Le Royaume de Jakar

Assassin, Ombre, Artisan, Sage...Qui choisirez-vous pour mener à bien votre mission ? Sauvez le Royaume ou mettez le à feu et à sang !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 descendance et héritage [pv Lola et Maedren]

Aller en bas 
AuteurMessage
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Mer 15 Aoû - 17:22

Le gouverneur regardait les lettres qu’on venait de lui apporter. Il était assit dans son bureau, une plume à ses côtés afin de tenir à jour ses archives. Il consignait toues les lettres reçues et marquait sur une feuille de qui elle venait et ce qu’elle contenait.

L’enveloppe qu’il tenait dans ses mains étaient différente des autres, et Eghir eu un mauvais pressentiment lorsque'il l’ouvrit.
Il s’agissait d’un fairepart.
L’homme se demanda qui pouvait lui envoyer une pareille missive, et il eut sa réponse, par le nom écrit proprement, d’une écriture serrée à la fin.



« Lola »



Eghir serra les dents, se demandant pourquoi la jeune femme lui avait envoyé une telle lettre ? Voulait-elle le faire souffrir, le rendre encore plus mauvais en lui annonçant que l’Autre l’avais mise enceinte, et que l’enfant était beau, intelligent et qu’il gazouillait, comme son père ?!

Le gouverneur ne put s’empêcher de froisser la feuille et de jeter la boulette qu’elle était désormais contre le mur.

Il haïssait cette femme. C’était certainement ça l’amour. Un mélange de haine et d’adoration, mais la haine était la plus forte, et rendait les sentiments plus forts, plus vibrants. Et plus violents. Rien de comparables à ce qu’il vivait avec Spring. Tout y était plus calme, plus paisible, bien que la jeune femme soit énergique.

Le gouverneur ouvrit une autre lettre et repris son travail.


Une nouvelle pensée vint le frapper.

Et s’il s’agissait de son fils .. ? Il est vrai qu’ils avaient fait l’amour, plusieurs fois même dans la soirée, mais était-il possible que cette seule soirée l’ai rendue enceinte .. ? C’était il y a environ 10 mois… L’homme se releva, curieux, et ramassa la feuille. Il la déplia et tenta de lui rendre son aspect original, mais peine perdu. Il ferma les yeux et retint son souffle. Si le père était l’Autre, il ne se remettrait pas de ce faux espoir. Mais si c’était lui…

Alors il lui fallait regarder.



« Cher Eghir »



Ainsi commençait la missive. Pour elle il était Eghir. Plus de Gouverneur, ou autre titre qui mettait de la distance enter eux, leur rappelant douloureusement le passé.
Par la suite, elle lui racontait sa vie, sa maison, les travaux qu’elle avait effectués, ce qu’elle faisait de ses journées… Ainsi que sa grosses, à la fin.

Le cœur du lecteur, potentiel père, battait des records.


« Il est magnifique… Le plus beau de toute la terre. C’est certainement parce qu’il est mon fils que je dis ça ! mais ses yeux sont aussi bleus que l’océan, et illuminent mes journées. Ses joues se creusent de fossettes lorsqu’il rit, ce qui arrive souvent. Je l’aime. J’aime tout chez lui, de son nez à ses petites mains potelées, même lorsqu’il me tire les cheveux en rigolant. Alors je l’embrasse sur la tête, sur son duvet de cheveux blancs. Pour sur qu’il ressemble à son père, je ne peux le cacher.
S’il te venait l’envie de le voir, je ne t’en empêcherais pas, tu es tout légitime. »



Puis elle concluait avec une formule de politesse, qui contrastait avec les mots précédents.

Eghir reposa lentement la lettre, l’esprit embrumé. Il était père…

Il ferma les yeux, et se prit la tête. Il était déboussolé. Il ne s’était jamais attendu cela. Etait-ce une bonne nouvelle ?
Son sang lui criait d’en être fière et heureux, mais son esprit ne le pouvait. Il songeait à tout ce qui allait se passer. Lola garderait surement l’enfant. Il n’était même pas sur que celui-ci saurait qu’il est son père… il ne serait qu’un individu extérieure à la petite famille, qui donne des sous, et veille à leur petite vie tranquille… Et ça il ne le ferait pas. Il ne pouvait pas. Il ne voulait pas.

Mais c’était son fils…

Pour avoir la réponse à toutes ces questions, il n’y avait qu’une solution.
Y aller.



****


Le gouverneur était parti, comme parfois cela lui arrivait discrètement. Il avait mis des habits propres et bien taillés, mais différents de ceux qu’il utilisait habituellement, il ne souhaitait pas que les gens le reconnaisse comme gouverneur.
Il avait pris, contre son grés, avec lui un jeune homme, qui le suivait pour « sa sécurité », comme il l’avait si bien dit. Maedren avait tenté de s’en débarrassé, et rien n’y avait fait. Il avait finalement décidé que ce morpion lui serait utile. Il le protègerait. Les routes ne sont pas toujours très sures…

Le chemin était facile à suivre, Lola avait laissé de nombreuses pistes dans sa lettre, sans pour autant dire les choses clairement.
Mais il touchait à son but, il le savait.

Son cheval s’ébroua et s’arrêta, forçant le gardien et la sienne à en faire de même. Au loin se dressait une petite maison. Avec des fleurs et des rideaux aux fenêtres.
Eghir eut un sourire apitoyé en voyant ça. C’était ridicule… Mais les gouts et les couleurs ne se discutent pas. Il était cependant heureux de ne pas avoir à vivre dans un tel endroit au quotidien.

Il mit pied à terre et s’avança en tenant sa monture par la bride. L’homme s’approcha d’un pas calme, attendant la maitresse de maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 21
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Mer 15 Aoû - 18:51

Je me regardai dans le miroir. Longuement. A vrai dire, je ne savais pas depuis combien de temps exactement j’étais là, à me fixer.
Ou plutôt, j’observai mes souvenirs. Logan était en train de crier, jouant dans toute la maison, je ne l’entendais même pas.
Depuis combien de temps au juste, j’étais tiraillée par les secrets ? Le pire, c’est que je ne pouvais pas en parler. Hyndian ou Melley n’étaient presque jamais là et quand bien même, c’était un sujet tabou.
Je n’avais pas le droit d’en parler. Et pourtant…Des fois, j’hurlai d’envie de tout raconter. De dire ce que notre famille avait vécu.
Mais alors, on nous prendrait pour des monstres ou des gens de malheur. Et je serais condamnée à laisser ce petit havre de paix à jamais. Et ça, je n’en avais pas envie. Du tout.

Je baissai les yeux, avisant un collier que m’avait offert Soaric. Peu après le triste sort qu’il avait réservé à une famille qui ne demandait qu’à vivre. J’avais cela sur la conscience. Je pouvais le dénoncer à tout moment, pour qu’il croupisse en prison et qu’il purge sa peine.
Je pouvais.
Seulement, il y avait quelque-chose qui m’en empêchait.

L’amour. Le vrai.
Jamais je n’avais ressenti une chose aussi forte. Enfin…Si mais je ne savais pas si ça comptait vraiment.
Je laissai passer un petit soupire en pensant à Eghir. Cet homme…Il resterait un mystère pour moi. Je l’avais aimé comme jamais, j’avais été terriblement triste de le quitter. Et puis, lorsque nous nous étions vus, il était persuadé que j’étais tombée amoureuse de l’homme qui était à son service. Il s’était montré tout d’un coup cruel. Il avait failli me violer. Il allait me violer.

Puis il était devenu un autre homme. Tellement triste. Je me souviens que, lorsque je l’avais vu, j’avais tout de suite vue la lueur dans ses yeux qui l’animait, éteinte. Celle que j’aimais observer secrètement. Il m’avait paru tellement fatigué et si…vieux.
Et pourtant.

Les sentiments avaient rejailli. Mon amour pour lui s’était réveillé, comme si…comme s’il était impossible pour moi de les taire complètement.
J’avais du faire un choix.
Et parfois je me demandais si c’était le bon.

Logan apparu dans la chambre, me montrant fièrement un dessin qu’il venait de faire. Il me montrait moi, lui et ‘papa’. Il refusait encore d’accepter la venue d’Elyas parmi nous, persuadé que je le préférai à lui. Mais j’étais certaine qu’il finirait par comprendre qu’il avait tort.

-C’est bien mon chéri. C’est très joli.

La phrase sortit distraitement de ma bouche, mon esprit étant toujours ailleurs. Et si le papa qu’il avait dessiné était plus vieux ?
Si c’était Maedren ? Quelle vie je vivrais ? Serait-elle meilleure ? Pourquoi avais-je choisi Soaric plutôt qu’Eghir ? Pourquoi pas lui ? Est-ce que je l’aimais toujours ? Est-ce que…

-OUAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN!

Je sortis en sursautant de ma torpeur. Je remarquai soudainement que le soleil était à présent plus haut dans le ciel.
Il m’avait semblé m’être levée il y a quelques minutes seulement…Et il était déjà midi.

Je pris le petit dans mes bras, caressant ses cheveux blancs comme neige. Je me demandai ce que Soaric dirait en le voyant. Les deux enfants de la maison n’étaient même pas de lui. Il allait certainement avoir mal. Peut-être même qu’il me quitterait.
Et à ce moment, est-ce que j’irais rejoindre Maedren ?

-C’est ridicule…dis-je dans un murmure.

Il fallait que je me le sorte de la tête celui-là ! Fronçant les sourcils, je me dirigeai vers l’entrée de la maison, bien décidée à passer du temps dehors.
J’étais certaine que l’air frais allait me changer les esprits. M’asseyant sur le petit banc devant la maison, je regardai Logan jouer près du ruisseau, le petit dans les bras.
Je ne le vis pas s’immobiliser tout de suite.
Comme je ne reconnus pas immédiatement la silhouette qui se dessinait peu à peu, se rapprochant de la maison.
J’en lâchai même un cri de surprise.

-Maman ? Heu…Maman ? C’est qui lui ? Un ami à toi ? Comme Hyndian ? Il va joué avec moi ? Maman ? Tu penses qu’il a des bonbons ? Oh maman, tu prépares à manger ! J’ai faiiiim !

Mais je n’écoutai pas. Je n’osai plus bouger.
Eghir était là.
Eghir était de retour.
Non…
Il n’était jamais parti !

Je ne voulais même pas me frotter les yeux pour m’assurer que c’était un rêve. Il était là, se rapprochant peu à peu de moi, et c’était la chose la plus merveilleuse qui m’était arrivée depuis des semaines.
Le reste n’avait que trop peu d’importance. Si c’était un rêve, il fallait que je le vive au maximum.

-Maman. Tu dis rien. Il est méchant c’est ça ?! Attends, je vais te sauver !

-LOGAN ! NON !

Le petit courut jusqu’à lui, hurlant de toutes ses forces. Puis arrivé à la hauteur d’Eghir, il lui asséna un énorme coup de pied dans les jambes.
Un autre homme, près du gouverneur, l’agrippa aussitôt par la manche et l’empêcha de bouger.
Je me mis à courir à mon tour, Elyas dans les bras, partagée entre beaucoup trop d’émotions dans mon cœur. J’avais envie de rire, de pleurer, de crier en même temps.
Je ne savais plus où donner de la tête. J’étais…pour la première fois depuis longtemps, perdue.

-Excuse-moi. Je…Logan, qu’est-ce qu’il t’a pris ?

-Mais tu étais toute bizarre maman…

Le petit fit une mine de chien battu, totalement irrésistible. Je ne sus malheureusement pas résister longtemps. Il s’accrocha à l’une de mes jambes, se cachant derrière. Il murmura un bref ‘pardon’ à Maedren et se cacha dès qu’il l’observa.

-Eghir…Que…Viens-tu faire ?

Je fronçai les sourcils, mais le sourire que j’affichai en disant long. J’étais contente de le revoir. Pas seulement parce-qu’il m’avait manqué mais aussi parce-que quelque-chose en moi se remit en place.
Je ne m’étais jamais rendue compte en réalité qu’il y avait un vide dans mon cœur. Mais maintenant que je voyais Eghir devant moi, aussi beau qu’à notre rencontre, je sus que c’était une chose que jamais Soaric ne pourrait combler.


[Hs : ….Nanan mais Lola, tu dois choisir là. C’est Soso ou Maedren. Et je voudrais pas briser tes rêves mais ce dernier est pris. Et…TOI AUSSI !
-TAIS-TOI ! C’est MON rp, je vais ce que je veux !
….-_-‘]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Dim 19 Aoû - 22:54

Ce fut un jeune garçon qui surgit et se précipita le premier vers Eghir. Lola était immobile, comme si la scène lui semblait irréaliste.

Le garde du corps du Gouverneur attrapa le garnement avant que ce dernier ne fasse quelque chose qu’il pourrait regretter … Lola finit par arriver le garçon couru se réfugier derrière ses jambes, apeurés. Cependant la jeune femme semblait vraiment désorientée et elle parla rapidement à l’enfant, qui murmura un « pardon » timide, dont Eghir se moquait comme de sa première amante.

La mère tenait un enfant dans ses bras, et une tenue qui la mettait en valeur, faisant deviner juste ce qu’il fallait. Un collier étrangement précieux lui ornait le cou, comme jurant avec tout le reste. Avec la maison, avec ses enfants, et sa tenue.



-Eghir…Que…Viens-tu faire ?

Maedren souleva un sourcil. « Eghir » … C’était charmant. Surtout elle le prononçait d’une telle façon. Un murmure mélangée à de l’amour, le tout saupoudré d’incertitude…

L’homme la regarda longuement, se demandant pourquoi posait-elle une telle question. Certainement pour se laisser le temps de reprendre ses esprits.


- Une certaine lettre m’est parvenue. Je voulais voir de mes propres yeux… Il avait baissé la voix en prononçant la fin de sa phrase et son regard s’était posé, presque tendrement pour un homme aussi glacial, sur le poupon que portait précieusement Lola. Le gouverneur se reprit rapidement. Mais nous avons fait une route assez longue, et je ne serais pas contre un petit rafraichissement et une table. De plus je ne veux m’entretenir qu’avec toi, pas d’oreilles indiscrètes ni de témoin.


Lola se reprit et les emmena vers sa modeste de meure. Eghir donna à son compagnon de route les brides de son cheval afin que ce dernier s’en occupe, puis il pénétra dans la maison. Lola parti quelques instants avant de revenir seule, elle le conduisit dans une autre pièce, et ferma les volets. Eghir ferma la porte et scruta la jeune femme. Celle-ci n’avait pas parlé depuis son arrivée, et il se demandait ce qu’elle attendait de lui. Lui-même ne savait pas trop comment réagir.

Il était temps de mettre les choses au clair.


Il remarqua alors qu’il était dans une chambre. Avec lit double. Il posa un regard surpris sur la guérisseuse, qui semblait avoir suivit ses pensées et rougissait délicieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 21
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Mer 22 Aoû - 20:21

-Une certaine lettre m’est parvenue. Je voulais voir de mes propres yeux… Mais nous avons fait une route assez longue, et je ne serais pas contre un petit rafraîchissement et une table. De plus je ne veux m’entretenir qu’avec toi, pas d’oreilles indiscrètes ni de témoin.
Ainsi, il désirait me parler en privé…A cause du bébé ? Désirait-il le garder pour lui ? Ou faire une garde partagée… ? J’ignorais absolument sur quel sujet voulait-il que nous discutions, mais ce n’était pas en restant plantée là à le regarder que je ferais bouger les choses.
Aussi, me ressaisissant, je me dirigeai vers la maison, Logan trottinant près de moi. Elyas s’était endormi contre moi et sa poitrine se soulevait et s’abaissait à un rythme régulier, comme pour me rassurer.

J’indiquai au palefrenier où se trouver les écuries –qui attendaient toujours la venue d’un cheval, au fait – et j’entrais dans la maison, montant directement à l’étage déposer le petit dans son lit. Il remua légèrement mais, à mon grand soulagement, il ne se réveilla pas.
Lorsque je me retournai, je vis Logan sautiller d’un pied à l’autre en se mordant les lèvres. Je devinai tout de suite qu’il voulait poser une question qui l’intéressait drôlement…Il avait fait exactement pareil lorsqu’il avait demandé à Soaric et moi comment on faisait les bébés…
Ne tenant plus, il céda :

-Mamaaaan ! C’est qui l’homme ??? Il vient faire quoi ??? Papa le connaît aussi ???

-Hum…Il s’appelle Eghir et il est le gouverneur de Zakar, Logan. Il vient voir Elyas. Et oui, papa le connaît.

Logan fronça les sourcils. Il ne semblait pas convaincu...Et, à vrai dire, même moi je devais avouer que je ne l'étais pas...
Le nom évoqué ne devait pas lui dire grand-chose, il s’intéressait très peu (pour ne pas dire du tout…Enfin, pour son âge, c’est normal) à la politique. Et les mots Maedren et autres synonymes étaient interdis dans cette maison. Du moins…Lorsque Soaric était absent.

-Il vient le voir et tu le mets coucher ?? Pourquoi ??

-Logan…heum…Elyas dort, je ne vais pas le réveiller et…
-Il reste jusque quand ??

-Je sais pas. Va jouer, je t’appellerai pour manger.

Il fit mine de bouder mais il courut d’un pas léger vers sa chambre. Qu’est-ce qu’il était curieux celui-là ! Il battait Soaric sur ce domaine, et de très loin !
J’espérai juste qu’il ne vienne pas nous déranger lorsqu’on serait dans une conversation, Maedren et moi. Parce-que ce serait légèrement…ennuyeux. Surtout qu’il était très bavard…Ma main à couper qu’il allait dire à son père adoptif que le gouverneur était venu !

Je redescendai les escaliers et vit qu’Eghir était rentré dans la maison. Il détaillait les pièces avec soin et attendais que je daigne revenir pour que l’on débute la conversation.
Je m’éclipsai cependant encore une fois, emportant un plateau et des verres pour l’étage. Je conduisis le gouverneur jusqu’à la chambre de Soaric et moi, où j’étais presque sûre de ne pas être déranger.
Je pris cependant soin de fermer les volets, pour ne pas attirer les regards des promeneurs sur mon invité.

Puis je me tournai vers Maedren, qui venait de poser les yeux sur mon grand lit double. Il était très facile de suivre le fil de ses pensées…Mais je n’avais vraiment pas voulu le conduire ici, exprès ! Ou alors, inconsciemment…
Je rougis, ayant peur qu’il interprète mal mes pensées…D’un côté, si cela ne le dérangeait pas…

Je me dirigeai nerveusement vers le lit, m’asseyant dessus en silence. J’invitai Eghir à faire de même, le plateau sur mes genoux.
Je lui servis un verre d’eau fraîche, mes mains tremblants légèrement. Je ne savais pas quoi dire. J’avais juste envie…

-D’UN VERRE D’EAU !

Je venais de hurler, pour interrompre le fil de mes pensées…L’ennui c’est que, du coup, je me ridiculisai ouvertement devant Eghir.
En plus, je venais de renverser mon verre sur le plateau dans la précipitation…
Je le remplis donc, essayant de faire disparaître le rouge de mes joues, et m’excusai :

-Je…J’ai besoin d’un verre d’eau…J’ai tellement soif ! Ahah…

Je baissai la tête. Je n’osais vraiment pas le regarder. De peur de croiser son regard ténébreux et de m’y noyer dedans…Encore une fois.
Il allait vraiment falloir que je parle à Logan pour lui demander de ne jamais dire à Soaric que Maedren était venu…Il y aurait au moins une petite chance ! (beaucoup d’espoir Lola !!!)

-Tu as donc rencontré…Logan. C’est un fils que j’ai…que nous avons adopté. Il a cinq ans. Il accompagnait Waren, un assassin qui nous a appris qu’il avait perdu ses parents. Alors…je n’ai pas su ne pas craquer devant sa frimousse ! Avoue qu’il est adorable !

Je me mis à rire, me rappelant qu’il pouvait parfois très bien me contrôler pour arriver à ses fins (ça fait machiavélique Oo…Logan, ou le petit gosse qui va conquérir le monde ! Par le pouvoir de « latêtetropchou ! »).
Rien qu’avec sa mine et ses yeux de chiots, il pourrait attendrir le plus cruel des tueurs…

-Et puis…Ton fils. Notre fils. Elyas.

Je me tus. Je ne savais pas quoi ajouter, ni quelle serait la réaction par apport au bébé. Il n’avait pas pu donné un accord pour le nom, n’ayant pas répondu à ma lettre mais il ne pouvait plus qu’approuver. Changer son prénom alors qu’il avait déjà quelques mois…Sans l’avis de Soaric, en plus ! Enfin.
Et puis…Il voulait me parler, apparemment. Puisqu’il avait voulu d’une discussion en privée. J’étais vraiment curieuse de savoir ce qu’il allait dire.

Relevant la tête, je la tournai vers lui. Et je lui offris un merveilleux sourire. J’étais contente de le revoir. Cela faisait longtemps !
Et j’espérai qu’il reste un peu avec moi et les enfants. Nous avions sans doute…beaucoup de choses à nous dire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Ven 24 Aoû - 23:44

Lola s'assit sur le lit puis se servit de l'eau pour se redonner contenance, sauf qu'elle en renversa la moitié, sous le regard amusé d'Eghir. Elle s’emmêlait les pinceaux, comme à son habitude.

-Tu as donc rencontré…Logan. C’est un fils que j’ai…que nous avons adopté. Il a cinq ans. Il accompagnait Waren, un assassin qui nous a appris qu’il avait perdu ses parents. Alors…je n’ai pas su ne pas craquer devant sa frimousse ! Avoue qu’il est adorable !

Eghir la regarda et su qu'elle était vraiment heureuse. Elle semblait avoir la fibre maternelle bien qu'il se demande si elle avait bien toutes ses "capacités"... Les responsabilités plutôt.Mais si tous étaient en vie et la maison entière, ce ne devait pas être si catastrophique !

-Et puis…Ton fils. Notre fils. Elyas.

Le tournure était bizarre. Elle parlait de son fils à lui en premier. Etait-il si étranger à la famille que ça ?! Étant donné qu'il risquait d'y vivre un petit bout de temps, il espérait que tout se passerait bien.
Cependant bien qu'ils sache que ce n'était pas sa famille le nom lui écorcha les oreilles.

- Elyas ...?! Pauvre gosse... Il est pas aidé ! déjà beau gosse et vous le brisé avec un tel nom !
Puis Maedren se rendit compte de la portée de ses paroles. Bon je me suis peut-être un peu emballé... On peut négocier le nom ..?

Il guetta sa réponse avant de continuer.

- En fait avant de parler du nom, même si c'est pour moi le plus important, presque, il faut voir ... tout le reste. Veux-tu que je le légitimisme ..?

C'était la question à milles pièces d'or. ou ou non. En fait le choix était simple. Et tant de choses dépendraient de ce petit mot de trois lettres...
Si c'était oui alors il le reconnaitrait et il devrait l'élever comme son rang le lui doit. Mais il savait que Lola voudrait le voir alors ils s'arrangeraient pour une garde partagée. Vu qu'ils ne vivaient pas ensemble, à moins que ce soit dans les plans de la jeune femme ..? Mais elle ne semblait vraiment pas prête. C'était trop loin de sa petite vie... Tout y est différent.
si elle disait non... Alors il en souffrirait. Mais il accepterait bien entendu. Il se tairait, ce ne serait plus vraiment son fils, il l'oublierait avec le temps, et continuerait sa dure tache de gouverneur sans se soucier des personnes sur son chemin.

La jeune femme ouvrit la bouche, les yeux écarquillé comme si elle allait répondre. mais répondre quoi ..? Etait-ce par rapport à sa question ? Ou bien avait-il une araignée dans les cheveux ..?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 21
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Mar 28 Aoû - 12:38

-Elyas ...?! Pauvre gosse... Il est pas aidé ! déjà beau gosse et vous le brisé avec un tel nom !

Lola ne put réprimer un sourire. Il est vrai que le nom du petit n’était pas le plus beau du monde, mais cela n’avait que trop peu d’importance. Et puis, Soaric et elle n’avait pas eu vraiment d’idées. Et celui-là lui plaisait quand-même assez…
En tous cas, elle ne savait pas si elle appréciait ou non son ton piquant et sa franchise…Le Gouverneur sembla se rendre compte de ce qu’il venait de dire, aussi se reprit-il :

-Bon je me suis peut-être un peu emballé... On peut négocier le nom ..?

La jeune femme leva les yeux au ciel. Il était impossible ! La négociation ne se ferait pas sans Soaric et ça c’était certain. Car après tout, il était aussi un peu le père dans tous ça…Et elle ne pourrait prendre une décision aussi importante sans son accord.
Elle ne put cependant pas formuler ses pensées que déjà Eghir continuait sur sa lancée :

-En fait avant de parler du nom, même si c'est pour moi le plus important, presque, il faut voir ... tout le reste. Veux-tu que je le légitimisme ..?

Ah. Heu…Il fallait qu’elle réponde maintenant, absolument ? Lola déglutit…Elle savait très bien ce que Soaric penserait. Elle n’aurait même pas à lui demander mais c’était un échappatoire possible…Répondre à Maedren qu’il fallait qu’elle en parle avec son homme et de se débarrasser de cette lourde responsabilité !

…Non. Ce ne serait pas responsable. Mais était-elle responsable ? Ahah !!! Pas vraiment. Alors…Oh mon dieu ! Pourquoi ne pouvait-elle pas être une petite souris et se glisser dans un trou ??!
Lola soupira, puis releva la tête vers le bogôss devant lui. Puis elle ouvrit la bouche, les yeux grands ouverts…Dans…là…
La jeune femme lui administra une énorme gifle. Puis elle poussa un cri triomphant, jusqu’à ce qu’elle se rende compte de ce qu’elle venait de faire…(fallait pas me donner l'idée Nel XD)
Aussi, balbutia-t-elle comme excuse :

-Tu avais…Une bestiole dégueu sur la joue…Je…Désolée…

Elle hésita entre lui montrer la preuve écrabouillée dans sa main ou ne rien lui montrer du tout…Ce ne serait pas très…Sexy.
Lola se leva donc d’un bond et alla se laver nerveusement les mains. Il devait vraiment la trouver bizarre…Qui sait s’il n’allait pas lui enlever la garde du petit, pensant qu’elle était une folle dangereuse ?
Elle poussa de nouveau un énorme soupire et se tourna vers lui, dos à l’évier. Elle déclara donc, le regardant droit dans les yeux:

-Je pense que c’est plus juste. Je veux parler de la légitimation. C’est ton fils, tu as le droit de le voir et…Sa vie sera certainement meilleure avec toi. Ce serait le mieux pour lui. Mais…Je voudrais aussi pouvoir l’éduquer…Je…Je l’ai porté et…Je pourrai pas vivre loin de lui…J’en ai besoin…Et puis, je tiens à ce que ce soit moi qui l’allaite…

La jeune mère baissa les yeux. Elle ignorait comment se passait l’éducation j’ai les plus hautes autorités. Elle refusait de penser qu’on laissait les bébés pleurnicher dans leur berceau et qu’on s’occupe à moitié d’eux. Qu’ils croulent dès le plus jeune âge sur le boulot et les bonnes manières…
Elle avait envie de voir son fils grandir, de lui apprendre à marcher…Et puis, elle ne voulait pas qu’il devienne froid comme pouvait l’être Eghir.

Comme s’il s’avait que l’on parlait de lui, le petit se mit à hurler dans la maison. Lola s’excusa et alla le chercher, le berçant doucement.
Lorsqu’il fut calmé, elle revint dans la chambre où Eghir attendait, pensif. Et sans qu’il ne le demande, elle lui déposa le bébé dans ses bras en souriant.
Elle s’assit près du père. Tout près. Très près. Si près que, lorsqu’elle pencha la tête pour regarder son enfant, ses cheveux chatouillait le visage et l’épaule du gouverneur.
Elle caressa les cheveux du poupon et se rendit compte à quel point elle était serrée contre Maedren. Un frisson la parcourut, pourtant elle ne parvint pas à se détacher de lui.
Elle chuchota :

-Il est vraiment beau… Je parie qu’il fera des ravages, plus tard.

Lola sourit, heureuse de ce moment partagé. Après tout ce temps, elle revoyait enfin Eghir. Mais jusque quand resterait-il ?
Et puis, lorsqu’il partirait, irait-il avec le bébé ? Pour toujours ? La crainte fusa en elle mais elle n’en laissa rien paraître.
Elle voulait profiter de cet instant. Car il serait peut-être bien l’unique…


[la tite famille réuniiiiie ♥]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Sam 1 Sep - 23:52


Lola lui administra un claque magistrale pour seule réponse. Eghir resta immobile, indécis.
Sa joue le lançait mais il était incapable de réagir, s'attendant absolument pas à une telle réaction... Qu'avait-il pu bien dire ?!

-Tu avais…Une bestiole dégueu sur la joue…Je…Désolée…

Le gouverneur resta surpris. Elle avait vite réagit... Et puis al situation était comique. Bien que douloureuse. Lola coupa court à ce situation étrange en se levant vivement. Elle était tendue, ça se voyait et elle ne tentait pas de le cacher.


-Je pense que c’est plus juste. Je veux parler de la légitimation. C’est ton fils, tu as le droit de le voir et…Sa vie sera certainement meilleure avec toi. Ce serait le mieux pour lui. Mais…Je voudrais aussi pouvoir l’éduquer…Je…Je l’ai porté et…Je pourrai pas vivre loin de lui…J’en ai besoin…Et puis, je tiens à ce que ce soit moi qui l’allaite…
Bien entendu que ce serait elle qui allaiterait ! Il n'allait pas s'en charger ... Mais il était content qu'il soit officiellement son fils. Mais c'est vrai que la question de la garde finirait par se poser... Et ça serait embêtant. Surtout que l'Autre aurait son mot à dire.
Finalement ce fut l'enfant qui les rappela au temps présent. Tous deux étaient perdus dans leurs pensées. Lola alla le chercher et l'amena.
Elle lui mis le poupon dans les bras et s’installa à ses cotés.

Eghir fut tout d'abord submergé par les yeux bleus de l'enfant. Ceux-ci semblaient rieur, et déjà curieux de tout. Il tenait de sa mère pour ce coté là... L'enfant avec des petites joues rebondies et souriait. Eghir se senti fondre. Il n'avait pas prévu de se retrouver père... Cela l’embêtait d'une certaine façon ... Il prenait conscience de cette dimension de père. Il se sentait vivant.
Et c'était une terrible nouvelle... Pas que cela ne lui plaise pas, mais les sentiments ne faisaient pas partis de sa vie, alors s'imaginer s’angoisser que des ombres tentent de kidnapper son fils... il risquerait d’être nettement moins efficace.
Puis lorsqu'il eu pris conscience de tous ses sentiment, il réalisa la proximité de Lola. Celle-ci était penchée, ses cheveux lui chatouillant le cou, sa poitrine écrasée conter son bras afin qu'elle puisse caresser, d'une façon qu'il qualifiait de sensuelle, le bébé.
Il ne pu s’empêcher de réagir.

-Il est vraiment beau… Je parie qu’il fera des ravages, plus tard.

Maedren leva les yeux vers Lola. Des ravages...

- Si je ne le tenais pas dans mes bras soit certaine que je t'aurais sauté dessus...

Son regard montrait son désir naissant. Il ne pu s’empêcher de lâcher d'une main le poupon, le plaquant doucement contre son torse puissant, et de l'autre, libérée, attraper la nuque de Lola. Il l'embrassa presque sauvagement, avec force et passion.
Lorsque leurs bouches se détachèrent, Eghir eu un sourire narquois à l'intention de la jeune femme essouflée.

Cependant l'enfant ne devait pas être habitué à de telles démonstrations (ben oui ! dans le genre coincé je voudrais Soaric.. bonne pioche!). Le gouverneur se le va et berça l'enfant contre son cœur, jusqu'à ce qu'il se calme, ce qui ne prit pas très longtemps.

- Je pense qu'on ferait bien de sortir, les autres vont finir par se demander ce qu'on fait...Et je ne voudrait pas qu'ils imaginent que j'abuse de toi

Il la regarda, un lueur malicieuse dans les yeux. Oh qu'il aimerait abuser d'elle, mai sil savait que lorsqu'il y avait un publique, il y avait des règles. Or l'enfant et le soldat étaient spectateurs... Il ne pouvait donc rester trop longtemps dans une même pièce avec Lola.

- Si ça ne dérange pas, j'aimerais rester diner, et nous repartirons après le repas. Vous pourrez rester tranquilles cette nuit.

A vrai dire il ne tenait pas vraiment à s'inviter, mais si elle insistait, il ferait l'effort de partager son lit... Mais pour cela il allait falloir qu'elle le lui demande. Et puis pour l'enfant, à part lui trouver un nom décent, rien ne pressait. L'autre type finirait par l'inclure à sa vie, et donc finira par avoir son mot à dire dans cette histoire, donc rien d'important ne pourrait être décidé ce soir. Lola était trop timide pour s'imposer. Et tous deux savaient qu'elle ne l'accompagnerait à Zakar. Il finirait sa vie seul, mais avec un fils bâtard... Encore fallait-il que ce fils veuille le reconnaitre plus tard... Avec un un vicieux comme l'Autre, l'enfant finirait peut-être par le haïr...
Enfin là aussi, seul le temps en décidera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 21
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Ven 7 Sep - 20:51

-Si je ne le tenais pas dans mes bras soit certaine que je t'aurais sauté dessus...

Lola écarquilla les yeux à cette annonce. Il lui aurait…Sauté dessus ? Avait-elle bien entendu ? Elle leva son visage vers celui de Maedren, comme pour espérer déceler dans ses traits la réponse à ses questions.
Mais sans qu’elle n’ait à formuler quoique se soit, et comme lisant dans ses pensées, Eghir passa sa main dernière sa nuque et approcha son visage du sien. Il lui donna un baiser fougueux, passionné et…amoureux ?
Lorsque leurs lèvres se séparèrent, Lola dût reprendre son souffle. Alors que c’était elle la plus jeune, dans le tas ! Honteuse, elle eut presque envie de baisser la tête lorsque le gouverneur se leva, Elyas hurlant dans ses bras.

-Ouaw… chuchota-t-elle. Ca, c’est du baiser.

La jeune mère entendit le bébé se calmer doucement. Elle observa secrètement le père et son fils, et se surprit à sourire béatement. Ils étaient adorables. Comment avait-elle pu penser, une fois, lui cacher sa paternité ? Il était évident qu’être père le rendait heureux. Même plus. Il était fait pour être père.
Mais le gouverneur la tira de ses pensées rapidement :

-Je pense qu'on ferait bien de sortir, les autres vont finir par se demander ce qu'on fait...Et je ne voudrait pas qu'ils imaginent que j'abuse de toi.

Lola voulait lui dire de rester. Qu’ils n’avaient que trop peu d’importance, Logan et le soldat. Qu’ils pouvaient faire l’amour là, à l’instant, et que le reste du monde irait au diable…
Mais aucun son ne sortit de sa bouche. Parce-qu’elle savait que son fils adoptif avait le don pour apparaître au pire des moments et que, c’est vrai, le petit soldat allait se poser vraiment des questions.
Il lui lança un regard délicieusement prometteur, puis déclara :

-Si ça ne dérange pas, j'aimerais rester dîner, et nous repartirons après le repas. Vous pourrez rester tranquilles cette nuit.

….Mais, par contre, elle ne pouvait pas laisser passer ça ! Elle lui ferait à manger, oui, mais pas question qu’ils s’en aillent le soir même ! C’est que…les routes étaient dangereuses…La nuit…Et même si le soldat était là, il pourrait très bien s’endormir en route et…Boum badaboum, a plus de Gouv’ !
Comment ça, c’est pas convaincant ?! Bah aller trouver un autre narrateur dans ce cas ! J’y peux rien si Lola m’a payé cher pour pas que j’avoue…Hem.
Bref.
La jeune femme se leva d’un bond et demanda au gouverneur, sans arrières pensées (ou presque) :

-Eghir…Heum…Ca te dirait de dormir ici ? Enfin, tu dois être fatigué par ton voyage jusqu’ici ! En plus, ça t’éviterait de payer…Quand dis-tu ?

Elle lui fit un énorme sourire et s’approcha d’avantage de lui. Il fallait absolument qu’elle le convainc de rester…Elle se mit donc sur la pointe des pieds et lui déposa un doux baiser sur les lèvres.
Puis elle passa délicatement sa main sur son visage et chuchota :

-Je t’aime, Eghir.

Lola ne lui laissa pas le temps de répliquer. A vrai dire, elle ne tenait pas vraiment à attendre la réponse…Elle ne savait pas vraiment s’il l’aimait, lui. Et si ce n’était pas le cas…Ah ! Mieux valait ne pas y penser.
Elle s’empara donc du bébé et le déposa dans son berceau. Il ferma les yeux automatiquement, s’endormant comme un petit ange (il tient de son père Very Happy).
Elle se rendit ensuite dans la cuisine, mais n’aurait su dire où se trouvait le gouverneur. Encore à l’étage ? Juste près d’elle ? Elle était tellement absorbée par son repas (ouuuh…Des carroootttes *____*) qu’elle ne faisait plus attention à ce qui se passait autour d’elle.
Rapidement, Lola se mit à chantonner (je tiens à préciser que oui, elle chante bien…C’est pas comme Roxy !),

Lorsqu’elle remarqua enfin Eghir, la jeune femme avait déjà dressé la table pour eux quatre. Il était assis, l’air sérieux. Comme elle devait laisser cuir encore quelques instants le repas, elle se permit de s’asseoir près de lui.
Elle faillit déposer ses jambes sur les genoux de Maedren par automatisme, mais se retint au dernier moment…(quoique je suis sûre qu’il serait pas contre…).

-Dis-moi, Eghir…Comment tu vas ? Je trouve…Que tu as l’air fatigué. Ca m’inquiète.

Elle était sincère. Et en tant que médecin, elle savait de quoi elle parlait. Lola réfléchissait déjà à toutes les plantes qu’elle pourrait lui donner pour lutter contre la fatigue ou encore mieux dormir. Elle n’appréciait pas l’idée qu’il ne soit pas très bien…Mais sans doute que sa vie de gouverneur ne lui laissait aucun répit. (elle est pas fut-fut hein !)

-MAAAMAAAAAAAAAAN ! J’AIII FAIIIIM !

Logan déboula des escaliers et s’arrêta dans l’encadrement de la porte, intrigué par le gouverneur. Il aurait pensé qu’il serait déjà parti…
Il s’avança alors, tout sourire, et s’assit à sa place. Lola lui demanda d’aller chercher le soldat d’Eghir mais déjà ce dernier apparaissait dans la maison, prenant place à son tour. Avait-il écouté à la porte ?
En tous cas, elle n’aurait pas à beugler dans toute la maison pour que son fils et cet homme n’arrive.

Le repas se déroula plutôt bien. Comme Logan était un véritable moulin à paroles, on ne se rendait pas vraiment compte du silence des autres convives. Lola, pour sa part, avait toujours apprécié la vivacité de son ‘chaton’, et s’amusa ainsi pendant tout le souper.
Elle ordonna ensuite à Logan de monter se laver et se coucher, mais celui-ci voulut absolument montrer quelque-chose de secret au gouverneur…(quoi ? Bah j’en sais rien ! Débrouille-toi Very Happy)

Lorsqu’Eghir fut de retour, la jeune femme demanda timidement :

-Tu restes dormir, alors ? Ton soldat pourrait dormir dans la chambre d’amis et toi…Y’a toujours mon lit…

Ses joues s’empourprèrent et elle baissa la tête. Elle était peut-être trop direct, mais elle rêvait depuis trop longtemps de sentir à nouveau la chaleur de son corps contre le sien…



[HS: Tu pourrais mettre de l'action...(...pas que cette action là roh!...Oui j'ai dit pas que 8D) XD genre des ombres qui débarquent, parce-qu'ils ont suivi Eghir...Des trucs comme ça Very Happy]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Dim 9 Sep - 22:29

Lola, n’attendit pas avant de lui proposer de rester à dormir. Maedren la regarda afin de la sonder. Elle faisait ça timidement, pas parce que c’était son devoir de citoyenne que d’offrir un toit à un voyageur de passage, mais parce qu’elle le désirait. Ses yeux le criaient, bien qu’elle sache pertinemment qu’il ne fallait pas. Après tout Eghir s’en moquait, c’était elle la femme adultère. Comme pour appuyer ses propos elle se mit sur la pointe des pieds pour déposer un baiser chaste sur ses lèvres.
Puis elle chuchota :


-Je t’aime, Eghir.

Le susnommé la regarda et pour seule réaction haussa les sourcils. Fut peut-être un temps son cœur aurait sauté de joie, hors il restait immobile. Glacé. Et ça lui convenait. Il avait passé l’age des cote de fées, et savait combien cette phrase, pourtant tellement importante aux yeux de Lola était ridicule. Elle n’avait aucune importance, la preuve était bien qu’elle fondait une famille avec un autre. Alors elle aurait pu lui dire n’importe quoi d’autre, mais elle ne semblait pas connaître le véritable sens de sa phrase. Elle n’avait peut-être jamais aimé. Car lorsqu’on aime, il n’y a aucune place pour un autre. Ni dans son cœur, ni dans sa tête, ni dans son lit.
Mais ce ne serait pas lui qui détruirait ses belles illusions. Elle menait sa vie comme elle l’entendait, si elle voulait s’enfermer pour toujours dans cette image de mère de famille, heureuse, quelle le fasse. Mais combien de temps cela lui conviendrait-il ? Et à l’Autre... ? Combien de temps avant qu’il aille voire ailleurs ? Avant qu’il ne réussisse plus à aimer assez Lola pour lui pardonner ses infidélités ?

Lorsqu’Eghir sorti de la chambre, Lola était attablé dans la cuisine. Elle semblait avoir pratiquement fini. Tant mieux, il n’avait pas envie de l’aider. Couper des carottes ne lui semblait pas envisageable. Pas qu’il n’en soit pas capable, juste qu’il ne voulait pas de ça dans sa vie. Peut-être avait-il prit l’habitude de son train de vie de gouverneur. Certainement même. Mais pourquoi s’entêter à faire de la cuisine, et se forcer à manger des trucs infect, alors que des gens passionnés et doués peuvent faire mille fois mieux ? Tout le monde gagne au change.
Mais la cuisine va avec l’image de la mère parfaite. Grand bien lui fasse. Peut-être devrait-elle travailler nue sous son tablier… Ca serait à ce moment là, nettement plus … intéressant.

Le gouverneur prit place à table et Lola vint prendre une chaise à côté. Elle le regarda longuement.


-Dis-moi, Eghir…Comment tu vas ? Je trouve…Que tu as l’air fatigué. Ca m’inquiète.


Maedren la regarda. Elle s’en souciait vraiment.. ? On aurait dit que oui… Alors il répondit franchement à sa question.


- Le boulot… Des problèmes. Beaucoup de problèmes, et des gros. Mais la vie suit son cours et ils semblent réglés, mais ça ne m’a pas évité le stress.

Juste après le petit gosse surgit en hurlant. Maedren el regarda. « maman j’ai faim ». Est-ce une façon de parler à sa mère.. ? Enfin ce n’était pas son fils, il espérait juste que le leur ne suivrait pas un tel chemin…
Peut-être son jeune âge influençait… Mais manquer de respect, surtout à sa mère était inenvisageable. Enfin tout cela ferait parti de ses joies de père, plus tard.

Finalement tout le monde se mit à table, et le repas se déroula sous les paroles abrutissantes de l’enfant, Logan.
Maedren avait tenté de prendre la parole mais l’enfant l’avait immédiatement reprise. Il avait tenté de l’interroger vers des sujets intéressants, mais il n’en avait fait qu’à sa tête. Alors il s’était concentré sur son assiette. Mangeable. Pas délicieux, mais c’était pas mal. Lola avait réussit à faire à manger. Un repas. Pas juste un truc tout bête, non, un vrai repas, composé.
Le repas toucha à sa fin, à la grande joie du soldat, qui semblait ne plus pouvoir écouter une seule parole de Logan et qui sorti immédiatement dehors, profiter du silence.
L’enfant entraina ensuite Maedren à l’étage, dans sa chambre. Cette dernière était remplie d’objet divers et variés. Tous en bois. Certainement sculptés mains. Un enfant gâté. Il faudrait en parler à Lola… Ce ne pouvait être bon pour son éducation…
Logan ne lui montra pas un objet en particulier comme la gouverneur s’y attendait, mais lui présenta tous ses jouets, leurs noms, des anecdotes de leur vie… Eghir le freina brutalement peu désireux de passer la nuit à l’écouter, surtout qu’il avait déjà donné avec le diner. Il réussit habillement à convaincre l’enfant d’aller se coucher, et le laissa seul dans le noir, après lui avoir souhaité une bonne nuit et de beaux rêves.
Il rejoignit Lola qui attendait sa réponse quand à leur nuit ici. Elle lui proposa même de coucher dans son lit.
Maedren ne put retenir un sourire goguenard lorsqu’elle en évoqua la possibilité. Lola rougit fortement et détourna la tête pour se redonner contenance.

Bien sur qu’il allait rester ! Surtout qu’elle semblait lui proposer une nuit torride. Il s’avança d’elle, toujours son sourire aux lèvres. Il lui murmura.


- Proposé d’une si agréable manière, je ne voudrais vous décevoir…

Ses lèvres frôlèrent la peau douce de Lola avant qu’il ne replonge ses yeux dans ceux de Lola.

- Tu devrais aller montrer sa chambre à l’autre sangsue… Et je pense que ton fils aimerait un petit bisou de ta part avant de dormir.

Puis tandis que Lola sortait s’occuper du soldat Maedren parti voir son fils.
Son fils… Ces mots sonnaient bizarrement. Il n’arrivait pas à se faire à l’idée. Il était père.

Il avait eu pourtant de nombreuses maitresses, mais aucune n’avais jamais eu d’enfants. Ou alors aucune ne l’avait gardé. La grossesse, dans leur milieu, était pratiquement toujours un gros désavantage. Et il en est de leur honneur, et de leur savoir, de ne pas tomber enceinte.


Maedren regarda l’enfant qui dormait. Il était minuscule. Ses petits poings étaient crispés, et sont nez fripé. Comme s’il faisait un mauvais rêve. L’homme passa une main, presque tremblante sur le visage du poupon. Il avait peur de lui faire mal, de la casser. Il semblait si fragile… Son index traça une ligne sur le front de l’enfant, et descendit jusqu’à son nez, en tentant de le décrisper.
Il prit ensuite conscience que Lola était là, et le nom de l’enfant s’imposa à lui.


Sia.

Il leva les yeux vers Lola, guettant sa réponse.



[l'action est pour plus tard ! Sinon je vais raconter trop de trucs..!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 21
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Ven 14 Sep - 20:51

Eghir s’avança doucement vers Lola, un long sourire compromettant suspendu aux lèvres. Lola se mordilla les siennes puis finit par sourire à son tour, ne pouvant résister plus longtemps.
Il s’approcha encore d’elle jusqu’à la frôler et murmura :

-Proposé d’une si agréable manière, je ne voudrais vous décevoir…

Il posa délicatement sa bouche contre sa peau, et un frisson de désir la parcourut. Elle avait tellement envie de se jeter dessus…Ah oui ! Mais qu’est-ce qui la retenait au juste… ? L’envie se lisait très clairement sur le visage de Maedren et elle n’attendait que le feu vert pour pouvoir le dévorer de baisers…Comme pour se faire comprendre, elle glissa ses doigts entre les siens, mais elle dut les retirer trop tôt à son goût car il continua, la regardant droit dans les yeux :

-Tu devrais aller montrer sa chambre à l’autre sangsue… Et je pense que ton fils aimerait un petit bisou de ta part avant de dormir.

La guérisseuse se contenta d’hocher la tête et partit en direction de la chambre de Logan. Il était installé confortablement dans son lit, essayant de comprendre les mots d’un livre. Il articulait sans bruit chaque syllabe, et la demoiselle eut un élan de fierté.
Il voulait déjà apprendre à lire ! Alors qu’il était encore si petit…Tandis qu’elle songeait à l’inscrire prochainement dans une école, le petit garçon leva les yeux de sa lecture et lui fit un énorme sourire. Puis il demanda, tout joyeux :

-Dis maman ? Tu me lis une histoire ? J’ai du mal à comprendre !
Lola s’approcha de son lit et lui prit le livre des mains, le rangeant sur le côté. Il émit une petite plainte mais, alors qu’il bâillait bruyamment, il dut se rendre à l’évidence : il était complètement…lessivé.

-Pas ce soir, chaton. Et puis tu es épuisé.

Il ferma les yeux, recevant avec un dernier sourire le baiser de sa mère adoptive, puis s’enfonça dans ses couvertures, entraînant une myriade de nounours avec lui.
Elle sortit donc de la pièce, cherchant le jeune soldat du regard. Elle faillit même l’appeler mais il apparut de nul part, lui arrachant un cri de surprise.
Il sembla s’en amuser et, vexée, elle lui désigna sa chambre en le dépassant, tête haute. Puis elle retourna dans la sienne, où Eghir était penché sur le berceau d’Elyas.

Lola faillit tousser doucement pour lui faire comprendre qu’elle était à nouveau là mais elle se retint au dernier moment.
Elle voulait observer Eghir et Elyas, ensemble. Elle voulait observer le père et le fils. Et le spectacle qui s’offrait à elle la fit sourire jusqu’aux oreilles…
Maedren devenait un vrai papa gâteau avec l’enfant ! (huhuhu) Il passait une main délicate sur le visage du bébé, comme ayant peur de le casser.
La jeune femme sourit de plus belle lorsqu’elle pensa à ce qu’il avait du ressentir lorsqu’il avait tenu son fils pour la première fois, quelques heures plus tôt. Elle se demanda même quelle aurait été sa réaction s’il était là lors de l’accouchement…Il aurait été alors le premier homme à prendre l’enfant dans ses bras.

PapagâteauEghir se rendit alors compte de sa présence et, d’un souffle, lui chuchota un seul mot. Un nom, pour être plus précis.
Le futur nom, elle le savait, d’Elyas. Le nom officiel, celui qu’elle devrait imposer à Soaric…Soaric ? Il semblait tellement, tellement loin maintenant…..

-Sia.

Lola s’approcha du berceau et caressa tendrement la tête du nouvellement nommé Sia. C'était un très beau prénom...Il avait vraiment bien choisi. Elle s'imagina leur fils, plus tard, entouré de ses amis. Elle essaya de se les représenter, l'appelant "Sia" puis "Elyas". Et elle dût rendre raison à Eghir....Sia lui allait nettement mieux.
Elle déclara, levant les yeux vers le gouverneur :

-Sia ? C’est très joli, c’est vrai.....Sia comment, au fond ? Maedren, Elwëe, Laent ?

Puisqu’elle n’était pas encore mariée, la jeune femme ne possédait pas encore le nom de famille de Soaric. Mais puisque le père légitime était Eghir…Il serait fort à parier que l’enfant prendrait son nom. Ce qui voulait dire que Soaric n’aurait absolument rien en lien avec le bébé…

-Bah, ce n’est pas notre soucis du moment, pas vrai ? Dis-moi, Eghir…Comment…

Elle leva les yeux vers lui. Elle allait lui demander comment avait-il imaginer sa vie, auparavant. Est-ce qu’il avait voulu être père, ou est-ce que ce serait une plaie pour lui désormais ? Enfin, vu comme il regardait Sia…
Bref, elle avait réservé beaucoup de questions pour lui mais lorsqu’elle croisa son regard, un regard tellement irrésistible, la phrase mourut sur ses lèvres.

Lola resta un moment comme ça, interdite, observant de haut en bas le gouverneur. Son cœur se mit à battre à du cent à l’heure et, n’y tenant plus, elle se jeta –littéralement- sur lui.
Elle s’empara de sa bouche, mêla sa langue à la sienne. Et tandis qu’elle passait ses bras autour de son cou, elle murmura :

-Ca fait depuis longtemps que j’attendais ce moment, Eghir…Mon Eghir, comme je t’aime…


[HS : aaah…Cette dernière phrase…va encore te révolter ! XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Lun 17 Sep - 19:38

[t'es impossible !! XD Et bien sur que Sia c'est mieux qu'Elyas he ! >.< pfff... Razz je vais donc devoir interrompre ce baiser pourtant prometteur ...!!]






-Sia ? C’est très joli, c’est vrai.....Sia comment, au fond ? Maedren, Elwëe, Laent ?

Maedren la regarda, réfléchissant. Il se souvenait que le nom de l'Indésirable était Laent, donc Lola devait s'appeler Lola Elwee. Il n'avait jamais entendu ce nom, mais il était joli, agréable à entendre. Mais avant qu'il ne réponde, Lola s'était emparée de sa bouche.
Ce baiser c'était elle qui le désirait et elle y mettait tant de force. Il sentait que la nuit allait être sportive... Tant mieux !
tandis que les mains du gouverneur se faufilaient sous les vêtements de Lola, cette dernière détacha leur bouches.





-Ca fait depuis longtemps que j’attendais ce moment, Eghir…Mon Eghir, comme je t’aime…

Maedren se stoppa.
Il était immobile, se demandant comment réagir. Il ne pouvait pas laisser passer ça.

Se ressaisissant, il plaqua Lola contre un mur et ses mains habilles mirent rapidement Lola au supplice. Cette dernière murmurait son nom avec un désir grandissant, et il était dur pour lui de ne pas y répondre. Sa bouche était taquine caressant la peau de la jeune femme partout, mais ne la laissant pas prendre le moindre contrôle. Il voulait qu'elle se sente fiévreuse et le désire comme jamais elle n'avais jamais désiré un homme. Il savait y faire, et faire trainer les choses en longueur rendait Lola de plus en plus impatiente. Il la sentait tendue, mais ne répondait à aucune de ses avances, il la rendait tout simplement folle.
Lorsqu'elle ne put retenir un gémissement, preuve qu'elle était plus que prête à l'accueillir, Maedren approcha sa bouche de l'oreille de la jeune femme et murmura :


- Tu..

Cependant il n’eut pas le temps de dire quelque chose qu'il puisse regretter, ni même de finira sa phrase car, à cet instant, un arbre abattis sur la maison. Il s'écroula, emportant avec lui le toit, écrasant les planches de bois et tout ce qui se trouve sur son passage. Au dehors, la nuit était noire. les éléments de déchainaient et les deux amants, tout à l'heure préoccupations n'avaient rien saisi. Le vent sifflait à leurs oreilles et la pluie battante limitait leur champ de vision, et les gelait jusqu'à la moelle.
Mais aucun d'eux ne réalisa immédiatement ce qu'il se passait. Maedren fut touché par l'arbre, et bientôt un hurlement empli la nuit.





[merci de votre participation.. cependant aucune de vous n'a réussi à trouver la bonne phrase donc je vous zut ! Je suis en train de faire un film catastrophe... A moins que Maedren devienne fou et délire (car c'est peut-être Lola qui s'est écrasée sur la maison et sur lui) car ce qu'il a mangé était empoisonné/indigeste... 8D]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 21
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Dim 23 Sep - 19:57

Maedren plaqua Lola contre le mur (genre un plaquage de rugbyman Very Happy) et débuta ses caresses (mraouw). Ses mains expertes se faufilaient partout, effleurant sa peau, chatouillant le désir de la jeune femme au plus profond de son être.
Il faisait tout pour qu’elle ait envie de lui et cela marchait amplement. Plusieurs fois elle essaya à son tour de lui procurer du plaisir mais chaque fois il repoussait ses avances, reprenant l’assaut sur (mon dieu, je veux dire des trucs mais ça fait pervers O.O trouver un truc qui fasse bien ! Au secours !) son corps (bon, c’est déjà ça XD).

Il la torturait presque et elle ne pouvait qu’attendre que finissent ses supplices…Même s’il était clair qu’elle adorait ça.
Ce ne fut que lorsqu’elle ne put plus s’empêcher de pousser un gémissement qu’il s’arrêta, s’approchant doucement de son oreille pour chuchoter :

-Tu…

(rlututu) mais il ne put achever sa phrase, ni même faire aucun geste. En fait, c’est très simple : il n’eut le temps de rien du tout. Un arbre venait de transpercer la maison, s’écrasant de tout son long sur les planchers en bois, emportant avec lui tout le travail que Soaric avait passé dessus. (Je te vois bien « BWAHAHAH ! JE SUIS MACHIAVELIQUE » Nel…Ah, quelle sadique tu fais ! Aurais-tu pris des cours avec Diable ?)
Tout s’effondra. La maison, les meubles…Tout n’était plus que charpie, désolation absolue. (sortez les violons).
Ce ne fut qu’après quelques minutes du drame que Lola se rendit compte du froid pénétrant dans sa peau, de la pluie coulant à flot sur son corps…Mais ce qui la paralysa sans doute le plus, ce fut la vision de Maedren, sur le sol. Du sang se propageant lentement sur ce qu’il restait du plancher. (appelez les pompiers !Piiin pooon)

Lola hurla, et ne sut d’abord comme réagir (heum…soigne-le, peut-être ?). Elle regarda autour d’elle à la recherche d’un repère, complètement perdue. Elle entendit Elyas nouvellement renommé Sia hurler, et Logan déboula dans la chambre, transi de peur. Bientôt, le jeune homme accompagnant le gouverneur apparut aussi et ce ne fut que lorsqu’elle sentit du vent sur ses fesses que Lola réalisa qu’elle était complètement nue. (je sais, j’ai une manière trop classe de le dire)

Elle enfila donc un peignoir vite fait et s’agenouilla près d’Eghir. Il avait une moitié de lui écrasée par l’arbre, et jamais elle ne pourrait arriver à le soulever seule (quelqu’un connaît le numéro de Superman ?).
Se tournant vers le garçon, elle murmura :

-Aide-moi…Je t’en prie. Il respire encore.

Il eut quelques secondes d’hésitation puis il s’efforça de surélever le tronc, Logan l’aidant du mieux qu’il put.
Les cris du bébé redoublaient à mesure qu’on le laissait sur le côté, se faisant tremper par la pluie battante. Le vacarme du vent et de l’averse étaient assourdissants, aussi eurent-ils beaucoup du mal à communiquer entre eux…
Mais après maints efforts, le corps du gouverneur put être sauvé.

-Maman ? Il est mort ? demanda Logan, inquiet.

-Non. Il ne peut pas mourir ! Le peuple a besoin de lui ! Toi ! Aide-moi à l’emmener dans la chambre d’amis…Ici la pluie est un poids. Logan, occupe-toi de ton petit frère.

-Mais mamaaaaaan !

-Fais ce que je te dis !

Le petit baissa la tête et partit en direction du berceau, tandis que sa mère adoptive et le protecteur du gouverneur emmenaient ce dernier dans ladite chambre.
Lola nettoya rapidement le sang maculant Eghir et scruta de ses mains habiles ses membres pour vérifier son état.
Il avait une jambe et un bras touchés, et apparemment, des côtes fêlées rendant sa respiration difficile. (c’est qu’il se fait vieux, il résiste plus à rien !). Elle entreprit donc de le soigner, de le panser et de lui faire avec les outils de la maison un plâtre pour ses membres en compote. Le mieux aurait été d’aller dans le village le plus proche pour qu’il soit vraiment au sec mais dans son état, il aurait été difficile de le transporter…Déjà que ça avait été galère de l’emmener jusqu’à la chambre d’amis ! (il doit stopper les desserts !) En plus, les routes devaient être inondées à l’heure qu’il était.

-Que fait-on, madame ? Va-t-il tenir le coup ?

Lola avisa le défenseur du gouverneur. Il semblait véritablement inquiet.(il peut bien !) Elle voulut répondre que non, il ne succomberait pas. Qu’il survivrait de cette terrible nuit sans trop de séquelles…Qu’il pourrait même reprendre ses fonctions le lendemain même.
Mais les mots restèrent coincés dans sa gorge et elle fut incapable de dire un mot. Seuls ses yeux parlaient pour elle, et ils semblaient hurler au monde sa souffrance, sa frayeur et son inquiétude. Mais par dessus tout, on pouvait y lire que non, elle n’était pas certaine qu’il sorte indemne de l’accident. Qu’il n’y avait que trop peu d’espoir…

S’asseyant sur le bord du lit, de manière à pouvoir veiller sur lui et apporter tous les soins nécessaires, Lola se mit à chanter d’un langage étrange, mélodieux, chuchotant presque. C’était une langue perdue, que l’on entendait plus à Jakar, mais dont la famille de la guérisseuse en perdurait l’existence par la chanson.
Et même si l’ont ne comprenait pas cette langue, on percevait tout à fait le message d’espérance qu’elle tentait de faire passer.

-Et Eärello….Endorenna utúlien.

Et chacun priait intérieurement pour que le gouverneur ouvre les yeux soudainement, pour qu’il se manifeste. Pour qu’il démontre que ce n’était pas les dernières heures de sa vie qui s’écoulaient lentement…
Un seul geste pourrait les rassurer, face à ce corps immobile, dont la pâleur rivalisait celle des fantômes.
Un seul geste.

-Sinome Maruvan....ar Hildinyar tenn' Ambar-Metta...


[Chanson tirée du seigneur des anneaux =D Et pour ceux qui se demandent pourquoi j'ai fait ça : parce-que c'est classe Cool ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Jeu 27 Sep - 19:24

[ je l'imaginais, se relever brutalement : BOUUUH! .. XDD mais je me suis dit que Lola l'étriperait... Razz]



Maedren reprit connaissance douloureusement. Il reprit connaissance ? Il ne se souvenait pas s'être évanouit.. Que s'était-il passé ..? Les éléments avaient du mal à se remettre en place dans sa tête. tout tournait. Tout était sombre. Peut-être parce qu'il avait les yeux fermés... Oui ça devait jouer. Il les ouvrit. Du moins tenta de les ouvrir. La tâche était tout sauf aisée. Ses yeux semblaient collés, comme s'il valait mieux pour lui ne pas voir ce qui se passait[he oui ! Une Lola presque à poil... faudrait pas choquer!]
Il prit le va les mains afin de se frotter les yeux. Elles pesaient un âne mort ! Non, même âne mort n'était pas aussi lourd ! Et cette douleur dans le dos, lorsqu'il tentait de lever la main... Atroce.

- Mmw(a)l au dos...

Le début de sa phrase était resté plus ou moins scotché dans sa bouche, mais il avait réussit cette fois ! Il arrivait à parler ! miracle !
Il entendit du bruit autour de nuit. Il n'était donc pas seul... Ha non ! il avait froid d''ailleurs. Il sentait des pics glacés partout sur son corps... Son corps ? Mais jusqu'où s'étendait-il ? Pourquoi faisait-il si mal ?! Plus court ça serait mieux...
Soudain une main chaude.
Ah chaude.. peut-être pas non plus, mais comparé au froid qui mordait sa chaire nue.
[O.O euh oui... Lui aussi est nu comme un vers... Lola a profité de sa faiblesse pour le déshabiller ! mais pour pas choquer le petit, t'as qu'a dire que t'as mis un bout de tissu pour cacher son appareil ! Enfin... plus un draps ou une couette vu la taille ... *sors très loin sous la pluie*]Les doigts fin remontait le long de son torse. Une femme. Oui ces doigts ne pouvaient appartenir qu'à une femme ! Tant mieux... Il aimait que les femmes prennent soin de lui...
Il senti des mains le retourner. Le fait qu'il y en ai quatre ne le choqua pas, le faisant au contraire fantasmer.. Il n'avait jamais fait l'amour avec une femme à quatre mains... Quatre bras, ce devrait être encore plus enivrant !
Puis ces mains, qui au final n'étaient plus que deux, commencèrent à le masser. Doucement. tendrement. Hum.. Non il ne tenait pas à se réveiller de ce délicieux rêve.

les souvenirs revenaient lentement. Lola. Le visage de la demoiselle fut bientôt l'heureuse gagnante de ces mains expertes. Ses pensées prirent rapidement un autre tour, plus brutale. Plus fougueux.
Puis soudain l'arbre lui revint en mémoire. la tempête, l'accidemnt... tout.

Sous le choc, il se releva brutalement, écarquillant les yeux. La douleur de son dos le força à se replier, lui permettant de cacher les réactions de son corps, car la serviette ne protestait maintenant plus que le meuble, et lui était tourné, près à se lever.
Son ardeur retomba, lu permettant de retrouver un minimum de dignité, lorsqu'il vit autour de lui. la pièce était dévastée... La nuit était noire, et seule la lune éclairait la scène. Les torches devaient sans cesse s'éteindre. L'autre bout de la maison était encore debout, mais on voyait l'eau s'y engouffrer, emmenant avec elle des tonnes de boue. Une vraie catastrophe...
Et Lola était là. Et il était content que ce soit bien elle, il aurait été plus que déçu s'il avait découvert que c'était son gardien le masseur... Mais non, c'était une jolie jeune femme !
Nue sous son peignoir, qui s'était merveilleusement ouvert. Au moins ils étaient à égalité...
Ses yeux étaient emplis d’effrois. Il fallait dire que la situation s'était renversée et elle avait tout perdu. Mais si elle était à son chevet, c'est que ses fils allaient bien.

Le gouverneur se leva, la pluie battant contre son visage, puis ruisselait le long de son torse, dégoulinant sur tout son corps. Il s'approcha de Lola, bien qu'il ai mal partout. Son visage était crispé, mais il ne se plaindrait pas, il était en vie.
Il embrassa Lola à pleine bouche, ses mains encerclant le corps élancée de Lola, se faufilant sous le peignoir. Au chaud. La chaleur de son corps le réchauffait tout entier, et la force de leur baiser lui donnait la force dont il manquait. la force de continuer à marcher et à vaincre la douleur. La force aussi de sauver leur fils...
Enfin, une fois qu'ils auraient fait ce qu'ils avaient faire !


EDIT : C'est plus fort que moi désolée !!! JE sais ce que vous devez faire !!! Reconstruire la belle maison pour que quand Soso revienne tout sois niquel chrome ! Et puis...cela fera des muscles au Gouv' XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 21
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Sam 6 Oct - 23:13

(Ralala….On est vraiment impossibles toutes les deux…)

Lola resta longtemps penchée sur le corps de Maedren. Elle surveillait le moindre de ses mouvements, écoutait longuement sa respiration afin de s’assurer qu’elle était paisible. De temps en temps, il lui semblait tellement figé qu’elle prenait sa main et pressait ses doigts dessus, pour vérifier que son cœur battait encore.
Elle était complètement épuisée, mais ne pouvait laisser le gouverneur dans cet état. Parce-qu’il occupait une fonction importante et qu’il était respecté, et que sa mort ferait sans aucun doute beaucoup de dommage sur Jakar…
Mais aussi parce-qu’elle l’aimait, et l’idée qu’il disparaisse à jamais lui était insoutenable. Ne plus pouvoir admirer son visage que dans l’ombre de ses souvenirs…Il s’était ancré en elle dès le premier jour où ils s’étaient rencontrés. Il avait pris possession de son corps, de son âme ; et si elle devait s’en défaire, ce serait comme si elle s’abandonnait elle-même. Il ne pouvait pas mourir.
Il ne pouvait pas.

Le jeune garde d’Eghir était intenable. Il semblait vraiment inquiet, cherchait toujours quelque-chose à faire pour se rendre utile. Il surveillait l’état de son maître, s’asseyait, se relevait, allait voir Logan et Sia, revenait. Il ne savait plus où donner de la tête, et se demandait comment Lola pouvait paraître si calme.
Ah ! S’il avait pu se faufiler à l’intérieur de son esprit ! Il serait devenu complètement fou. D’ailleurs, elle se demandait comment ne pouvait-elle pas succomber à cette folie.

Finalement, le garçon fut tellement intenable qu’elle lui ordonna de se coucher. Il voulut protester, comme un enfant, mais elle lui décocha un regard si furieux qu’il ne protesta pas longtemps. Logan et son frère avaient fini eux aussi par s’endormir, laissant la maison plongée dans le silence qui suit une catastrophe.
Seule la pluie enragée tombait avec violence sur ce qui restait du toit, comme si elle donnait des coups à la surface, en colère contre un ennemi qu’elle seule connaissait.
Lola attendait. Calme, bouillonnante, silencieuse et bruyante à la fois. (oui, elle est trop forte Very Happy).

Puis vint le miracle. Le moment tant attendu, inespéré. (vous entendez la musique épique ?x) Maedren ouvrit doucement les yeux, détaillant la pièce du regard. Il semblait encore endormi, les yeux pâles et la douleur le faisait grimacer de temps en temps.
Mais il vivait.

La jeune femme se sentit sourire, tandis que la pluie coulait sur son visage, emportant des larmes invisibles au passage.
Sa gorge était nouée, elle était incapable de prononcer un seul mot. Et puis, elle n’osait pas bouger de peur que ce ne soit qu’une illusion, un songe, et qu’elle se réveille en sursaut ou que l’image s’évapore comme elle était venue.
Il lui semblait tellement fragile à cet instant qu’elle ne voulait pas se jeter dans ses bras, le cassant en mille morceaux. (qui se propose de reconstruire le puzzle ? Soso ! Lâche ce morceau ! Accepte ton infériorité ! *sort*)

Eghir faufila ses mains glacées sous le peignoir de Lola, profitant de la chaleur qu’elle lui apportait.
Il s’empara ensuite de ses lèvres et, ivre d’amour, elle se laissa faire alors qu’il devait encore recevoir des soins.
Elle se laissa porter par son amour, son envie d’elle, et s’unit à lui avec fougue et passion. Tout son être lui appartenait, son âme se mêlait à la sienne en même temps que leur corps. Elle en revoulait, ne se lassant pas de leurs étreintes (que voulez-vous, il est tellement doué), du pouvoir qu’Eghir conférait sur elle. Il la possédait.

A la fin de l’amour, elle s’allongea sur le côté pour lui faire face, rayonnante. Son sourire éclairait son visage, ses yeux pétillaient de malice. Elle était totalement heureuse, comblée.
Lola passa ses doigts sur ses traits, suivant les courbes de ses petites rides, le contour de ses lèvres. Elle voulait imprimé ses contours sur sa peau, pour pouvoir à jamais s’en souvenir.
Elle chuchota doucement :

-Comment fais-tu, Eghir ? Comment fais-tu pour me transporter si loin ? J’ai l’impression d’être au paradis. Avoue-le, tu es un ange ? Tu es ange. Personne ne peut être aussi bien que toi. Non, personne.

(ouuuh...Soso est vexééé!)La guérisseuse resta un instant pensive à le regarder, ne cherchant pas à obtenir réellement une réponse. Puis elle sauta sur ses pieds et lui prodigua d’autres soins, l’obligea à avaler une substance verdâtre pour qu’il ne ressente plus la douleur.
Elle attendit qu’il semble complètement reposé, satisfait et calme pour lui annoncer :

-Il va falloir partir, je ne sais trop comment. Le terrain devient dangereux, la rivière est en train de déborder et elle inondera la maison. Mais personne n’est assez fou pour voyager sous une nuit pareille ! Les routes doivent être dans un état pitoyable. Je ne peux pourtant pas te laisser ici. Il faut que tu sois au chaud, au sec, à l’abri. Et puis, il me faut d’autres plantes. Je ne sais pas comment faire…

Elle se laissa tomber lourdement sur le lit, prenant son visage entre deux mains. Il fallait partir vite, sinon ils seraient perdus.
Mais ils n’avaient aucun moyen de partir ! Lola tourna la tête vers le gouverneur, cherchant à se rassurer dans ses yeux.
Qu’allaient-ils faire ? En restant ici, ils courraient tous à une mort certaine. En partant sur la route, ils risquaient de rencontrer bon nombre de glissement de terrains, et d’être emportés à leur tour.
Dans tous les cas, ils étaient coincés. Persuadée d’être condamnée, la jeune maman s'allongea sur le lit, ramenant son corps chaud contre celui de Maedren. Elle déposa sa tête sur son torse, attendant que cet ange la libère des griffes des enfers…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Ven 12 Oct - 19:56


Ils firent l'amour.
Une fois. Mais chaque instant apportait à Eghir un réconfort intense. Il goutait Lola comme il ne l'avait jamais fait. Il oubliait où ils étaient. Ce qu'il s'était passé. ... Tout.
Plus rien ne comptait si ce n'étais leurs corps qui ne faisaient plus qu'un.

Finalement, lorsque leurs pulsions se calmèrent et que leurs sens étaient rassasiés de l’autre, Lola souriait. Son sourire aurait illuminé la nuit, et rendu n'importe quel homme fou d'amour. La femme passa tendrement sa main sur les traits virils du gouverneur et prit la parole.



-Commentfais-tu, Eghir ? Comment fais-tu pour me transporter si loin ? J’ai l’impression d’être au paradis. Avoue-le, tu es un ange ? Tu es ange. Personne ne peut être aussi bien que toi. Non, personne.
Elle n'attendit aucune réponse et lui fit les soins que son corps réclamait. Maedren se sentait gonflé d'orgueil et l'aveu de Lola lui faisait un bien fou. Jamais on ne lui avait dit de telles choses...
Il ne voulais pas s'éterniser sur la fin de la phrase, il ne voulait plus réfléchir. Pour le moment il souhaitait juste profiter. Et ne plus souffrir. Car il avait quitté son petit nuage depuis que l'artisane avait cessé ses caresses.
Il du boire une potion infecte, avec une couleur plus que louche. Mais il la bu.

L'effet fut assez rapide et le gouverneur senti la douleur affluer. C'était un miracle ! Ils pourraient certainement refaire l'amour, ses performances n'en seraient pas diminuées cette fois..!
Mais Lola mit fin à ses espoirs.

-Il va falloir partir, je ne sais trop comment. Le terrain devient dangereux, la rivière est en train de déborder et elle inondera la maison. Mais personne n’est assez fou pour voyager sous une nuit pareille ! Les routes doivent être dans un état pitoyable. Je ne peux pourtant pas te laisser ici. Il faut que tu sois au chaud, au sec, à l’abri. Et puis, il me faut d’autres plantes. Je ne sais pas comment faire…

Eghir écarquilla les yeux surprit. Allons-bon... Manquait plus que ça. Il n'en avait ni besoin ni envie. Surtout que la jeune femme attendait sa réponse. Comme s'il était le plis apte à juger. Ce n'était pas lui qui habitait ici et connaissait tous les risques.

- Vous habitez une maison dans un endroit aussi risqué ?!

Il se retint de dire que par ce comportement stupide elle mettait son fils en danger. Tenir sa langue lui permettrait d'éviter une colère de l'artisane. Il ne voulait pas la provoquer, surtout que ça semblait assez pressant et dangereux.
Tandis que Lola tentait de justifier cette implantation le gouverneur réfléchit.

Il n'était pas habituer à devoir fuir les éléments. En fait il lui semblait que ça ne lui était jamais arrivé. C'était une première fois... dont il se serait bien passé.


- Il faudrait se mettre en hauteur. Y a-t-il une colline avec une auberge située près d'ici dans un tel endroit ..? Il n'y croyait guère, cependant ça semblait la meilleure option. La suivant ne lui plaisait pas... Si non il va falloir se réfugier dans la forêt. Trouver les arbres massifs, assez éloignés de la rivière et s'y réfugier en attendant que tout les éléments se calment. Dans tous les cas on ne peut pas prendre le risque d'attendre notre mort ici.

Il se leva, grimaça un coup parce qu'il l'avait fait trop rapidement, et se dirigea vers la porte. Il jeta un coup d'oeil aux alentours et trouva finalement des vêtements en bon état et pas encore trempés. Mais cela ne durerait pas il le savait.

- Il faut prendre des couvertures pour se protéger de la pluie, des aliments non périssables, qui pourraient nous aider à tenir cette nuit. Je vais prévenir le jeune homme qui m'accompagnait. Nous prendrons les deux chevaux tandis que lui ira à Aspérence de son mieux afin d'y chercher des secours
(entendre un carrosse imperméable avec des banquette moelleuses ! =D Je tenterais même avec une pièce spacieuse à l'arrière bien entendu insonorisée... Car tout le monde sait bien que les vêtements mouillé c'est très... excitant 8D).

Le gouverneur rejoignit rapidement la chambre désignée et expliqua la situation à l'homme ahuri. Bien que celui-ci rechigne à les laisser seuls, l'idée de leur porter secours le convainquit de partir sur le champ. Maedren trouva ensuite Lola dans le couloir avec Sia dans les bras et tenant Logan par la main.
Eghir ne put s’empêcher de sourire en la voyant porteur leur fils contre son cœur. Malheureusement son, visage crispé cassait cette image idyllique.
Il leur fallait fuir.

Le gouverneur prit le nourrisson dans ses bras.

- Vous deux prendrez un cheval et moi l'autre. J'espère que vous savez monter...
La petite troupe se dirigea ensuite vers l'écurie. Enfin le lieu où étaient stocké les bêtes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 21
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Dim 21 Oct - 22:44

-Vous habitez une maison dans un endroit aussi risqué ?!

Lola fit une grimace. D’accord, l’idée d’habiter ici n’était pas très stratégique. Mais Soaric ne lui avait pas vraiment demandé son avis, en lui imposant une maison érigée dans ces lieux. Pas que ça ne lui plaise pas, bien au contraire !
Elle adorait cet endroit. Comme jamais elle ne le pourrait. Le luxe d’un château, la magnificence d’un immense palais…Tout ça, c’est bien riche et somptueux, mais rien d’autre que cette petite forêt bordée d’un cours d’eau ne pouvait autant lui apporter une sensation de calme, de paix.
C’était peut-être un endroit risqué mais...Non, c’était un endroit risqué. Mais le plus beaux de tous… !

Elle chercha à se défendre, à justifier la situation. Elle voyait bien que ça ennuyait le gouverneur, pour sa sécurité mais surtout pour celle de son fils et qu’il était à deux doigts de lui faire un long sermon, aussi se devait-elle de se protéger.
Réfléchissant à toutes sortes de répliques, qui ressemblaient pour la plupart à des excuses, la jeune guérisseuse jouait nerveusement avec une mèche de ses cheveux.
Puis comme s’il remarquait sa gêne, Maedren poursuivit sur un tout autre chemin :

-Il faudrait se mettre en hauteur. Y a-t-il une colline avec une auberge située près d'ici dans un tel endroit ..? Si non il va falloir se réfugier dans la forêt. Trouver les arbres massifs, assez éloignés de la rivière et s'y réfugier en attendant que tout les éléments se calment. Dans tous les cas on ne peut pas prendre le risque d'attendre notre mort ici.

Lola réfléchit à la question. A sa connaissance, il n’y avait pas de colline aux environs, sinon sur la route pour se rendre aux différents villages…Mais elle serait probablement inondée, à l’heure qu’il était.
Et la seule auberge proche d’ici se trouvait dans les villages eux-même. Bref, ils étaient vraiment dans une mauvaise position.
Ils n’avaient donc d’autres choix que de se réfugier dans la forêt. Et comme elle commençait à la connaître par cœur, s’y promenant souvent avec ou sans Soaric…Elle savait d’avance où trouver les arbres imposants.
Elle n’avait plus de maison, peut-être plus de Soaric, mais au moins elle avait la certitude de rester en vie…Du moins temporairement.

Maedren se leva de son lit en grimaçant et la guérisseuse courut jusqu’à lui. Il ne fallait pas qu’il se lève trop vite, bon sang ! Il n’était pas encore en état. Et tandis qu’elle le voyait souffrir, elle se demanda…Comment elle ferait pour s’enfuir de sa maison avec un homme à moitié blessé. Pfiout ! Envolée la certitude d’être en vie jusqu’au lendemain au moins !
Il trouva des habits secs et les enfila en déclarant :

-Il faut prendre des couvertures pour se protéger de la pluie, des aliments non périssables, qui pourraient nous aider à tenir cette nuit. Je vais prévenir le jeune homme qui m'accompagnait. Nous prendrons les deux chevaux tandis que lui ira à Aspérence de son mieux afin d'y chercher des secours.

Et sans un mot de plus, il partit vers la chambre du garçon. Lola resta un moment sans bouger. Les gouttes ruisselaient sur sa peau, perles sacrées mais éphémères. Comme la vie. Comme leur vie, suspendue à un fil au dessus du vide. Un faux pas, et s’en était fini d’eux.
Elle se sentait mal. Terriblement mal.
Et pas simplement parce-qu’elle prenait lentement conscience que sa maison, son nid douillet adoré était complètement détruit. Non…Elle réalisait enfin…Qu’elle venait de tromper Soaric. Encore une fois.
Elle cherchait dans sa mémoire un moment où elle lui aurait promis de ne plus recommencer, mais n’en trouva pas…N’était-elle pas pardonnée, dans ce cas ? Il savait qu’elle l’aimait encore, non ? Il se doutait bien que….
La jeune femme soupira. Essayer de se trouver des excuses ne résoudrait rien. Ca ne refermerait pas les cœurs brisés, ça ne ferait pas effacer le passé…A moins…Oui. A moins qu’elle ne lui dise rien. Qu’elle fasse semblant que tout va bien dans le meilleur des mondes. Qu’il ne s’est absolument rien déroulé entre elle et le gouverneur, cette terrible nuit de tempête, puisqu’il n’était jamais venu.
Lola pouvait être une enfant sage, mais excellait dans l’art du mensonge. Il lui suffisait juste de le vouloir.
Comme ça, il n’y aurait plus de la souffrance sur le visage de Soaric. Elle garderait ça pour elle, et tout irait pour le mieux.

La mère sortit lentement de sa léthargie et entreprit de se mettre en mouvement. Elle se remémorait les paroles de Maedren. Que lui fallait-elle, déjà ? Des couvertures. Des aliments non périssables. Les cheveux. (…merde. Des CHEVEAUX !XD)
Elle partit à la recherche d’un sac assez grand pour contenir tout son attirail, et entreprit ensuite d’entasser les affaires dedans. Elle trouva assez de nourriture pour tenir deux jours, un produit pour purifier l’eau et des habits secs pour tout le monde. Elle chargea aussi sa besace de médecine de toutes sortes de médicaments et pansements qu’ils pourraient avoir besoin.

Et seulement après cela, elle monta prévenir Logan de leur départ imminent. Lorsqu’elle passa sa tête dans l’encadrement de la porte, elle le trouva endormit près du berceau de Sia. Elle s’en voulait presque de le tirer du sommeil, mais elle n’avait pas d’autre choix.
Le secouant légèrement, la jeune femme lui chuchota pour ne pas le brusquer :

-Debout Logan…Nous devons y aller.

-Y aller où ? J’veux pas…j’suis bien ici…laisse-moi dodoter…

Il s’enroula dans sa couverture avant de se remettre à ronfler légèrement. Lola soupira, le secoua une deuxième fois plus fortement, et le força à la regarder dans les yeux. Pour qu’il voit à quel point c’était urgent.
L’effet fit mouche et il afficha une mine inquiète en demandant, la voix brisée :

-Maman ? Qu’est-ce qu’il y a ? Et pourquoi il fait si froid ?

-Disons que la maison est pas en très bon état, avec la méchante tempête dehors…elle marqua une pause, avant de poursuivre : Nous devons partir, sans doute pour quelques jours dans la forêt. Tu aimes bien ça, la forêt, non ? Ca va être amusant, tu vas voir.

-J’veux pas aller dans la forêt ! J’veux rester ici ! Maman ! J’ai peur !

Malgré tous ses efforts pour rester vaillant, il éclata en sanglots et Lola le berça quelques instants dans ses bras pour le calmer.
Elle lui susurra des mots doux et l’encouragea à affronter ces jours prochains, lui présentant ça comme un acte purement héroïque, ce qui eut effet de le rebooster.
Il se campa sur ses pieds et sourit, lui demandant comment il pouvait se rendre utile.

-Reste avec moi, c’est tout ce que je te demande…

Lola prit ensuite Sia dans ses bras et se dirigea dans le couloir, juste à temps pour voir Maedren se diriger vers le palier.
Il prit le bébé dans ses bras, qui gémit légèrement avant de se rendormir, et déclara :

-Vous deux prendrez un cheval et moi l'autre. J'espère que vous savez monter...

La jeune femme hocha la tête et tous se dirigèrent vers l’écurie, montant ensuite les chevaux. Lola prit la tête du groupe, affirmant connaître la forêt comme le fond de sa poche, et sortit donc la première des lieux.
Ils se dirigèrent vers l’entrée de la forêt, et elle ne put jeter un regard en arrière vers sa maison. Inutile de préciser qu’elle était vraiment dans un sal état…

Quelques heures de cataclop plus tard, la petite troupe arriva en vue d’un magnifique chêne dont le tronc imposant semblait toucher le ciel.
Ils s’entassèrent en dessous, et Logan se mit à jacasser lorsqu’il se rendit compte que ce n’était rien d’autre que l’endroit où Soaric et lui avaient construit une petite cabane, capable d’abriter les voyageurs égarés des tempêtes.
Justement ce qu’ils avaient besoin.

Lola sourit de toutes ses dents, rayonnante, et grimpa dans la petite maison à la suite de Logan, laissant les cheveux sous les grandes branches du chêne.
L’habitation – si l’on pouvait dire ça- était vraiment petite, mais raisonnable. Pourvu de deux matelas et d’une lanterne, elle offrait un lieu semblable au paradis pour tous ceux qui cherchait un refuge.
Ils se séchèrent tous les trois, bien contents de trouver un abri digne de ce nom.
La maman rompit le silence en déclarant :

-Hé bien, Logan, je suis fière de toi. Tu as été un petit garçon exemplaire durant le voyage ! Un vrai héros ! Maintenant, si tu voulais bien être encore plus sage et t’endormir…

Il bougonna un instant avant de filer sous ses couvertures, fermant les yeux presque aussitôt. La demoiselle le regarda un instant, attendrie, puis se tourna vers le gouverneur qui tenait toujours Sia dans ses bras.
Elle tendit les mains vers lui et s’en empara, portant le poupon contre son cœur. Elle chuchota ensuite :

-Tu penses que la tempête s’arrêtera bientôt ? Où crois-tu que l’on devra rester ici quelques temps, à vivre comme des primitifs ? Hmmm…note que toi en homme sauvage, complètement nu…

Lola sourit une nouvelle fois, oubliant une nouvelle fois Soaric. Elle se rapprocha du gouverneur, dans le but de se réchauffer contre son corps (pas que ça à mon avis !) et partit aussitôt dans le monde du sommeil.
Elle ignorait totalement comment demain serait fait, mais pour le moment, mis à part les petits inconvénients, elle n’avait jamais été aussi heureuse.
Jamais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Ven 26 Oct - 18:13



Lola connaissait bien la forêt et guida aisément la petite troupe. Pas une seule fois le jeune Logan ne se plaint, il semblait presque s'amuser. Quand à Sia... Maedren le gardait fermement contre son cœur, emmitouflé sous les couvertures. Si le nourrisson au début n'avait pas aimé ce voyage forcé, la pluie et le mouvement, il s'était maintenant endormi, bercé par le rythme du cheval et par les battements du cœur du gouverneur.

Leur périple se finit au pied d'un immense arbre. Il devait au moins être centenaire. Son tronc était vigoureux, et ses branches s'élevaient haut dans le ciel. Ils attachèrent les chevaux, mais en leur laissant toute fois la possibilité de fuir en cas de danger imminent, et entamèrent l’ascension. Eghir n'était pas au mieux de sa forme, mais Lola, avec sa robe s'en sortait encore moins bien que lui. Le jeune Logan, lui, caracolait en tête.
Plus haut une cabane était bâtie. Ils y pénétrèrent et le gouverneur eu la surprise d'y trouver des matelas et de quoi s'éclairer.


-Hé bien, Logan, je suis fière de toi. Tu as été un petit garçon exemplaire durant le voyage ! Un vrai héros ! Maintenant, si tu voulais bien être encore plus sage et t’endormir…


Le jeune garçon ronchonna pour la forme avant d'obéir. Lola se tourna enfin vers Maedren et lui arracha l'enfant des bras. Eghir ne dit rien mais n'apprécia pas vraiment le geste, ni la fin de son discours.



-Tu
penses que la tempête s’arrêtera bientôt ? Où crois-tu que l’on devra
rester ici quelques temps, à vivre comme des primitifs ? Hmmm…note que
toi en homme sauvage, complètement nu…

Puis elle s'endormit. Comme une masse. Eghir cru qu'elle allait finir sa phrase, aller jusqu'au bout de sa pensée mais non. Elle était partie au pays des songes. Il la regarda longuement, incapable de décider quoi que ce soit à son propos. Il l'allongea avec douceur sur l'autre matelas, positionna Sia sontre son sein, et mis par dessus une couverture qui n'était pas humide. Il fit de même avec Logan et mis les draps qui avaient affrontés la pluie à "seicher" sur un mur. Il leur faudrait du soleil,mais au moins c'était mieux que de les laisser en boule.
Le gouverneur après, chercha où s'assoir. le plafond n'était pas assez grand pour lui permettre de rester debout, donc il s'assit sur un lit, celui où il restait le plus de place. Celui de Logan. Il s'adossa ensuite à une paroi et observa Lola. Elle semblait épuisée. la traversée avait du l’éprouver, tout comme la perte de sa maison. Peut-être aussi n'avait-elle pas l'habitude de faire l'amour et cela l'épuisait... Dans ce cas Soaric était un idiot. A la pensée de cet type, Maedren se tendis, haineux. Comme il le détestait...

La nuit passa et le gouverneur ne ferma pas les yeux. Il fallait bien quelqu'un pour veiller sur eux. Et puis il devait bien l'avouer, il en était incapable.
Dehors le vent soufflait toujours, mais la pluie semblait avoir cessée. tant mieux, Lagon pourrait enfin dormir paisiblement. L'enfant s'était réveillé de nombreuses fois, déboussolé, comme en proie à un cauchemar. Eghir lui avait lors parlé doucement, et caressé les cheveux, comme lui faisait sa mère lorsqu'il y avait de l'orage et que, terrifié, il allait chercher du réconfort. Que ce temps lui semblait lointain en ce moment...
Lola fut la première à se réveiller. En fait, plus précisément c'était Sia, qui hurlait à mort. Le pauvre devait mourir de faim. Sa mère n’eut d'autre choix que de lui donner ce qu'il désirait au plus vite, sous peine de finir sourde.

Tandis que Sia tétait et que sa mère l'observait avec amour, Maedren l'observa. Il n'avait jamais été dans un tel cas. Bien entendu c'était la première fois qu'il était père, mais plus que cela, la situation, rien ne lui plaisait. rien n'était comme il en avait l'habitude.
Pourrait-il supporter d'être cet amant que Lola voit en cachette ? Certainement pas car sa présence ravive en lui des émotion qu'il préfères condamner. Car elle aussi sait comment le faire souffrir, et qu'il ne veut plus. Surtout savoir qu'elle est avec l'Autre, lui donne envie de vomir.
La récupérer ? La conquérir ou l’emmener de force... certainement pas. il n'était pas ce genre d'homme... Bien qu'elle le croit certainement. Il n'avait pas besoin de la force pour obtenir ce qu'il désirait.
Se sentant observée, Lola finit par relever la tête. Leur regards se croisèrent, sans qu'aucun ne prenne la parole. Ce fut soudain Logan qui prit la parole, cassant ce moment magique. Il sauta partout, fit un câlin à sa mère, des guilis à Sia puis prit la Main d'Eghir et l’entraina de force dehors. Maedren ne résista pas et sorti. il avait besoin d'air.

Dehors l'air était frais, et le vent lui fouettait le visage. Tout ce qu'il fallait pour le réveiller. Cette nuit blanche ne le dérangeait pas plus que cela, il en avait l'habitude. Travailler était son leitmotiv. le garçon du sentir qu'il ne souhaitait pas trop jouer et le laissa seul avec ses pensées, lui promettant de lui ramener "plein de truc génials ! -Géniaux on dit. -oui géniaux ! tu vas voir, tu vas adorer !" Puis il continuait à parler, en s'éloignant si bien que Maedren n'entendait plus que le son indistinct de sa voix qui s’éloignait.
Lola sorti peu de temps après. Les mains vides. Sia devait s'être rendormi une fois rassasié. (à moins qu'elle ne s'en soit débarrassée en le jetant dans le vide...).
Le gouverneur ne la regarda pas. Il attendait juste. Le temps des conversations et mises au point était-il venu ? Ou le reculerait-elle le plus possible, refusant de voir la réalité ?
Lui même ne savait ce qu'il souhaitait, dans tous les cas il souffrirait, cela ne faisait aucun doute.

]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 21
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Dim 4 Nov - 15:39

Lola dormait paisiblement…Oh, certes, elle faisait un rêve vraiment bizarre, mais elle se sentait terriblement bien. Ahah ! Je sais que vous êtes curieux. Je vais donc vous expliquer de quoi elle rêvait, mais vous devrez me donner un cookie chacun ! Bien, merci.
Donc. Je disais qu’elle faisait un rêve étrange. Elle s’y trouvait, habillée d’un costume de canard, et elle chantait en plein milieu d’une immense prairie s’étendant à perte de vue. Et tandis que sa voix emplissait l’air, deux hommes parfaitement nus apparaissaient, se dévisageant l’un l’autre d’un air malveillant.
Ils prirent alors différentes poses tous les deux, s’auto évaluant l’un l’autre. Et ce ne fut qu’au moment où ils eurent la même idée, à savoir un baiser volant, que Lola se tut. Ils ne la regardèrent pas, mais passèrent à l’étatape (faute de frappe. Mais je trouve ça drôle, alors je laisse XD) suivante : bataille sanglante ? Démonstration de leur force…. ? NON ! Défilé de mode !
Hé oui. Exactement. Les deux concurrents enfilèrent des habits chacun à leur tour, et les présentait à la demoiselle.
Un rêve aucunement constructif, mais qui avait le mérite d’amuser Lola. Seulement, elle n’eut pas le temps d’admirer le plus jeune des hommes en costar car Sia vint perturber son sommeil, hurlant à pleins poumons.

La jeune femme se frotta les yeux, baillant la bouche grande ouverte, ignorant totalement que le gouverneur était éveillé.
Elle prit Sia dans ses bras et lui donna son sein, en chantonnant doucement. Elle rayonnait littéralement.
Même si les circonstances étaient loin d’être ce qu’elle avait imaginées, elle était heureuse d’avoir son propre enfant. D’être vraiment maman…Elle caressa tendrement la tête de son fils, puis releva vivement la tête : elle se sentait observée.
Elle croisa l’(irrésistible) regard du gouverneur, et aucun ne proféra mots. Ils s’observaient, se dévoraient, sans oser briser ce moment purement magique…
Et ce ne fut pas elle ou lui qui le cassa, mais Logan qui venait tout juste de se réveiller. Il sauta dans les bras de la jeune mère, chatouilla son petit frère en jacassant de plus belle. Puis, finalement, il tira Maedren par la main et l’emmena dehors.
Lola était sûr que le petit l’énervait quelque peu, mais elle ne disait rien là-dessus, ayant trop peur de se disputer avec lui.
Elle sortit donc, souriante, après avoir déposer le bambin sur le lit, qui s’endormit presque aussitôt.

Lorsqu’elle toucha le pied au sol, elle trouva Eghir debout à quelques mètres de là. Il dut sentir sa présence car il effectua un léger mouvement de la tête, mais il ne la regarda pas.
Lola ne s’en formalisa pas et combla la distance qui les sépara d’un pas joyeux. Elle glissa sa main dans la sienne [aucune idée s’il la retire ou pas donc j’édite s’il faut XD] et attendit qu’il engrange la conversation.
Mais rien ne vint. Au bout d’un moment, elle fronça les sourcils et se posta devant lui, la mine boudeuse.
Il baissa son regard sur elle, et le peu de joie qui lui restait s’évanouit.

Comme il était sérieux, le gouverneur ! Elle essaya de le dérider d’un baiser, mais il ne chercha même pas à le prolonger.
Alors, énervée, elle lui tourna le dos en croisant les bras et lâcha :

-Mais quoi, à la fin ?! Tu m’aimes plus ?

Et alors même qu’elle formalisa cette phrase, elle le regretta aussitôt. Longtemps, elle avait essayé que cette conversation n’apparaisse jamais. Car elle avait terriblement peur de la réponse. Elle avait terriblement peur qu’il lui dise qu’au fond, il n’avait jamais eu de sentiments pour elle. Qu’elle n’était qu’une femme parmi d’autres, et que le premier baiser qu’elle lui avait donné avait finalement bel et bien été volé.
Elle se retourna lentement, le visage défait, et afficha un air si triste qu’il ne pouvait qu’être touché…(du moins on l’espère !)
Lola chuchota doucement, la voix brisée :

-Tu ne m’aimes plus…ou tu ne m’aimes pas ?

Une grande bourrasque s’éleva, chassant de justesse la larme qui naissait au coin de ses yeux. Elle leva la tête, et se mordit les lèvres. Elle n’avait vraiment pas envie que cette conversation ait lieu. Elle ne le voulait pas. Car elle savait que, dans tous les cas, ils souffriraient. Elle était encore une enfant quelque part, et détestait voir la réalité en face…
La jeune femme laissa échapper un mot, où la souffrance était horriblement présente :

-Eghir…

Les rôles étaient échangés. Leur esprit se retrouvaient confrontés au même problème que quelques années auparavant (je sais pas quand exactement (a), sauf que cette fois, ce n’était pas Eghir mais Lola en danger.
Ah ! Souvenez-vous donc…Dans cette merveilleuse auberge où lui, elle et Soaric avaient goûté la spécialité de Jakar. Le gouverneur touchait le fond, et avait appelé Lola à l’aide, trop absorbée par les beaux yeux de Soaric pour l’entendre.
Il l’avait appelé, et elle l’avait ignoré. Elle avait pu l’aider. Elle avait pu le faire devenir un homme terriblement bon, souriant comme jamais. Et elle l’avait transformé en cet homme odieux, où la froideur du visage en frigorifiait plus d’un.

Et maintenant, maintenant…C’était à son tour d’endurer ça. Eghir avait son destin entre ses mains.
C’était à lui de choisir ce qu’elle deviendrait, comme elle l’avait fait pour lui. C’était à lui de choisir ce qu’ils adviendraient d’eux…

Lola leva un regard baigné de larmes vers son amant, persuadée qu’il la laisserait devenir une femme froide et morte de l’intérieur. Elle l’appela une seconde fois, s’accrochant à lui par désespoir.
Et, comprenant enfin ce qu’il avait enduré et ce qu’il endurait toujours, elle posa sa tête contre son torse puissant et murmura :

-Désolée…Pardonne-moi. Je ne savais pas…Je ne savais pas…

L’heure de la vérité avait bel et bien sonnée. Et même si tous deux, je suppose, ne voulaient pas en arriver là, il fallait bien y passer à un moment ou à un autre.
Ils verraient ensemble les conséquences de leurs choix. Dans la douleur, de toutes façons…


[ma fin est nase, taaant piiis! XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Mar 13 Nov - 11:24




-Mais quoi, à la fin ?! Tu m’aimes plus ?

Madren la regarda, toujours immobile. Que pouvait-il répondre à cela ..? Il détestait parler de lui, de ses sentiments b! Il voulait être dure et intransigeant.. Mais .. tout se bousculait dans sa tête. Il se souvenait des mots Prononcés par Spring peu avant son départ... En aurait-il la force ...? Et l'envie ?
Lola se tourna vers lui, comme réalisant enfin le problème. Oui, un sérieux problème. Elle savait que ce qui allait venir ne lu plairait pas. C'était certain, en même temps à partir du moment où une femme à un amant en plus de son mari et qu'elle se voile à la face à "aimer" deux hommes.. Forcément un jour, la porte lui revient en pleine tête.
Lola le savait, elle le sentait. Eghir le lisait dans son regard. Elle avait l'air abattue, profondément triste... Et terrifiée.
Le gouverneur senti son cœur se serrer. Il serra les dents, car il s'était promis de ne plus laisser de liberté à son cœur, de le tuer. Mais tant qu'elle était là, il n'y arriverait pas. Il lui fallait y remédier en la tuant.
Maedren ouvrit les yeux, frappé par cette idée.
Ô combien délicieuse....
Mais terriblement stupide. Il le savait, mais au moins ça lui avait permis d'oublier le trouble qui l'avait envahit. S'il parvenait à la tuer, il ne pourrait plus vivre. S'il ne mourrait pas à sa suite, il deviendrait plus cruel et plus dur qu'il ne l'a jamais été, et il ne le souhaitait pas.


-Tu ne m’aimes plus…ou tu ne m’aimes pas ?

Maedren la regarda. La colère l'envahit. Comment pouvait-elle poser une telle question ? Etait-elle idiote ou cruelle ?! Il avait envie de lui hurler au visage qu'il ne l'avait jamais aimé, qu'elle n'était qu'une distraction passagère et peu douée. Qu'il détestait ce fils qu'elle lui avait fait. Qu'il haïssait tout ce qui avait le moindre rapport avec elle.
Mais il ne le pouvait pas. Car c'était faux. Mais son caractère, forgé au cours de clashs politique, était devenu plus fins, et il n'agissait jamais dans la hâte. Il avait appris à se servir de son cerveau, plutôt que de son cœur. Les mots étaient une arme, qu'il faut savoir manier, car on se retrouve vite à s'auto-mutiler.


-Eghir…


Ce gémissement lui fit comprendre qu'il ne devrait pas trop tarder à répondre... Elle comprenait lentement mais surement. Bientôt elle comprendrait toute cette histoire, et combien son rôle est peu enviable.. C'est elle la méchante dans l'histoire, mais il le lui faut comprendre seule. Et cela prendra le temps qu'il faut.

-Désolée…Pardonne-moi. Je ne savais pas…Je ne savais pas…

Si elle savait. Il était amer. Il n'en voulait pas de ses excuses, il voulait juste qu'elle comprenne qu'il lui fallait faire un choix. maintenant. Elle avait passé assez de temps à reculer ce moment fatidique.
Et il savait déjà ce qu'elle choisirait, sa vie semblait toute tracée. il n'était qu'une tache su ce parcourt. Mais il ne voulait pas être un individu bêta, il n'était pas n'importe qui ! IL refusait d'être balayé d'un seul souffle, il voulait rester dans leurs mémoire, quelque en soit le prix.

Et Lola était simplement perdue dans les méandres sombres de ses pensées. Sa jolie petite tête était posée conter son torse. Ce geste pourtant banal, était empreint d'une certaine habitude à obtenir ce qu'elle désirait. Ce simple contact ne signifiait rien pour elle. Or un contact, quel qu'il soit, a une signification. A travailler avec des gens calculateurs, le gouverneur connaissait les moindres signes et leurs significations Elle avait peur de la suite, mais voulait garder du temps, elle voulait le garder lu alors qu'elle savait que c'était impossible. Elle refusait la vérité. Comme toujours.. Le déni est douloureux, et un gouffre sans fond.


- Bien sur que je t'ai aimé. Comment peux-tu seulement en douter ?!


Il avait relevé le visage de Lola, et le maintenait proche du sien. Leurs yeux ne se quittaient pas.


- Je ne te pardonnerais pas. Comment le pourrais-je ..? Tu n'a qu'une infime idée de ce que j'ai ressenti.. Mais maintenant c'est à toi d'assumer. Tes actes, ils font de toi ce que tu es, alors énonce les bien fort et ne t'en cache pas. Tu trompe ton mari avec l'homme que tu as détruit en donnant ton amour à l'autre. Maintenant il faut que tu fasses un choix.


Il senti Lola blessée dans ses propos, mais ce n'était pas l'heure des regrets, ou quoi. Il fallait qu'elle entende ces mots. Et ...

- Quoi que tu choisisses, Sia restera mon fils. Je serais là pour lui lorsqu'il le faudra.

Il hésita avant de poursuivre. Pouvait-il le dire? " Et je t'aimes toujours." Mais non. Les mots refusaient de sortir de sa bouche. Peut-être n'était-ce pas totalement vrai.. peut-être lui aussi se voilait la face. Lui aussi était dans le dédain. Dédain de ces sentiments qui l'habitaient.
Ce constat le blessa plus qu'il ne le pensait. Ils étaient pareil... Peut-être
que c'était pour cela qu'ils s'accordaient ces moments, que personne ne pourrait comprendre...

je t'aime...

Ces mots étaient à peine un souffle. Il s'en moquait, car ils lui faisaient suffisamment mal. Il avait échoué, et se trouvait face à son échec... Un double échec. Il n'avait pas su la séduire, ni
bannir ses sentiments pour elle de son coeur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 21
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Jeu 20 Déc - 14:46

- Bien sur que je t'ai aimé. Comment peux-tu seulement en douter ?!

« Je ne sais pas. J’ai peur, Eghir. Aide-moi. Aide-moi, je t’en prie.»
Le gouverneur releva doucement sa tête et leurs yeux se rencontrèrent, pour ne plus se quitter. Lola n’osait pas murmurer ne serait-ce que le plus petit mot. Prisonnière des méandres de son âme, prisonnière de ses propres sentiments, elle ne voulait pas s’exposer à un futur qui ne lui conviendrait pas. A vrai dire, elle aurait vraiment bien voulu, à ce moment, que tout se termine. Pour de bon.

-Je ne te pardonnerais pas. Comment le pourrais-je ..? Tu n'a qu'une infime idée de ce que j'ai ressenti.. Mais maintenant c'est à toi d'assumer. Tes actes, ils font de toi ce que tu es, alors énonce les bien fort et ne t'en cache pas. Tu trompes ton mari avec l'homme que tu as détruit en donnant ton amour à l'autre. Maintenant il faut que tu fasses un choix.

Un sanglot lui traversa la gorge. Pourquoi faisait-il ça ? Pourquoi crachait-il ses actes dans la figure, alors qu’elle cherchait à les oublier ?
Lola ne comprenait pas. Elle ne comprenait plus rien. Elle avait envie de fuir, de hurler mais elle n’arrivait pas à esquisser le moindre geste. Elle était paralysée. Elle voulait savoir, ne fut-ce que pour arrêter de se faire des illusions.

-Quoi que tu choisisses, Sia restera mon fils. Je serais là pour lui lorsqu'il le faudra.

« Et pour moi ? » avait-elle envie de crier, mais elle ne parvenait toujours pas à parler. « Seras-tu là, lorsque MOI, j’aurais besoin de toi ? Ou renieras-tu tout ce que nous avons vécu ? »
La jeune femme baissa la tête. Tout aurait été plus simple s’ils ne s’étaient jamais rencontrés. Elle ne serait jamais tombée amoureuse de cet homme, elle n’aurait jamais cherché à le revoir. Ils n’auraient pas fait l’amour, elle n’aurait pas eu d’enfants. Elle continuerait sa quête, ses gages d’un jour, et vivrait au jour le jour.
Elle n’aurait pas non plus rencontré Soaric.
Tout aurait été différent. Mais, est-ce que tout aurait été mieux ? Ne vivait-elle pas un bonheur, certes fragile mais ô combien épanouissant ?
Eghir avait raison : elle était responsable de ses actes, et elle devait les accepter. Ce n’était pas la faute des autres, elle avait fait ses propres choix et, pour avancer, elle devait relever la tête au lieu de se cacher.
Elle devait affronter le monde, rien de plus.

-Je t'aime...

Avait-elle bien entendu ? Elle releva la tête, et croisa de nouveau son regard. Le sien était empli de douleur.
Elle passa doucement sa main sur son visage et l’embrassa tendrement. Elle resta une éternité ainsi, collée à lui, n’osant plus bouger.
Puis elle chuchota à son tour, les cils perlés de larmes :

-Moi aussi, je t’aime. C’est bien ça, le problème.

(ça rime *___*) Lola s’écarta alors de lui, gardant néanmoins les mains dans les siennes. Elle devait faire un grand pas en avant. Elle ne savait pas où cela la mènerait, et savait que ce chemin était rempli de risques, mais elle ne pouvait tout simplement pas faire autrement.
Elle s’éclaircit donc la gorge avant de déclarer :

-Je t’aime depuis la première fois que je t’ai vu, comme j’aime Soaric depuis qu’il m’a protégé de ce que tu es devenu. Je déteste te voir si froid, si distant mais…Quand tu es avec moi, tu retrouves une part d’humanité, une part de douceur qui te font redevenir comme avant. Ce n’est que bref, mais ça te rend tellement merveilleux ! Je…Je ne pourrais jamais imaginer de faire un trait sur toi, Eghir ! Tant que je saurais que tu es là, près de moi, mes pensées seront tournées vers toi.

Elle inspira un grand coup. Elle savait que la suite lui ferait plus de mal, mais il devait se rendre à l’évidence.
Même si, au fond, c’était plus pour elle qu’elle disait cela, car le gouverneur, lui, l’avait toujours su.
Elle poursuivit donc, en baissant la tête :

-Mais….Ce que je vis avec Soaric…C’est merveilleux aussi, tu sais. J’adore le voir me sourire, et je sais qu’il est devenu cet homme extraordinaire grâce à moi. Je me sens tellement fière, Eghir ! On a édifié les bases de notre avenir, et il ne demande qu’à être continuer. Je veux le continuer.

Lola lâcha les mains du gouverneur, relevant à nouveau son visage. Elle déglutit. Elle parvenait à lire dans ses yeux une douleur infinie, mais elle ne pouvait plus se cacher. C’est lui-même qui lui avait dit d’arrêter de le faire.

-Le problème est que je ne pourrais pas choisir entre vous deux. Alors…Alors si tu acceptes de devenir mon amant….Nous devons instaurer une garde partagée, pour Sia. Il suffirait que je reste un jour ou deux quand je te le porte….Oh Eghir….Je sais que c’est dur, et je sais que nous souffrirons tous les trois. Mais si tu m’aimes vraiment…

Elle chuchota les derniers mots :

-…Accepte.

Elle continua à le regarder dans les yeux. Tout son avenir dépendra de sa réponse. Tous ses espoirs, tous ses rêves émaneront de son choix. Il suffirait qu’il dise oui, et ils vivraient de leur amour, cachés au grand jour, mais connus de tous.
S’il disait non…Ils passeraient leur chemin. Ils ballotteraient leur fils comme la dernière chose qui les relie à eux, la douleur et la haine les pénétrant à chaque regard échangé.

C’est dingue comme une seule personne peut figurer maître du destin de quelqu’un, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Sam 22 Déc - 0:00



Lola releva la tête, surprise. Ses derniers mots, elle les avait entendus. Mais Maedren ne voulait pas de sa pitié.
Elle l’embrassa, émue. Il répondit à son baiser, profitant de ce qui serait peut-être la dernière trace de leur amour.

-Moi aussi, je t’aime. C’est bien ça, le problème.

Le gouverneur ne dit rien. A quoi bon…

La jeune femme s’éloigna de lui, tout en gardant leurs mains unies. Il la vit hésiter. Elle allait enfin choisir. Il n’en avait pas vraiment envie, mais il ne supportait pas l’idée d’être un amant qu’on cache dans le placard, à qui on dit « je t’aime » alors qu’on couche avec un autre homme, qui lui a le titre de mari.
De la douleur. Encore…

-Je t’aime depuis la première fois que je t’ai vu, comme j’aime Soaric depuis qu’il m’a protégé de ce que tu es devenu. Je déteste te voir si froid, si distant mais…Quand tu es avec moi, tu retrouves une part d’humanité, une part de douceur lui te fait redevenir comme avant. Ce n’est que bref, mais ça te rend tellement merveilleux ! Je…Je ne pourrais jamais imaginer de faire un trait sur toi, Eghir ! Tant que je saurais que tu es là, près de moi, mes pensées seront tournées vers toi.

Une brève pause. Maedren savait que la tempête allait arriver. Commencer par endormir, flatter. En ensuite, le coup de grâce. Un seul coup, violent. Sans échappatoire.
Allait-elle y arriver ?

-Mais….Ce que je vis avec Soaric…C’est merveilleux aussi, tu sais. J’adore le voir me sourire, et je sais qu’il est devenu cet homme extraordinaire grâce à moi. Je me sens tellement fière, Eghir ! On a édifié les bases de notre avenir, et il ne demande qu’à être continuer. Je veux le continuer. Le problème est que je ne pourrais pas choisir entre vous deux. Alors…Alors si tu acceptes de devenir mon amant….Nous devons instaurer une garde partagée, pour Sia. Il suffirait que je reste un jour ou deux quand je te le porte….Oh Eghir….Je sais que c’est dur, et je sais que nous souffrirons tous les trois. Mais si tu m’aimes vraiment…

Sa voie se brisa, tandis que Maedren restait immobile.

-…Accepte.

Il la regarda attentivement. Hésitant sur ce qu’il allait dire. Sur les conséquences de ses futures paroles. Il savait ce qu’il voulait. Non, il ne savait pas vraiment, mais il savait ce qu’il ne voulait pas.
Son cœur était serré, mais il savait que ça allait finir comme ça. Qu’elle choisisse l’Autre. C’était ce qu’il craignait. En même temps, à quoi s’attendait-il ? A ce qu’elle lui dise qu’elle ne voulait plus jamais entendre parler de Soaric et qu’ils vivent ensemble avec leur fils ?
… Impossible. Il le savait, mais il n’avait pu s’empêcher d’y penser, voir même d’y croire pendant d’infimes secondes. Secondes qui avaient pris fin brutalement. Secondes qui lui avait fait reprendre contact avec la réalité en l’écrasant contre un mur.

- Non.


Ces trois petites lettres. Pourtant si insignifiantes, étaient tellement importantes à ce instant précis. Elles aussi elles cassaient leurs rêves, leurs ébauches de projets. A quoi bon tout préserver, sachant qu’il n’y a avait rien de vrai. Qu’il n’y aurait jamais rien.

- Je ne serais pas ton amant, je ne serais pas celui qu’on cache aux yeux de tous, et qu’on aime à moitié. Ne mêle pas Sia à tout ça, ça ne changera rien. Il sera dans tous les cas balloté d’un parent à l’autre. Que tu couches avec moi ou pas.


Ses mots étaient durs. Violent. Ils reflétaient ce qu’il ressentait sur le moment. Lola allait en souffrir, il le savait. Il n’en avait pas envie, mais il fallait que les choses soient claires. Plus aucun malentendu entre eux. Plus de secret pour tout le monde. Le gouverneur avait assez de choses à cacher, qu’il n’avait ni l’envie ni la force de cacher une liaison extra conjugale.

- Si tu veux faire l’amour avec moi, ne te gêne pas, sache juste que tu ne seras pas la seule, et que ça ne sera jamais un secret, pour personne. Si t’en as envie, ne te gènes pas, mais parles-en d’abord à ton époux. Il ne faudrait pas que tu détruises ces bases si précieuses de votre avenir ! Car tu es en train de les dynamiter ces bases ! Et si tu te laisse séduire par n’importe quel homme qui te porte dans ton estime, ou qui t’est redevable, tu risques de finir en fille de joie.


D’autres mots, encore. Mais il n’avait aucune envie d’être doux. Il sentait au fond de lui sa rage. La même rage que celle dans l’auberge, celle où il s’était rendu compte que le cœur de cette femme battait pour un autre. Cette auberge où il avait perdu contrôle. Cette auberge où il l’avait presque violée.
Cette fois, il laissait le pas aux mots sur les actes. Il était d’ailleurs immobile. Il regardait Lola, puis détourna son regard.

Il était fatigué. Il se sentait si vieux, si usé…


A cet instant resurgit le jeune Logan, tout essoufflé. Il devait avoir couru sur une très longue distance, mais il s’arrêta à peine pour reprendre sa respiration avant d’expliquer.
Des hommes arrivaient. Trois chevaux et un fiacre. Ils avaient du mal à avancer dans cette forêt, mais le petit craignait des ennemis, alors il était revenus protéger sa mère et son frère. Sa mère…
Maedren la regarda, mais elle gardait un regard fuyant. Elle tentait de faire bonne figure devant son fils adoptif mais Eghir ne s’y méprenait pas.
L’heure du départ avait sonnée… il le savait. C’étaient ses hommes qui étaient revenus. Ils avaient du retrouver sa trace. Ca écourterait leurs adieux, qui seraient tout sauf agréables. Et pourtant.. il avait si envie de la voir changer de position. Qu’elle lui dise qu’après tout, elle préférait finir sa vie à ses côtés. Mais il savait qu’elle n’en ferait rien. Il avait douché son honneur. Piétiné sa dignité.
Il n’avait pas été tendre, alors il lui laissa le temps de reprendre ses esprits et se dirigea vers la cabane où dormait son fils. Logan l’accompagnait, babillant sans s’arrêter. Il lui racontait la forêt, les dégâts de la tempête, la tête bizarre de sa mère, le courage de son père… tout.

Maedren fut soulagé lorsque le petit se tu pour ne pas réveiller Sia. Il prit le petit corps de son fils avec tendresse. Il n’était pas fait pour être père, ni mari, mais il ferait de son mieux pour cet enfant qui ignorerait tout de lui. Cet enfant qui grandirait au sein d’une famille qui déteste son père… Ce ne serait pas facile. Un jour, pourraient-ils parler comme deux hommes complices ?
Il en doutait. Ce n’était pas son destin, et il n’en aurait pas l’occasion. Il était fait pour vivre seul. Non. Pour régner seul.

Voilà longtemps qu’il avait fait son choix… Maintenant il en payait le prix.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola
Maître Artisane, loyale *admin*
Maître Artisane, loyale *admin*
avatar

Messages : 3002
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 21
Localisation : dans les bras de Soaric ♥

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Sam 22 Déc - 13:05

- Non.

Non ? Comment ça, non ? Mais…Il devait dire oui ! Il s’était trompé ! Ou alors, elle avait mal entendu. Ce devait être ça. Il ne pouvait pas avoir dit…
Lola examina son visage et vit qu’il était on ne peut plus sérieux. S’il avait dit le mot magique, il serait tout souriant, en train de l’embrasser et de chanter avec (vive les feux de l’amour ! XD). Or, là…Son regard était de glace comme le reste de ses traits.
La jeune femme eut un hoquet de stupeur, pas du tout préparée à un tel changement de situation. Elle aurait vraiment cru…

-Je ne serais pas ton amant, je ne serais pas celui qu’on cache aux yeux de tous, et qu’on aime à moitié. Ne mêle pas Sia à tout ça, ça ne changera rien. Il sera dans tous les cas ballotté d’un parent à l’autre. Que tu couches avec moi ou pas.

Chaque mot lui faisait l’effet d’une gifle. Incapable de croiser son regard, Lola gardait la tête basse, penaude. Comment pouvait-il dire cela ? Comment pouvait-il être aussi cruel ?
Elle serra ses poings, en colère. Toute sa vie, elle avait été traitée de la meilleure des façons. Toujours dans les règles de l’art, n’ayant presque aucune dispute à son compte. Bien sûr, elle avait quelques fois été trop naïve, et cette naïveté avait du payer…Mais chaque fois, quelqu’un était là pour elle.
Oui, Lola avait toujours été bien entourée. Tout le monde la comprenait, tout le monde la chouchoutait. Elle ne connaissait pas la haine, ni la douleur d’une énorme déception (excepté les comportements de Soaric, mais rien ne lui semblait plus désastreux que cet amour déchu, à ce moment.)

Mais cette fois, il n’y avait personne. Qui pouvait comprendre qu’elle aimait deux hommes à la fois ? On la prendrait pour folle, pour inconsciente. On ne la prendrait pas au sérieux.
Pour la première fois de sa vie, elle ne pouvait se confier à personne. Elle devait garder la haine qui grandissait dans son cœur pour elle seule.
Et rien ne promettait qu’elle pourrait le supporter.

-Si tu veux faire l’amour avec moi, ne te gêne pas, sache juste que tu ne seras pas la seule, et que ça ne sera jamais un secret, pour personne. Si t’en as envie, ne te gènes pas, mais parles-en d’abord à ton époux. Il ne faudrait pas que tu détruises ces bases si précieuses de votre avenir ! Car tu es en train de les dynamiter ces bases ! Et si tu te laisse séduire par n’importe quel homme qui te porte dans ton estime, ou qui t’est redevable, tu risques de finir en fille de joie.

Lola serra les mâchoires. Il était odieux. Abject. Elle n’avait aucunement envie de penser que tout ce qui se passait, à cet instant, était sa faute. Non. C’était les autres les coupables. Elle, elle n’avait rien fait. Elle était simplement celle qui subissait le sort, et qui n’avait de choix que de l’accepter. Elle n’y était pour rien. Pour rien !

Elle voulait ouvrir la bouche, lui cracher son venin, lui demander pourquoi il agissait comme ça, pourquoi il s’amusait à lui faire du mal. Elle voulait comprendre. Elle voulait qu’il lui dise qu’il était désolé, et que oui, il acceptait son offre. Et alors…Alors seulement tout serait merveilleux. Pourquoi était-ce si dur d’accepter de partager son cœur ?

Mais Logan en décida autrement. Il apparut de nulle part, complètement essoufflé, comme s’il avait parcouru une longue distance.
Et dès l’instant où il croisa son regard, Lola se constitua un visage attentif, empli de douceur. Il n’y avait pas de trace de haine, de tristesse ou de désespoir. Il n’y avait que la gentille maman Lola. Celle qui serait condamnée à vivre, cachant une autre part d’elle plus sombre encore.

-Maman ! Maman ! J’ai vu des meussieurs ! Ils sont trois et sont venus avec une calèche ! Et pis j’ai eu peur que ce soit des méchants alors je suis venu te dire qu’ils étaient là ! Mamaan ! Je te protégerai ! Je l’ai promis à papa ! Tu verras, je serais tellement courageux que tu seras obligée de me faire mon dessert préféré !

-C’est très gentil, Logan, mais je suis sûre qu’ils ne sont pas méchants. Ce doit être des gentils monsieurs qui viennent nous sauver. Tu te souviens, que Eg…que le gouverneur avait envoyé le jeune homme avec lui chercher de l’aide ?

-Oui ! Il était bizarre d’ailleurs. Il parlait presque pas ! Tu penses qu’il était muet ? Oh maman, ça doit pas être chouette d’être muet ! Je voudrais pas être muet moi ! T’imagines, moi, plus jamais parler ???

-Non, non, il n’est pas muet, il est juste un peu timide. Et je pense que tu ne survivrais pas si tu étais privé de ta voix.

-Mais oui ! Dis maman, ceux qui sont sourds, ils pensent en quelle langue du coup ?

-Logan, tais-toi, tu vas réveiller ton frère.

Le petit garçon se tut aussitôt. Il se pencha sur Sia et lui chatouilla la joue, avant d’offrir un énorme sourire à Lola. La jeune mère sourit en retour mais son sourire se figea lorsqu’elle vit le gouverneur Maedren prendre le bébé dans ses bras.
Elle vit qu’il se tourna vers lui, aussi prit-elle le soin de détourner son regard, reprenant les maigres affaires qu’ils avaient emportées.
Elle descendit ensuite, le cœur terriblement lourd. Logan lui prit la main et, reprenant la parole, leur indiqua le chemin du fiacre. Ils ne durent pas parcourir une longue distance, au plus grand bonheur de Lola, et lorsqu’ils furent à portée des hommes, ceux-ci effectuèrent une digne courbette pour leur gouverneur.

La jeune femme se mit sur le côté tandis qu’ils parlaient formalité. Logan s’agitait au bout de sa main, prêt à repartir. Il sautillait sur ses pieds, terriblement impatient, et Lola le regardait, épuisée.
Puis Eghir s’approcha d’elle, et, sans un mot, elle lui arracha Sia des bras. Ce fut d’une voix froide, privée d’amour qu’elle lui glissa, tranchante, reprenant le vouvoiement nécessaire :

-Nous parlerons des formalités concernant Sia par lettres. Vous choisirez les moments qui vous conviennent pour avoir le petit, et je me débrouillerai pour vous l’apporter. C’est tout.

-Vous voulez qu’on vous ramène, madame ?

Lola regarda l’homme qui l’avait interpellée. Il souriait, prêt à effectuer un bon geste en cette douce matinée. La jeune femme sourit en retour et répondit :

-Non, merci. Je ne voudrais pas importuner ce cher gouverneur. Il a sûrement mieux à faire que de traîner avec une putain.

Les joues en feux, le garçon baissa la tête, tandis que Logan tirait sur sa manche, exigeant de connaîtra la signification du mot « putain ». (bouahah XD)
D’un regard, elle lui ordonna de se taire, et le bonhomme baissa à son tour son visage, se taisant ENFIN. Puis Lola reporta son attention au gouverneur, et chuchota, pour la dernière fois sans doute, des mots pointés d’amour :

-Puisses-tu être heureux, Eghir. Tu…le mérites.

Elle se détourna rapidement, pour éviter son regard et, surtout, pour qu’ils ne remarquent pas ses larmes naissantes. Elle ne se retourna pas, voulant désespérément chasser son visage de sa vie.
Bien qu’elle savait que ce serait éperdument impossible.

Elle retrouva ainsi la maison, complètement dévastée. L’étendue des dégâts était immense et elle ne parviendrait jamais à tout reconstruire seule. Elle allait avoir besoin d’ouvriers, et rapidement. En attendant, elle connaissait de bonnes auberges ou, au pire des cas, des femmes qui seraient prêtes à l’accueillir.
Lola fit donc rapidement ses affaires et se dirigea vers la ville la plus proche. Elle avait le visage relevé, se montrant fière, mais cette façade était tellement trompeuse que personne ne pourrait s’y fier. Même Logan n’osait plus parler.

Ainsi, en fermant le chapitre « Eghir » de l’histoire de sa vie, elle faisait aussi une croix à ce qu’elle avait toujours été : naïve, innocente et remplie de douceur.
Désormais, elle ne serait plus que gouvernée par un seul sentiment : la haine. Ce serait l’ultime lien émotionnel qui lierait Eghir et Lola.
En lui arrachant son amour, le gouverneur avait fait une autre chose encore plus horrible : il lui avait enlevé le goût de la vie. Elle n’était plus qu’une poupée de chiffon, fragile et éphémère.

Tout était peut-être exagéré, mais Lola n’ayant rien connu d’autre que le bonheur, elle ne pouvait être capable d’agir autrement.
Elle ne serait souriante qu’uniquement pour ses enfants. Du moins…Jusqu’à ce qu’elle tiendrait.
Et qui sait combien de temps cela durerait?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantesia.forumgratuit.org/
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   Dim 23 Déc - 15:13



C'étaient bien ses hommes. Le gouverneur alla à leur rencontre et ils lui établirent rapidement les faits. La tempête avait fait des ravages, il devrait rentrer le plus rapidement possible afin de calmer les esprits, et soutenir son peuple.
Eghir ne savait plus trop où il en était, mais lorsque Lola lui prit Sia des bras, le doute n'était plus permis.

-Nous
parlerons des formalités concernant Sia par lettres. Vous choisirez les
moments qui vous conviennent pour avoir le petit, et je me
débrouillerai pour vous l’apporter. C’est tout.


Maedren la regarda. Ainsi elle prenait les choses comme ça... Il n'avait pas besoin de cette paternité, alors elle ne recevrait pas sa lettre de suite... Un jour peut-être. Mais pas pour le moment.
Il voulait la laisser vivre. Encore cette conclusion. Elle ne serait heureuse que sans lui, alors autant se tenir le plus éloigné d'elle possible.

Le cocher proposa aimablement à Lola de la raccompagner sans que le gouverneur n'en prenne vraiment conscience. Pour lui il était presque déjà parti. De retour dans ses affaires. Dans sa vie morne et triste. Sa vie. Et il l'aimait pour la sérénité qu'elle lui apportait malgré tout.


-Non, merci. Je ne voudrais pas importuner ce cher gouverneur. Il a sûrement mieux à faire que de traîner avec une putain.

Le gouverneur en question, haussa un sourcil. Il devait avoir fait de vrais ravages.. Il l'observa, tentant de juguler sa colère, en ordonnant à tout le monde de se taire et de marcher au pas. Il entendit aussi parfaitement ses derniers mots.

-Puisses-tu être heureux, Eghir. Tu…le mérites.

Non il ne le méritait pas. Comment pouvait-elle penser une telle chose après ce qu'il lui avait dit..?
L'amour... Il écrasa cette petite voix avant de la bâtir pour toujours. Il n'avait pas besoin d’être heureux pour vivre. Il vivrait, et gèrerait le monde, cette tache lui suffisait amplement. Lola elle, devait être heureuse, c'était le sens de sa vie, de rire, de rester aussi fraiche que al rosée, aussi aimante qu'une mère attentionnée. Il ne la détournerait plus jamais de son chemin.

Il monta s'installer au chaud et regarda par la fenêtre. La forêt. Différente de celle des assassins proche de chez lui, il y allait rarement. Tout était calme et... ennuyeux. Pas une vie pour lui, à courir dans les buissons à la recherche d'un dessert. Ou pire encore, du diner. il sourit à l'idée de lui, courant emmitouflé dans des peaux de bêtes, entrain de chasser un pauvre lapin...
La calèche s’ébranla et le gouverneur s'en alla. Après des adieux presque inexistants, il n'avait pas décroché le moindre mots. Tiens.. il aurait peut-être du dire quelque chose... tans pis, il lui souhaiterait la bonne année ! Il enverrait avec des petits trucs à grignoter.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: descendance et héritage [pv Lola et Maedren]   

Revenir en haut Aller en bas
 
descendance et héritage [pv Lola et Maedren]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Que fera Préval pour protéger son héritage politique ?
» Nos chers auteurs...(Abel/Lola)
» Horrible...Histoire de la petite Lola...
» Célébrons la mise à jour 1.2 : Héritage
» Voyage vers Dol Amroth, l'héritage d'une lignée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Jakar :: Villes :: Asperance :: Maison de Lola et Soaric-
Sauter vers: