Le Royaume de Jakar

Assassin, Ombre, Artisan, Sage...Qui choisirez-vous pour mener à bien votre mission ? Sauvez le Royaume ou mettez le à feu et à sang !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aïe. Mais arrêtez ! j'ai dit AIE ! [Metkild + Xail]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Metkild
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Messages : 1622
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24

MessageSujet: Aïe. Mais arrêtez ! j'ai dit AIE ! [Metkild + Xail]   Sam 13 Avr - 17:37



Metkild marchait. Du moins c'est ce qu'on pouvait se dire. Tout le monde voyait une jeune femme, aux cheveux lumineux, et aux courbes généreuses. Mais il ne faut pas se fier aux apparences, car cette fille est loin d'être sans défense. Et c'était loin d'être une "fille banale".
De nombreuses personnes sont toujours prêtes à se jeter sur une proie aussi facile, surtout lorsque le besoin se fait sentir. Les hommes étaient cachés derrière une maison, et attendaient. Il avaient repéré ce bout de femme depuis un certain temps et ils allaient bientôt agir.

Kridj était en fait aux commandes. Il avait plus de volonté que son hôte. La jeune femme le vénérait et refusait que ce soit lui l'observateur, il avait donc fini par accepter. Maintenant il arpentait les rues à la recherches de potentiels alliés. il devait convaincre ces gens de se soulever contre les ombres. Si ici le danger semblait lointain, il était de son devoir de les prévenir. C'était la meilleure chance de salut du Royaume.
Lorsque les hommes bondirent, ils furent surpris. Cette jeune femme savait se battre. En utilisant sa vitesse plutôt que la force, Kridj régla rapidement cette affaire. Il avait eu le temps d'apprendre ce corps. Il avait découvert que Metkild était rapide. Elle avait aussi un sens très aiguisé, et il avait appris à s'en servir, autrement qu'en fuyant. Par contre sa force n'était as des plus impressionnante, pour sur qu'elle perdrait un bras de fer avec un homme.
La femme fouilla le cors de ses attaquants, récupérant le peu de choses qu'ils avaient. un peu de sous, et de la viande séchée. Ce n'était pas grand chose, mais dans ces régions, la viande devait valoir assez chère.

Trouver une auberge ne fut pas très difficile, car personne ne savait dire non à une telle femme, rester dehors était dangereux.
Kridj n'avait pas faim, mais il savait que Metkild avait besoin de se nourrir. il n'avait pas envie de discuter, pas pour le moment, alors il demanda à l'aubergiste de lui apporter de quoi se restaurer pour pas très cher.
Dans sa chambre, il se mit à réfléchir. Qui devait-il convaincre dans a ville ? Un homme influent ? Ses gardes ..? Des pêcheurs ..?

Puis fatigué par son trajets Kridj s'assoupit. Ce fut des bruits de pas qui le tirèrent de sa rêverie. Rapidement il réalisa que l'intrus désirait le voir mort. La pièce était plongée dans la pénombre, les volets étaient fermés et la bougie était entièrement consumée. L'intrus était un professionnel et sa larme ne tarda pas à mordre la chaire tendre de Metkild. Un cri sorti, contre lequel ne Dieu ne pouvait rien. Il tenta de se dégager, d'atteindre son attaquant, mais peine perdue, celui-ci était déjà parti.
Kridj se redressa comme il pu et tata sa blessure. Il se mordit les lèvres de façon à ce qu'aucun autre cris ne sorte. Il était gravement touché.

- AIDEZ-MOI !


Sa voix était rauque, car il sentait que ses heures s'envolaient. Combien de temps vivra-t-il encore ?
Il avait beau être un Dieu,il n'en tait pas moins mortel; Que deviendrait-il si son enveloppe décédait ..? redeviendrait-il esprit qui contemple le monde de loin Pourrait-l se trouver un autre corps dans ce monde ? Deviendrait-l une âme errante, certainement comme ce traitre de Jakar ? Ou alors... disparaitrait-il ?
Dans tous les cas il ne tenait pas spécialement à savoir ce qui lui arriverait...



Dernière édition par Metkild le Mar 16 Avr - 21:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xail
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 24/01/2013
Localisation : Quelque part sur les routes

MessageSujet: Re: Aïe. Mais arrêtez ! j'ai dit AIE ! [Metkild + Xail]   Dim 14 Avr - 21:56

Xaïl posa ses affaires sur le lit et jeta un coup d’œil à la petite chambre qu'elle avait louée dans une auberge. Elle avait l'air propre, avec un lit massif au milieu et une petite table dans un coin. Une porte donnait sur une salle de bain avec une baignoire dont la jeune femme décida de profiter immédiatement. Elle se fit donc couler un bain, se déshabilla et se glissa dans l'eau brûlante. Ce soir, elle n'avait pas eu envie de dormir dans la forêt et avait donc demandé une chambre dans l'auberge où elle s'était arrêtée pour se rassasier.

L'eau chaude lui fit du bien, délassant ses muscles, la détendant complètement. Elle profita de l'instant présent, chassant toute pensée négative de son esprit. Puis, doucement, elle ferma les yeux et se repassa le film de ces dix dernières années de sa vie. Elle avait parcouru beaucoup de chemins, rencontré beaucoup de gens mais aucun vrai lien. Au fond, c'est ce qu'elle cherchait. Rencontrer des gens sans toutefois se lier à eux. Soigner ceux dans le besoin. Se sentir utile, voilà la plus belle des récompenses. Elle ne s'arrêtait jamais, prétextant que le monde était trop vaste pour cela et qu'elle ne l'avait pas encore visité entièrement. Mais, à vrai dire, elle avait peur de fonder une famille et de revivre le même cauchemar. Elle avait bien trop peur de perdre les gens qu'elle aimait...

À l'évocation de ces souvenirs douloureux, ses paupières tressaillirent et ses mains se crispèrent sur le rebord de la baignoire. Une larme glissa lentement sur le velours de sa joue avant de se perdre dans l'eau du bain. En colère contre elle-même, Xaïl sortit du bain et se sécha rapidement avant d'enfiler une simple tunique. Elle noua tout de même une ceinture autour de sa taille et ouvrit sa bourse pour compter les pièces d'or qui s'y trouvaient. Elle savait que c'était beaucoup par rapport à d'autres qui crevaient de faim, et c'était pourquoi elle essayait d'aider le plus de gens qu'elle pouvait. Elle ne se contentait que du strict minimum, estimant qu'il était de son devoir de Guérisseuse de faire passer les autres avant elle.

La jeune femme s'allongea sur son lit, le trouvant merveilleusement confortable et moelleux. Elle ne regrettait pas d'avoir prit la chambre pour la nuit, et puis elle méritait bien un peu de confort de temps en temps. Elle se glissa sur la couverture puis souffla la chandelle. Elle désirait se lever tôt le lendemain matin, il fallait donc qu'elle se repose. Elle s'assoupit très rapidement mais la nuit fut plus courte que prévue...

-Aidez-moi !

Un cri rauque déchira le silence de la nuit, réveillant Xaïl en sursaut. Elle se leva, passa la tête par la porte de sa chambre et écouta un instant le silence. Puis, se fiant à son ouïe, elle se dirigea vers ce qu'elle pensait être la source du bruit : une respiration saccadée. Elle poussa doucement la porte d'une autre chambre et aussitôt l'odeur du sang la prit à la gorge. La pièce était plongée dans la pénombre et Xaïl ne pouvait pas travailler dans le noir. Aussi alla-t-elle ouvrir les volets, faisant ainsi rentrer la douce lumière argentée de la lune.

Elle se tourna alors vers le lit et y aperçut une jeune femme qui semblait être blessée. Elle s'approcha du lit et, afin de ne pas affoler la jeune femme, dit d'une voix calme :

-Je m'appelle Xaïl, je ne vous veux pas de mal. Je suis Guérisseuse, il faudrait que je puisse voir votre blessure pour pouvoir vous soigner.

La Guérisseuse palpa du bout des doigts la plaie, attentive au moindre tressaillement de douleur de sa patiente. Elle ne pourrait rien faire sans son matériel, il fallait donc qu'elle retourna dans sa chambre chercher sa besace. Elle allait l'annoncer à la jeune femme quand elle entendit un bruit, le genre de bruit que fait une personne qui s'enfuit. Elle songea soudain que la jeune femme avait peut-être été attaquée, et que l'agresseur pouvait tout à fait revenir l'achever. Elle estima donc plus prudent de ramener sa patiente dans sa chambre, mais la déplacer était dangereux.

-Écoutez, il va falloir que vous vous leviez. J'ai besoin de mon matériel, et celui-ci se trouve dans ma chambre. Elle n'est pas loin, mais vous devrez marcher. Vous vous en sentez capable ?


Comme la jeune femme hocha faiblement la tête, Xaïl la mit sur ses pieds puis, en la soutenant à moitié, elle lui fit faire quelques pas. La jeune femme titubait mais elle arrivait à avancer, ce qui était une bonne chose. La Guérisseuse, de sa main libre, pressa la plaie afin d'endiguer l'hémorragie. Le trajet sembla durer une éternité, mais les deux femmes arrivèrent enfin dans la chambre de Xaïl. Celle-ci allongea sa patiente sur son lit puis alluma sa chandelle. À la lueur vacillante de la bougie, elle farfouilla dans son sac et trouva les plantes qu'elle cherchait. Elle commença par nettoyer la blessure avec une lotion qu'elle savait douloureuse, et elle s'efforça donc de faire faire le plus délicatement possible. Une fois satisfaite de l'aspect de la plaie, elle prit une pommade qu'elle appliqua généreusement, puis elle la pansa à l'aide de bandages. La jeune femme avait fermé les yeux mais Xaïl ne savait pas si elle avait perdu connaissance.

Sa besogne terminée, Xaïl observa sa patiente. Plus jeune que la Guérisseuse d'une dizaine d'années, elle avait de longs cheveux blonds presque blancs qui lui donnait un charme bien particulier. Elle était était mince, mais pas maigre, ce qui prouvait qu'elle mangeait à sa faim. Peut-être était-ce un voleur qui l'avait attaqué...

Soudain, la jeune femme ouvrit les yeux et sembla perdue.
*Normal, se faire attaquer au milieu de la nuit, c'est un peu traumatisant...*
Mais la jeune femme avait l'air d'une battante, elle s'en remettrait. De sa voix grave et éraillée, Xaïl lui demanda :

-Ça va mieux ? Est-ce que vous savez ce qui vous est arrivé ?


Dernière édition par Xail le Sam 4 Mai - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Metkild
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Messages : 1622
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Aïe. Mais arrêtez ! j'ai dit AIE ! [Metkild + Xail]   Mar 16 Avr - 22:18



La porte s'ouvrit pour laisser place à une jeune fille. Metkild souffrait, c'était elle qui ressentait le plus la douleur. Si elle avait pu, elle se serait évanouie, mais Kridj était là et veillait à bien faire attention.
La jeune femme qui venait d'entrer se présenta comme médecin. Xail. Pas très grande, presque maigre, un poids plume. Elle était peu vêtue, certainement qu'elle était occupée lorsqu’elle a entendu le cris de détresse de Metkild. Très aimable à elle de venir aussi rapidement.
Une femme qui pensait à son prochain. C'était devenu rare.
Après avoir rapidement examiné la blessure, elle demanda à Metkild de la suivre. La blessée écarquilla les yeux, surprise. Elle avait mal. très mal. Et il lui fallait se lever et marcher ? Mais Kridj, toujours aussi combatif, lui fit rapidement entendre raison, et trouver de nouvelles forces. Elle réussit à se lever, et à changer de chambre. Pas toute seule bien entendu, sinon elle se serait écroulée par terre pour ne jamais se relever.
Une éternité plus tard, et des litres de sang perdus Metkild était de nouveau allongée. Cette fois-ci des outils l'entouraient. Elle ne les connaissait pas tous, mais en avait déjà vu chez des médecins.
Xail se mis au travail. Metkild ferma les yeux et tenta d'oublier la douleur. peine perdue, mais elle réussit à ne pas trop hurler. Le lien de cuirs rembouré qu'elle mordait y était certaiment pour quelque chose... Dans tous les cas, sa blessure était dorénavant nettoyée et recousue.
Satisfaite

-Ça va mieux ? Est-ce que vous savez ce qui vous est arrivé ?

La voix de la sauveuse était rauque. Etrange...Mais ça n'était pas dénué d'un cetain charme... Metkild se sentait presque dans la même situation. Un homme dans un corps de femme... Enfin la jeune femme se doutait qu'il n'y avait aucun rapport.
Metkild prit la parole, pour répondre aux questions de la guérisseuse.

-Merci. Beaucoup. Je vous dois la vie... Ce qui m'est arrivé... Je dormais, et j'ai senti une présence. Puis un coup que je n'ai pu éviter... Rien d'extraordinaire, je n'ai pas aperçu mon agresseur.

Metkild fit une brève pause et regarda Xail. Il était temps de se présenter.

- Je suis Krigj.

La jeune femme planta son regard glacial dans celui chocolaté de Xail. Elle ne semble pas complètement comprendre. Quelques explications s'impose et... méthode éléctro-chocs.

- Un frère de Jakar, malheureusement tombé dans l'oubli. Je suis le Dieu de la Guerre.

La jeune femme se tu, attendant la réaction qui ne tarderait pas de sa sauveuse. Le prénom de Metkild n'avait pas été évoqué, car Krigj ne savait pas comment l'introduire. "Mon corps se nomme Metkild" pas trop bien.. son hôte ? Bref, le mieux était de la laisser de côté et d'attendre les questions de Xail.



Dernière édition par Metkild le Sam 27 Avr - 12:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xail
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 24/01/2013
Localisation : Quelque part sur les routes

MessageSujet: Re: Aïe. Mais arrêtez ! j'ai dit AIE ! [Metkild + Xail]   Jeu 25 Avr - 22:27

Lorsque la jeune femme ouvrit les yeux et prit la parole, Xaïl fut soulagée de voir qu'elle n'avait pas l'air trop mal. Elle lui raconta ce qu'il lui était arrivé mais, bien entendu, elle n'avait pas vu son agresseur. Pas stupide, le tueur. La jeune femme se présenta alors :

-Je m'appelle Kridj.

La première pensée de la guérisseuse fut que ce n'était pas très féminin, mais après tout... Puis la suite lui fit ouvrir de grand yeux.

-Un frère de Jakar, malheureusement tombé dans l'oubli. Je suis le Dieu de la Guerre.


Réflexe de guérisseuse, Xaïl, porta sa main au front de la jeune femme pour prendre sa température, mais elle ne semblait pas délirer à cause de la fièvre. Peut-être était-ce dû au traumatisme consécutif à l'attaque...
*Ou bien, souffla une petite voix dans sa tête, peut-être est-ce la vérité... *
C'était totalement stupide... Les Dieux avaient disparus depuis longtemps et ils avaient abandonnés les hommes à leur sort. Y en aurait-il encore l'un d'entre eux qui s'intéressât un tant soit peu à leur misérable existence ? D'un côté, cela serait rassurant, mais se bercer de fausses illusions risquait de rendre le réveil brutal.

Sceptique, la guérisseuse ne sut que dire et se tut donc quelques instants. Fallait-il la mettre à l'épreuve ? Mais que lui demander ? Une question toute simple, peut-être...

-Pourquoi êtes-vous là ?

Aussitôt que ces mots sortirent de sa bouche, elle les regretta. C'était une question stupide, et elle ne voulait pas faire croire à la jeune femme qu'elle la prenait au sérieux. Encourager une folle dans son délire n'était pas la meilleure chose à faire dans son intérêt. Elle devait amener «Kridj» à se rendre compte qu'elle était tout à fait humaine.

-Hem... Avez-vous été «humaine» avant d'être... un Dieu ?


Xaïl ne savait vraiment pas quoi faire face à la visible démence de sa patiente. Tout cela la dépassait complètement et la prenait au dépourvu. Évidemment, elle ne croyait pas Kridj, mais elle ne parvenait à faire taire la petite part de son esprit qui, tout au fond de sa conscience, lui hurlait que c'était la vérité.

[HRP : Désolée, c'est super court, mais je ne savais pas quoi dire :/ ]


Dernière édition par Xail le Sam 4 Mai - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Metkild
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Messages : 1622
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Aïe. Mais arrêtez ! j'ai dit AIE ! [Metkild + Xail]   Sam 27 Avr - 12:03



La première réaction de la sauveuse fut de poser une main sur le front de Metkild. Kridj eu un sourir peiné. Non, pas de fièvre, pas de délires... Etait-ce si ... improbable ? C'est vrai qu'il n'avait jamais abordé qui que e soit d'une telle façon. Bon peut-être parviendra-t-il à résonner la jeune femme? Elle semblait talentueuse, une telle femme peut être un allié puissant, surtout en ces temps.

-Pourquoi êtes-vous là ?


Euh... Jakar n'eu pas le temps de réfléchir à une réponse que la jeune femme continuait. heureusement car il n'avait aucune idée de comment raconter la chose...

-Hem... Avez-vous été «humaine» avant d'être... un Dieu ?

Crotte. Une question encore plus difficile... Comment pouvait-il expliquer à une femme qui ne croyait pas en son existence la naissance des Dieux ?
Poussant un gros soupir devant la tache ardue qui l'attendait, le Dieu commença à expliquer l'histoire.

- Alors déjà je suis un homme. Mon enveloppe corporelle est celle d'une jeune femme du Nord. Elle s'appelle Metkild et vient d'au-delà de la mer du Nord. Elle et moi sommes très différents, car elle est juste une humaine. Qui croit aux anciens Dieux.

La jeune femme blonde fit une brève pause, observant la guerrisseuse qui l'observait attentivment. Et avec une sorte de lueur qu'elle n'arrivait pas à dérypter.. Pour sûr qu'elle était persuadé de la folie de Kridj-Metkild. Enfin maintenant que l'histoire était commencée... autant la finir.

- Ma naissance, est... commune à celle de mes frères et soeurs. Nous sommes nombreux, et égaux. Nous sommes les différentes forces de cette planète. J'ai oublié ce qui m'a créé, mais ma conscience n'a pas d'age. Fut un temps, où les Dieux évoluaient sur le même plan que les humains. Nous les aidions, nous les protégions. Notre pouvoir était grand, et la Foix des humains sans limite. Malheureusement, nous n'étions pas les seuls à pouvoir prendre apparence humaines, d'autres individus avec de bien plus sombres dessins commencèrent à briser l'harmonie de cette planète. C'est le début de la grande guerre. Tous les Dieux se sont unis derrière Jakar pour repousser cette menace. Le prix que nous avons payé a été notre... éloignement. Tous les Dieux se sont retrouvés sur un autre plans que les humains. Nous n'avions plus aucun pouvoir sur vous, nous ne pouvions que vous observer, et influence discrètement votre environnement. Jakar lui ... nous a trahi, il a réussit à rester dans votre plan. J'ignore ce qu'il est devenu, mais il a rayé de la mémoire des hommes les autres Dieux. Notre punition a donc été de voir ces humains que nous voulions protéger si ardement, nous oublier.

Kridj fit une pause dans son dicours. Il repris son souffle. Il avait oublié ce qui l'entourait, et revivait les évènements. Il se souvenait de tout. Il avait d'abord apprécié cette apparition de démons, car il allait enfin mettre ses talents œuvre. Malheureusement il ne lui a pas fallu énormément de temps pour comprendre que les humains étaient trop faibles. Que lui seul ne pouvait pas lutter contre ces envahisseurs. Tout à sa stratégie, il avait travaillé avec ses frères et sœurs, tous ensemble, unis. Il avait chargé Jakar de s'occuper des Assassins. Tous deux avaient travaillés dur pour que ces hommes soient plus que des hommes. Au prix de nombreuses vies, ils avaient vaincus. Les dieux avaient été bannis. Une sorte de sortilège, prière... quelque chose de puissant pour garder les esprits loin. Méchants comme gentils.

-Voilà l'histoire. Puis, il y a peu, le portail à été ouvert. Les ombres ont tenté d'appeler leur maître. Mais en échouant à terminer leur prophétie, ils ont laissé le travail non-fini. Des démons et autres maux continuent à s'infiltrer sur terre. Tout comme eux, j'ai pu revenir ici pour vous aider. Car humains, tout autant que vous êtes, vous allez devoir vous fier à l'inexplicable pour survivre. Vous aller devoir vous battre et avoir la Foix.

Voilà, il avait fini son discours. il espérait avoir plus ou moins répondu à toutes les questions de sa sauveuse. Allait-elle le croire ? Si oui.. que ferait-elle ?
Il leva les yeux bleus délavé de Metkild vers Xail. Il guettait sa réaction.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xail
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 24/01/2013
Localisation : Quelque part sur les routes

MessageSujet: Re: Aïe. Mais arrêtez ! j'ai dit AIE ! [Metkild + Xail]   Sam 4 Mai - 18:06


Xaïl écouta attentivement l'histoire de Kridj. Au fur et à mesure qu'elle... qu'il racontait, il semblait s'animer, revivant les événements, cela se voyait dans ses yeux grands ouverts qui cependant ne voyaient rien. Il lui parla de son corps d'emprunt, de sa naissance, de la guerre entre les Dieux et les Démons, de leur victoire et de son prix, et puis du déclin actuel de leur monde.
Lorsqu'enfin sa voix s'éteignit, la guérisseuse resta un long moment sans rien dire ni rien faire. Du fond de sa mémoire, tout doucement, remonta un souvenir, un vieux souvenir, qui s'imposa à elle avec force.

Elle avait six ans, sa mère à ses côtés et la vie devant elle. Elle gambadait joyeusement dans la forêt mais sans jamais trop s'éloigner de sa mère car elle avait peur de se perdre, bien qu'elle ne l'avouerait jamais. Et puis, sa maman ne se perdait jamais, alors il suffisait de la suivre.

-Dis Maman, comment tu fais pour toujours retrouver la maison ?


-Eh bien, répondit sa mère, je connais très bien la forêt.

-Mais, et si tu te perds dans une partie de la forêt que tu ne connais pas ?

-Il me suffit alors de lever les yeux vers le ciel et de me repérer grâce aux étoiles.

-Et si on est le jour et qu'on voit pas les étoiles ?

-Alors je laisserais les Dieux me guider.

-Les quoi ?

Et sa mère lui avait parlé de ces êtres extraordinaires et si puissants. La petite fille, bouche bée, les yeux ronds comme des soucoupes, regardait sa mère avec dans les yeux des étoiles qui brillaient. Elle buvait ses paroles, comme à chaque fois que quelqu'un, plus particulièrement sa mère, lui racontait une histoire ou lui apprenait quelque chose. Émerveillée, elle avait décrété que les Dieux étaient chouettes et elle leur avait secrètement demandé de faire en sorte qu'elle ne se perde jamais.
Et depuis, à chaque fois qu'elle se pense perdue, elle lève les yeux au ciel et, grâce aux étoiles, ou bien peut-être est-ce grâce aux Dieux, elle retrouve toujours son chemin. Après tout, pourquoi n'existeraient-ils pas ? Sa mère y croyait bien, elle.
*Oui mais elle est morte, elle...*
Oui mais elle avait pu lui sauver la vie...

Le silence se faisant trop pesant, Xaïl le rompit en toussotant.

-Hum... Admettons que vous ne soyez pas totalement fou... Pourquoi êtes-vous là ? Pour nous aider ? Et si oui, comment allez-vous vous y prendre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Metkild
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Messages : 1622
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Aïe. Mais arrêtez ! j'ai dit AIE ! [Metkild + Xail]   Dim 26 Mai - 10:50


La guérisseuse était immobile. Elle avait tout écouté avec attention et ...

-Hum... Admettons que vous ne soyez pas totalement fou... Pourquoi êtes-vous là ? Pour nous aider ? Et si oui, comment allez-vous vous y prendre ?

Ah... sacrée petite. Kridj se tu à son tour car il n'avait pas encore la solution.

-Je suis venu pour vous sauver, car les humains ne font pas le poids face aux maux qui se rependront. Il ne s'agit plus d'une affaire de votre monde, des gens vivants, contre d'autres, mais de forces que vous ne soupçonnez pas. Alors oui je veux vous aider, comment ... Je ne le sais pas encore exactement. Je suis Dieux de la guerre, et de la stratégie. Pour le moment l faut redonner foie aux homme, il faut qu'ils croient en quelque chose de fort. Et il faut un endroit pour que les combattants se réunissent sans souffrir des privations. Un QG. Ce QG se trouve quelque part dans le désert des ténèbres et seuls ceux qui ont la foie et l'envie d'aider notre cause le trouveront.


Metkild commençait à fatiguer, et le dieu senti ses paupières se fermer, il avait envie de continuer à discuter mais... Ca devrait attendre.


Lorsque Krigj rouvrit les yeux, il était seul. La jeune fille se sentait mieux, et réussit à retourner dans sa chambre pour récupérer ses affaires.Puis le dieu descendit dans la grande salle, à la recherche de sa sauveuse.
Elle était en pleine discussion avec l'aubergiste... Lorsque la jeune fille était entrés, leurs regards l'avait mise mal à l'aise. Ils parlaient d'elle.



(Désolé pour le délai ! et... le manque d'inspiration. Faudrait un peu d'action, parce que là .. je sais plus trop quoi faire. Enfin tu peux trahir Metkild, ou pas, ou sinon faire genre qu'elle est recherchée... ou trouver un autre truc qui mettrait un peu de dynamisme ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Destin
Destin
Destin
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 24/10/2012

MessageSujet: Re: Aïe. Mais arrêtez ! j'ai dit AIE ! [Metkild + Xail]   Dim 26 Mai - 14:25

Cela va faire quelques mois à présent que j’arpente les terres humaines en observateur. J’analyse les comportements, voie les évolutions. J’admire ceux qui restent ancrés dans les fondamentaux et dans le droit chemin. Je ris de ceux qui se croient invulnérable parce qu’ils ont un cure-dent et pillent de pauvres fermiers. Mais surtout, je voie l’adaptation.
Partout, les hommes font en sorte de s’adapter à cette situation qu’est la sécheresse. Les villes disparaissent sous terre, les groupes s’organisent plus étroitement.
Cela me lasse.

J’ai envie de changement. De remuer cette soupe d’humain et de les faire atterrir. Ils oublient que la sécheresse n’est pas éternelle. Ils ne pensent plus aux sensations du vent, de la pluie, du bruit de l’éclair foudroyant le ciel.

Je vais arranger tout ça.

« D’eau et de vent,
De foudre et de feu,
Que les éléments s’acharnent sur eux. »

Dès à présent l’orage éclatera dans un ciel auparavant sans nuage, la pluie inondera les terres, le feu se déclenchera partout à cause de cette brutale arrivée de froid. Le froid et le chaud… j’aime.
Le froid va revenir, la pluie ne va pas cesser pendant quelques temps. Le tonnerre grondera tout au long de la côte.
La terre a toujours été ma plus belle alliée. Les Hommes verraient, la puissance de la nature… les limites de leurs constructions…
Ils comprendront que Destin ne plaisante pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aïe. Mais arrêtez ! j'ai dit AIE ! [Metkild + Xail]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aïe. Mais arrêtez ! j'ai dit AIE ! [Metkild + Xail]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et il leur offrit un regard qui disait tout. Il disait: "Non mais arrête de manger ton maïs horizontalement comme un barbare faut le manger verticalement, plébéien. Non mais." (finite)
» Mais arrêtes avec tes grands airs !
» Galerie dédiée au corps d'Alex Turner et aux dessins d'un strangulot ( mais surtout sur le corps d'Alex :D)
» Arrêter de raconter la même histoire et en écrire une nouvelle (Hayden)
» Pourquoi la PNH arrête-t-elle des bouzins quand des bandits occupent la rue ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Jakar :: Villes :: Gürik-
Sauter vers: