar - 18:30

    Lola courut dans les bras de Soaric. Ils se regardèrent un long moment, la passion les dévorant en silence, puis le jeune homme ne sembla plus se retenir…Il l’embrassa avec amour, sur les lèvres, sur les joues, sur le front…La séparation avait été tellement longue qu’elle ne pouvait être qu’intense.
    Lorsque leur lèvre se séparèrent enfin, la jeune femme garda les mains de son chéri dans les siennes, et l’observa. La blessure à son œil n’était plus qu’une vilaine cicatrice, qui devait certainement le gêner de temps en temps. Mais ce n’était rien de vraiment grave, et ce désagrément finirait par disparaître avec le temps.
    Mis à part ça, il n’avait pas vraiment changé, si ce n’est que ses cheveux étaient plus longs. Elle se demanda si c’était pour avoir un certain style, ou tout bêtement parce-qu’il n’avait pas eu le courage de les couper…En tout cas, elle le trouvait encore plus mignon qu’avant…Si y’avait moyen.
    Il lui montra alors la maison, et lui murmura :

    -Notre demeure.

    L’artisane n’en crut pas ses yeux…Ainsi, les soupçons d’Hyndian étaient confirmés : cet petit havre de paix était bel et bien leur nouveau foyer.
    Dès lors, elle sourit jusqu’aux oreilles et avisa le paysage alentour. Les arbres deviendraient un bon terrain de jeu pour les enfants, tout comme la rivière, idéale pour se baigner en été…En hiver, ils pourraient certainement couper une petite parcelle du bois pour se chauffer. Il n’y avait pas de voisins, donc personnes pour les ennuyer…Elle perçut un endroit vide, pas trop à la lumière, parfait pour en faire un potager et un endroit ‘médecine’ où elle pourrait mettre ses plantes.
    De plus, pour se nourrir, ils avaient ou le choix d’aller dans les villages voisins, pas si loin que ça, ou d’aller directement dans la forêt…Lola se surprit alors à penser si des feuilles de menthes poussaient dans le coin.
    La demoiselle se laissa guider par son amoureux à travers la maison. Il n’y avait pas encore tous les meubles, sans doute qu’elle pourrait aller les choisir chez un spécialiste, mais les plus important étaient disposés dans les pièces. La salle de bain était grande, spacieuse, et possédait déjà un grand trou pour pouvoir installer une énorme baignoire, à même le sol. Ils ne pourraient pas l’utiliser pour le moment mais, après tout, il faisait encore assez chaud pour aller dans la rivière.
    Il lui montra ainsi toutes les pièces de la maison de plein pied, puis la guida à nouveau vers l’immense pièce qui leur servait désormais de chambre. Il y faisait un peu frais mais quelque-chose disait à Lola qu’elle n’allait pas tarder à avoir chaud…
    Ils s’installèrent sur le lit et Soaric couvrit à nouveau sa chérie de baiser en lui susurrant :

    -J'espère qu'elle te plaira autant que j'ai aimé la construire…

    Il ne lui laissa pas le temps de répondre, et reprit ses baisers, qui devinrent de plus en plus pressant, de plus en plus passionnés…
    Il était en train de la dévêtir doucement lorsqu’il s’arrêta pour demander, devenant tout à coup sérieux :

    -Qu'est-ce que c'est que ces marques rouges ?

    Il faisait sans doute allusion aux marques laissées par le gouverneur Maedren. Ce qu’il ne savait pas, par contre, et qu’elles dataient et qu’ils venaient seulement de les remarquer. Lola les avait presque oubliées…
    Elle eut peur qu’il croit qu’elle l’ait trompé, et elle afficha un air désolé. Puis après un long moment où elle cherchait ses mots, elle finit par dire :

    -Rien de bien important…Ca ne fait pas mal.

    Elle essaya de lui faire oublier les marques en cherchant à l’embrasser de nouveau, mais il recula légèrement pour l’en dissuader.
    D’abord, il fallait parler. Puis ils feraient l’amour.
    La colère monta dans le corps de la jeune femme. Il venait de tout gâcher ! Elle voulait le revoir, le serrer dans ses bras, oublier à quel point il lui avait manqué, et lui lançait la conversation sur un sujet qu’elle n’avait pas du tout envie de parler ! Mais il ne la lâcherait pas si facilement, aussi elle fut bien obligée de lui répondre…Ou du moins, en partie….
    Elle serra les poings, fronça les sourcils, et puis hurla :

    -Quoi ? Que veux-tu que je dise ? Tu penses que je t’ai trompé, c’est ça ?

    Lola se leva, reboutonna les boutons de sa chemise et le foudroya du regard. Maintenant, elle n’avait plus du tout envie de lui offrir son amour.

    -Je ne t’ai PAS trompé, jamais je ferais ça, tu le sais quand-même ! Ca date, avant qu’on soit ensemble.

    Il la regardait, dépité. Il ne l’avait jamais vue comme ça…Et, à dire vrai…Elle non plus. Mais elle ne s’en rendait pas compte, et continua :

    -C’est Eghir si tu veux savoir. Quand il a essayé de coucher avec moi-excuse-moi du terme, mon cœur, mais comme tu le vois je suis énervée-. Voilà. Tu sais. T’es content ? Fier de toi ?

    La jeune femme se rassit sur le lit, et croisa les bras. Un ange passa…Et elle se rendit enfin compte comment elle venait de réagir.
    Elle passa sa main sur sa bouche, murmura un ‘oh…’ puis se tourna vers lui, les yeux pleins d’excuses :

    -Je suis désolée de m’être énervée…Ce sont…les hormones…

    Devant son air interrogateur, elle sourit et fit d’une voix calme et heureuse :

    -Je suis enceinte…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 25
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Ven 2 Mar - 19:37

-Rien de bien important…Ca ne fait pas mal.

Elle recommença à l'embrasser, comme pour qu'il oublie. Mais il recula. A son tour à présent. Il avait l'impression d'avoir échangé les rôles, comme dans la grotte, sauf que c'était à lui de comprendre.
Sauf qu'il ne s'attendait pas à la réaction de Lola, qui rugit :


-Quoi ? Que veux-tu que je dise ? Tu penses que je t’ai trompé, c’est ça ?

Puis, elle se leva, se rhabilla, et le foudroya. Lui, il ne savait pas quoi faire ni comment réagir. Il était perdu. Et il sentait qu'il avait quelque peu gâché leurs retrouvailles tant attendues…Il n'arrivait même plus à répondre. Il aurait voulu lui dire que non, il ne pensait pas qu'elle l'avait trompé, parce qu'il savait qu'elle ne le ferait pas mais il n'y parvint pas. Les mots étaient bloqués par le mur d'incompréhension totale qui s'était installé en lui. Elle continua :

-Je ne t’ai PAS trompé, jamais je ferais ça, tu le sais quand-même ! Ca date, avant qu’on soit ensemble.

Oui, il le savait. Et n'arrivait toujours pas à parler. Elle finit, lui crachant toute la vérité :

-C’est Eghir si tu veux savoir. Quand il a essayé de coucher avec moi-excuse-moi du terme, mon cœur, mais comme tu le vois je suis énervée-. Voilà. Tu sais. T’es content ? Fier de toi ?

Cela faisait un sacré bout de temps. Et il n'avait jamais rien vu. Quel idiot ! Il s'en voulait, et se promit qu'il ferait désormais bien plus attention à ceux qu'il aimait, elle en particulier. Elle se rassit comme elle s'était levée, croisa les bras. Il n'osait pas bouger. De peur de recevoir une nouvelle fois les foudres sur sa tête. Il aurait voulu la prendre dans ses bras comme elle l'avait fait, lui dire que c'était terminé, qu'il était là…Mais il n'osait pas. Tout simplement.
Comme si elle se rendait compte de quelque chose, elle mit un doigt sur sa bouche, émit un petit "oh" et lui dit, d'un ton d'excuses :


-Je suis désolée de m’être énervée…Ce sont…les hormones…


Il ne comprit pas. Qu'avait à voir les hormones dans toute cette histoire ?! Elle sourit et lui répondit cette fois d'un ton heureux :

-Je suis enceinte…

Ainsi donc son jugement était le bon ! Il sourit, prit les mains de Lola dans les siennes et lui murmura :

-Je suis désolé pour ma question d'avant…Je n'aurai pas dû gâcher nos retrouvailles.

Il l'embrassa et reprit :

-Mais je suis si content et heureux de savoir que nous allons être parents…tu ne peux pas t'imaginer…

Et c'était la vérité pure et simple. Il l'embrassa à nouveau, relayant son bonheur, son pardon, ses excuses, tout. Absolument tout. Et elle y répondit. Finalement, il n'avait peut-être pas tout gâché…

Seul doute subsistait dans son esprit : Allait-il être à la hauteur ? Et surtout, comment être père ? Il n'avait eu qu'une facette terrifiante du père, et il doutait que ce soit la bonne. Non. Il serait un père exemplaire. Il se l'était juré et l'avait juré à Lola. Il ne voulait plus être comme lorsqu'il l'avait sauvée, trois mois auparavant…C'est aussi pour cela qu'il avait rangé Arc, flèches et dague dans un placard. Pour le moment, il n'en voyait pas l'utilité. Et il était tout aussi dangereux à mains nues. Pas la peine d'en rajouter.

Ils continuèrent à s'embrasser. Son cœur sautait de joie après l'inquiétude due à l'énervement de Lola…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 22
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Sam 3 Mar - 15:53

    -Je suis désolé pour ma question d'avant…Je n'aurai pas dû gâcher nos retrouvailles.

    « Ne t’excuse pas.. » pensa-t-elle. « C’est moi qui n’aurait pas du réagir comme ça…J’espère que tu ne m’en veux pas ».
    Mais elle n’eut pas le temps de lui faire par de sa pensée car il avait repris la parole, et qu’elle ne voulait plus aborder ce sujet de discussion :

    -Mais je suis si content et heureux de savoir que nous allons être parents…tu ne peux pas t'imaginer…


    Il s’approcha d’elle pour l’embrasser et Lola répondit à ses baisers. Il ne fallait plus penser à rien… Ne plus penser à leurs soucis, juste à leur bonheur…Ils s’étaient séparés depuis si longtemps, ils n’allaient tout de même pas se disputer !
    D’autant plus qu’elle était enceinte…
    Ils continuèrent à s’embrasser et, bien rapidement, reprirent là où ils s’étaient arrêtés. Soaric déboutonna sa chemise et elle fit de même. Cette fois, ils étaient surs que personne ne pourrait les déranger, là où ils étaient…Et, ma foi, ils comptaient bien en profiter !

    ***

    Lola parcourut l’énorme maison, à la recherche de la cuisine. Elle avait remarqué qu’il y avait une chambre en plus pour leur enfant, mais aussi plusieurs chambres qui deviendraient des chambres d’amis. Ainsi, il avait vraiment tout prévu…
    Soaric justement était parti une heure plus tôt pour chasser, après l’amour, et elle l’avait entendu rentrer lorsqu’il avait hurlé un ‘je suis de retouuuuur !’ tout joyeux. Il l’attendait ainsi dans la cuisine pour commencer à préparer leur repas…
    Mais elle ne la trouvait plus. Elle avait beau visiter chaque pièce, elle ne trouvait plus la cuisine…C’était aussi bête que cela.
    Alors elle cria à l’intention de son chéri :

    -T’es oùùùùùùù ?

    Elle espérait que, en lui répondant, elle puisse guider ses pas en fonction de sa voix…Elle soupira de bonheur lorsqu’elle entendit qu’il était dans la pièce d’à côté :

    -Ici ! Dans la cuisine.

    -J’arrive ! fit-elle.

    La jeune femme passa la tête et écarquilla yeux devant l’énorme gibier qu’il avait débusqué, et qu’il commençait déjà à désossé.
    Elle sourit et lui dit :

    -On en aura pour des jours, et encore…On pourrait inviter quelqu’un pour manger ça avec nous…Puis il ou elle pourrait nous aider pour tous les meubles et la décoration.

    Il hocha doucement la tête, et continua sa tâche. Elle s’installa à leur table, et regarda la pièce qui, pour le moment, semblait bien vide. Il y avait le nécessaire pour préparer à manger, mais ils leur manquaient encore quelques ustensiles.
    Ils avaient prévu de s’occuper de tout cela dans les mois à venir, mais avaient convenu que deux ou trois pairs de mains en plus n’étaient pas de refus. Lola savait qu’elle pouvait compter sur Hyndian, et comme Soaric et elle iraient au marché demain, ils pourraient le lui demander directement. Mais pour d’autres personnes…

    -J’ai fait la rencontre d’un jeune homme nommé Waren. Tu t’entendras sûrement avec lui ! Je lui envoie une lettre !

    Elle s’arma donc d’un papier et d’une plume et commença à écrire :

    « Cher Waren,
    Me voici installée avec Soaric dans une immense maison…Elle peut facilement accueillir deux ou trois personnes en plus, mais malheureusement elle est encore vide.
    Nous nous demandions si tu ne voudrais pas venir nous aider à l’aménagement, et bien entendu, on pourrait passer du temps à autre chose ! Tu verrais comme le coin est splendide, tu en resterais bluffer…
    Tu serais nourri, logé, et nous ferions attention à combler tes moindres exigences !!! Enfin, bref.
    Je me porte bien, tout comme le bébé…Il faut aussi qu’on choisisse un nom, et un parrain. Tu auras peut-être une idée ?
    J’espère que tu vas bien toi aussi…
    En attente de ta réponse ou de ta venue,
    Lola et Soaric »


    Elle roula le papier et se promit de le donner à un messager le lendemain. Elle tourna ensuite la tête à son amoureux qui la regardait intensément.
    Lola baissa la tête, cherchant à voir si elle avait une tâche, puis la releva, en demandant curieusement :

    -Qu’est-ce qu’il y a ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 25
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Sam 3 Mar - 18:05

Ils s'embrassèrent ainsi longtemps, jusqu'à ce qu'il recommence à la dévêtir. Et, cette fois, elle fît de même. Ils profitèrent ainsi de leurs retrouvailles en s'unissant à nouveau. Soaric venait de retrouver le bout de sa personne qui lui manquait tant depuis trois mois, et ne comptait pas tout réduire au néant. Il se laissa à nouveau emporter par Lola…



Lorsqu'ils eurent finit, il caressa doucement les cheveux de Lola et lui dit qu'il devait aller chasser pour qu'ils aient de quoi manger quelques jours. Elle acquiesça en souriant et le laissa s'en aller. Il s'habilla, prit les armes qu'il avait rangées et sortit de la maison. Au moins, elle pourrait en faire le tour et voir peut-être ce qu'il leur manquait encore. Il avait sans doute dû oublier certaines choses importantes.

Il marcha environ un quart d'heure pour arriver à la forêt avoisinante. Là, il chercha une piste. Là ! Une toute fraîche en plus ! Qu'elle chance…Il la suivit, flèche encochée, concentré au maximum. Il se faufila dans les buissons, s'approchant de la bête qui, selon les empreintes, était énorme. Il la débusqua enfin au bout de dix minutes de traque. Un immense sanglier lui faisait face et l'avait repéré. Flûte. Soaric se hâta de grimper dans l'arbre le plus proche alors que l'animal chargeait. Il prit position, et visa. Tellement idiot, le sanglier restait au pied de l'arbre, attendant qu'il en descende. Il pointa la flèche sur le sanglier et là, le sanglier s'effaça.

Soaric cligna des yeux à toute vitesse. Il était de nouveau là. Soaric se rendit compte que le sanglier n'avait pas bougé. C'était à nouveau son œil qui lui avait joué un tour. Secouant la tête, enlevant les étincelles qui parsemaient son champ de vision droit, il visa à nouveau le sanglier et tira de toutes ses forces. Dans un râle, l'animal s'effondra, la flèche bien droite dans son corps.

Souplement, Soaric sauta au sol, retira la flèche, remercia les Dieux pour lui avoir permis de trouver et tuer le sanglier, et se démena pour réussir à l'emmener à nouveau chez lui. Il était lourd ! Soaric mit une demi-heure à rentrer. Il arriva à la cuisine en hurlant qu'il était de retour, posa le sanglier sur l'espèce de plan de travail qu'il avait confectionné, sortit sa dague et commença à retirer la peau. Elle pouvait toujours être utile, d'autant plus qu'elle tenait chaud et que l'hiver n'allait pas trop tarder.

Soudain, la voix de Lola jaillit :


-T’es oùùùùùùù ?

Il sourit et répondit :

-Ici ! Dans la cuisine.

Elle lui dit joyeusement qu'elle arrivait. Il ne pensait pas que la maison était si grande…Bon, en même temps, cela faisait une semaine qu'il était là. Lola venait tout juste d'arriver. Il se tourna vers elle lorsqu'elle entra. Elle écarquilla les yeux devant l'animal et dit :

-On en aura pour des jours, et encore…On pourrait inviter quelqu’un pour manger ça avec nous…Puis il ou elle pourrait nous aider pour tous les meubles et la décoration.

Il acquiesça. Oui, si elle connaissait quelqu'un qui pouvait les aider en-dehors d'Hyndian ce serait bien. Parce qu'il était sûr que l'ancien bandit accepterait d'aider à la construction des meubles. Il continua à désosser le sanglier, les mains pleines de sang. Il espérait que cela ne dégoûte pas trop Lola. Mais bon, il était légèrement obligé…Et puis, il l'avait fait souvent, lorsqu'il vivait seul en forêt…

Soudain, elle dit :

-J’ai fait la rencontre d’un jeune homme nommé Waren. Tu t’entendras sûrement avec lui ! Je lui envoie une lettre !

Il ne répondit rien mais l'entendit s'installer à la table derrière. Un homme du nom de Waren…Il était bien curieux de le rencontrer, et de savoir dans quelles circonstances il avait rencontré Lola. Sans doute une histoire marrante, comme toujours. Lola s'arrangeait toujours pour faire rire dans les pires situations…Il était aussi curieux de connaître la classe à laquelle il appartenait. Il voyait mal un Sage ou un Prêtre venir donner un coup de main…Il se lava les mains une fois qu'il eut terminé et lut rapidement au-dessus de l'épaule de Lola. Il rit intérieurement et la regarda vivement. Elle se tourna vers lui, le regarda, fronça les sourcils, se regarda elle-même, cherchant une tache sans doute et demanda :

-Qu’est-ce qu’il y a ?

Soaric sourit, s'installa sur la chaise à côté et dit en pointant le message roulé que Lola tenait :

-Il faudrait peut-être lui dire ou aller. Le Royaume est grand. Et tu ne lui as pas laissé d'adresse ou de lieu.

Lola le regarda, devint rouge, et se hâta de rajouter l'élément manquant. Soaric en profita pour se rapprocher d'elle. Il mit sa main sur son ventre, déjà un peu rond. Il n'arrivait toujours pas à croire que, là-dedans, grandissait leur futur enfant…
Il regardait le ventre, comme s'il voulait voir au travers, voir le petit corps grandir…
Puis il redressa la tête vers Lola qui le regardait.


-Lola….La dernière fois...tu m'avais parlé du mariage… Commença-t-il.

Il chercha ses mots et continua, sortant un petit étui de sa poche de pantalon :

-Je t'avais dit que je voulais attendre d'être installé et en sûreté. Et bien…C'est le cas. Maintenant je pense être sûr que les Ombres ne viendront plus. C'est pourquoi…

Il ouvrit la boîte, dévoilant une bague incrustée de petites pierres, avec en son centre écrit "Lola". Il l'avait faite faire sur mesure alors qu'il se promenait dans une ville du nom de Füngaï, après sa mission.

-Je voudrais me marier avec toi Lola. Vivre ma vie à tes côtés, élever nos enfants ici, vieillir ici aussi. Faire de toi la plus belle et la plus heureuse de toutes les femmes du Royaume. C'est mon vœu le plus cher.

Il prit la bague et la lui tendit. Elle le regardait toujours dans les yeux, les siens devenant humides. Il vit passer sur son visage pas mal d'émotions. Il attendit qu'elle se remette du choc et donne sa réponse, souriant. Il avait préparé un discours, avant qu'elle n'arrive. Avait essayé de tout mémoriser. Mais ce qu'il venait de dire n'était pas écrit. Il avait oublié le peu qu'il avait retenu et avait laissé son cœur parler pour lui. Lola était toujours confuse…Elle ne s'y était pas attendu. Et c'était le but…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 22
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Sam 3 Mar - 23:52

    -Il faudrait peut-être lui dire ou aller. Le Royaume est grand. Et tu ne lui as pas laissé d'adresse ou de lieu.

    Effectivement…Lola n’y avait pas pensé. Elle allait envoyer une lettre pour Waren et il ne saurait jamais où la trouver, si jamais il acceptait sa requête.
    Ce qu’elle pouvait être nouille des fois ! Elle se dépêcha de rajouter l’adresse en rougissant jusqu’aux oreilles, et entendit distraitement les pas de Soaric s’approcher d’elle.
    Ce qui explique peut-être pourquoi elle sursauta lorsqu’il pausa sa main sur son ventre. Il resta comme cela un instant, et la jeune femme sourit. Elle se demandait si se serait un garçon ou une fille…Il fallait vraiment qu’ils leur trouvent un nom !
    Et puis, ils choisiraient les jouets de leur enfant, ses habits…Mais comment feraient-ils, s’ils ne savent pas son sexe à l’avance ? Elle ne pourrait pas prendre une robe pour un petit garçon ! Elle haussa les épaules, se disant qu’elle aurait le temps quand un détail la frappa…Qui disait bébé…disait…accouchement !
    Elle allait devoir accoucher ! Hors, Lola avait une peur bleue des accouchements ! Si jamais elle tombait sur des expérimentées, elle pourrait mourir ! Et elle ne le voulait pas ! Elle ne voulait pas souffrir ! Elle…elle…
    Elle devait se calmer. On en était pas encore là. Soaric l’aiderait sûrement à trouver le meilleur docteur qui soit, peu importe le prix, et elle serait vivante ainsi que leur enfant…Mais oui…évidemment.
    La future maman jeta un œil vers son chéri, qui venait de lever le regard vers elle. Il sembla hésitant pendant un moment, puis fonça :

    -Lola….La dernière fois...tu m'avais parlé du mariage…

    Ses mains se crispèrent. Cela voulait peut-être dire…
    Non ! Non, il ne fallait pas s’emballer. Cela pouvait signifier tout et n’importe quoi…Il pouvait tout aussi bien lui avouer qu’il ne voulait plus se marier, préférant être ‘libre’ ou encore il pouvait lui dire qu’ils feraient un mariage dans quelques années, lorsqu’ils auraient plus d’argent…Mais il pouvait également…
    Lola le regarda, chassant toutes pensées de sa tête. Les yeux dans les yeux, cœur battant, elle attendit la suite.

    -Je t'avais dit que je voulais attendre d'être installé et en sûreté. Et bien…C'est le cas. Maintenant je pense être sûr que les Ombres ne viendront plus. C'est pourquoi…

    « Vas-y…Continue…Dis-le…Demande-le-moi… ».
    Il ouvrit une petite boîte qu’elle n’avait pas vu sortir de quelque part, et une magnifique bague apparut. Elle avait du lui coûter une fortune…
    En plissant les yeux, elle crut même apercevoir son prénom graver dessus !

    -Je voudrais me marier avec toi Lola. Vivre ma vie à tes côtés, élever nos enfants ici, vieillir ici aussi. Faire de toi la plus belle et la plus heureuse de toutes les femmes du Royaume. C'est mon vœu le plus cher.

    Lola déglutit. Un flot d’émotion la traversèrent, toutes plus contradictoires les unes que les autres…
    L’amour, d’abord. Parce-qu’elle l’aimait plus que tout, et qu’elle voulait, bien évidemment, unir sa vie à la sienne. Elle débordait d’amour pour ce jeune archer, et avait tellement attendu depuis si longtemps qu’elle ne pouvait qu’être aux anges…
    La joie. Il lui avait enfin demander. Ils allaient vivre ensemble, enfin, et personne ne pourrait les en empêcher. Ils élèveraient leurs enfants, et goûteraient aux simples plaisirs de la vie…
    La crainte, ensuite. Et si elle n’était pas une bonne épouse ? Une bonne mère ? Et si ils n’avaient plus assez d’argent pour vivre, après le mariage ? Que feraient-ils ? Et si Maedren l’apprenait, quelle serait sa réaction… ? Et s’ils se disputaient, un jour ? Si Soaric demandait le divorce.. ? Elle serait effondrée !
    Tant d’émotions tourbillonnaient dans tout son corps, mais qui ne firent place qu’à une seule, dominante…Le bonheur. Elle commença à verser des larmes de bonheur, et murmura doucement et tendrement :

    -Oh, Soaric…C’est le plus beau jour de ma vie…Je veux moi aussi que nous vivions ensemble pour l’éternité…Qu’on ait un ou deux adorables enfants, qui viennent se glisser dans nos draps les jours d’orages…Je veux mourir dans tes bras, je veux connaître le bonheur d’être une femme mariée, je veux qu’on se dispute pour mieux se réconcilier après…Soaric…Je veux être ton épouse.

    Les yeux du futur marié pétillèrent de bonheur, et il passa l’anneau de son doigt avec amour. Ils s’embrassèrent ensuite longuement, désormais les plus heureux des Hommes sur terres.
    Puis il continua sa tâche, à savoir découper la viande, et ils cuisinèrent en silence. Ils n’avaient pas vraiment besoin de parler. Ils étaient tous les deux tellement proches que les silences entre eux n’étaient pas dérangeants, mais plutôt rassurants.
    Ils passèrent ensuite à table, et la jeune femme commença la conversation :

    -Il faudra qu’on organise tout…Le lieu du mariage ! J’aimerais bien un truc super romantique, tu vois ? Genre à la plage, au soleil couchant…Ou bien bêtement dans un village, comme ça tout le monde pourra nous voir !

    Elle s’excitait…Alors qu’ils venaient juste de lui passer la bague aux doigts, ils allaient avoir besoin de plusieurs mois pour préparer cela. Mais elle voulait déjà rêvasser sur son mariage, et rien ne l’arrêterait… :

    -Et puis notre lune de miel pourrait se faire dans un endroit super différent…Oh, un truc où on fait des massages ! Ca doit être chouette ! Et puis, pour les témoins, si tu t’entends vraiment bien avec Waren, tu pourras lui demander…On invitera qui ? J’enverrais une lettre à mes parents ! Oooh, j’ai tellement hâte !

    Lola se tut et sourit à Soaric. Il avait sûrement des choses à dire, peut-être lui aussi sur le mariage, ou sur le bébé…Ou tout autre chose, qui sait ?
    Elle se promit de se coucher assez tôt ce soir, pour être en forme pour le lendemain. Ils auraient tellement de boulot !
    Les pensées de la jeune femme dérivèrent, en attendant les réactions de son chéri…Elle se dit qu’une demande en mariage dans une cuisine, après avoir dépiauté un sanglier n’était pas très raffiné…Elle s’était souvent imaginé sa demande sur une plage, ou dans un restaurant ultra romantique…Le genou à terre, le regard amoureux…Elle s’était souvent imaginé sa demande de tellement de façons…
    Mais finalement, ça n’avait pas vraiment d’importance.
    Non, l’important, c’était le marier…Et jamais dans ses songes il n’avait était plus merveilleux que Soaric.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 25
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Dim 4 Mar - 11:58

Elle se mit à pleurer et répondit d'un ton ému :

-Oh, Soaric…C’est le plus beau jour de ma vie…Je veux moi aussi que nous vivions ensemble pour l’éternité…Qu’on ait un ou deux adorables enfants, qui viennent se glisser dans nos draps les jours d’orages…Je veux mourir dans tes bras, je veux connaître le bonheur d’être une femme mariée, je veux qu’on se dispute pour mieux se réconcilier après…Soaric…Je veux être ton épouse.

Soaric sourit et sentit lui aussi ses yeux s'humidifier. Maladroitement, il passa la bague au doigt de Lola. Il n'avait jamais songé à demander une femme en mariage dans une cuisine, devant un sanglier mort et à moitié dépouillé de ses os, mais il n'aurait jamais eu le courage de le faire ailleurs. Il avait pris toute l'assurance qu'il possédait pour la demander maintenant, sinon il n'aurait plus eu la force. Parce que, bien évidemment, le sujet étant méconnu pour lui, il ne savait pas comment l'on demandait quelqu'un en mariage d'une façon distinguée. Il avait laissé son cœur le guider, comme à chaque fois. Et son cœur ne se trompait jamais.

Ils s'embrassèrent ensuite, encore plus passionnément que les fois précédentes, si possible, comme pour sceller leur union définitivement. Il goûtait à ce bonheur si longtemps cherché, si longtemps trop lointain, si longtemps ignoré. Et tout cela grâce à Lola.
Lorsqu'ils se séparèrent, ils se sourirent mutuellement, et Soaric retourna désosser le sanglier. Coupure nette, certes, mais il fallait terminer avant qu'il ne sente mauvais. Et puis, Lola devait se remettre de ses émotions et les silences entre eux étaient tout aussi communicatifs que les paroles.

Ils s'installèrent pour manger un bout du sanglier et commencèrent à manger lorsque Lola dit, excitée :



-Il faudra qu’on organise tout…Le lieu du mariage ! J’aimerais bien un truc super romantique, tu vois ? Genre à la plage, au soleil couchant…Ou bien bêtement dans un village, comme ça tout le monde pourra nous voir !


Elle continua, les yeux pétillants :

-Et puis notre lune de miel pourrait se faire dans un endroit super différent…Oh, un truc où on fait des massages ! Ca doit être chouette ! Et puis, pour les témoins, si tu t’entends vraiment bien avec Waren, tu pourras lui demander…On invitera qui ? J’enverrais une lettre à mes parents ! Oooh, j’ai tellement hâte !

Soaric sourit. Il allait lui offrir tout ce qu'elle demandait et souhaitait. Même s'il devait travailler des jours durant sans relâche pour amasser suffisamment d'argent. Car l'héritage que lui avait laissé Lyme s'épuisait petit à petit. Mais il écarta ce problème. Il était à présent l'homme de famille et se devait de nourrir convenablement les siens. Plus tard, les questions d'argent. Pour l'heure, il fallait savourer cet amour. Elle le regardait, souriante.

Finalement, il dit :

-Au soleil couchant ? Oui, cela me plaît beaucoup. Se marier devant les derniers rayons, t'illuminant et te rendant encore plus belle. La lune de miel, je la verrai dans un lieu isolé, rien que pour nous deux. Ou nous trois, si jamais.

Il regarda le ventre de Lola puis reprit :

-J'avais entendu un jour un joli nom pour un garçon. Un nom qui signifie dans une langue lointaine "union". Je trouve qu'il irait merveilleusement bien à notre bébé si c'est un garçon.

Elle semblait vouloir l'entendre, ce nom, aussi dit-il :

-Elyas.

Il la regarda. Elle regarda son ventre aussi, puis à nouveau lui.

-Ce n'est qu'une proposition. Ce sera à toi de choisir.

Il réfléchit. Tant de questions se bousculaient dans sa tête. Sa nouvelle paternité le rendait perplexe. Il ne savait pas comment être père. Et cela lui faisait un peu peur. Il avait peur de ne pas être un bon père de famille. Et n'osait pas demander à Lola si elle savait comment faire. Elle avait assez de travail en étant mère, il n'allait pas en rajouter. Il faudrait qu'elle lui donne naissance. Elle allait sans doute souffrir. Mais il serait là. Toujours. Il l'aiderait.

Puis son esprit revint sur la question du mariage. Elle avait parlé des invités.

-Pour les invités, déjà, je pense qu'il faut faire une liste de tous ceux que l'on connaît. Leur envoyer une lettre. Ensuite, on peut très bien poser des tracts dans les villages. Ceux qui voudront venir viendront t'admirer.

Il continua à manger tout en la regardant réfléchir. Elle était si belle. Si merveilleuse. Et il avait fait le grand saut. Il allait unir sa vie à la sienne. Il allait vieillir avec elle. Et comme elle l'a dit, ils mourraient dans les bras l'un de l'autre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 22
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Dim 4 Mar - 15:44

    -Au soleil couchant ? Oui, cela me plaît beaucoup. Se marier devant les derniers rayons, t'illuminant et te rendant encore plus belle. La lune de miel, je la verrai dans un lieu isolé, rien que pour nous deux. Ou nous trois, si jamais.

    Lola lui sourit, radieuse. Elle avait tellement de chance de l’avoir !! Elle était tellement heureuse…
    Elle le regarda d’un œil attendrit lorsqu’il reprit :

    -J'avais entendu un jour un joli nom pour un garçon. Un nom qui signifie dans une langue lointaine "union". Je trouve qu'il irait merveilleusement bien à notre bébé si c'est un garçon.

    Elle attendit qu’il dévoile le prénom. Peu importe quel était-il, elle l’aimerait, elle en était certaine. Soaric avait de bons goûts, et elle ne doutait pas sur celui des prénoms.
    Il avait une idée ainsi pour un garçon…mais pour une fille ? Peut-être qu’il s’attendait à ce qu’elle, elle en ait ? Parce-que s’il se reposait sur ses épaules…il allait attendre longtemps. Elle n’avait jamais su se décider pour un choix, lorsqu’elle rêvassait d’être mère…Enfin, soit. Lola incita son chéri à suivre du regard :

    -Elyas.

    Elle regarda son ventre, comme si le bébé aurait pu exprimer son accord ou non. Elle le caressa en souriant, puis reporta son attention à son archer d’amuuur.
    Il semblait pensif, et elle détailla son visage comme la première fois qu’il s’était vu…Oh, ce qu’elle aimait ce visage, si parfait…Finalement, la cicatrice qui lui barrait le front jusqu’au début de son œil lui donnait un certain air de viril, tout à fait craquant. Elle pencha la tête, essaya de se l’imaginer avec une queue de cheval…Frissonna. Il serait encore plus irrésistible avec des cheveux plus longs !
    Elle fut tirée de sa rêverie idéaliste lorsqu’il reprit la parole :

    -Pour les invités, déjà, je pense qu'il faut faire une liste de tous ceux que l'on connaît. Leur envoyer une lettre. Ensuite, on peut très bien poser des tracts dans les villages. Ceux qui voudront venir viendront t'admirer.

    Il reprit sa fourchette et continua à manger. C’était une bonne idée…Ainsi tous les gens qu’ils aimaient viendraient, et ce serait sans doute l’occasion de rencontrer de nouvelles têtes, avec les affiches.
    Puis elle se demanda si elle devait envoyer une lettre à Eghir. La jeune femme avala sa salive en pensant à cet homme. Non…Il ne fallait plus qu’elle y pense. Elle reprit son visage joyeux et lui répondit :

    -Tout d’abord, c’est une bonne idée pour les invités…Mais bon, il faut d’abord trouver le lieu et tous les trucs comme ça avant d’envoyer des lettres. Et puis, il faudrait que les gens nous envoie une réponse, pour qu’on sache combien de nourriture et la taille du gâteau à prendre…

    Elle fit une courte pause, repiqua dans son assiette un morceau de sanglier puis reprit :

    -Hm, pour le nom du bébé…C’est adorable ! Si c’est un garçon, je suis d’accord pour ce prénom…Mais si c’est une fille, j’ai absolument aucune idée. Tu m’aideras à trouver ?

    Lola s’arrêta dans ses gestes. Une pensée furtive venait de lui traverser l’esprit…En fait, ils devraient prévoir plusieurs noms pour leurs bambins…Filles et garçons compris ! Parce-que, si jamais…

    -Attends une minute, fit-elle. Et si c’était des jumeaux ? Ou des triplés ? Ou des quadruplés ?

    Le visage de la jeune femme blanchit. D’après les mères qu’elle avait rencontrées, être maman était vraiment un boulot assez dur…Le bébé n’en faisait qu’à sa tête, mais alors si y’en avait trois ou quatre…Ils allaient mourir !

    -Enfin…j’imagine qu’on verra.

    Elle déglutit puis repoussa son assiette. Elle n’avait plus très faim, du coup. Elle commença donc à faire la vaisselle, et sourit en fermant les yeux lorsque son chéri déposa ses mains sur sa taille en l’embrassant dans le cou…
    Elle murmura :

    -J’ai une info pour toi qui risque de te plaire…

    Elle lui sourit de malice puis lui expliqua :

    -Quand une femme tombe enceinte…Ben sa poitrine elle grossit.

    Le jeune homme rougit légèrement mais lui sourit. Elle lui donna un petit bisou rapide sur ses lèvres puis ils finirent ensemble la vaisselle.
    Ils montèrent tout de suite se coucher, tant la journée du lendemain risquait d’être longue…


    [Hs :…on peut aller au village…Et il pourrait y avoir de l’action à ce moment là =)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 25
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Dim 4 Mar - 17:17

Elle dit au bout d'un moment :

-Tout d’abord, c’est une bonne idée pour les invités…Mais bon, il faut d’abord trouver le lieu et tous les trucs comme ça avant d’envoyer des lettres. Et puis, il faudrait que les gens nous envoient une réponse, pour qu’on sache combien de nourriture et la taille du gâteau à prendre…

Elle reprit après une bouchée :

-Hm, pour le nom du bébé…C’est adorable ! Si c’est un garçon, je suis d’accord pour ce prénom…Mais si c’est une fille, j’ai absolument aucune idée. Tu m’aideras à trouver ?

Il sourit. Au moins, ils avaient un prénom. Et oui il l'aiderait pour si jamais c'est une fille…Mais il n'eut pas l'occasion de le lui dire qu'elle reprenait, plus excitée encore :

-Attends une minute. Et si c’était des jumeaux ? Ou des triplés ? Ou des quadruplés ?

Il sourit de plus belle. Quatre d'un coup ? Mais non. Enfin, Soaric voyait mal quatre enfants dans un seul ventre…Il ne dit rien, de peur d'être maladroit ou pire…idiot. Il fallait réellement qu'il se renseigne sur la chose…

-Enfin…j’imagine qu’on verra.

Elle repoussa son assiette, comme si la seule pensée d'avoir plusieurs enfants d'un coup lui avait enlevé l'appétit. Ensuite, elle commença à faire la vaisselle. Soaric la regarda, l'admirant. Mais il ne put s'empêcher de faire ce qu'il avait envie de faire.

Il se leva, passa ses mains autour de la taille de Lola et l'embrassa dans le cou, partout, toujours. Il l'aimait si fort…En fait, son cœur ne battait plus que pour elle…
Alors qu'il continuait ses embrassades, elle murmura :


-J’ai une info pour toi qui risque de te plaire…

Il attendit la suite sans s'interrompre.

-Quand une femme tombe enceinte…Ben sa poitrine elle grossit.

Il se sentit rougir mais sourit. Et oui, Lola trouvait toujours quelque chose de léger à dire dans toutes les situations ! Elle l'embrassa à son tour, sur les lèvres, et ils terminèrent ensemble la vaisselle. Et lui qui ne s'était jamais vu faire cela…

Ils montèrent vite aller se coucher. Soaric était fatigué par la chasse, Lola par les hormones et puis surtout, par ce qui les attendaient le lendemain…Il avait déjà tout prévu. Terminer de ranger les quelques meubles, et ensuite ils iraient au village le plus proche. Il fallait qu'il trouve des ustensiles de cuisine, des objets de décoration, mais surtout, il voulait offrir la plus belle de toutes les robes à Lola. La suivante serait la robe blanche de la mariée. Il l'imaginait déjà dedans. Elle serait resplendissante. Et lui…il ne voyait pas trop ce qu'il allait porter, mais il ne s'en préoccupait pas encore. D'abord Lola. Ensuite lui. Bien évidemment, Lola lui dirait ce qu'il manquait encore. Il ne savait pas trop quoi. Déjà, il fallait aménager la chambre d'amis, au cas où le fameux Waren viendrait. Ensuite commencer celle pour le bébé. Il ne savait plus exactement combien de mois durait la grossesse des femmes.

******

Lorsqu'il se réveilla le lendemain, Lola n'était plus à ses côtés. Il commença par paniquer, avant de se souvenir qu'ils étaient chez eux et donc en sécurité. Il se leva, ouvrit l'espèce de volet qu'il avait construit pour empêcher le soleil de les déranger trop tôt, s'habilla d'une chemise bleue avec son habituel pantalon noir et descendit. Lola était dans la cuisine. Elle sifflotait. Il arriva par derrière et elle sursauta lorsqu'il la prit par la taille et l'embrassa.


-Bonjour… Susurra-t-il. Bien dormi ?

Elle sourit et l'embrassa elle aussi. Apparemment elle avait dormi comme un ange. Les mots étaient abstraits entre eux pour certains sujets. Ils mangèrent rapidement, en sachant tout ce qu'ils devaient faire. Le soleil était déjà bien brûlant lorsque Soaric sortit pour achever le meuble en cours. Ce devait être un lit pour les amis. Et il n'avait pas beaucoup avancé. Alors il se remit au travail. Lola pouvait aménager comme elle le souhaitait. Rapidement, il transpira et retira sa chemise qu'il posa plus loin. Il enleva ses cheveux de son visage, ils le gênaient. Il faudrait qu'il tente de les attacher un jour. Cela pourrait peut-être lui aller…

Il devait être aux environs de midi lorsqu'il eut terminé. Il remit la bâche sur le lit, pour que le temps ne l'abîme pas jusqu'à ce qu'il le mette dans la pièce d'amis et rentra, la chemise sur l'épaule. Lola avait tout arrangé. Et c'était vraiment…magnifique. Il ne manquait plus que des fleurs ou des choses à accrocher aux murs…
Là encore, ils mangèrent tranquillement et firent la vaisselle.


-Je vais me rafraîchir et remettre une chemise propre. Ensuite, nous irons au village. D'accord ?

Elle acquiesça et il alla rapidement faire ce qu'il avait dit qu'il allait faire. Il revint, portant une chemise orangée. Au moins on verrait qu'il était Archer. Comme un pressentiment, il mit sa dague à la ceinture. Il hésita à prendre Arc et flèches. Finalement, il les laissa. Ils n'étaient plus recherchés. Pourtant…il pressentait quelque chose…

Il prit la main de Lola et ils marchèrent ensemble vers le village. Lola s'émerveillait devant le paysage avoisinant. Il avait réellement bien choisi…Ils atteignirent le village une heure plus tard. Et là…Soaric se dit que le pressentiment était justifié.

Ils entrèrent tranquillement et stoppèrent net. Partout, sur tous les murs disponibles, tous les panneaux, poteaux…se trouvaient la même affiche. Soaric déglutit.

Sur les affiches se trouvaient leurs visages respectifs, à Lola et lui. En-dessous était écrit en grosses lettres qu'ils étaient recherchés pour être à l'origine de la destruction de l'auberge "Folamour" par les Ombres, trois mois et demi plus tôt. Il serra la main de Lola et la regarda.

Elle aussi avait compris. Si les habitants les reconnaissaient, c'en était fini d'eux. Pourquoi ? Parce qu'ils ne pouvaient pas faire demi-tour. Cela aurait fait bien trop suspect, de voir l'affiche et de faire demi-tour. Il pressa la main de Lola, lui donnant du courage, lui montrant qu'il était là et ne partirait pas, et l'incita à marcher. Rester trop longtemps immobile attirait l'attention.

Ils marchèrent donc.


-Ne t'inquiète pas. Je suis là.

Il devait la rassurer. Parce qu'il sentait qu'elle était nerveuse. Ils avancèrent parmi les étals, comme si de rien n'était.

Sauf que cela ne pouvait pas durer. Il avait fallu que l'ancien propriétaire de l'auberge vienne et les reconnaisse….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 22
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Dim 4 Mar - 22:52

    Lola se réveilla bien avant Soaric. Il dormait tellement comme un ange qu’elle n’osa pas le réveiller…
    Aussi elle ouvrit la porte silencieusement et la referma derrière elle, tout aussi silencieusement…Mais une fois la porte close elle se mit à chanter. Un bon conseil : n’essayez jamais de comprendre la logique de Lola.

    -Je t’aiiiimeuuuh ! Et tu m’aiiiimeeeuh ! Et alooors ! Toi plus moi ça fait un piti bébéé ! Un touuut petiiit bébééé !

    Elle chantonna ainsi des âneries, convaincue d’être la prochaine star de l’année, et trouva enfin la cuisine, après s’être perdue dans la maison pour la énième fois. Décidément, il fallait vraiment qu’elle s’habitude à cette grande bâtisse.

    -Tooii plus moiii plus Wareeen et tout ceux qui le veuuulent plus Melley, Hyndian et tout ceux qui sont seuuuls ! Allleeeez veneeez !

    Lola commença dès lors à cuisiner un repas simple et léger, qu’ils pourraient tous les deux manger rapidement avant de commencer leurs diverses tâches. Elle arrêta de chanter mais se mit à siffler sa ‘magnifique’ chanson de son air.
    Soaric arriva dans la pièce à ce moment, ma is elle était tellement concentrée mentalement sur la suite de sa chanson qu’elle ne le vit pas arriver.
    Aussi sursauta-t-elle lorsqu’il entoura sa taille de ses bras et déposa un baiser dans son cou. Elle se mordit la lèvre, souriante, et frissonna de plaisir…

    -Bonjour… Susurra-t-il. Bien dormi ?

    La future mère sourit et se tourna vers lui pour l’embrasser longuement. Ils n’échangèrent pas beaucoup de mots, et mangèrent assez rapidement.
    Puis chacun partit de son côté pour effectuer sa tâche…
    Soaric continuait de faire leur meuble, et Lola, quant à elle, s’occupa de réarranger la cuisine. Elle se promit de faire une pièce chaque jour !
    Elle remit la table au centre de la pièce, et trouva dans ses affaires de quoi coudre des petits tissus à mettre sur les chaises, après les avoir évidemment rembourrés. Une fois sa tâche terminée, elle réajusta mieux les meubles pour garder encore un minimum de place, et commença à peindre des petits motifs sur eux. Se serait ‘made in SoLa’ pensa-telle, amusée…Soaric et Lola ! En fait, ils pouvaient peut-être penser à en faire un métier, tous les deux. Il construirait, elle décorerait.
    Enfin, tout ceci après avoir fini la maison. Il ne manquait que quelques ustensiles et éléments de décoration comme tableau, vase avec des fleurs colorées, nappes à la cuisine, choses qu’elle irait chercher au village avec son chéri.
    Elle recula pour admirer son chef-d’œuvre, juste au moment où elle vit Soaric finir un lit. Il s’essuya le front, et elle remarqua qu’il avait ôté sa chemise…Debout près de la fenêtre, elle se garda bien de lui prévenir qu’elle l’admirait de là où elle était !
    Il entra alors dans la cuisine et sourit devant sa ‘nouvelle’ cuisine. Elle devait avouer qu’elle était vraiment fière d’elle…

    -Je vais me rafraîchir et remettre une chemise propre. Ensuite, nous irons au village. D'accord ?

    Lola hocha la tête et décida de l’attendre dehors. Lorsqu’il redescendit, ses longs cheveux étaient encore mouillés…
    Elle se demanda alors (me demandez pas le rapport) s’ils ne devraient pas avoir une étable, avec chèvres, chevaux, vaches, poules,…Bref, de quoi se nourrir pour éviter de faire parfois le chemin du village trente six milles fois. Elle se dit qu’elle aborderait la conversation une autre fois, et serra la main de son futur époux dans la sienne.

    Au bout d’un heure, ils arrivèrent au village. Lola était à fond dans une conversation, expliquant à Soaric comment une fois elle s’en était sortie alors qu’un troupeau de mouton semblait charger vers elle…
    Puis elle se tut lorsqu’il se stoppa net vers une affiche, et son visage devenir sérieux. Elle avisa l’affiche, et son sang ne fit qu’un tour.
    Son portrait était dessiné…Ainsi que celui du jeune archer. Leur tête était affichée dans à peu près tout le village ! Ils ne sauraient jamais se cacher !
    Lola avait terriblement peur…Elle ne donnait à vrai dire par cher de leur peau. Mais son chéri lui pressa la main pour l’encourager, et avança. Elle ne savait rien faire d’autre que l’imiter. Mais elle baissa la tête, et compta sur ses longs cheveux pour dissimuler son visage.

    -Ne t'inquiète pas. Je suis là.

    -A sa place, je m’inquièterais.

    Lola releva vivement la tête. L’aubergiste qui avait mis toutes les affiches était là, devant eux, un sourire malsain aux lèvres.
    Elle secoua la tête, effrayée, et lui dit, pas trop fort pour ne pas attirer leur intention :

    -Ce n’était pas notre faute si votre auberge a brûlé…Et puis, qu’espérez-vous faire avec nous en prison ? Ca ne vous avancera à rien !

    -Pure vengeance…Et puis, Je suis sur qu’après ça, on voudra bien me prêter de l’argent…


    La jeune femme fronça les sourcils. La colère montait en elle, pareille à celle qui l’avait dévorée la veille, pour Soaric.
    Elle s’approcha de l’homme, prit son menton entre ses mains et lui susurra à l’oreille :

    -Enlevez ces affiches…Ou je te promets que tu le regretteras pour l’instant de ta vie…

    L’homme la regarda un instant, légèrement effrayé, puis une lueur d’étincelle brilla dans ses yeux et il se dégagea :

    -Jamais !

    La colère de Lola augmenta encore…Elle ignora Soaric qui essayait de la calmer en lui prenant le bras, et lui donna un énorme coup dans l’entrejambe, en persiflant :

    -Adieu la descendance !

    L’aubergiste s’affaissa en se tenant ben…en le tenant quoi XD et il hurla quelque-chose comme ‘ils sont là ! Venez les prendre !’.
    Mais Lola n’entendait pas.
    Elle venait de se rendre compte de ce qu’elle avait fait. Et elle regardait Soaric dans les yeux, terriblement honteuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 25
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Dim 4 Mar - 23:32

[dis moi si tu n'aimes pas ! Et surtout si tu ne voulais pas ceci comme suite...]


-A sa place, je m’inquièterais.

L'aubergiste était devant eux et les narguaient avec un sourire malveillant. Soaric voulut dire quelque chose, sentant déjà le bout de la colère monter, lorsque Lola dit, pas trop fort :

-Ce n’était pas notre faute si votre auberge a brûlé…Et puis, qu’espérez-vous faire avec nous en prison ? Ca ne vous avancera à rien !

L'autre la regarda et répondit :

-Pure vengeance…Et puis, Je suis sur qu’après ça, on voudra bien me prêter de l’argent…

Soaric sentit les muscles de Lola se tendre et il espéra qu'elle ne fasse rien de trop…précipité. Lui se tenait prêt, au cas où, tout en surveillant les passants. La plupart les regardaient puis détournaient vivement la tête. Par contre, d'autres s'installaient confortablement, comme si c'était un spectacle. Lola continua, du même ton qu'elle avait employé pour lui, tout en tenant le menton de l'aubergiste qui ne semblait pas comprendre :

-Enlevez ces affiches…Ou je te promets que tu le regretteras pour l’instant de ta vie…

Elle était….terrifiante. Et Soaric aimait cela. L'aubergiste n'eut que faire de la menace et dit :

-Jamais !

Alors Soaric vit Lola faire ce qu'il n'aurait jamais cru qu'elle ferait. Ou était capable de faire. Elle donna un vigoureux coup de pied dans l'entrejambe de l'aubergiste en criant :

-Adieu la descendance !

L'autre se plia en deux de douleur. D'un côté, Soaric pouvait le comprendre, cela faisait mal. Mais de l'autre, il l'avait bien cherché. Mais il criait en les pointant du doigt puis en montrant l'affiche, alertant tout le monde. Lola le regardait, une lueur honteuse au fond de ses yeux. Mais Soaric faisait plus attention à autre chose. L'aubergiste tentait de se relever, tout en essayant de respirer convenablement.

Et partout, il entendit des bruits de pas. Beaucoup trop. Énormément. Il serra le manche de sa dague et la sortit de sa ceinture. Il ne se laisserait pas faire ! Ils étaient dos à l'étal qu'ils regardaient, Soaric protégeant de son corps celui de Lola. En plus, elle était enceinte…Il ne devait pas lui arriver malheur. Que ce soit elle ou l'enfant. Il les protégerait. Quitte à mourir. Mourir sans connaître son enfant….

Il chassa cette pensée. Pas question qu'il meurt, tué par ces…gens ! Les citoyens les entouraient, tous armés de fourches, courtes épées, coutelas…et parmi eux, des Gardes, avec de vraies épées. Soaric pointait sa dague partout, mais il y en avait trop. Et il ne voulait pas tuer tous ces gens. Cela ne servirait à rien.

Au loin, dans son esprit, la rage tentait de briser les barrières, de s'infiltrer en lui, de prendre possession de son corps…Non ! Il ne fallait pas ! Il ne devait pas redevenir le monstre qu'il avait été ! Il devait faire quelque chose.

Et la seule chose qui lui vint à l'esprit déchirerait le cœur de Lola…Mais il n'avait pas le choix. Tous ces hommes et femmes réclamaient vengeance pour la perte de l'auberge. D'ailleurs, son ancien propriétaire était aux premières loges, les regardant en souriant…


-Qu'est-ce que cela fait d'être à la merci de tous ? Ricana-t-il.

Il fît une pause et reprit :

-Nous étions à la merci des Ombres. Par votre faute. Heureusement ils n'ont tué personne. Mais l'auberge est détruite. Je n'ai plus de vie. Et vous allez tous les deux le payer.

Les autres citoyens crièrent à l'unisson, montrant leur accord. Soaric prit son courage à deux mains, serra sa dague et dit :

-Et comment va-t-on payer ?

L'aubergiste parut étonné.

-Alors…Je ne sais pas. Une mort lente et douloureuse peut-être ?! Parce que c'est ce qui attend tous les bandits ici !

Soaric déglutit. Son cœur accéléra. Il sentait Lola, derrière lui, trembler. Alors il serra une nouvelle fois sa main. La dernière fois…Il fallait qu'il le fasse. Il y était obligé. Il n'allait pas la laisser mourir…pas maintenant. Il montra bien haut sa dague et dit d'une voix forte et claire :

-Je me rends. Je…j'accepte de vous suivre.

Les citoyens s'entre-regardèrent, étonnés qu'il n'oppose aucune résistance. Soaric reprit, à l'attention de l'aubergiste :

-Mais j'ai une faveur à vous demander. Si votre cœur est toujours bon, lâchez-là. Elle est enceinte. Elle ne mérite pas de mourir alors que tout est de ma faute.

Il sentit nettement le regard de Lola sur lui. Il ne voulait pas la regarder. Ne pas lui montrer ses peurs.
L'aubergiste regarda Lola, puis Soaric, puis les autres qui acquiescèrent de la tête.


-Soit. Tu mourras pour deux alors…Dis-lui au revoir. Tu as une minute.

Un Garde approcha et lui prit violemment sa dague. Pendant qu'on lui attachait les mains dans le dos, Soaric regarda Lola, y lut de la tristesse, de l'incompréhension, un peu de colère…Mais il ignora le tout et admira son beau visage.

-C'est la meilleure chose à faire. Vis ta vie du mieux que tu le peux. Je…je suis tellement désolé…je…je t'aime tant…je…

Il ne put continuer. Les larmes étaient trop près...Il l'embrassa alors passionnément, goûtant encore une fois à ses lèvres…Il ne s'éloigna pas tout de suite d'elle et murmura :

-J'essaierai de me libérer. Mais si...si par malheur je n'y parvenais pas…Dis à notre enfant que son père l'aurait aimé autant qu'il t'a aimé toi…

Le Garde le tira violemment en arrière, tenant la corde qui lui liait les poignets dans le dos et le fît avancer, entouré des citoyens qui criaient vengeance. Il laissa les larmes couler. Son cœur se déchirait en mille morceaux, s'éloignant de Lola…Il ne se tourna plus. Laissa son image dans son esprit. Une image joyeuse. Il la voyait, riant avec son bébé…Il ferma et rouvrit les yeux. Il approchait d'un immense bâtiment en pierre. La prison, sans doute. Combien de fois au cours de sa petite vie avait-il été enfermé ? Il ne comptait plus.

Le Garde entra, le poussant devant lui et referma la porte une fois que l'aubergiste fût lui aussi entré. Il regarda Soaric, avisa les larmes, ricana et dit :


-Pleure pas. Un grand garçon comme toi…

Soaric se retint de le frapper. Il n'aurait pas vraiment pu, les mains liées, mais il aurait tenté.

-Je pense que la mise à mort aura lieue dans deux jours tout au plus. Le temps d'organiser les festivités. De monter l'échafaud. Et pendant deux jours, crois-moi, je me servirai des outils mis à ma disposition pour te faire souffrir…

Soaric resta imperturbable. L'aubergiste pensait avoir tous les droits. Tout ceci pour du bois brûlé. Le Garde le jeta dans un cachot. Par la minuscule ouverture qui servait de fenêtre, avec des barreaux bien sûr, il vit qu'il était même légèrement sous terre. Il regarda la rue, se demandant si Lola était repartie. Il ne vit rien qu'il reconnut.
Il s'assit sur la planche et se laissa tomber contre le mur. Ses mains le heurtèrent violemment. Il ne s'en soucia pas. Il réfléchissait à un moyen pour sortir d'ici. Deux jours. C'était court. Et en plus, si l'aubergiste avait réellement le droit de le torturer à sa guise, il n'aurait pas beaucoup de temps pour échafauder un plan et encore moins le réaliser…

Il continua à pleurer doucement dans sa cellule, pensant à Lola, qui devait souffrir par sa faute…Mais il n'avait pas eu le choix…Il préférait mourir lui plutôt que d'envoyer celle qu'il aime et son enfant au ciel…

Il pria pour qu'elle comprenne son choix. Qu'elle lui pardonne. Qu'elle réussisse à refaire sa vie sans lui, dans le pire des cas….Une maigre lueur d'espoir subsistait toujours, pour qu'il croie qu'il s'échapperait. Sauf qu'il ne voyait vraiment pas comment. Hyndian n'était pas là. Lola ne pouvait pas l'aider, dans son état. Il n'y avait personne…

Il envoya toutes ses pensées vers Lola. Il penserait à elle jusqu'à la dernière minute. Jusqu'à que son dernier souffle s'échappe de sa gorge…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 22
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Lun 5 Mar - 21:17

    Lola s’accrocha au bras de Soaric. Le monde commençait à venir autour d’eux, et des gardes approchaient. Mais qu’avait-elle donc fait ?
    Elle n’osait pas regarder son chéri en face. Elle avait peur qu’il lui en veuille, mais lorsqu’elle enfuit son visage dans le creux de son épaule, il ne bougea pas d’un poil. Il lui passa simplement la main sur son dos, comme pour la protéger.

    -Qu'est-ce que cela fait d'être à la merci de tous ?

    La jeune femme releva la tête, pour aviser d’un air noir l’aubergiste. Il semblait se porter à merveille. Il affichait de nouveau son petit sourire malsain, prêt à se venger sur eux. Mais Lola espérait qu’il pense simplement à les enfermer en prison, ensemble. Une fois leur peine épurée, ils pourraient de nouveau s’enfuir dans leur maison.

    -Nous étions à la merci des Ombres. Par votre faute. Heureusement ils n'ont tué personne. Mais l'auberge est détruite. Je n'ai plus de vie. Et vous allez tous les deux le payer.

    Tous les villageois commencèrent à hurler en cœur, fier du discours de l’aubergiste. Il les accusait d’avoir détruit sa vie…Et il voulait se venger en détruisant la leur ! C’était une accusation odieuse…Mais néanmoins tout à fait humaine.

    -Et comment va-t-on payer ?

    Il haussa un sourcil, étonné. L’artisane quand à elle, tourna la tête vers Soaric. Que voulait-il dire par là ?
    Voulait-il payer ?
    Ou bien…Se rendre ?

    -Alors…Je ne sais pas. Une mort lente et douloureuse peut-être ?! Parce que c'est ce qui attend tous les bandits ici !

    L’archer prit la main de sa futur femme (enfin, si possible vu les représailles) dans la sienne, sentant son petit corps trembler.
    Il n’avait pas le droit de les tuer ! Ils n’avait rien fait, sinon porter malheur à son auberge…Mais il ne pouvait pas tuer pour ça ! Il ne pouvait pas !
    Lola en était révoltée, indignée. Aussi fut-elle considérablement surprise lorsque son amour répliqua :

    -Je me rends. Je…j'accepte de vous suivre.

    Le ‘quoi ?!!’ scandalisé de la jeune femme lui resta dans sa gorge. Ah non ! Ca ne pouvait se passer comme cela ! Ca ne devait pas, même !

    -Mais j'ai une faveur à vous demander. Si votre cœur est toujours bon, lâchez-là. Elle est enceinte. Elle ne mérite pas de mourir alors que tout est de ma faute.

    Elle le regarda dans les yeux, mais lui évitait son regard. Eux, c’était ensemble ou rien, non ? Pourquoi faisait-il ça ?! Elle lui avait dit qu’elle voulait mourir dans ses bras, flûte !
    Et puis il racontait n’importe quoi ! Ce n’était en rien sa faute ! Ce n’était la faute à personne ! Elle aurait vraiment voulu hurler, lui remettre les idées en place…Mais elle n’arrivait pas. Sa bouche était sèche, et elle était incapable de prendre la parole.

    -Soit. Tu mourras pour deux alors…Dis-lui au revoir. Tu as une minute.

    Un garde arriva alors et le désarma, en lui arrachant violemment la dague qu’il avait en main. Ils lui lièrent ensuite les mains dans le dos, et les deux amoureux se regardèrent un long moment en silence.
    Elle ne comprenait pas pourquoi elle avait agi ainsi…Et elle ne voulait pas qu’ils soient séparés ! Pas encore ! D’autant plus que cette fois se serait sûrement pour toujours.

    -C'est la meilleure chose à faire. Vis ta vie du mieux que tu le peux. Je…je suis tellement désolé…je…je t'aime tant…je…

    Sa voix trembla terriblement et il s’arrêta. Ce fut la première fois que Lola le voyait ainsi désolé, triste…Il avait presque les larmes aux yeux.
    Et elle ne pouvait supporter ce spectacle ! Il s’approcha alors d’elle et l’embrassa avec amour, comme si c’était la dernière fois qu’ils se voyaient (ce qui n’était pas totalement faux…). Elle prit son visage entre ses mains, lui rendit son baiser avant qu’il ne reprenne la parole, plus assurément cette fois :

    -J'essaierai de me libérer. Mais si...si par malheur je n'y parvenais pas…Dis à notre enfant que son père l'aurait aimé autant qu'il t'a aimé toi…

    Puis les gardes décidèrent de les séparer, et Lola cria son nom en essayant de le retenir. Mais sa main ne fit qu’effleurer sa joue, sans pour autant réussir à l’arrêter.
    Elle crut apercevoir Soaric pleurer, mais ils l’emmenèrent trop rapidement pour qu’elle ne sache bien le distinguer.

    -Nooooooon ! Nooooooooooooooooooooooon !

    La jeune femme essaya de le rejoindre, se débattit de toutes ses forces lorsque des gardes lui opposèrent résistance :

    -Laissez-moi ! Laissez-moi mourir avec lui ! Laissez-moiiii !

    Ils la repoussèrent, la faisant tomber à la renverse. Elle se retrouva fesses à terre, et ignora la pluie qui commençait à tomber sur les pavés. Lola essaya d’avancer, mais les gens du village eux aussi s’étaient liés contre elle.
    Elle abattit ses poings sur le sol, et ses larmes se mêlèrent à la pluie…Elle continua de crier :

    -Non ! Nooon ! Ramenez-le moi ! Ramenez-le moi ! Je vous en prie…je vous en prie !

    La jeune maman ramena ses mains à ses yeux, étalant de la boue sur son visage. Elle ne voulait pas partir. Elle voulait rester à cet endroit, et attendre que quelqu’un ait pitié d’elle et abrège ses souffrances.
    Elle voulait mourir.

    Lola se releva après un instant. Elle aurait été tout à fait incapable de dire si elle était restée là des minutes ou simplement des heures. Ses yeux étaient secs, incapables de verser une larme de plus.
    Elle traîna des pieds, la pluie battant toujours son plein, mais n’avait pas d’itinéraire. Elle ne savait pas où elle allait. Plus rien n’avait d’importance, à présent.
    À quoi sert la vie si on ne peut plus voir celui qu'on aime ? À quoi bon avoir des mains si on ne peut plus caresser, si on ne peut plus le serrer dans ses bras ? Si son parfum n'est plus dans l'air, à quoi bon même respirer ?(ok je tire ça d’un blog de citation…mais avoue que c’est beau !)
    Puis elle eut une dernière idée.
    Un ultime espoir. On pouvait toujours essayer, après tout, se dit-elle. Après cela, si c’était trop tard…
    Elle secoua la tête, ne voulant pas y penser. Elle verrait bien.
    La jeune femme reprit la lettre adressée à Waren, et ramassa une plume qui traînait sur les pavés. Elle chercha un endroit tranquille, au coin d’un mur. Elle s’y lova et s’entailla les veines…Rien de bien méchant. Mais son sang servirait d’encre.
    Elle n’avait pas d’autres choix, de toutes manières. Aucun villageois ne voudrait l’aider. Elle devait se débrouiller seule.
    L'artisane commença à écrire en bas du papier :

    « Waren. C’est urgent, viens. Rien ne va plus…tout est perdu. Ils ont pris Soaric, et veulent le tuer. Aide-moi, je t’en prie. T’attends au village près des collines. Je serais devant auberge brûlée. »

    Lola n’écrivit pas plus. D’abord parce-qu’elle n’allait pas se tuer en puisant tout son sang, et puis parce-qu’il n’y avait plus rien à dire.
    Elle demanda à un messager de porter la lettre le plus rapidement possible, puis se dirigea vers les débris de l’auberge.
    Elle se trouva un coin acceptable, et s’installa pour attendre l’assassin. Elle ignora la pluie qui battait son plein sur elle, plaquant ses habits sur son corps. Elle ignora le vent glacé qui lui donnait des lèvres bleues…
    Elle ignora la faim qui lui tiraillait le ventre, la soif.
    Plus rien n’avait d’importance, sans Soaric. Plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 25
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Lun 5 Mar - 22:46

La pluie s'accordait bien avec l'humeur de l'Archer. Il regardait les grosses gouttes s'écraser au sol, dans la rue. Il voyait les jambes des citoyens qui se dépêchaient de rentrer chez eux, tout comme il voyait les ouvriers construire l'échafaud. Son échafaud. Il serait pendu le lendemain. Et la nuit qu'il venait de passer avait été horrible. Il n'avait fermé l'œil qu'une demi-heure, pour ne pas dormir correctement, hanté par tout ce qu'il avait vu.

Il était encore plus inquiet parce qu'il ne savait pas ou était Lola. Il ne voulait pas qu'elle assiste à la mise à mort du lendemain. Il ne voulait pas la faire souffrir encore.
Ses mains étaient toujours dans son dos, et il commençait à avoir de sérieuses crampes dans les bras, tordus comme ils l'étaient. Il se retourna du mieux qu'il put lorsqu'il entendit la porte de sa cellule s'ouvrir.

L'aubergiste, Ronan comme il disait s'appeler, entra et referma délicatement la porte. Soaric se redressa, inspira, et fît face du mieux qu'il put.


-Je pense que je vais profiter de ton dernier jour sur terre mon gars… Ricana-t-il, sortant une lourde chaîne d'un sac que Soaric n'avait pas vu au premier abord.

-Allez-y. Ne vous privez pas.

Le sarcasme était son seul moyen de défense. Et cela lui donnait du courage, lorsqu'il voyait l'autre se mettre en colère. Ronan s'avança vers lui et, sans ménagement, lui prit la tête entre ses grosses mains. Il le tourna sous tous les angles, l'observant. Avec un doigt, il toucha la cicatrice à son œil et dit :

-Elle est belle…je crois que je vais l'arranger.

Il immobilisa la tête de l'Archer, pour que le côté droit soit le mieux en vue, et leva le bras. Soaric inspira un grand coup et regarda droit devant lui. Il tenta de ne pas broncher lorsqu'il sentit la chaîne lui mordre le visage, le déchirant, rouvrant la plaie que Lola avait si bien soignée. Il sentit le liquide chaud jaillir à flot, couler le long de sa joue.

Ronan ricana. Le deuxième coup lui mordit le ventre, le troisième les jambes. Il ne gémit pas, ne dit rien. Absolument rien. Cet homme pensait être puissant, torturant un autre homme alors qu'il n'y avait aucun intérêt dans cet acte. Il pensait tellement à Lola…


-Bien. Tu auras un peu mal. Mais pas longtemps. Demain midi, tout sera terminé. Je reviendrais un peu plus tard. Tu as un côté gauche aussi…

Soaric ne le regarda pas s'en aller, mais entendit la porte s'ouvrir et se refermer. Il se remit face à la fenêtre. Les gens construisaient toujours encore l'édifice. Il avait arrêté de pleuvoir. Et il y avait de nouvelles affiches, mais il ne distingua rien. Son œil droit refusait de se rouvrir. Et le gauche ne voyait que celle qu'il quittait à jamais…
Il n'espérait plus grand chose. Demain, tout serait fini. Sa vie s'achèverait là. Sur la place. Au bout d'une corde. Au moins, il laissait un souvenir à Lola…son enfant…

Ses jambes étaient engourdies, son ventre le tiraillait. Il avait soif. Soif de vengeance. Une grande part de lui-même lui disait de laisser place à la rage. De la laisser le sortir de là. Mais il ne voulait pas. Il ne voulait pas mourir en étant un monstre. Il avait promis à Lola de ne plus jamais lui montrer ce visage cruel. Et il tiendrait sa promesse. Jusqu'au bout. Jusqu'à la fin.
Il se releva tant bien que mal, mit difficilement un pied devant l'autre, s'assit sur la planche qui servait de lit. Le monde n'était que souffrance… (Citation…)

Il se réveilla. Il ne savait pas combien de temps il s'était assoupi. Il n'avait rêvé de rien. A moins qu'il ne se soit évanoui. Et non endormi. Il parvint à ouvrir les deux yeux, mais l'un d'eux ne voyait pas grand chose… Il s'était réveillé par le bruit de la porte. Il revenait donc…


-Bon. Il va faire nuit. Une dernière pour la route, et l'on se revoit demain…

-Je m'en fiche.

-Tu quoi ?

-Faites ce que vous voulez. Votre auberge ne réapparaîtra pas après ma mort.

-Peut-être, mais l'on me donnera suffisamment d'argent pour la rebâtir. Arrêter des bandits est récompensé, dans ce village.

Il se pencha et sortit un autre outil. Fumant celui-ci. Il allait le…brûler au fer rouge ??! Soaric le regarda en fronçant les sourcils.

Pour toute réponse, l'aubergiste sourit sournoisement et posa violemment le fer sur son bras gauche. Soaric retint un cri. Etre frappé, d'accord, fouetté, ok, torturé par tout autre moyen, il acceptait. Mais être brûlé ainsi…non…il ne parvenait pas à arrêter la douleur. La chaleur montait dans son bras, redescendait dans ses jambes, circulait partout. Et Ronan appuyait sans relâche, comme s'il voulait que le pochoir s'incruste dans sa peau…

Puis, d'un coup, la chaleur diminua. Soaric redressa la tête vers Ronan qui lui faisait face.


-Plus assez chaud...dommage. Bon. Un dernier et je m'en vais.

Il abattit son poing sur le visage de l'Archer et s'en alla, le laissant retrouver ses esprits dans le noir de la prison. La rage avait failli jaillir. Elle avait touché la limite. Mais une fois encore, l'image de Lola l'avait fait reculer…

Il se contorsionna pour voir qu'elle marque était apposée sur son bras. Un mot. Un seul. "Bandit". Sans doute ce qui serait écrit sur sa tombe aussi. S'il en avait une. Il se coucha à nouveau. Il n'avait rien à faire et tous les plans qu'il avait imaginés étaient irréalisables. Sortir de la cellule en assommant Ronan, oui, mais ensuite il fallait sortir de la prison elle-même. ET ce n'était pas une simple grotte.

Il plongea dans les souvenirs heureux qu'il possédait. Ceux ou il embrassait Lola. Ceux ou il la serrait dans ses bras. Ceux ou il était avec elle, tout simplement...

Le lendemain serait le dernier…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waren
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Mar 6 Mar - 2:35

J’étais de nouveau retourné à Niox, je voulais être absolument certains qu’il n’y aurait plus de menaces à causes des Ombres qui rodaient dans le coin. Il n’y avait, à priori plus aucunes traces de leur présence. Mais je restais tout de même là-bas pour la nuit. Je tenais à être sûr que cette histoire était définitivement réglée. J’avais donc opté pour une minuscule auberge à l’écart du centre-ville. Je ne tenais pas spécialement à attirer l’attention sur moi, de plus, si les Ombres étaient toujours présentes, elles n’auraient aucun mal à retrouver ma trace, même dans cette auberge. Les nouvelles circulaient très vite, nous avions encore pu le constater lors ma dernière mission à Niox, en un rien de temps les Ombres avaient eut vent de la présence de Melley et moi dans une auberge du centre-ville. Heureusement, cette fois-ci encore, nous nous en étions plutôt bien sorti. Il y avait eut des pertes, certes, mais c’était bien souvent le prix à payer pour réussir une mission. Sinon, devenir Assassin serait à la porté de tous. Or, ce n’était, bien évidemment, pas le cas. Et je tenais, comme toujours, à mener mes missions jusqu’au bout, celle Niox y compris.
Je restais donc au bar de ma petite auberge, en guettant toute personne qui pourrait me paraître suspecte. A Niox, il fallait se méfier de tout le monde ! Même des gardes… Je gardais donc un œil vigilant sur la porte d’entrée, seule source de lumière de l’endroit miteux. Je dois bien avouer, que j’aurai tout de même plus trouver une auberge un peu plus sympathique. Car quitte à devoir y passer du temps, autant choisir un endroit agréable. Malheureusement, être Assassin encourrait quelques sacrifices essentiels à une réussite totale.
Je me jète discrètement un coup d’œil en direction de la porte alors que celle-ci se referme sur un petit garçon. J’attendis encore quelques secondes, mais aucune autre personne ne vint suivre le garçonnet. Il traversa les quelques mètres qui le séparait du bar, avant de prendre place près de moi, où se trouvait la dernière place assise. Il était très jeune, pas plus de cinq ans à première vue. Peut-être même un peu plus jeune. Il semblait fatigué, triste et complètement désorienté.
L’aubergiste vint le voir pour savoir ce qu’il commanderait, mais il ne commanda rien. Je supposais que ses parents ne devaient pas avoir les moyens d’élever l’enfant, et que pour toute occupation, celui-ci traînait les auberges à la recherche de je-ne-sais-quoi. Pris d’un élan de générosité je commandais un grand verre de lait avec une pâtisserie au grand étonnement de l’aubergiste, qui m’apporta néanmoins ma commande sans tarder. Elle partit servir un vieux soûlard à l’autre extrémité du comptoir sans pour autant effacer la surprise de son visage. D’un geste léger de la main je poussais le verre et la pâtisserie devant le petit garçon. Et leva ses grands yeux bleus vers moi, j’hochais légèrement comme pour lui assurer que tout ça lui était bien destiné. L’aubergiste sembla même soulagé que le verre de lait ne soit pas pour ma consommation personnelle… L’enfant bu une longue gorgé de lait avant de s’attaquer à sa pâtisserie. Il semblait affamé. Et je pouvait apercevoir des larmes séchées sur ses joues.


-Dis moi, où sont tes parents ? Je suppose qu’il ne t’on pas laissé venir ici seul et affamé comme tu l’es…

Il fini d’avaler sa boucher de gâteau avant de me regarder.

-En fait, mon papa…ben il travaille, c’est un soldat tu sais, mais ça fait très longtemps que je l’ai pas vu. Et ma maman…Ma maison à brûlée…C’est à cause des méchants monsieurs en noirs ! C’est leur faute. Alors je suis partis en courant, parce que je cours vite moi, et pas eux ! Et puis je suis revenu, mais j’ai peur des méchants monsieurs, alors je me cache ici. Merci de m’avoir donné tout ça ! C’est trop gentil. Mais vous êtes quoi un Assassin ? …Vous allez me tuer ? Ou vous tuez que les méchants monsieurs en noirs qui brûlent les maisons ? Parce qu’eux sont vraiment pas gentils ! Mais moi je suis pas un méchant hein !

Il fini son verre de lait avant de reprendre, toujours au même rythme.

-Mais…tu es un gentil toi ? Pasque tu m’as donné du lait et un gâteau. Et les méchants ils font pas ça. Alors ça veux dire que tu vas pas me tuer ? Pasque je veux pas mourir moi… J’ai que 4 ans ! Mais comme je fini toujours ma soupe, ben je suis grand comme ceux de 5 ans ! Et je cours très vite aussi. Et tu t’appelles comment ? Moi je m’appelle Logan Dansen.

Je n’avais pas eu le temps de dire quoi que ce soit durant sa prise de parole. Cet enfant était tout simplement incroyable. A vrai dire, je n’avais jamais vu quelqu’un d’aussi petit parler autant. Il était vraiment très intelligent, j’en étais certain !


-Hé bien jeune Logan, je suis Waren et non je ne suis pas "un méchant monsieur en noir". Au contraire, je vais te protéger contre ses hommes qui t’on fait du mal à toi et ta maman.


Sans prévenir il se jeta littéralement dans mes bras, manquant de peu de nous faire tomber à la renverse tout les deux. Ce petit garçon était totalement adorable. Et très courageux pour son âge, bien que je doutais qu’il ait réellement compris ce qu’il c’était passé…

-J’avais raison, t’es pas un méchant ! T’es vraiment trop gentil Waren. On est copain maintenant hein ? Pasque j’ai pas vraiment de copain ici, sont tous pas très gentils.

Je réglais l’addition en laissant un généreux pour-boire à l’aubergiste sur le comptoir, avant d’attraper la main du petit garçon tout en avançant vers la sortie.

-Oui, dès à présent nous sommes "copains" petit Logan, lui dis-je avec un petit clin d’œil.

-Je suis pas un petit, répliqua-t-il avec une petite moue boudeuse.

-Très bien, très bien ! Alors vient bonhomme, nous devons partir.

-Où on va Waren ? Pasque moi j’ai plus ma maison, et j’ai perdu mon papa et ma maman. Mais j’aime pas rester tout seul, ça fait peur.

-Ne t’en fais pas, je t’emmène avec moi. J’ai reçu une lettre il y a peu, d’une jeune femme que j’ai rencontré ici, à Niox, il y a quelques mois, elle a besoin de …

-C’est ton amoureuse ?!, me demanda-t-il tout excité.

-Si tu m’avais laissé poursuivre tu aurais su qu’elle m’avait fait parvenir une missive dans laquelle elle me demandait de venir chez elle pour que je puisse lui apporter mon aide. Et non, ce n’est pas mon amoureuse, elle a déjà une homme dans sa vie, je ne l’ai pas encore rencontré, mais ce sera une bonne occasion pour faire connaissance. Tu verras, elle est vraiment très gentille, et je ne doute pas qu’elle craquera assurément sur ta petite frimousse. Mais il nous faut nous hâter. Nous devons les rejoindre très rapidement.

Nous fîmes le reste du voyage en silence. Logan brisait parfois ce silence auquel j’étais habitué, pour me poser toute sorte de questions, sur ma vie ou sur ce qui se trouvait autour de nous. Cet enfant voulait toujours tous savoir, mais il posait des questions très judicieuses. Les quelques jours de voyages que nous fîmes nous avaient permis d’apprendre à nous connaître. J’avais même fini par m’habituer à cette présence à mes côtés. Jusqu'à présent, je n’avais jamais songé à devenir père. A vrai dire, pour moi, devenir père signifié trouver une femme avec qui je passerai le reste de ma vie, ou du moins une bonne partie, moins de libertés et beaucoup de responsabilités. Voyager avec Logan était une chose, avoir un enfant à moi, s’en était une toute autre. Nous arrivâmes, après une journée complète de marche, à Asperance. Je portais le petit garçon fatigué par notre longue marche à laquelle il n’était pas encore habitué. Il fut surpris qu’au lieu de nous rendre au centre du village, comme toute personne l’aurait fait, je me dirigeais du côté des collines. A la recherche d’un auberge brûlée le point de rendez-vous que lui avais laissé Lola dans sa missive. Logan dû comprendre à mon regard, que c’était très important, aussi il garda le silence sur le chemin menant aux collines.
Soudain, nous aperçûmes la fameuse auberge. Elle semblait avoir brûlée quelques mois auparavant. J’aperçu rapidement une forme affolée contre un mur que je reconnu comme étant Lola. Elle semblait abattue, voir même morte de l’intérieur. Après tout, Soaric avait été fait prisonnier.
Je déposais Logan au sol et lui demandais de partir chercher de l’eau. Je lui tendit une petite somme d’argent avant d’ajouter qu’il devait également s’acheter de quoi manger. Après lui avoir recommandé de faire bien attention à lui, et de revenir au moindre problème, je reportais mon attention sur Lola.
Son visage était couvert de boue dans laquelle on pouvait voir les traces qu’avaient laissé toutes ses larmes. Elle semblait complètement vidé. Je retiré vivement ma cape et l’attendis sur elle. Toute cette pluie devait la rendre malade et encore plus faible qu’elle ne l’était déjà. L’auberge était complètement brûlée, je ne pouvais donc pas l’y abriter. De plus, l’équilibre précaire de ce qui y resté ne m’inspiré pas suffisamment confiance pour m’y aventurer avec Lola. A présent, il fallait attendre le retour du bonhomme avant de pouvoir changer d’endroit. Je m’asseyais contre le mur auquel Lola était adossée, et mis sa tête sur mes jambes. Cela eut pour effet de la réveiller.


-Chut, ne bouge pas. Dis moi, que c’est- il passé exactement ? Je suis très inquiet sur ce qu’il ce passe ici. Mais, sache que tu peux compter sur mon soutiens à présent. Je suis là, et je compte bien t’aider à traverser tout cela.

[Prévenez moi si ça ne va pas, j'ai du modifier un peu suite à la réponse de Lola XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 22
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Mar 6 Mar - 18:41

    Lola était au milieu d’un songe…Un merveilleux songe qui vira au cauchemar…
    Elle était là, aux côtés d’une petite fille. Son ventre était rond, présageant un deuxième enfant en cours de route. Soaric était présent aussi, mais il était en train de se baigner dans une magnifique rivière à l’eau si pure qu’elle en était transparente. Il fit un signe en direction de la petite, qui courut jusqu’à lui…Ils barbotèrent ainsi un instant, heureux,
    Puis le ciel s’obscurcit, devenant aussi noire que du charbon. Le temps se rafraîchit, et Lola se mit à grelotter, avisant son chéri…qui n’était plus qu’un tas de glace, comme sa fille. Ils étaient tous les deux congeler. Elle voulu courir en leur direction, mais ses jambes étaient lourdes, incapables d’avancer rapidement. Puis des hommes vêtus de noir sortirent de tous les côtés inimaginables et l’encerclèrent…L’un d’eux s’avança et enleva sa capuche : c’était l’aubergiste. Il leva son épée, l’abattit d’un coup sec et…
    La jeune femme se réveilla en sursaut. Son cœur battait la chamade, et elle ne comprit pas d’abord où elle était, et pourquoi sa tête était couchée sur quelque chose de super confortable…Elle leva les yeux et aperçut Waren.
    Waren ?
    Qu’est-ce qu’il faisait ici ?
    Puis tout lui revint : les affiches, l’aubergiste, la pendaison…Elle voulut se relever, paniquée, mais l’assassin lui caressa les cheveux et commença à parler :

    -Chut, ne bouge pas. Dis moi, que c’est- il passé exactement ? Je suis très inquiet sur ce qu’il ce passe ici. Mais, sache que tu peux compter sur mon soutiens à présent. Je suis là, et je compte bien t’aider à traverser tout cela.

    Lola se dégagea de son étreinte et essaya de relever, en vint. Elle était devenue trop faible pour pouvoir effectuer le moindre geste…Il fallait qu’elle mange quelque-chose…mais sauf si Waren s’était transformé en frigo à pattes, elle ne voyait pas comment.
    Il la soutint avant qu’elle ne tombe et la tourna vers lui pour qu’elle le regarde…Mais elle baissa les yeux et murmura, sans vie :

    -Tout est ma faute…Tout est ma faute….

    Les larmes de la veille reprirent, mais la différence était que cette fois elle avait quelqu’un pour les essuyer…
    Il l’a prit doucement dans ses bras et elle s’expliqua enfin :

    -Hier…Soaric et moi devions venir au village pour acheter de quoi meubler notre maison…Mais…mais y’avait des affiches avec nous dessus…l’aubergiste de l’autre fois voulait notre mort !

    Il ne devait sans doute avoir aucune idée de quelle aubergiste elle voulait parler. Waren ignorait tout de la plus qu’amitié qu’elle avait eue avec Eghir, et le jour où ils étaient enfermés à trois avec Soaric dans l’auberge du gars. Il ne savait pas qu’elle avait brûlé, et qu’ils avaient ainsi détruit la vie d’un homme….Mais elle ne voulait pas lui en parler. Pas maintenant…

    -Je…je me suis emportée…j’ai frappé l’aubergiste (je n’expliquerai pas où en détail XD), et il nous a fait arrêté…Mais Soaric s’est rendu pour nous d’eux et il va mourir aujourd’hui…Oh Waren, fais quelque-chose, je t’en prie !

    L’artisane s’écarta à nouveau de son futur sauveur, et remarqua qu’un adorable petit garçon les observait, chargé de victuailles. Il devait avoir cinq ou six ans, et possédait des cheveux bruns très clair, limite blond, et des yeux bleus profonds.
    Sa petite bouille attendrissante le fixait avec de grands yeux ronds. Elle se força à sourire et chuchota pour Waren :

    -Qui est-ce ? Ton fils ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 25
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Mar 6 Mar - 23:41

[j'espère que c'est bon ! dites si cela ne vous convient pas ou si je suis trop rapide ou autre...]


Il y était. Le dernier jour. Ou plutôt, les dernières heures. Soaric était toujours assis sur la planche, soupirant. Il n'avait rien trouvé pour s'évader. Il laissait Lola seule. A tout jamais. Le bout de sa route était là. Et pourtant, il ne voulait pas s'arrêter. Pas maintenant. Quelques années auparavant, cela ne lui aurait rien fait, puisqu'il n'avait rien ni personne à qui se raccrocher dans la vie, mais là, aujourd'hui, tout avait changé. Littéralement.

Il tourna la tête vers la minuscule fenêtre. Les gens s'attroupaient, il entendait le bruit de leurs conversations. Elles avaient l'air joyeuses…Son œil droit était ouvert, mais ne voyait plus rien de net. Tout était flou, constamment. Si par miracle il parvenait à éviter la mort, il serait borgne. Malgré les soins de Lola.

Il ne sentait plus non plus la marque sur son bras. Il la regardait de temps en temps, comme pour se souvenir. Souvenir de quoi ? Il ne savait plus lui-même.

Il se leva précautionneusement. Marcher un peu. Pour ne pas être maladroit après. Il se montrerait le plus digne possible. Le soleil était haut dans le ciel. Dans peu de temps, tout s'arrêterait là. Sur la place.

Il stoppa ses pensées, les bloqua. S'il pensait trop à cela, il se remettrait à pleurer. Et il ne voulait pas leur faire plaisir. Il se mit face à la porte qui venait de s'ouvrir.

Le Garde de la dernière fois entra, le regarda avec un air inexpressif, attacha la corde aux poignets liés, et l'entraîna à l'extérieur. Il le guida devant la prison. Le soleil l'aveugla et il ferma les yeux. Les rouvrant, acclimatant celui qui voyait nettement, il regarda la place sans se montrer trop curieux ou nerveux. Toute la population était regroupée, amassée en groupes qui se turent en le voyant surgir. Il vit les affiches mieux. Elles le représentaient, seul, avec l'annonce de la pendaison, le jour, l'heure, tout. Comme un spectacle…

Le Garde le poussa pour qu'il avance. Il n'avait pas remarqué qu'il avait ralenti. Il le fît monter sur l'édifice, une énorme construction en bois, en hauteur. Deux grandes poutres à droite et à gauche soutenaient le tout. Au milieu de la poutre du dessus était attachée une corde, le nœud coulant prêt à être passé au cou de la victime. Soaric déglutit. Le Garde le fît monter les quelques marches et le plaça sur une sorte de trappe sous la corde. Il voyait tout le monde, d'en haut. Tout. Il chercha du regard, vainement, désespérément. Un homme vint se mettre devant lui. Ronan. Il prit la corde et la lui passa au cou, son éternel sourire toujours peint sur son affreux visage. Il lui murmura :


-J'ai l'honneur d'abaisser la trappe, mon gars…

Soaric ne répondit rien. Mais jura intérieurement. Il sentait le chanvre de la corde sur sa peau. Son cœur accéléra. Là-bas. Elle était là. Devant l'échafaud. Soaric la regarda, forçant son œil droit à la voir tout aussi nettement que le gauche.
Il n'avait pas fière allure, avec le sang sur son visage, mais cela n'avait que peu d'importance, puisque tout allait finir. Il plongea ses yeux dans le bleu océan de ceux de Lola, sentit son parfum, fixa son visage dans sa mémoire, à jamais.
Mais elle souriait. Elle…souriait. Pourquoi ? Avait-elle déjà surmonté l'épreuve ? Pensait-elle déjà au lendemain ? Ou...non. Pas elle. Elle ne ferait pas cela. Non. Elle souriait pour qu'il ne la voie pas pleurer. Tout comme il restait neutre pour ne pas fondre.

Un homme se plaça devant lui, mais de côté, pour que tous puissent continuer à le voir et dit :


-Citoyens ! Aujourd'hui, justice est rendue ! Aujourd'hui, le bandit paye ! Aujourd'hui, sa vie s'arrête !

Il se tourna vers Soaric et dit :

-As-tu quelque chose à dire avant de trépasser ?

Il ne s'attendait certainement pas à cette réponse :

-Oui.

Sa voix n'avait pas tremblé. L'autre cilla et dit plus fort :

-Écoutons ses dernières paroles, mes amis !

Soaric regarda l'assemblée, l'oublia, se concentra sur Lola.

-Lola. Je serais partout pour toi. Je ne t'oublierais jamais. Partout ou tu seras, je serais. Je t'aime et t'aimerais toujours…

Il se tut. Tout était dit. Mais elle souriait toujours légèrement. Comme si elle savait qu'il ne mourrait pas. Mais qui aurait-elle pu trouver en un espace temps si réduit ? Mais son cœur voulait aussi y croire. Croire qu'il survivrait.
L'homme s'exclama :


-Voilà qui est touchant. Mais il est l'heure. Ronan, si vous voulez bien…

Il avait prononcé la dernière phrase en se tournant vers l'aubergiste qui, un sourire aux lèvres, actionna le levier.

Fermant les yeux, Soaric se sentit tomber, puis il sentit son corps s'immobiliser, la corde lui serrer le cou, de plus en plus, empêchant l'air d'arriver aux poumons…

Puis, d'un coup, il tomba. Net. L'air afflua à nouveau dans ses poumons. Il respira un grand coup et rouvrit les yeux. Il était fesses contre terre, sous l'édifice. Il leva la tête. La corde avait été tranchée. Par…un couteau. Un petit couteau de lancer. Et il n'y avait qu'une classe pour réussir ce genre de lancer. Il y avait un Assassin dans les parages ! Mais pourquoi lui avoir sauvé la vie ?

Ne parvenant toujours pas à imaginer le seul fait qu'il était en vie, il se releva, titubant, et sortit de l'ombre de l'édifice. Aussitôt, des Gardes l'entourèrent. Évidemment, c'était trop beau. La population criait de colère. Et, levant la tête, sur l'édifice, une cape blanche. C'était bel et bien un Assassin…Les Gardes furent inattentifs un court instant. Que Soaric mit à profit pour s'en aller. Il ne marchait pas spécialement droit, avait les mains liées dans le dos, la corde au cou, mais il s'en allait. En vie. Il voulait la retrouver. L'enlacer. L'embrasser. Les Gardes le virent et voulurent le poursuivre, mais l'homme qui avait ordonné à l'aubergiste d'abaisser le levier les retint. L'Assassin avait parlé en sa faveur…

Il avait une énorme dette envers cet inconnu. Mais pour l'heure, il devait chercher Lola. Qui apparut comme par magie devant lui, souriante, les larmes aux yeux. Elle lui sauta au cou, l'embrassant partout, lui rendant les baiser. Puis, elle enleva la corde de son cou, la jeta loin dans la rue, et s'occupa de lui délier les mains. Soaric bougea doucement les poignets. Ils étaient bien rouges. Mais il était si heureux…Délicatement, comme dans un rêve, il prit la nuque de Lola entre ses mains, s'approcha, et l'embrassa. Le plus long baiser qu'il lui avait jamais donné. Cette fois, il était passé vraiment très près de la mort. Trop près même.

Lorsqu'ils se séparèrent, Lola continua à le fixer. Lui essaya. Il ne voyait que le côté gauche correctement…Et cela le gênait…Il ne dit rien.
Aussi soudain que l'apparition de Lola, un enfant se planta près d'eux. Il devait avoir quatre…voir cinq ans, tout au plus. Il avait une chevelure châtain clair et un visage angélique, renforcé par ses yeux bleus profonds. Il ne le connaissait pas, mais le petit semblait connaître Lola. Il sourit et haussa les épaules. Plus tard les questions.

La foule commençait à se disperser, déçue. L'aubergiste, tout aussi énervé, s'en alla, jurant tout haut. Bah, qu'il se console, il avait eu le droit de le frapper pendant deux jours et ne s'en était pas privé…L'Assassin les rejoignit bien vite, arborant une assurance sans faille. Soaric le regarda et dit :


-Je vous dois la vie. Je ne vous remercierais jamais assez.

L'Assassin ne bougea pas. Lola et l'enfant non plus. Il était en vie. Il respirait ! Son cœur recouvrait peu à peu le rythme normal. Soaric ferma les yeux et les rouvrit, pour être bien sur de ne pas rêver. Mais ils étaient toujours là. C'était réel. Parfaitement réel. Il ne savait plus quoi dire. Il voulait…rentrer, en compagnie de Lola, avec l'enfant et l'Assassin. La moindre des choses était de leur offrir le gîte et le couvert pour un temps. Ils se mirent à marcher doucement.

Le soleil brillait, comme un ange veillant sur ses enfants abandonnés…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waren
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Jeu 8 Mar - 3:26

[Désolé d'avoir été long à répondre, mais c'est enfin fait ! Dites le moi si ça ne convient pas Wink]

J’écoutais attentivement Lola. Je ne disais absolument. Qu’aurai-je pu dire à tout cela ? Aucunes paroles n’auraient pu retenir toutes ses larmes. Et surtout, j’étais bien trop occupé à réfléchir. Il me manquait énormément d’informations. Et, en tant qu’Assassin, j’avais l’habitude de recueillir le plus d’informations possible afin de pouvoir anticiper la suite des événements. Or, Lola, dans son état actuel, ne pourrait rien m’apporter de plus. J’allais devoir trouver les réponses à mes questions seuls tout en espérant que la chance serait avec moi pour la suite…
Je fut sorti de mes pensées par le retour du petit Logan. Ses bras était chargé et son petit sourire satisfais me prouvaient qu’il n’avait pas eu d’ennuis sur la route. Lola quant à elle fut surprise de l’arrivé du bonhomme. Après un instant elle me chuchota à l’oreille :


-Qui est-ce ? Ton fils ?

Je me mis à sourire, je comprenais sa question. Après tout, il aurait tout à fait pu être mon fils ce bonhomme, même si nous ne nous ressemblions absolument pas.

-Oh Lola je te présente Logan, bonhomme, voici Lola, la jeune fille dont je t’ai parlé sur la route. Et, non, Logan c’est pas mon fils, bien que, je te l’accorde, il pourrait tout à fait l’être. Mais, je t’expliquerai son histoire plus tard. Nous avons plus urgent à faire pour le moment. Logan et toi allez manger pendant que je vais rapidement dans le centre du village pour tenter de trouver des informations utiles.

J’ouvris mon sac et en sortis une large cape blanche que j’étendis sur les épaules de Lola et Logan.

-Je serais rapidement de retour, je te confie Lola bonhomme.

Je le vis acquiescer fière de la tâche que je lui confier. J’espérais seulement pour Lola qu’il ne se mette pas à trop parler…Car j’avais largement pu constater sa tendance à beaucoup, beaucoup, beaucoup parler. Au moins, ils feraient connaissance, et Lola pourrait se changer les idées l’espace d’un moment. Je partis donc vers le centre de la ville. Il n’y avait personne par ce temps mais je vis, effectivement, plusieurs affiches placardées sur des murs, sur lesquelles ont pouvait voir le visage de Lola et celle d’un jeune homme, que je supposais être le fameux Soaric. Je pu lire sur ses affiches que Lola et Soaric, qu’ils étaient activement recherchés pour avoir causé la destruction d’une auberge. L’auberge "Folamour", précisément celle où j’avais laissé Logan et Lola… Désormais je comprenais mieux la décision de ce lieux comme point de rendez-vous. Apparemment il s’agissait d’une attaque d’Ombres, ici aussi.
J’entrais dans une auberge où il resté encore quelques clients, visiblement pas pressé de sortit et affronter cette pluie. L’endroit était presque aussi glaciale de dehors, et tout y était silencieux. Je m’approchais donc du comptoir où une jeune femme attendait patiemment. Elle était assez jeune et jolie, tout à fait dans mes cordes. Je pris place face à elle avant d’engager la conversation en commandant un grand verre d’eau qu’elle m’apporta rapidement. Derrière elle, était encore collé l’une des affichettes. Je poursuivis donc en désignant l’affiche d’un signe de la tête.


-Je les ais croisés il y a quelques jours déjà… De combien est la récompense pour leur capture ?

-Oh, plus la peine de se fatiguer ! L’homme à été arrêté hier, ici même d’ailleurs, quant à la femme, elle a pu partir. Dommage…


-Dommage en effet… Et où est-il retenu ? J’ai également un compte à régler avec ce type, et puisqu’il va, je le suppose en tout cas, être exécuté…

-Il est enfermé à la prison à l’Est de la ville à ce que je sais. J’espère pour vous que vous pourrez vous venger, ajouta-t-elle avant de retourner servir un de ces clients légèrement trop ivre.

Je sortis rapidement de l’endroit et me dirigeais tout de suite vers l’auberge brûlée, avant de rebrousser chemin et aller en direction de la prison. Il fallait que j’aperçoive l’endroit avant de retourner auprès de Lola et Logan. Sur le chemin je vis une nouvelle affichette où figuré le visage de Soaric, seul cette fois-ci, il serait exécuté dès le lendemain. Il ne me resté plus beaucoup de temps. J’accélérais le pas. La prison se trouvait sur une grande place. Sur cette place avait été monté en hâte un échafaud où serait pendu Soaric. J’observais les alentours à la recherche d’une idée pour libérer le condamné. La place était entourée de hauts bâtiments abritant des artisans, une auberge, quelques habitations et plusieurs commerces. Dans un recoin je vis un commerce laissait à l’abandon. Son propriétaire devait soit déjà être partis, soit ne pas prêter attention à sa bâtisse. J’escaladais rapidement le mur en m’aidant des différents rebords à ma porté avant d’arriver sur le toit. Il semblait assez solide pour que j’y tienne. Je me déplaçais de toit en toit afin de me rapprocher du centre de la place où était dressé l’échafaud. Je m’arrêtais sur le toit d’un commerce de textile. Là, l’angle était idéal. J’étais certains qu’ici je ne manquerai pas ma cible. De plus, la cheminée à l’arrière me permettrait une fuite discret en cas de besoin. Je m’élançais vers le vide et fis une roulade avant de toucher le sol. L’endroit était parfait car je pouvais également arriver rapidement sur l’échafaud pour agir, toujours en cas de besoin. C’est fier de moi que je fis demi-tour, en prenant garde de ne pas me faire suivre.
La pluie avait finie pas cesser, et je rejoins rapidement Logan et Lola qui s’étaient endormis en mon absence. Mais j’étais incapable de trouver le soleil tant mon esprit analysé la situation à laquelle je ferais face le lendemain. Je n’aurais pas de seconde chance, aussi je m’éloignais légèrement de l’auberge. Je me mis à bonne distance d’un arbre au tronc massif et sortis ma dague.


__________________________________________________________________

Lola fut la première à se lever, en même temps que le soleil. Je lui offrit un morceau de pain rassit, je n’avais, malheureusement, rien de mieux à lui proposer pour le moment. La pluie avait définitivement cessée, heureusement. On pouvait encore voir la trace des larmes…


-J’ai une nouvelle qui va te rendre très heureuse.

Je vis dans ses yeux une lueur d’espoir, ce qui m’incita à poursuivre.

-Hier soir, je suis allé jusqu'à la prison où se trouve Soaric. Et je sais désormais comment le sauver.

Elle se jeta aussitôt dans mes grands tout en me répétant plusieurs fois "merci".

-C’est fini maintenant, tu n’as plus à avoir peur. Je vais tout arranger. Je réveille le bonhomme et nous allons pouvoir nous mettre en mettre. Ils pensent s’occuper de Soaric ce matin même, mais ils ne s’attendent certainement pas à ce que j’intervienne.

J’avais soigneusement évité les termes "tuer" et "exécuter". Je ne voulais pas voir son sourire timide disparaître aussi vite qu’il était apparu. Je réveillais doucement Logan, qui, à mon grand étonnement, se leva rapidement sans broncher. Je revêtis ma cape et pris le petit Logan dans mes bras. Le pauvre enfant était encore fatigué et avait encore les membres endoloris à cause de sa nuit. Je suppose que les personnes qui nous observait nous prenais pour l’une de ses nombreuses familles qui se rendaient à l’exécution de Soaric. Il y avait déjà pas mal de personnes attendant sur la place. Je déposais Logan à côté de Lola où je savais qu’il serait en sécurité avant de partir en direction de la prison. J’attendis quelques minutes. Je savais à présent lequel de ses hommes donnait les ordres. Je le suivis discrètement et l’abordais dès qu’il fut seul dans un couloir. Je le plaquais durement contre le mur de pierre en plaçant ma lame sous sa gorge.

- Ce n’est pas un peu beaucoup pour une simple auberge ? Combien vous a-t-il acheter pour tout cela hein ? Une coquette somme je présume… Mais, maintenant, nous allons jouer avec mes règles. C’est très simple, vous allez vite comprendre. Sa vie ou votre vie ? Laquelle est la plus importante ? La votre bien sûr. C’est pourquoi cet homme ne mourra pas aujourd’hui, tout comme vous, si vous vous tenez tranquille.

Je le lâchais avant d’ajouter.

-Je vous surveille, et vous devez savoir que nous, les Assassins, n’avons qu’une seule parole…

Son expression valait tout les mots du monde. Il était terrorisé. J’étais donc certains qu’il ne ferait rien qui contrecarrerai mon plan. Je retournais vers la foule, abandonnant l’homme à ses sombres réflexions. Je grimpais rapidement sur le toit du commerce à l’abandon et me rendis sans hésitations sur le toit que j’avais repéré la veille. Rien n’avait changé depuis la veille, mis à part la corde qui devait servir à pendre le condamné. Ce dernier sortis justement après quelques minutes d’attente. Je sortis mon couteau de sous ma cape. J’étais à présent parfaitement sûr de moi. Je réussirai mon coup. Et Soaric rentrerait vivant avec Lola.
Le jeune homme, qui s’avançait à présent face à la mort, semblait assez amoché. Même de loin je distinguais que les gardes n’avaient pas été tendre avec lui. Mais au moins il était toujours en vie. Le pauvre homme semblait s’être résigné à son sort sans se douter de ce qui se tramé à son insu. Les conversations cessèrent peu à peu. La moment fatidique approchait. De là où me trouvais, je ne comprenais pas les paroles, ou je n’y faisais tout simplement pas attention, beaucoup trop concentré dans ma tâche. Mais lorsque Soaric se mit à parler, je su immédiatement que ses paroles étaient destinées à sa bien aimé, Lola. Je ne doutais pas que cela devait l’émouvoir, mais qu’elle devait également être soulagée. Je n’osais pas l’imaginer vivre cette situation sans mon intervention. Le sort avait joué en sa faveur lorsque nous nous étions rencontrer. J’espérais que le bonhomme ne regardait pas la scène, car même si Soaric ne mourrais pas, il n’échapperait pas à la corde durant quelques secondes. Et Logan était bien trop jeune pour assister à ce genre de" spectacle".
On passa la corde autour du cou du condamné dans un silence total. La foule attendait, impatiente. Lorsque la trappe se déroba sous les pieds du jeune homme, j’étais parfaitement prêt. J’ajustais mon tir. Et lançais. Le trait fila avant de se planter dans l’un des poteaux de bois constituant l’échafaud. Je ne perdais pas de temps et m’élançais au milieu de la foule. Il ne me fallu que quelques secondes pour rejoindre l’édifice. Les gardes s’étaient empressés d’entourer le rescapé, voulant l’empêcher de fuir. Ma présence fini de les déstabiliser. Ils n’avaient évidemment pas prévus une quelconque intervention extérieure, et encore moins celle d’un Assassin. Soaric en profita pour s’échapper pendant que je faisais face aux gardes, l’air menaçant. Ils avaient bien deviné que je ne plaisanterai pas. Un froncement de sourcil dans la direction du chef avec qui j’avais eu une petite discutions les stoppèrent net dans le intention de poursuivre le fugitif. Ce dernier, quitta rapidement l’échafaud. Il était hors de danger à présent. J’arborais un sourire satisfais. Tout avait fonctionné tel qu’il ne fallait. Je passais près du chef, le frôlant presque avant de lui murmurer à l’oreille.

-Sage décision, mais prenez garde à ce que l’on ne se recroise jamais. Je suis rarement aussi indulgent envers les gens de votre espèce…

Après quelques minutes la foule se dispersa, mécontente certes qu’il n’y ai pas eu de mort, mais divertie de par mon intervention. Je rejoignis directement Lola, Logan et Soaric. Ils avaient tous une immense sourire.


-Je vous dois la vie. Je ne vous remercierais jamais assez.

Je ne dis rien. Nul besoin de mots dans ces cas là. D’un simple regard nous nous étions compris. Nous nous étions mis en route, probablement vers la maison que Soaric et Lola avaient construit. Logan sautillait à l’avant du petit groupe tandis que Lola et Soaric se tenaient la main, enfin heureux et soulagés…



[J'ai été pas mal inspiré au final XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 22
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Jeu 8 Mar - 22:58

    -Oh Lola je te présente Logan, bonhomme, voici Lola, la jeune fille dont je t’ai parlé sur la route. Et, non, Logan c’est pas mon fils, bien que, je te l’accorde, il pourrait tout à fait l’être. Mais, je t’expliquerai son histoire plus tard. Nous avons plus urgent à faire pour le moment. Logan et toi allez manger pendant que je vais rapidement dans le centre du village pour tenter de trouver des informations utiles.

    Le petit garçon s’approcha de Lola, pendant que Waren sembla chercher quelque-chose dans sa sacoche.
    La jeune artisane l’observait, se demandant quand est-ce que lui allait manger…Mais elle haussa les épaules : il gérerait tout ça tout seul. Il était déjà assez grand, maintenant…Par contre, le petit Logan…La future mère pencha la tête vers lui, tout comme il l’observait. Elle lui sourit tendrement et il lui sourit en retour, dévoilant deux petits trous au niveau des incisives…adorable !
    Elle releva la tête lorsqu’elle sentit une cape lui recouvrir les épaules.

    -Je serais rapidement de retour, je te confie Lola, bonhomme.

    Le petit hocha vivement la tête, comme super heureux de la tâche qu’on lui confiait…Il se sentait peut-être comme un super héros, qui sait ? Difficile de savoir à quoi ça pense, à cet âge là, les petits…
    La demoiselle fit un léger signe en direction de l’assassin, puis se tourna à nouveau vers Logan, qui commença à parler :

    -J’ai pris des croissants ! J’espère que t’aimes bien, parce-que moi j’aime beaucoup ! Avant, c’était mon goûter préféré ! Puis après j’ai découvert le petit pain avec du chocolat dedans ! T’as déjà mangé, ça ?

    Lola lui sourit gentiment, puis s’assit à terre lourdement. Elle était tellement fatiguée…Elle n’avait plus vraiment la force de parler. Et cela tombait bien car le petit enfant parlait pour eux deux…
    Elle prit le croissant qu’il lui tendait, et le mangea avec gourmandise…Après un moment, lorsqu’il eut fini lui aussi de manger et qu’elle lui nettoya la bouche, elle le coupa pour lui demander :

    -Ca te dirait que je sois ta maman ? Enfin, il faudrait que je demande à Soaric avant, et à Waren pour voir si ça lui conviendrait…

    Elle n’attendit pas sa réponse et le prit dans ses bras, contre son ventre qui portait un deuxième enfant…Elle s’imagina qu’il serait dès lors bientôt grand-frère, s’il viendrait avec eux…Il ne serait peut-être par leur enfant mais ils l’aimeraient tout de même. Et puis…Soaric devrait quand-même aimer leur propre gosse, si jamais…Il n’était pas le père…
    Lola secoua la tête, pour chasser cette idée de son esprit, et déposa un baiser dans les cheveux de Logan.

    -Et bien ? Tu ne dis plus rien ?

    Elle tourna doucement son petit visage rebondit vers le sien, et remarqua qu’il s’était endormi. Elle écarquilla les yeux et siffla légèrement, admirative :

    -Hé bien ! Tu t’endors vite toi !

    La jeune femme prit sa petite main dans la sienne et, songeant au petit bonheur qu’elle pourrait avoir avec lui, sombra dans le sommeil, un sourire figé sur ses lèvres…

    ***

    Lola se réveilla en premier. Elle émit un énorme bâillement, et souleva Logan de ses genoux, le déposant délicatement sur le sol.
    Elle aperçut Waren qui les observait, attendant qu’ils s’éveillent. Elle s’approcha de lui et il lui tendit un morceau de pain, qu’elle s’empressa de dévorer.

    -J’ai une nouvelle qui va te rendre très heureuse.

    L’artisane serra les poings. Elle espérait de tout son cœur qu’il lui annonce que Soaric serait finalement libre…Que la pendaison n’aurait jamais lieu ou, au pire des cas, qu’il ait trouvé une solution pour ne pas qu’il ne soit exécuté.
    Elle le fixa donc, les yeux pleins d’espoirs, l’incitant à poursuivre :

    -Hier soir, je suis allé jusqu'à la prison où se trouve Soaric. Et je sais désormais comment le sauver.

    La jeune femme se jeta dans ses bras…Littéralement. Tellement fort qu’ils tombèrent tous deux à la renverse, et elle lui chuchota des milliers de ‘merci’, reconnaissante. Elle lui plaqua même un gros bisou sur la joue, avant qu’il ne poursuivre, d’une douce voix rassurante :

    -C’est fini maintenant, tu n’as plus à avoir peur. Je vais tout arranger. Je réveille le bonhomme et nous allons pouvoir nous mettre en mettre. Ils pensent s’occuper de Soaric ce matin même, mais ils ne s’attendent certainement pas à ce que j’intervienne.

    Aussitôt dit, aussitôt fait. Waren secoua doucement Logan, qui sauta rapidement sur ses pieds et qui accepta avec gourmandise le morceau de pain. Il le mangea en route, l’autre main dans celle de Lola, qui le regardait avec des yeux pétillants…
    Qu’est-ce qu’il était mignon ! Oh, vraiment, il fallait qu’il reste dans leur maison, pour toujours !
    Ils se laissèrent diriger par le flot humain, qui marchait tous en direction d’un seul endroit : le lieu d’exécution.
    Le visage de l’artisane redevint automatiquement sérieux et Logan se tut, comme s’il comprenait la gravité de la situation. La vue sinistre de la corde se balançant au gré du vent sembla en faire plaisir à quelques uns, qui souriaient…

    Puis Soaric entra en scène. Lola le trouva amoché, sans doute par les différents coups qu’il avait du recevoir, mais le trouva néanmoins super séduisant. Elle n’écouta pas les vociférations de ses voisins ou le discours de l’aubergiste. Elle n’avait d’yeux que pour lui. La jeune femme lui souriait, comme pour lui dire qu’il ne devait pas s’inquiéter, que tout s’arrangeait…
    Et puis elle voulait que, au pire…Il garde une image de son sourire. Elle vit Soaric s’avancer légèrement et ouvrir la bouche, aussi elle se décida enfin à écouter :

    -Lola. Je serais partout pour toi. Je ne t'oublierais jamais. Partout ou tu seras, je serais. Je t'aime et t'aimerais toujours…

    Elle murmura doucement ‘je t’aime aussi…’
    Puis tout se passa très vite. On lui noua la corde autour du coup, et elle serra la main de son petit futur enfant dans la sienne. Elle se rappela dès lors que ce n’était pas un spectacle pour un garçon de son âge, alors elle lui mit ses mains sur ses yeux…il ne protesta même pas.
    L’aubergiste sourit machiavéliquement puis actionna le truc * zappé le nom*. Lola hurla un grand coup, accompagnée d’autres femmes, mais elle poussa un énorme soupire lorsqu’elle vit un couteau trancher la corde au dernier moment.

    -Oh mon dieu !

    La jeune femme reprit la main de Logan et chercha Soaric dans la foule…
    Il était là. Devant elle. Elle le prit dans ses bras et l’embrassa longuement, heureuse d’être enfin avec lui.
    C’est dans un petit nuage de bonheur qu’elle retrouva Waren. Elle ne le remercia même pas…Cela n’en valait pas la peine, après tout…La lueur de reconnaissance dans ses yeux en disait bien long.

    Ils marchèrent ainsi à quatre, Soaric et Lola se tenant la main et Logan courant au devant d’eux, vers leur maison.

    -Waren et Logan, restez un peu ici…Nous avons des chambres d’amis à disposition dans la maison…Même si le mobilier se résume à…un lit.

    Elle s’excusa d’un sourire, puis ils arrivèrent à destination. La jeune femme montra du bras leur maison, en soufflant un ‘voici notre chez nous !’ et partit en cuisine, cherchant ce qu’elle pourrait bien offrir à leurs invités.
    Lorsqu’elle revint, les bras chargés de fruit, elle vit les deux hommes en train de discuter et Logan en train de barboter dans l’eau. Elle leur adressa à tous un magnifique sourire puis parla de nouveau sérieusement, omettant le sujet de la journée, espérant l’oublier à jamais :

    -Il faudrait savoir hem…J’aimerai beaucoup…Garder Logan.

    Waren et Soaric se tournèrent vers elle à l’unisson, puis se regardèrent entre eux. Lola, elle, rougit légèrement et regarda en direction du petit.
    Il leur adressa un signe de main puis continua de jouer.
    C’est là que Lola se rendit compte que, avec tout ça, ils n’avaient pas acheté de décoration pour la maison…


    [Sorry pour la fin foireuse XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 25
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   Jeu 8 Mar - 23:33

[désolée pour cette réponse un peu courte...et puis la dernière phrase, j'ai pas pu m'empêcher...mais il ne voulait pas mourir hein ! ne comprenez pas mal !]


Ils se dirigèrent vers la maison, tous ensemble. Logan courait devant eux joyeusement. Lola lui avait dit qu'il s'appelait Logan et que Waren, l'Assassin, l'avait recueilli avant d'arriver dans le village. Soaric était aux anges. Il tenait Lola par la main, marchait avec elle vers leur chez-eux. Il avait rencontré le fameux Waren et, comme le pensait Lola, ils s'entendraient parfaitement. Il voulait leur dire de rester, mais Lola le devança, de sa magnifique voix :

-Waren et Logan, restez un peu ici…Nous avons des chambres d’amis à disposition dans la maison…Même si le mobilier se résume à…un lit.

Soaric regarda l'Assassin d'un air un peu désolé. Il n'avait vraiment pas eu le temps de terminer, et en plus, avait faillit ne plus avoir le temps du tout…Il faisait attention à l'endroit ou il posait les pieds. Voir d'un seul côté exigeait une certaine gymnastique qu'il commençait à maîtriser.

Ils arrivèrent devant la maison et Lola l'engloba d'un geste en disant que c'était chez eux. Puis ils entrèrent. Lola se précipita à la cuisine. Soaric installa Waren dans le salon et alla vite retirer le sang de son visage. Lorsqu'il revint, le petit jouait dans l'eau. Il s'installa face à l'Assassin et dit :


-Je suis bien curieux de savoir comment vous avez rencontré Lola.

Il ne voulait pas parler de la journée qu'ils venaient de vivre. L'oublier, pour un temps, était mieux. Parce qu'il savait qu'un jour ou l'autre ils en reparleraient. Un jour.
Ils entamèrent donc la conversation, lorsque la jeune Artisane revint, les bras chargés de fruits. Elle sourit et dit :


-Il faudrait savoir hem…J’aimerai beaucoup…Garder Logan.

Soaric la regarda en même temps que Waren. Elle rougit et s'installa en posant les fruits sur la table. Soaric réfléchit. Apparemment, le gosse avait perdu ses parents lors d'une attaque des Ombres, à Niox. Et il était désormais seul face à la vie et au monde qui l'entourait. Cela lui rappelait sa propre vie, après s'être débarrassé de ses parents. Même si tout était différent. Les parents de Logan l'avaient aimé. Il ne pouvait pas laisser ce petit tout seul. Il s'en voudrait. Et Lola semblait avoir craqué… D'ailleurs, elle était à nouveau assise du mauvais côté. Elle était floue. Bon. Tant pis.
Oubliant ce fâcheux détail, il se dit qu'il pourrait même apprendre au petit le tir à l'Arc, la grimpette aux arbres, la chasse…comme un Maître et son apprenti. Même s'il n'avait que quatre ans. A l'âge requis, il pourrait le prendre sous son aile…En plus, il pourrait apprendre à être père, puisque Lola attendait leur enfant. Deux d'un coup. Cela allait faire bizarre. Mais il était heureux, rien qu'en imaginant la vie de tous les jours avec deux enfants courant partout.

Il sourit et répondit :


-Si cela ne pose aucun problème pour Waren ni pour le petit, je ne vois pas d'inconvénient à le garder. J'en serais même ravi.

Il prit la main de Lola et la regarda en tournant légèrement la tête. Mi-flou, mi-net. Parfait. Waren restait silencieux, absorbé dans ses propres pensées. Logan ne se doutait de rien. Il croqua dans un fruit et profita du silence quelques instants. Après tout le raffut du village, le silence était le bienvenu. Il sentait encore la corde autour de son cou…
Rompant le silence, il dit à Waren :


-Vous pouvez rester ici autant de temps que vous le désirez. Il faut juste que je monte le lit dans la pièce spéciale et vous pourrez vous installer. Par contre, si vous acceptiez de m'aider à le porter jusque là-bas, cela me faciliterait grandement la tâche…

La deuxième fois qu'il avait besoin de son aide. Mais cela irait plus vite à deux. D'autant plus que Waren semblait fort. Enfin, était fort. Cela se voyait.
Il attendit leurs réponses. Logan jouait toujours et semblait heureux. Soaric aussi l'était. Maintenant, plus rien ne pourrait venir les ennuyer. Les Ombres étaient loin et avaient sans doute abandonné la traque, Maedren ne se souciait plus d'eux, les villageois avaient eu leur spectacle, différent du programme annoncé, mais spectacle quand même, le chef qui voulait une femme était mort, sa mission était accomplie…
Il ne manquait plus qu'Hyndian.
Maintenant, ils pouvaient vivre un peu en paix. Enfin. Profiter ensemble de la vie actuelle et de celle à venir. Lola mangeait aussi des fruits, tout comme lui et l'Assassin.

C'était une belle journée pour mourir…et revivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des retrouvailles méritées...[Rp Lola]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Perte des points en dextérité après Up
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Jakar :: Villes :: Asperance :: Maison de Lola et Soaric-
Sauter vers: