Le Royaume de Jakar

Assassin, Ombre, Artisan, Sage...Qui choisirez-vous pour mener à bien votre mission ? Sauvez le Royaume ou mettez le à feu et à sang !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une taupe dans les rangs [pv Lewis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Mer 25 Juil - 19:28

Melley rentrait enfin au Camp. Elle donna les rênes d'Espoir à l'Assassin de service, le remercia d'un geste et alla droit chez son père. Vivement la douche et un bon lit. Son corps n'en pouvait plus. Même s'il était habitué, tout être humain avait bien droit à quelques jours de repos non ?

Entrant dans la demeure Seigneuriale, s'inclinant en retirant sa capuche, elle attendit que son père lui donne l'autorisation de se relever et de parler. Fille ou pas, elle tenait à respecter les mêmes règles que les autres. Pas de privilèges. Et son père était tout à fait d'accord.

Lorsqu'enfin elle put le faire, elle sourit à Kaytlin comme à Zokeï. Tous deux avaient bien vieillis, mais restaient de parfaits conseillers pour Kem.


-Mission accomplie.

Son père sourit et se leva de son trône, s'approcha et la serra contre elle. Malgré son âge, malgré sa vie, elle aimait ses moments avec son père, où ils oubliaient leurs rôles, leurs fonctions, tout.

-Va te reposer, tu l'as amplement mérité. Par contre il faudrait que tu te charges de l'échauffement des apprentis demain matin. Juan s'est absenté.

Elle acquiesça, s'inclina et sortit en remettant la capuche. D'un pas assuré, elle marcha jusque sa propre demeure, entra et referma la porte. Soupirant, elle enleva ceinturon, dagues, couteaux, épée, plastron, épaulière, toute son armure quoi, ainsi que ses lames puis alla dans sa salle de bains. Retirant le reste de sa tenue, elle se regarda dans le miroir. Cheveux châtains foncés ni trop longs ni trop courts, pas super bien coiffés mais qui lui donnait un air pas trop mal, un visage avec des traits fins, des yeux noirs. Quelques fines cicatrices par-ci par-là. En fait, elle n'était pas trop mal, comme femme. Elle qui, à l'époque, se disait qu'elle était moche et le resterait à vie, maintenant elle se disait qu'elle était normale. N'importe quel homme pouvait l'aimer. Mais bon, elle ne s'était jamais intéressée plus que cela aux hommes et à l'amour, ayant une vie déjà bien chargée. Elle repensa soudain à Lola, qu'elle avait aidé à accoucher. Elle avait trouvé son bonheur, elle, avec Soaric et Logan, et maintenant leur petit Elyas. Elle avait une maison parfaite, un petit havre de paix et y vivait pleinement. Melley était heureuse pour elle.

Se déshabillant complètement, elle ne regarda même plus la croix de Jyffrey gravée sur son ventre. Elle touchait de temps à autres les cicatrices, mais grimaçait à se souvenir, comme à tous ceux qui étaient liés de près ou de loin à Jyffrey ou Elis, deux Ombres qu'elle détestait au plus haut point. Bien sûr Jyffrey était mort, elle avait réussi à l'abattre, mais Elis courait toujours et cherchait à chaque fois de la liquider. Entrant dans la baignoire, elle laissa l'eau emporter poussière et crasse du voyage, pour finalement se détendre. Le seul endroit ou elle se détendait à cent pourcent c'était bien le Camp et encore plus sa maison.

Fermant les yeux, elle se laissa divaguer…

Une heure plus tard, elle sortait, s'essuyant rapidement. La croix était bien trop nette à son goût. Qui sait, elle dégoûterait peut-être l'homme qui voudrait la toucher ou l'emmener au lit ? Cette idée l'effrayait un peu, elle se l'avouait. Elle était encore vierge et appréhendait le moment, mais voulait le faire avec un homme qui serait patient et surtout dans l'amour. Elle était Assassin, cruelle et froide lorsqu'il fallait, mais avait aussi son cœur tendre et sensible.

Se rhabillant et chassant ses drôles de pensées de sa tête, elle alla manger un morceau et affûta ses armesn d'un geste automatique puis alla se coucher, éreintée.

******

Le lendemain, elle fût dehors juste avant que le soleil ne pointe le bout de ses rayons, prête à accueillir les apprentis. Qui arrivèrent rapidement, habillés et frais comme des gardons pour leur échauffement avant de partir avec leurs Maîtres respectifs. Personne ne s'étonna de voir Melley à la place de Juan. Kem prenait l'un ou l'autre, selon les absences. Pendant près d'une demi-heure, elle les échauffa, leur fît étirer les muscles, les préparant à la journée qu'ils allaient tous affronter. Elle était elle aussi passée par là, mais ce n'était pas une raison pour simplifier les exercices, au contraire.

A la fin, elle s'éloigna légèrement. Elle ne serait libre qu'une fois tous les apprentis en compagnie de leur Maître. Et là, elle le vit. De sous sa capuche évidemment, parce qu'elle la gardait constamment lorsqu'elle était dehors, elle plissa les yeux pour le voir nettement.

C'était un Assassin, qui se promenait non loin de là, sans capuche. A l'intérieur du Camp, elle en avait déjà vu le faire, mais très rarement. Il avait des cheveux blancs, et un visage fin, à ce qu'elle pouvait voir. Enfin, c'était un Assassin parmi tant d'autres, beau, mais un Assassin comme les autres tout de même.

Ce qui l'intrigua en revanche, c'est la direction vers laquelle il marchait. Aucune. Il semblait faire des va-et-vient et, plus étrange encore, la fixait. Pourquoi ? Elle se reprit. Elle était chez elle. Pas question de se méfier. Il pouvait regarder quelque chose derrière elle. Clignant des yeux, elle constata que les apprentis étaient tous partis. Alors elle s'éloigna, cherchant un endroit ou elle pourrait aller. Elle s'entraînerait plus tard. Elle voulait juste une heure ou elle ne ferait rien, assise quelque part, observant les autres.

Souriante, elle sut où aller. L'arbre contre lequel elle s'adossait toujours, avec ses amis, lorsqu'elle était apprentie. Il était toujours là, vieux et sage. S'asseyant contre son écorce, elle regarda les apprentis courir, se battre et autres exercices.

Pourquoi l'autre venait-il vers elle maintenant ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Lewis Elensar
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 23/07/2012

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Jeu 26 Juil - 14:53

Doucement, doucement. Il faut que je le fasse en silence. J’empoigne, je mets, j’empoigne une nouvelle fois, je remets et je me dirige vers la porte. Faut pas que le parquet grince sinon je suis cuits. La fin des haricots ! Je l’ouvre, je sors et je referme doucement. Ca y est ! Sortit ! Ouf. Sauvé !Je dévalai les escaliers et m’apprêtais à sortir quand je sentis qu’on me regardait. Je me retournai, tendu comme rarement.

« -Tu diras à la fille que je n’étais qu’un rêve, hein ? demandai-je à Tom
-Si ça peut te faire plaisir mais je ne suis pas sûr qu’elle me croira.
-D’accord, merci, je file. »


Oui, je ne fais que ça. Je file, je refile, je défile. C’est tout un art de sortir de la chambre sans que les demoiselles que j’ai mis dans mon lit se réveillent. Faut pas croire qu’elles ont un sommeil profond, au contraire alors il faut être silencieux sinon c’est foutu. Si elles me voient sortir, je me reprends l’engueulade de ma vie. Et même après, certaines me poursuivent. Par exemple hier, j’étais tranquillement en train de draguer quand y en a une qui débarque et qui me claque. Je me souvenais même plus d’elle mais quand une fille arrive et me baffe c’est forcément que j’ai couché avec elle. Bref, il faut faire attention.
Donc, passons à autre chose. Je souris à une jolie fille qui passait près de moi et elle piqua un fard, baissant la tête alors que sa copine à côté gloussait comme une folle. Celle-ci, elle n’était pas très belle, pas laide non plus, hein, juste quelconque. Bref, j’accélérai le pas, hier, juste avant de partir du camp, j’avais appris que Melley, ma nouvelle cible était rentrée de mission. Et je voulais aller la voir, la rencontrer, en apprendre plus sur elle et puisqu’apparemment elle était assez jolie, la mettre dans mon lit pour la nuit. Mais elle était assassin, donc ça ne serait pas aussi facile qu’avec toutes les autres filles. Ce qui ne rendrait que le jeu encore plus amusant !

J’arrivais bien vite au camp, je confiais ma monture à celui qui s’en occupé. Le pauvre, moi m’occuper des chevaux toute la journée, ça me gonflerait bien vite. Il faisait à peine jour et je n’eut pas de mal à trouver celle que je cherchai. Elle était en train d’entraîner les apprentis, je ne voyais rien de son visage à part une capuche, super ! Je me suis souvent demander pourquoi ils en portaient tous ici. Enfin, ils n’étaient peut-être pas tous aussi beau que moi (perso, il m’aurait sorti ça à voix haute, je l’aurais baffé)…

Je me mis à faire des allers et venues devant elle, la regardant. Aujourd’hui, mes yeux étaient bleus-gris au soleil et à l’ombre ils devaient vite virés complètement gris. Quand elle eut finit de so’ccuper des apprentis, je la vis aller s’assoir sous un arbre. Dommage, moi qui aimai bien mes yeux clairs… Je m’approchai, avec mon plus beau sourire et vis quelques traits de son visage. C’est vrai, elle m’avait l’air assez joli.

« Saut, ma jolie. Ça fait un moment que je voulais te rencontrer, tu es la fille du chef c’est ça. Je m’appelle Lewis, ça te dirait de venir boire un verre avec moi ? » dis-je

Bon, je sentais que c’était trop direct pour elle mais il fallait bien essayer quand même…


[Vache, elle est super large la page...Dire que ça fait une page word normalement...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Jeu 26 Juil - 20:49

[ce n'est pas très long, mais l'action n'a pas encore commencée xD et j'adore tes commentaires entre parenthèses !!]

L'autre s'arrêta juste devant elle. Le regardant mieux de sous sa capuche, Melley vit qu'il avait des yeux gris et une cicatrice à l'œil droit. Et tout dans sa posture déclarait qu'il avait l'habitude de charmer les demoiselles grâce à un clin d'œil. Et sa première phrase confirma ses doutes :

-Saut, ma jolie. Ça fait un moment que je voulais te rencontrer, tu es la fille du chef c’est ça. Je m’appelle Lewis, ça te dirait de venir boire un verre avec moi ?

Elle ricana en silence. Boire un verre…technique du dragueur…elle en avait entendu parler et elle n'était pas idiote. Seule une fille naïve ne comprendrait pas les sous-entendus. Mais elle, elle était Assassin et, comme il l'avait si bien dit, fille du chef…si on pouvait dire que Kem était un chef. Son nom officiel était Seigneur, mais lui-même ne se voyait pas en tant que tel à proprement parler. Il se voyait plus comme un protecteur et un guide. Elle se souvenait de son investiture. Elle se souvenait de sa crispation devant cette montagne de fardeaux qui s'écroulait sur ses épaules du jour au lendemain. Et tout ceci, légèrement et indirectement par sa faute.

Elle se releva lentement, le dominant de sa hauteur. Elle était heureuse qu'il ne voie rien ou presque de son visage. Parce que franchement, il était beau oui, mais de là à tomber directement sous le charme, elle avait vu mieux. Bien mieux. Et, au final, sa pause et son repos étaient écourtés.


-Excuse-moi mais…nous sommes encore tôt et je n'ai pas envie de boire maintenant.

Elle s'éloigna, sentant son regard désabusé sur elle. S'il était réellement le dragueur qu'elle croyait, il était sûrement abasourdi qu'elle lui tienne tête au lieu de tomber dans ses bras. Elle avait été tout de même gentille et lui avait répondu de manière on ne peut plus polie.
Bref, elle continua sa route, se faufilant entre les apprentis et les Maîtres, cherchant un mannequin de paille. Elle voulait s'entraîner au lancer de couteau, vérifier qu'elle arrivait toujours à viser comme il se devait.

Et enfin elle s'en trouva une, légèrement à l'écart, ce qui n'était pas pour lui déplaire. Elle était sûre alors que sa concentration serait optimale. Focalisant son attention sur sa cible, préparant son couteau, légèrement penché. Elle visa et tira, accompagnant l'arme avec son bras, qu'elle garda tendu jusqu'à ce que la lame se fiche dans le cœur de la cible en paille. Elle continua ainsi quelques minutes, jusqu'à ce qu'elle sente une présence près d'elle.

Elle se retourna et vit Lewis, adossé non loin. Soupirant elle alla vers lui et lui demanda :


-Pourquoi voulais-tu me rencontrer au fait ?

Il était vrai que c'était curieux de sa part…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Ven 27 Juil - 16:04



REVOLUTION!
Je ne veux plus de capuches qui cachent les visages des jolies filles.




Je souris devant son refus, j’en m’en doutais. Il y avait trop de sous-entendus dans ma proposition et celle qui ne comprenait pas devait être ou super naïve ou super bourré (avant même qu’il l’emmené dans une auberge, ah ! Il choisit des proies trop faciles mon ptit’ Lewis…). Je la suivis de loin, jusqu’à aller m’adosser contre un mur en plein soleil, mes yeux virant de nouveau bleu-gris très clair, plus bleu je pense. Melley s’approcha de nouveau de moi me demandant pourquoi j’avais voulu la rencontrer. J’haussais les épaules tournant la tête sur le côté, regardant l’arbre où elle était assise avant.

« Simple curiosité. J’avais juste envie de voir à quoi ressembler la fille du GRAND chef. » répondis-je en reportant mon attention vers elle

Elle sembla remarquer le changement de couleur de mes yeux car elle les fixa un moment. Leurs couleurs étaient rares et il était possible qu’elle n’en ait jamais vu. Parce que croiser quelqu’un dans une rue de suffisait pas à remarquer cela.

« Ils sont pers. » lui dis-je avec un petit sourire

Puis je regardai le mannequin sur lequel elle s’entrainait, elle savait très bien viser. Je vis Léo arrivait. C’était un assassin avec qui j’étais allé chez Tom un soir. Il était sympa, un peu grande-gueule et c’était encore pire quand il était soule mais bon…

« -Lewis ! m’appela-t-il
-Oui, qu’est-ce qu’il y a ?
-Tu dis plus bonjour ? Pas bien. Bref, ça te dis d’aller à l’auberge de la dernière fois ce soir ?
-Ah non, désolé, je suis pris.
-Dommage. Salut. »

Il repartit aussi sec. J’avais refusé car je savais que c’était avec Melley que j’irais ce soir. Il fallait que j’y arrive ! Surtout que si j’arrivais à la faire boire un peu, il me dirait peut être quelques trucs intéressants pour les Ombres. Et puis toute façon Tom n’aimait vraiment pas ce mec, il le trouvait braillard et pas assez distingué pour son auberge. Il m’avait dit, je cite : « Je t’ai déjà toi et tes pouffiasses. Pas besoin d’un deuxième. » Clair, net et précis. J’adore ! Et c’est pour ça que j’avais répondu à sa remarque sur mes partenaires pour mes nuits « Moi je t’aime bien ! » Il avait grognait et était repartit travailler. Il économisait les mots Tom, il n’essayait jamais de convaincre jamais et d’engager pas les débats donc on ne pouvait pas beaucoup discuté avec lui. Il disait que ça ne servait à rien. (tout le contraire de mon Lewis chéri qui débite pour draguer)
Puis tout un coup je voulus voir un peu plus le visage de Melley. J’écartais un peu la capuche, tout doucement et découvrit qu’elle avait des yeux noirs et des cheveux châtains foncés. J’en attrapais une mèche, la faisant glisser entre mes doights.

« Peut-être que demain mes yeux seront aussi sombres que les tiens. » dis-je me penchant légèrement en avant

Je savais qu’elle allait se dégager et j’en riais déjà. Je voyais la surprise passait sur son visage. Je sentis que la journée allait être plutôt animée. (va s’y Melley, règles lui son compte ! *mode pom pom girl*)









[Je sais on voit pas bien le titre mais remarque que maintenant tu n'auras plus de problèmes au niveau du texte. *saute de joie*]


Dernière édition par Spring le Mer 8 Aoû - 12:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Ven 27 Juil - 17:27

-Simple curiosité. J’avais juste envie de voir à quoi ressembler la fille du GRAND chef.

Il détourna le regard, observant l'arbre ou elle était avant. Simple curiosité…moui. A d'autres. L'accentuation du mot "grand" était exagérée elle aussi. Tous les Assassins respectaient Kem, mais ne lui vouait pas non plus un culte. Puis il la regarda à nouveau.
Et elle fût étonnée de voir le changement de couleur de ses yeux. Ils étaient passés de gris à bleu pâle. Il sembla même remarquer, malgré la capuche, son étonnement parce qu'il précisa :


- Ils sont pers.

Le tout accompagné d'un léger sourire. Il s'y croyait drôlement. Melley ne savait pas pourquoi elle s'entêtait à rester avec lui, plantée comme une guigne devant lui en perdant son temps. Mais comme toujours, sa curiosité était plus forte et elle voulait voir jusqu'où il était prêt à aller. Elle voulait s'amuser et voir si elle parviendrait à le mettre hors de lui.

Perdue dans ses pensées, elle remarqua à peine un troisième Assassin qui débarquait et qui demandait à Lewis d'aller à l'auberge. Proposition qu'il refusa en affirmant être déjà pris. Encore des sous-entendus que Melley comprit nettement. Il était pris…pensait l'être.

Puis, d'un coup, il avança sa main et écarta à moitié la capuche qui lui couvrait le visage. Elle retint sa colère alors qu'il l'examinait.

Elle se retint encore plus lorsqu'il prit l'une de ses mèches rebelle et joua avec. Mais elle n'y parvint plus lorsqu'il ajouta en se penchant vers elle :


-Peut-être que demain mes yeux seront aussi sombres que les tiens.

Inspirant un grand coup, elle se dégagea d'une secousse, remit sa capuche en place puis voulut lui montrer de quel bois elle se chauffait. Elle s'avança, rapide comme toujours, dans une tentative de l'agripper au cou, de le serrer, juste pour qu'il ait un peu peur, mais, main tendue, à deux millimètres, il se baissa, évitant le coup.

Se remettant droite, serrant les poings, elle sentit la colère l'envahir. Lui souriait toujours, comme un sombre idiot. Qu'il était d'ailleurs.


-Joli coup, bravo. Mais j'ai connu plus souple niveau buste.

Elle vit avec satisfaction son sourire goguenard disparaître. Pour tout de suite revenir, comme s'il avait trouvé une merveilleuse idée.
Elle chercha quelque chose à rajouter, pour enfoncer un peu plus avant de partir.


-Et tes yeux ne seront jamais aussi sombres que les miens. Graves-les toi dans ta petite tête. Tu ne les reverras plus non plus.

Puis, sans un mot de plus, elle le laissa planté là, comme un idiot, à côté du mannequin d'entraînement. Soupirant, elle retourna chez elle. Il devait être environ dix heures du matin, et elle ne savait pas quoi faire. Se détendre…oui, bonne idée. Entrant et refermant la porte, elle retira juste ce qu'il faut d'armure et conserva la capuche. Si jamais l'autre idiot décidait d'espionner…

Elle se rafraîchit le visage, oui elle a enlevé la capuche mais à fermé la porte et les fenêtres avec les volets, puis retourna s'asseoir dans son fauteuil un verre d'eau fraîche à la main.

Elle ferma les yeux en posant sa tête contre le dossier. Elle plaignait légèrement les apprentis qui couraient par cette chaleur…

La journée allait être longue…surtout que l'autre était devant sa porte…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Sam 28 Juil - 17:14



LA REVOLUTION N°2
Je ne veux que les jolies filles portent des armures




Un petit sourire au coin se forma sur mes lèvres et j’émis un peu petit rire amusé. J’aurais bien passé la journée à embêter Melley puis la faire tomber dans mes bras mais je n’avais plus le temps. Elle était partie en mission le jour où les Ombres m’avaient dit de recueillir des informations sur elle. J’avais alors essayé d’en avoir par les autres assassins mais personne ne connaissait grand-chose à propos de cette fille. Et je devais retrouver l’Ombre demain avec quelques infos potables si je n’en voulais pas avoir de gros problèmes. Donc, il fallait passer à la vitesse supérieure. Et pour ça je n’avais pas le choix, j’allais devoir la droguer… (RRRAAAHHHH ! LEWIS ! C’EST PAS BIEN !)

Je la suivis jusque chez elle et allais me poster devant sa porte. Il fallait que je trouve un moyen de lui faire parvenir de la nourriture parce que sinon je ne me vois pas vraiment comment je pourrais arriver à mes fins. Alors je me rends dans la cuisine du camp et trouve une jolie petite serveuse qui s’occupe de mettre les tables et tout ce qui va avec. Elle est toute mignonne, le genre à glousser et à rougir juste pour un regard de ma part. Et pour rougir, elle rougit quand je m’approche d’elle, tout sourire. Une vraie tomate, j’ai l’impression qu’elle va exploser. Et ça me fait sourire encore plus.

« -Salut ma jolie. Tu n’en as pas marre de balayer ainsi ? J’ai une mission pour toi si tu veux. dis-je en m’asseyant sur un banc, en face d’elle avec une allure décontracté
-Ca dépend en quoi elle consiste ? répondit-elle en arrêtant de travailler
-J’aimerai que tu apportes de quoi mangé à la fille du chef, Melley.
-Pourquoi ? »

Elle s’offusquait. Elle aimerait que je la drague un peu plus et à la place je lui parle d’une autre fille. Alors la jalousie s’empare d’elle. Mon sourire s’élargit encore un peu plus. Je l’attrape doucement par la main et la fais s’asseoir à côté de moi, presque sur mes genoux à vrai dire. Je lui explique tranquillement que j’ai entendu le ventre de cette chère Melley protestait tellement il était affamé et ne voulant pas qu’elle meurt affamée, je voulais la faire manger un peu. Mais comme elle me détestait, elle n’accepterait rien de moi –le seul point vrai de ma petite histoire- et donc que ce serait bien qu’elle y aille elle, adorable jeune fille. Je me mis ensuite à la complimenter, pour finir le travail. Je la voyais craquer doucement puis elle partit chercher un plateau avec plein d’aliments et le ramena près de moi, me demandant si ça m’allait. Je lui souris et lui demandai gentiment d’aller chercher une serviette, il ne faudrait pas que la fifille du grand chef se tâche quand même. J’en profitais pour mettre de la drogue dans la nourriture –j’en gardais toujours un peu sur moi, mais pas pour les filles d’habitudes- et quand la petite serveuse revint je lui dis merci. Puis nous nous rendîmes tous deux chez Melley, je m’arrêtais un peu avant, me dissimulant pour ne pas que ma proie me voit. Ça serait tellement dommage. Quand l’autre fille revint sans le plateau je la remerciais puis l’embrassai légèrement, prenant son menton entre de deux mes doigts. Elle partit en gloussant comme une pintade. (elle, elle rigole, moi je lui aurais foutu mon poing en plein gueule…)

J’attendis un peu et quand j’entendis que Melley se mettait à manger, je crochetais la serrure de sa chambre et entrais calmement. Cela me prit assez de temps pour que quand j’entre, la jeune femme plane déjà complètement. Quand j’entrais elle me sourit, m’appelant. Je m’assis en face d’elle et me mis à lui poser des questions. Elle répondit à tout et quand j’eu finis, je lui proposais de nous rendre dans son lit pour la récompenser. Elle dit oui sans hésiter et se jeta dessus. C’était si facile, trop même, je n’aimais vraiment pas faire ce genre, c’était ennuyeux et vraiment pas correct. Mais c’était ma vie qui était en jeu et il était hors de question que je la perde parce que j’avais un peu trop voulu jouer. Et puis sinon je suis sûre que ça aurait pris des années avant qu’elle ne me dise quoi que ce soit ou qu’elle me laisse simplement entrapercevoir l’intérieur de sa chambre. (façon de parler, il l’aurait eu en une semaine //VLAN//)

Je m’approchais de Melley, j’allais quand même profiter un peu, doucement je me penchais vers elle. Je l’embrassais, puis me mit doucement à enlever son armure qu’elle avait encore sur elle. Qu’est-ce que ça peut être chiant ce truc-là ! Je descendis dans son cou, laissant mes mains se promenaient un peu partout. Ah, finalement, c’était pas si mal de l’avoir drogué ! ( c’est vraiment un connard ! Je suis si fière…

♥♥♥

« -C’est vraiment un coup de salaud… marmonna Tom en me servant mon verre
-Je suis un salaud alors que veux-tu. Les salauds font des coups de salauds. Les lâches font des coups de lâches. C’est comme ça… répondis-je en haussant les épaules
-Tu l’as quand drogué puis violé !
-Je l’ai pas violé, elle était consentante.
-Elle planait alors autant dire que tu l’as violé.
-Peut être… De toute façon, je l’aurais eu d’une manière ou d’une autre.
-J’ai hâte de voir quand elle va débarquer et te foutre la raclée de ta vie.
-T’inquiètes, il m’arriverait rien.
-…
-…
-Je m’inquiète pas, j’ai hâte de voir ta gueule défigurée quand elle aura fini.
-Merci pour le soutient mec…
-Je soutiens jamais les salauds. »

J’étais au bar, Tom c’était détourné. La conversation de fou, c’était rare que j’en ai une aussi longue avec lui ! J’avais quitté la chambre de Melley après avoir déposé une fleur sur le lit et je m’étais directement rendu ici. J’étais ravi ! Ça avait été vraiment pas mal et en plus j’avais toutes les informations que les Ombres souhaitaient et même plus. J’avais posé mon manteau noir, aux bords rouges à côté de moi et je regardai les demoiselles passaient tranquillement. Je n’étais pas plus inquiet que ça pour ce qu’allait me faire Melley, si ça se trouve elle ne viendrait même pas me voir.

Tout faux ! La porte claqua contre le mur et tout le monde se retourna. La fille du chef des assassins se tenait dans l’encadrement et me fusillai du regard. Elle fonça vers moi en hurlant que je l’avais violé et qu’elle était vierge. Elle se mit à m’insulter en essayant de me frapper. J’évitais avec souplesse, alors qu’un large sourire se dessinait sur mes lèvres.

« -Lewis. m’appela Tom
-Je suis un peu occupé là.
-C’était juste pour te dire que tu payeras les dégâts et pour encourager la demoiselle. »

Je levais les yeux au ciel, il resterait sur ses positions jusqu’à la fin celui-là ! J’évitais un coup de poing et attrapai le bras de Melley par la même occasion. Je la tirais vers moi et l’embrassais. Elle ne bougea plus, sûrement choquée que j’ose encore faire ça. Ah ! Ça avait le don de toutes les calmer ce truc.

« De un, tu étais d’accord, de deux, désolé je n’étais pas au courant que tu étais vierge et de trois, qui te dis que c’est moi qui t’es drogué. Quand je suis arrivé, tu étais déjà comme ça. »

J’avais fait en sorte que l’interrogatoire passe simplement pour une discussion, je lui avais même parlé un peu de moi mais de toute façon il y avait peu de chances qu’elle s’en souvienne. Elle se dégagea et j’effaçais le buste pour éviter un nouveau coup.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Sam 28 Juil - 18:16

[voilà j'espère que c'est mieux !]

Melley était toujours assise tranquillement, tentant de ne penser à rien, lorsque l'on toqua puis entra chez elle. Se levant d'un bond, se préparant à renvoyer l'imbécile de Lewis, parce qu'elle était sûre que c'était lui, elle se stoppa net, bouche ouverte lorsqu'elle vit que c'était une jeune femme, un plateau de nourriture en main.

Elle voulut dire quelque chose mais déjà la fille s'expliquait :


-L'on m'a demandé de vous apporter ce plateau pour que vous mangiez convenablement.

Melley haussa les sourcils mais ne répliqua rien alors que l'autre posait le plateau et s'en allait en refermant la porte. Qui "on" ? Elle était capable de se nourrir convenablement toute seule ! Il devait être midi à présent.

Finalement, elle se résigna. Cela lui faisait une corvée en moins. Femme ou pas, elle n'aimait pas spécialement cuisiner…S'installant à table, elle commença à manger, picorant un peu partout. Elle n'avait jamais été une grosse mangeuse, et depuis qu'elle sillonnait le Royaume, les privations faisaient partie de sa vie.

Elle laissa une bonne partie dans l'assiette puis se releva lentement. Elle voulut aller dans la salle de bains mais la terre tourna, tangua devant ses yeux, aussi se retint-elle au dossier de la chaise.
Reprenant contenance, elle réfléchit à ce qu'il s'était passé. Mais n'y arriva pas. Son esprit était…embrumé. Elle sentait un vent de fraîcheur dans son corps, son cerveau arrêtait de fonctionner et au final elle était…bien. Légère.

Entendant du bruit derrière, elle se retourna et vit Lewis. La partie correcte de son cerveau (puisqu'elle a pas tout mangé elle est à moitié lucide) voulut lui hurler dessus, le frapper et le virer de là, mais l'autre, celle qui était "bien", força sa bouche à sourire et à l'appeler d'une voix qui n'était pas du tout sa voix normale.

Il s'assit face à elle, qui se réinstalla et l'écouta. Il parla de tout et n'importe quoi et lui posait des questions auxquelles elle répondait avec entrain. Elle n'avait plus qu'un souhait : lui faire plaisir.

Alors lorsqu'il en vint à ses peurs secrètes, son cerveau lui ordonna de rien dire et se méfier, mais l'autre divulgua tout :


-Je ne crains qu'une chose. Elis. L'Ombre. Il me terrifie. L'autre est déjà mort.

Ca y est. C'était lâché. Même Kem l'ignorait. Elle continua à parler d'elle, alors qu'elle ne voulait pas. Enfin, si elle voulait mais en même temps ne voulait surtout pas !

A la fin, il lui proposa d'aller dans sa chambre pour la récompenser. Elle lui sourit et se maudit en même temps alors que ses jambes se levaient et que sa bouche hurlait presque le "oui" hideux qui invitait Lewis a disposer d'elle à sa guise.

Elle vit nettement son sourire satisfait se dessiner sur son visage, et elle fût dégoutée d'elle-même. Mais si heureuse d'avoir bien répondu à ses attentes !

Il se pencha sur elle, lentement, retirant sa capuche et l'embrassant. Un frisson parcourut son corps, frisson mêlé de plaisir, de dégoût, d'horreur, de satisfaction…

Un mélange d'émotions. Mais elle ne se rendait compte que d'une partie…son esprit était trop embrouillé pour faire la part des choses…

Elle sentit ses mains se promener, supprimant l'armure qu'elle n'avait pas ôtée, ainsi que sa bouche qui descendait dans son cou pour continuer à l'embrasser.

Et elle se laissa faire, comme une fille docile…

******

Lorsque Melley se réveilla, elle avait mal à la tête et surtout, un énorme trou noir. Fronçant les sourcils, elle se retourna dans le lit. Elle vit une rose à ses côtés. La prenant entre deux doigts, elle se mit en position assise et vit ses vêtements éparpillés dans la pièce.

Elle força son esprit à réagir et des images, brèves, revinrent. Elle se vit manger, puis elle vit Lewis et ensuite…la douleur.
Il l'avait droguée ! Et ensuite il avait…abusé d'elle ! Elle n'était pas consentante ! Son cœur se mit à battre la chamade alors que sa féminité se rappelait à elle. Elle se souvint avoir eu mal. Pas longtemps, mais même. Son honneur était bafoué, son amour-propre aussi. Serrant la rose dans son poings jusqu'à s'enfoncer les épines dans la paume et saigner, elle rejeta les draps qui la couvraient, découvrit du sang sur le matelas, ferma les yeux et courut dans la salle de bains se laver.

Enlever la souillure de son corps. Puis, un autre souvenir fît son apparition. Sous la douche, elle se revit parler à Lewis. Lui raconter tous ses secrets. Lui dévoiler sa peur. Elle vit dans le souvenir que lui aussi avait parlé, mais n'arrivait pas à capter le sens de ses paroles. Laissant l'eau couler sur elle, tentant de calmer son cœur, elle laissa les larmes couler. Elle s'était fait avoir ! Comme une débutante ! Mais pourquoi se méfier alors que l'on est chez soi ? Si même là, le seul endroit ou elle se sentait toujours en sécurité, elle devait se méfier, que ferait-elle ?

Sortant, elle se sécha rapidement, tout en cultivant la colère qui avait remplacé les larmes. Elle allait le lui faire payer. Retournant dans la chambre, elle ramassa ses habits, se rhabilla, enfila lames et autres accessoires de son armure puis mit les draps à laver. Elle devrait même les brûler. Mais plus tard. Pour l'heure, elle avait un compte à régler.

Tout en faisant jaillir ses lames et en les rangeant, elle sortit de chez elle sous un soleil matinal éclatant. Les Assassins commençaient à sortir et elle les ignora tous autant qu'ils étaient pour se rendre au réfectoire. Heureusement qu'elle avait une mémoire visuelle. Entrant brusquement, les rares à manger se retournèrent et la regardèrent étrangement avant de reprendre leur petit-déjeuner.

S'avançant entre les tables, Melley la chercha du regard. Et la vit, là-bas en train de servir des jeunes apprentis. S'approchant, elle saisit la serveuse au col et l'attira à l'écart, sous les yeux ébahis des autres. La plaquant contre un mur, Melley s'approcha suffisamment pour qu'elle seule entende :


-Le plateau que tu m'as ramené hier…de qui provenait-il ? Qui t'a demandé de me l'apporter ?

Elle balbutia, terrifiée. Melley la serra un peu plus contre le mur et lui dit :

-Dépêche-toi de me le décrire, je perds patience.

-Che…cheveux blancs…ci…cicat….cicatrice œil...et…..

Melley la lâcha et s'éloigna avant même qu'elle ait finit. LEWIS ! Vraiment énervée, Melley sut tout de suite ou trouver ce rat, cet immondice, ce porc, cet ordure…une seule auberge flanquait le Camp. Juste en-dehors des bois. Y allant presque en courant, elle s'arrêta devant pour reprendre son souffle.
Puis, elle ouvrit légèrement la porte et donna un violent coup de pied dedans, l'envoyant cogner contre le mur dans un bruit sourd. Le silence se fît automatiquement dans la salle et tout le monde se tourna vers elle.

Avisant Lewis, qui parlait avec l'aubergiste, elle se dirigea vers lui en hurlant presque :


-Tu n'es qu'un porc ! Tu as abusé de moi ! Tu m'as droguée ! J'étais vierge ! Tu es une ordure et je vais te renvoyer chez eux…

Approchant de lui, elle envoya son poing, mais, comme la veille, il lui agrippa le poignet et la tira vers lui. Pour ensuite l'embrasser, sous la capuche. Elle s'immobilisa aussitôt, sous le choc. Comment…comment osait-il encore ? Lorsqu'il la relâcha, la colère était dix fois plus forte qu'avant.

-De un, tu étais d’accord, de deux, désolé je n’étais pas au courant que tu étais vierge et de trois, qui te dis que c’est moi qui t’es drogué. Quand je suis arrivé, tu étais déjà comme ça.

Elle le lorgna avec hargne pour lui rétorquer, virulente :

-Je n'étais pas d'accord ! Et si je sais que c'est toi ! Ta copine serveuse là, elle à la bouche pendue ! Je ne suis pas idiote ! Tu m'as droguée et ensuite tu m'as violée ! Quoique tu puisses dire ! Tu sais très bien que si j'étais dans mon état normal jamais je n'aurais voulu ! Tu vas me le payer, vermine !

Elle voulut lui renvoyer un coup, mais il effaça son buste, l'évitant une nouvelle fois. Les clients s'étaient tous levés, certains étaient partis, d'autres formaient un cercle pour voir l'affrontement.

Melley était plus en colère que jamais. Comment pouvait-on trouver cet être beau ? Il n'y avait rien de bon en lui ! Il n'était qu'une pourriture !
Se mettant en garde, voyant bien que son air terrifiant ne l'impressionnait pas, elle se rua sur lui. Il évita la plupart de ses coups, mais en prit tout de même. Elle avait tant envie de sortir une lame, de la lui enfoncer dans la pierre qui lui servait de cœur, au risque de la briser…mais ne pouvait pas. Il restait un Assassin et si elle le tuait elle serait bannie et tâcherait l'honneur de son père.

Le "combat" dura ainsi quelques minutes, jusqu'à ce qu'elle en ait réellement marre et prenne une chaise à bout de bras pour la lui lancer dessus. Chaise qu'il évita comme les autres coups. Puis, sans un mot, il se détourna et s'en alla. Melley s'excusa pour la chaise, donna de quoi réparer et sortit en trombe à son tour. Mais Lewis avait déjà disparu.


Cependant, elle était sûre qu'elle le reverrait. Parce qu'elle le chercherait. Le traquerait. Et lui ferait payer. Coûte que coûte. Mais pour l'heure, récupérer son cheval, emmener un peu de provisions. Ensuite, ce mettre en chasse.

Une chasse où elle était le prédateur.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Dim 29 Juil - 16:06



LEWIS LE HÉROS
Ou l'assassin qui sauva celle qui voulait le massacrer



J’avais filé en vitesse avant que Melley est le temps d’avoir l’idée me lancer une table à la tête. Et puis de toute façon il était temps pour moi d’aller retrouver les Ombres. J’étais déjà en dehors du camp et je m’enfonçais dans la forêt. Il fallait que j’en sorte parce que jamais aucun d’entre eux de viendrait me trouver ici alors que c’était le territoire des Ombres. Je pris un cheval et deux heures plus tard j’étais au rendez-vous. Je portais un masque de clown et une capuche pour cacher mes magnifiques cheveux. L’ombre était déjà là, assis tranquillement sur un rocher. Je lui dis tout ce que j’avais appris et au fur et à mesure qu’il entendait les informations un sourire se formait sur ses lèvres.

« C’est très bien Lewis. Maintenant je veux que tu crées des liens avec elle, pour en savoir encore plus. Je veux qu’elle te fasse confiance, qu’elle te suive quand tu lui dis de venir pour l’emmener dans un piège. dit-il
-Impossible, elle me déteste. Je suis sûr qu’en ce moment elle me cherche pour me faire payer ce que je lui ai fait. Il n’y aucune chance pour que ça arrive. répondis-je
-Ah bon ? Tu crois ? Elle te hait et justement c’est mieux que de l’indifférence, il y a encore un lien entre vous et on peut le faire changer un peu. Je vais envoyer une Ombre l’attaquait, je compte sur toi pour la défendre. Reste près d’elle. »

Puis il disparut. Je soupirais, qu’est-ce que ça allait être compliqué tout ça. Enfourchant ma monture je repartis vers le camp. Une fois là-bas je fis attention à ne pas croiser Melley, de toute façon elle n’était pas là à priori. On me dit qu’elle était partie dans la forêt avec tout ce qu’il fallait pour traquer quelqu’un. Super, me voilà devenue la proie. Enfin pour elle… Parce qu’en fait c’était tout le contraire mais elle ne pouvait pas s’en douter. Je partis à sa poursuite et la trouvais bientôt. Je montai silencieusement dans un arbre. Elle ne pouvait pas me repérer. J’avais passé ma vie à espionner, disparaître, à ne faire aucun bruit. J’avais même un fois suivis son père qui était le chef des assassins et il ne m’avait pas vu. Alors c’était normal qu’elle aussi. J’allais me percher sur une branche au-dessus d’elle. Je m’adossais au tronc, laissant une jambe pendre et elle s’arrêta en la voyant apparaître.

« C’est moi que tu cherches princesse ? demandai-je, Je comprends que tu m’en veuilles, ce que j’ai fait c’était vraiment salaud. J’aurais pas dû et je m’excuse. Mais tu sais, je suis pas aussi horrible que tu le crois. »

Je vis le regard assassin qu’elle me lança et je me relevai.

« Comme tu veux… Mais alors je m’en vais. »

Puis je sautais sur la branche au-dessus et disparus de sa vue. Elle me rappela, m’ordonnant de revenir –sûrement pour me mettre une baffe- mais j’étais déjà assez loin. Je la suivis ainsi toute la journée sans qu’elle se doute une seule seconde que j’étais derrière elle. Et puis d’un coup, quelqu’un d’autre surgit dans son dos. L’Ombre, avec une énorme épée qu’elle brandissait, fonçant vers la jeune fille. Je savais qu’elle n’aurait pas le temps de se retourner alors je bondis. De toute façon c’était mon rôle. Je sautais devant le mec et lui plantait mon poignard dans le poignet, tout droit sur les veines. Il hurla, alors que le sang giclait. Il sortit un poignard et repartit à l’attaque. Je devais en même temps protéger Melley et moi-même et je ne savais pas ce qui arriverait si je tuais l’Ombre. Il me blessa à l’épaule et je ne fis que serrais les dents. Hors de question que je geigne comme lui ! Mais cela me mit en colère. Merde ! J’étais leur taupe ! Pourquoi il me blessait ! Alors sans plus aucune hésitation je le tuais.

« Putain ! Comme si j’avais besoin de ça ! » grommelai-je en regardant la plaie

Bizarrement Melley n’essaya même pas de me frapper.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Dim 29 Juil - 17:30

[voilà, j'espère que cela te va !]


Une bonne action ne suffit pas à réparer les dégâts....



Melley fît une rapide apparition au Camp, cherchant tout ce dont elle avait besoin. Elle était toujours énervée, blessée au plus profond d'elle-même. Elle croisa même son père mais ne répondit rien à son regard interrogateur. Elle espérait juste qu'il n'aille pas chez elle pour une raison quelconque et découvre le sang des draps…

Elle décida de ne pas y aller à cheval. Lewis avait beaucoup d'avance, mais elle finirait tôt ou tard à le rattraper. Il lui avait tout de même prit sa virginité ! Il l'avait droguée ! Et même si elle avait dit oui, elle restait convaincue que c'était du viol. Jamais elle n'aurait accepté dans son état normal.

S'il s'était figuré qu'elle était comme toutes les autres pouffiasses qu'il attirait dans son lit, il se trompait. S'il pensait qu'elle pleurerait sur son sort et l'oublierait, il se trompait encore plus. Et s'il pensait que l'affrontement de l'auberge était le dernier, il se trompait également.

Sortant du Camp, elle marcha dans la forêt, écoutant la nature, attentive à tout ce qui l'entourait. Elle entendait du bruit dans les arbres, mais se dit que c'était des écureuils, rien d'autre. Et, lorsqu'une jambe apparut devant elle, elle s'arrêta net et releva la tête. Il était là, perché sur une branche, son sourire arrogant fiché sur ses lèvres.


-C’est moi que tu cherches princesse ? Je comprends que tu m’en veuilles, ce que j’ai fait c’était vraiment salaud. J’aurais pas dû et je m’excuse. Mais tu sais, je suis pas aussi horrible que tu le crois.

Elle le foudroya du regard. Des excuses ! Il…s'excusait ? Elle ne voulait pas de ses excuses pitoyables qui étaient de toute façon un mensonge supplémentaire. Tous les mots qui sortaient de sa bouche n'étaient que calomnies dans un seul but : manipuler, séduire et emmener au lit. Elle l'avait cerné, cet être abject.

Se relevant, il lança :


-Comme tu veux… Mais alors je m’en vais.

Il sauta et disparut dans les branches hautes de l'arbre alors qu'elle hurlait :

-LEWIS ! REVIENS-ICI ! JE N'AI PAS FINI AVEC TOI !

Serrant les poings, elle se remit en marche. Elle le retrouverait. Il faudra bien qu'il redescende un jour. Ses sens étaient envahis de colère. Jamais elle n'avait été autant énervée, à vrai dire.

La journée défila ainsi, tentant de se calmer, pour éviter de faire une erreur au moment ou elle pourrait enfin lui en coller une, à l'autre, jusqu'à ce qu'elle sente un courant d'air anormal dans son dos. Sortant ses lames, voulant se retourner, mais un cri lui parvint.

Lames toujours au clair, elle se tourna vivement et vit un Ombre aux prises avec Lewis. Un Ombre ? Ici ? Si près du Camp ? Que faisait-il là ? Quelque chose clochait. Et surtout, pourquoi Lewis ? Il l'avait donc suivie ! Cela la fît encore plus rager. Et, tellement énervée, elle n'aida pas l'Assassin qui tua l'Ombre avec un peu trop d'hésitation selon elle. En revanche, il avait été blessé à l'épaule.

Pourquoi l'avait-il aidée ? Elle n'était qu'une femme comme une autre à ses yeux. Une femme utile la nuit et que l'on abandonne le lendemain pour aller voir ailleurs…le genre d'attitude qu'elle détestait. Ou alors il l'avait aidée simplement parce qu'elle était Assassin, l'une des siens. Et, malgré les animosités, les Assassins s'entraidaient toujours. Alors elle n'avait pas grand choix. Elle devait l'aider à son tour. Lui mettre un pansement de fortune et le ramener au Camp ou il aurait de meilleurs soins.

S'approchant de lui, elle écarta ses mains de la blessure, déchira légèrement le vêtement et observa la plaie. Il avait de la chance, ce n'était pas profond. Prenant un bout de sa cape, elle la déchira également et noua le tissu autour de son épaule, serrant ce qu'il fallait, ni trop, ni pas assez.

Elle sentait son regard sur elle.


-Je le fais parce que tu es Assassin et que tu viens de m'aider. Je n'oublie rien et ne te pardonne pas. Attends-toi à recevoir ta raclée une fois sur pieds. Tes excuses pathétiques ne t'absoudront pas. Le discours de l'homme désolé, tu le sors à chaque gonzesse qui vient te demander réparation. Je ne suis pas comme elles. Je ne gobe pas tes mensonges.

Elle se releva et acheva :

-Maintenant debout. Tes jambes sont encore valides, je vais pas te porter. On rentre au Camp.

En attendant qu'il se relève, elle fouilla l'Ombre. Il n'avait rien de spécial sur lui. Elle avait espéré un ordre écrit, qui expliquerait sa présence ici. Ou alors…était-ce juste pour elle ? Elis préparait-il un nouveau coup tordu ? Parce qu'en étant un ancien Apprenti Assassin, devenu l'un des plus puissants des Ombres, il connaissait la forêt qui jouxtait le Camp comme le Camp lui-même.

Il ne la lâcherait donc jamais. Recommençant à marcher dans le sens inverse, entendant les bruits de pas de Lewis derrière. Elle serra les poings, en proie à sa colère comme à sa peur. Si Elis était derrière une fois de plus, il risquait de s'en prendre à d'autres Assassins. S'il osait l'attaquer à l'orée du Camp, qui sait de quoi il était encore capable ? Machinalement, elle mit une main sur son ventre alors que Lewis la rattrapait et se mettait à ses côtés. A travers le tissu, elle sentait la croix, sentait sa marque…Jyffrey était mort certes…mais maintenant Elis le remplaçait.

Mais elle ne montra rien à Lewis. Il serait trop heureux. D'ailleurs, cela l'étonnait qu'il n'ait fait aucune remarque. Il l'avait sans doute vue, la croix, s'il l'avait déshabillée et couché avec elle. Et elle qui voulait une Première Fois qui resterait gravée dans sa tête, voilà que cela s'était produit alors qu'elle était droguée…

Ils arrivèrent au Camp en fin d'après-midi. Melley avança d'un pas vif et se dirigea vers le local ou tous les blessés allaient. Ils avaient engagé un Artisan médecin qui résidait au Camp pour être tout de suite disponible. Entrant, elle s'effaça devant l'autre et dit au médecin :


-Il a été blessé à l'épaule. J'ai fait un garrot de fortune mais je suis sûre qu'il sera mieux entre vos mains.

L'Artisan hocha de la tête et elle s'en alla, sans un regard pour Lewis. C'était un grand garçon, il n'avait pas besoin qu'elle lui tienne la main.

Elle hésita ensuite à aller chez son père. Pour dire quoi ? Que la menace des Ombres était présente ? Il le savait déjà. Oui mais savait-il qu'ils osaient les attaquer si près du Camp ? Et, si elle le disait, elle devrait avouer le reste…et son père voudrait la venger et punirait Lewis, ce qui la montrerait faible. Alors non, son père n'était pas une bonne idée.

Aussi retourna-t-elle chez elle, même avec une grimace de dégoût. Entrant dans la chambre, elle roula les draps en boule, les jeta dans la cheminée et alluma le feu. Elle les regarda se consumer, lentement. Mais cela n'effacerait pas ce qu'il s'était passé. Serrant les cuisses, Melley baissa la tête. Elle se montrait forte, devant tout le monde. Elle n'avait pas le droit d'être faible, ni même de commettre une erreur. Alors qu'à l'intérieur, au fond d'elle, elle était une femme comme les autres. Elle avait vingt-cinq ans. Une femme comme les autres…Elle calma son cœur, empêcha les larmes de ressurgir.

Elle ne pourrait jamais lui pardonner ce qu'il avait fait. Jamais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Dim 29 Juil - 21:21



LEWIS DIT LA VÉRITÉ
Là, on peut tous commencer à s'inquiéter et pas qu'un peu...



Pendant que l’artisan me soignait j’essayais de trouver un moyen pour que Melley me pardonne. J’avais tout de suite été sûr que le plan de l’Ombre ne marcherait pas mais je n’avais rien dit. J’aurais dû, parce qu’en plus de l’échec je me retrouvai blessé. Une fois les soins fini, le guérisseur me conseilla de restait un peu me reposer.

« -Pas le temps. grommelai-je
-Je vous assure que ce serait mieux pour vous, comme je pourrais surveiller si la plaie s’infecte et…
-Mec, je reconnaître une infection si il y en a une. Alors si ça m’arrive je reviendrai, ok ? Maintenant tu me lâches la grappe. »

Je partis, lui souriant une dernière fois. Je repris mon manteau au passage et me rendis chez moi pour me changer. Je me lavai puis enfiler une autre chemise immaculée, un gilet par-dessus et mis une cravate assez lâche. Je n’aimais pas quand elles m’enserraient le coup, j’avais l’impression qu’à tout moment elles pouvaient se mettre à me serrer plus fort toutes seules, comme des grandes. J’enfilai un jean noir et mis mes bottes. Puis ma veste toujours sur l’épaule je me dirigeais vers la chambre de Melley. Je savais qu’elle n’allait jamais m’ouvrir alors je passais par le mur, escaladant assez facilement malgré la douleur qui irradiait de mon épaule –même si elle était plus faible qu’avant- et me retrouvai face à des volets fermés sur le balcon. Je soupirais et m’assis contre les fenêtres closes, je ne voyais pas si elle était là mais je l’entendis. Elle aussi savait où j’étais, je n’avais rien fait pour être discret. Je remontai une de mes jambes et posais mon bras sur mon genou alors que l’autre était allongé de toute sa longueur. Je laissai ma tête aller contre les volets. Putain, pourquoi fallait-il toujours que ce soit si compliqué ?

« Je ne me serais jamais excuser avec les autres filles… Je suis un connard et j’agis en connard, alors j’évite leur baffe avec le sourire puis les renvois comme un connard. Mais toi, je sais très bien que tu es différente, pas beaucoup mais tu l’es et j’ai donc beaucoup plus de respect envers toi. Malgré ce que j’ai fait… Ensuite si je suis partie tout de suite c’est parce que si tu étais arrivé dès mon réveille avec tes accusassions, j’aurais réagis autrement, j’aurais été plus désemparé. Alors pour me laisser le temps de me reprendre je me suis enfui très vite. »

Le pire dans tout ça c’était que c’était absolument vrai. Depuis qu’on m’avait enlevé à mon père j’avais rarement dit la vérité. Mais là, je savais que si je voulais l’atteindre, il fallait que j’arrête de mentir. Oui, c’était encore pour les Ombres que je faisais ça mais sinon j’allais mourir. J’avais fait tellement de choses qui me dégouter dans ma vie pour sauver ma peau que je ne les comptais même plus. Mais maintenant il était trop tard pour arrêter parce que dès que j’avais commencé à lâché des informations sur mon beau-père j’étais perdu. Et comme j’ai toujours été trop lâche pour me sacrifier alors je fais avec. C’est comme ça et ça ne changera pas.

« Je sais que tu dois avoir peur à cause d’Elis, tu m’en as parlé hier mais ne t’inquiètes pas, ici tu es en sécurité. Et puis au pire, je serais quand même là pour t’aider princesse. »

C’était légèrement, voire très pathétique mais bon… Et puis c’était vrai, je me devais d’aider ma collègue.
Je me levais lentement puis je m’écartais jusqu’à me retrouver au bord du balcon. Il était temps pour moi de partir. J’allais sauter par-dessus la rambarde quand une voix me retint.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Dim 29 Juil - 21:55

Remettant des draps propres et frais après avoir passé une bonne heure à contempler les cendres de ceux qui avaient été souillés, Melley soupira. Elle avait ôté l'armure, ne laissant que le tissu, rabaissant la capuche. Mais elle avait hermétiquement fermé les volets et étaient pratiquement dans le noir absolu. Devoir s'enfermer ainsi, chez soi, à cause d'un imbécile pareil…

Et, en parlant d'imbécile, voilà qu'il se remettait à grimper le long de sa maison ! Elle entendait nettement les soupirs qu'il lâchait. Idiot, avec une épaule blessée on grimpe pas comme ça ! Mais c'était son problème. Elle l'entendit s'affaler contre son volet. Elle bougea, s'asseyant sur le lit qui grinça quelques peu. Maintenant, il savait qu'elle était là tout comme elle savait qu'il était là.


-Je ne me serais jamais excuser avec les autres filles… Je suis un connard et j’agis en connard, alors j’évite leur baffe avec le sourire puis les renvois comme un connard. Mais toi, je sais très bien que tu es différente, pas beaucoup mais tu l’es et j’ai donc beaucoup plus de respect envers toi. Malgré ce que j’ai fait… Ensuite si je suis partie tout de suite c’est parce que si tu étais arrivé dès mon réveille avec tes accusassions, j’aurais réagis autrement, j’aurais été plus désemparé. Alors pour me laisser le temps de me reprendre je me suis enfui très vite.

Elle haussa les sourcils. Que lui chantait-il encore ? Il la baladait une nouvelle fois. Pourtant…ce discours ne sonnait pas comme l'autre. En fait, il sonnait même plus…vrai.

Jouant avec ses doigts, elle tenta de ne pas se faire atteindre par les mots. Et ce fût encore plus dur lorsqu'il lui dit :


- Je sais que tu dois avoir peur à cause d’Elis, tu m’en as parlé hier mais ne t’inquiètes pas, ici tu es en sécurité. Et puis au pire, je serais quand même là pour t’aider princesse.

Sa gorge se noua. Il s'en rappelait donc. Il pouvait l'utiliser à tout moment contre elle. Son cœur se mit à battre plus fort. Elle trembla. En sécurité ? Comment se sentirait-elle en sécurité si elle devait se méfier de sa nourriture, ayant peur d'être à nouveau droguée?

Pour l'aider ? Elle n'avait pas besoin d'aide. Ou alors si…elle ne demandait jamais l'aide aux gens. Elle ne voulait pas faire souffrir les autres…

Elle l'entendit bouger, sans doute pour repartir. Alors ce fût plus fort qu'elle, elle se leva et appela :


-Non attends…reviens…

Elle ouvrit les volets et la fenêtre, lui permettant d'entrer. Il n'avait plus son sourire débile sur les lèvres et, au contraire, semblait sérieux et même…sincère. Mais elle n'arrivait pas à lui pardonner. Elle n'arrivait pas à lui faire confiance. Mais ses mots…Il était le seul à connaître sa peur…ses peurs. Ses angoisses qui la rongeaient et l'empêchaient même de dormir certains soirs…

Il s'assit sur le lit, sans autorisation, mais elle ne fît rien pour le déloger, allant elle-même s'asseoir sur le fauteuil qui était prêt de la fenêtre. Elle ne voulait pas montrer son trouble. Cet homme était abject ! Les souvenirs de la veille étaient toujours là. Il l'avait droguée…presque violée. Il s'était enfui, deux fois.


-Si je suis si différente des autres…pourquoi m'avoir droguée pour arriver à tes fins ? Pourquoi avoir agi ainsi ? Et toutes ses questions, même si je ne me souviens pas exactement, dans quel but ? Je ne comprends pas. Si tu sais que tu es un connard comme tu dis, pourquoi ne fais-tu rien pour changer ? Pourquoi n'arrêtes-tu pas de faire des coups bas à tes conquêtes et te comporter en macho ?

Elle le regardait, osait le regarder différemment qu'avec la colère. Il était séduisant, elle le lui accordait volontiers…
Elle baissa cependant les yeux pour continuer :


-Et…pour Elis…je t'en prie, ne dis rien à personne. Tu es le seul qui le sait et…je…enfin…

Elle déglutit et n'acheva pas sa phrase. Il l'avait troublée avec ses mots ! Son assurance, sa maigre assurance, détruite par une phrase de sa part ! Elle s'en voulait. Il devait jouir intérieurement, de l'avoir eue, au final. De ne pas se prendre sa raclée. Parce qu'elle aurait pu, là. Il était à sa merci.

Elis était toujours là pour la harceler, même indirectement. Lewis venait de réveiller cette peur qui grandissait en elle à chaque fois, la faisant perdre son assurance et ses moyens. Elle se demandait toujours encore comment elle en était arrivée à une terreur pareille pour cet homme.

Au final, elle réalisa une chose : Lewis n'était pas à sa merci. C'était elle.

Il pouvait faire ce qu'il voulait d'elle. Il connaissait à présent tous ses secrets et pouvait donc les utiliser contre elle. Elle n'avait pas peur de ce qu'il pouvait faire, même en étant Assassin elle arriverait à le battre, mais cherchait plutôt le genre de choses qu'il ferait. La manipulerait-il pour qu'elle couche avec lui une nouvelle fois ? La frapperait-il pour se venger ? Irait-il l'humilier devant qui veux l'entendre, pour humilier Kem également ?

Tant de questions et elle était perdue. Reportant son regard sur lui, elle le vit en train de la fixer. Un regard bien plus profond que le premier qu'il lui avait adressé. Un regard différent. Sérieux et…comme tout à l'heure…sincère. Mais elle ne voulait pas le croire. Pas avec ce qu'il avait fait. Pas avec son caractère et son attitude.

Melley était prise entre deux émotions. La première, la colère qui la poussait à le virer de son lit et même le jeter du balcon, et une autre, plus floue, plus ambiguë qui voulait qu'il reste près d'elle…Il était le seul homme à lui proposer une protection. Un homme abject et odieux, certes, mais un homme. Non pas qu'elle ne savait pas ce défendre d'elle-même au contraire, mais au fond elle restait une femme. Et si elle pouvait "compter" sur lui avec Elis…parce qu'elle n'arrivait plus à se défendre face à lui.


-Et…ton épaule va mieux ?

Juste pour rompre le silence qui devenait presque gênant. Il la fixait toujours et elle attendit une réaction quelconque…toujours partagée entre tous ses sentiments tous plus contradictoires les uns que les autres…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Lun 30 Juil - 10:21



La taupe dévoile son identité



Coudes posaient sur mes jambes et ma tête en appuient sur ceux-ci je fixais Melley. Finalement, ça n’avait pas été si difficile, je la voyais déjà cédé mais je n’éprouvais pas vraiment de satisfaction. Cette fois, ce que j’avais fait était vraiment trop salaud et facile. Ca me dégoutait. Mais je ne laissais rien paraître. Je ne répondis pas à ses questions tout de suite et je souris d’un air lasse quand elle me demanda comment aller mon épaule.

« Mieux, elle va mieux… »dis-je

Qu’est-ce que j’allais encore trouver comme excuse pour l’interrogatoire… Aucune idée. Et je voyais que Melley attendait. Je préférais répondre déjà à une autre question.

« C’est trop compliqué pour que tu comprennes. Des fois j’ai du mal à savoir moi-même pourquoi je me comporte ainsi… Les coups bas c’est mon truc… Je suis trop lâche pour faire autre chose. Pour les questions, désolé, si ça te gênes mais je te trouve intéressante et j’ai voulu en savoir plus sur toi. Mais ne t’inquiètes pas, je ne dirais rien. »

Je me levai et disant qu’il était temps pour moi de partir. Je posais ma main sur sa tête, enfin l’effleurer plutôt.

« Dors bien princesse. Et si tu as besoin de moi je serais sûrement à l’auberge, chez Tom. » dis-je

Puis je sortis calmement par la porte. Je ne connaissais pas cet Elis mais j’étais quasiment sûr maintenant que c’était lui qui envoyait les Ombres pour me donner des missions. Et je venais de tout lui révéler alors que j’avais promis à Melley de la protéger. Mais j’avais livré toutes ses informations avant ça alors est-ce que je devais me sentir coupable ? Bien sûr que oui. J’avais vraiment envie d’aider la jeune fille mais je ne pouvais pas. Au lieu d’aller directement à l’auberge je passais par la cuisine pour aller chercher ma petite serveuse (remarquez tous le MA, ah ! Ce Lewis… Bientôt il dira MA Melley//PAN//). Elle me suivit sans problèmes quand je lui proposais d’aller boire un verre. Ce n’était pas Melley, elle était si facile. Je me mis à la draguer et au fur et à mesure de ses réponses je m’imaginais celle de le « princesse » -comme je la surnommais- va savoir pourquoi. Je ne comprenais vraiment pourquoi je faisais ça mais c’était automatique. Puis j’emmené la jeune fille dans une chambre de l’auberge. Je vis clairement le regard réprobateur de Tom quand il me regardait monté. Je lui fis un petit sourire en haussant les épaules. Pour dire que c’était comme ça, que je ne changerai pas de sitôt.

***

«-Tu vas l’emmener au fond du bois des assassins, près de la grande grotte et avec le ruisseau. dit l’Ombre
-Quoi ? Mais…
-Lewis, tu fais ce qu’on te demande et tout se passera bien pour toi.
-…
-…
-…
-J’espère que tu es conscients que c’est ta vie qui est en jeu.
-Je sais mais…
-Mais ?
-…
-Ne me dis pas que tu t’es attaché à cette petit Melley ? Qu’est-ce que tu peut-être con !
- Non ! Ce n’est pas ça du tout. Je veux juste savoir qui vous donne les ordres.
-Ca ne te concerne pas.
-C’est Elis c’est ça.
-Putain… Oui, c’est lui. T’es content ?
-Je vous l’amènerais en début d’après-midi, le temps de faire le trajet.

***

Je toquais à la porte de Melley et elle ouvrit.

« Bonjour princesse. J’ai croisé ton père ce matin et il m’a dit qu’on avait repérer une présence suspecte dans le bois. Je suppose que c’était l’Ombre que j’ai tué hier mais je ne lui ai pas dit. Alors on doit allez voir, toi et moi et faire un rapport. Il faut donc qu’on sorte de la forteresse pour faire genre et tu vas voir je connais un endroit super beau que j’aimerai te montrer. Tu es d’accord ? »

J’avais dit ça sans sous-entendu et elle hocha la tête. Elle me suivit et nous allâmes chercher nos montures respectives à l’écurie. Je portais une grande cape blanche sans capuche, enfin si mais elle était dissimulé pour ne pas inquiéter Melley. Si je commençai par en mettre une maintenant alors que je ne l’avais jamais fait, elle trouverait peut être ça suspect. Nous fîmes tout le trajet en silence et bientôt nous arrivâmes à la grotte. Elle se situait dans une petite clairière et je m’arrêtais au centre. Je descendis de mon cheval alors que Melley faisait de même.

« Bravo Lewis. C’est encore du très bon travail. » dit une voix

Puis cinq Ombres sortirent du couvert des arbres avec des sourires sadiques. Je pris le cheval de la jeune femme avec un regard infiniment désolé alors qu’elle ne bougeait pas. Au fond j’avais envie de lui hurler de s’enfuir le plus loin possible mais je n’en fis rien. Je m’écartais avec les deux montures, les attachai à un arbre et m’adossais à un arbre. Détournant la tête pour ne pas trop voir la suite. Je me sentais tellement coupable…







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Lun 30 Juil - 20:08

[j'espère que c'est bon et que je suis pas allée trop loin ! sinon dis le !]

Lui assurant qu'il n'avait plus mal, il continua :

-C’est trop compliqué pour que tu comprennes. Des fois j’ai du mal à savoir moi-même pourquoi je me comporte ainsi… Les coups bas c’est mon truc… Je suis trop lâche pour faire autre chose. Pour les questions, désolé, si ça te gênes mais je te trouve intéressante et j’ai voulu en savoir plus sur toi. Mais ne t’inquiètes pas, je ne dirais rien.

Trop lâche ? Il était Assassin. Et il était un bon combattant. Il ne devait pas être lâche…Elle ne comprenait vraiment plus grand chose. Il disait vouloir la défendre, la protéger, et avouait être lâche…
Il la trouvait intéressante ? Vraiment ? Ou juste pour la nuit ? Parce qu'elle n'accepterait jamais d'être une femme juste bonne le soir et inutile le jour levé. Elle n'était pas ainsi, et il devait l'avoir compris.

Elle n'eut plus le temps de répondre qu'il se levait en disant devoir partir. Au passage, il effleura sa tête doucement et ajouta :


-Dors bien princesse. Et si tu as besoin de moi je serais sûrement à l’auberge, chez Tom.

Princesse. C'était bizarre de se faire appeler ainsi. Elle le regarda sortir et redescendre, ne bougeant pas d'un poil. Elle baissa les yeux sur le lit, la ou il était assis quelques instants plus tôt. Elle ne le cernait pas. Une fois il était abject, odieux, une vraie ordure, et l'instant suivant il se métamorphosait en une sorte de prince charmant !

Et elle ne pouvait pas encore lui pardonner. Comme dit, ce n'était pas quelques paroles qui allaient racheter sa faute.
Melley se leva, s'apprêta pour dormir et se coucha, sans manger. La peur sans doute, qui lui nouait l'estomac. Surtout que les rêves étaient revenus…en pire.

******

Assise à table, mangeant un semblant de petit-déjeuner, Melley se réveillait lentement. Elle avait très peu dormit, hantée par Elis, réveillé par Lewis et toutes ses histoires. Et elle s'était donc levée bien tard. Aussi sursauta-t-elle en entendant des coups à la porte.

Calmant son cœur, elle se leva et ouvrit, tombant sur Lewis.


-Bonjour princesse. J’ai croisé ton père ce matin et il m’a dit qu’on avait repérer une présence suspecte dans le bois. Je suppose que c’était l’Ombre que j’ai tué hier mais je ne lui ai pas dit. Alors on doit allez voir, toi et moi et faire un rapport. Il faut donc qu’on sorte de la forteresse pour faire genre et tu vas voir je connais un endroit super beau que j’aimerai te montrer. Tu es d’accord ?

Elle réfléchit un instant. Y avait-il des sous-entendus ? Un endroit très beau qu'il voulait lui montrer…elle se méfiait, mais écouta sa petite voix, celle qui la guidait pratiquement toujours vers le bon chemin, qui disait de lui donner une autre chance.
Alors elle acquiesça et le suivit dehors, sous un soleil éclatant, chercher les montures aux écuries.

Il avait revêtu une cape blanche par-dessus ses vêtements traditionnels. Elle, elle portait simplement ce qu'un Assassin se devait de porter, capuche comprise. Sortant dans la forêt, elle se laissa guider par Lewis, à moitié méfiante. Ou l'emmenait-il ? Et pour quoi faire ?

Le trajet se déroula donc en silence, et ils arrivèrent enfin dans une clairière qu'un fin ruisseau longeait, une immense grotte se trouvant de côté. Elle sourit à moitié. C'était un coin qu'elle n'avait jamais vu et pourtant, elle s'était aventurée loin dans la forêt qui bordait le Camp. Il était charmant, un endroit parfait pour oublier ses soucis et se détendre.

Elle imita Lewis qui descendait de son cheval, voulant le remercier lorsqu'une voix jaillit :


- Bravo Lewis. C’est encore du très bon travail.

Melley se tourna et vit surgir cinq Ombres des fourrés. Elle voulut prendre son cheval, fuir avec Lewis, mais elle vit que ce dernier s'était éloigné avec les deux montures et les avait attachées. Il la regarda, avec un air faussement désolé puis s'appuya à un arbre et détourna la tête. Melley était estomaquée. Lewis…avec les Ombres ! Un…traître. Et elle avait voulu lui donner une autre chance ! Elle l'avait suivit !

Elle le regardait, se vidant complètement. Ses forces, son courage…tout s'évapora pour laisser place à un immense sentiment de trahison. Et, tellement troublée, les Ombres en profitèrent pour l'agripper aux bras, les lui attacher dans le dos, la forçant à s'agenouiller et commençant à la délester de ses armes et pièces de métal de son armure. Elle se débattit, tenta de se libérer, de faire sortir une lame du bras pour couper la corde, mais un violent coup s'abattit dans son dos.

Puis une main agrippa le haut de son crâne, retirant la capuche et la força à regarder l'homme.


-Dépouillez-là de toute son armure. J'ai hâte de voir ce qu'il y a sous la coquille d'un Assassin.

Les quatre autres ne se le firent pas répéter et bientôt elle se retrouva en surcot et pantalon, ses armes et armure traînant dans la clairière. Ses lames cachées avec. Puis elle vit un Ombre s'avancer avec un poignard.

Elle se jura de garder les yeux ouverts et de regarder son meurtrier. Mais celui-ci se fît stopper par ce qui semblait être leur chef qui dit :


-Non…il la veut en entier. Amochée, mais entière. Les poings et le plat des lames. Pas de coupures. Il veut qu'elle ressemble à une chienne qui obéit à son maître.

Il ? Non…elle ne voulait pas imaginer qu'il était derrière tout ça. Sa peur se faufila en elle, l'immobilisant alors que les premiers coups pleuvaient sur son corps. Ils s'acharnaient tous les quatre, soit avec un fourreau de cuir, soit avec le plat de leur lame, soit avec les poings. Elle sentait la douleur, mais ne voulait pas gémir ni même pleurer. Son père et Maître l'avait formée à résister à tout. A ne pas craquer. A rester forte en toutes circonstances.

Mais il n'avait sans doute pas prévu celle-ci. Trop d'émotions en trois jours. Les Ombres continuaient, jusqu'à ce que leur chef se penche et lui murmure :


-Elis à hâte de te revoir, ma belle…

Il glissa sa main sur sa joue tuméfiée, réveillant la douleur qui s'était calmée. Elis…c'était lui…
Tournant la tête vers Lewis, priant pour qu'il l'aide, elle le vit toujours adossé, la regardant se faire tabasser sans broncher.

A oui, il était avec les Ombres…il devait être heureux d'avoir réussi. Elle eut envie d'hurler. De tous les tuer. Mais elle ne pouvait pas. Elis…elle avait si peur de ce qui l'attendait…au final, valait peut-être mieux être docile…se laisser transporter chez lui, et mourir dans l'un de ses cachots, ou en sacrifice pour son grand Maître…
Le tout en faisant souffrir Kem et le Royaume entier. Mais ce serait si simple…La tête dans les épaules, elle voulait aussi éviter le maximum de coups au visage, mais ils n'épargnaient rien. Tout son corps ne fût bientôt plus qu'un ramassis de piques de douleurs atroces, fusant de tous les côtés.

Elle sentait ses larmes arriver, les retenait. Elle ne se montrerait pas faible ! Elle était Melley Al'Ran, fille du Seigneur des Assassins, elle se devait d'être forte !
Mais en-dehors de ça…elle n'était qu'une femme…et surtout pas surhumain.

Lewis ne bougeait toujours pas. Et son immobilité était presque aussi terrifiante que ce que prévoyaient les Ombres pour elle.


-Stop. On va nettoyer tout ça.

Le chef la prit par un bras, la mit de force sur ses jambes, plus rouges et bleues qu'autre chose, la tira jusqu'au ruisseau et la jeta presque face contre terre, appuyant de sa main sur sa tête, l'enfonçant dans l'eau.

L'eau était ni trop froide, ni trop chaude, mais Melley n'avait pas eu le temps de prendre une goulée d'air de réserve. La main appuyait, la maintenait en dessous. Elle suffoquait, crachait des bulles, voulait se relever, sentait son heure arriver, lorsque la tension sur son crâne s'évapora.

Vivement, elle se jeta hors de l'eau, tombant sur les fesses, inspirant une grande bouffée d'air pur. L'Ombre se tenait devant elle, une main sur sa poitrine ensanglantée. Derrière lui se tenait Lewis, lames au clair. Il avait déjà tué les autres. Il l'avait finalement secourue…

Mais même. Elle ressentie la trahison comme la colère parcourir son corps. Il s'approcha, doucement et elle ne lui laissa que le loisir de la détacher avant de reculer loin de lui.
Elle se releva tant bien que mal, trouvant un équilibre précaire sur ses jambes et lui asséna :


-Traître ! Comment as-tu pu ! Je savais bien que c'était une mauvaise idée de te laisser une autre chance ! En fait, mes secrets, tu les as déjà tous divulgués ! IL est au courant maintenant ! Tu es un Assassin…je voulais croire que tu pouvais changer, au moins un peu…Et tu m'attires dans un piège. Je suis vraiment une imbécile…

Ses jambes tremblèrent et le peu de forces qu'elle avait se volatilisa, la laissant s'affaler à genoux, pleurant à chaudes larmes. Elle ne voulait pas qu'il la voie si faible et misérable…

Mais elle devait se libérer de toutes ses émotions contenues. La drogue, le soi-disant viol, les mensonges, le piège, Elis, les coups, la vraie nature de Lewis…

Elle serrait ses bras meurtris autour de sa poitrine, baissant la tête. Elle n'était plus du tout l'Assassin fière et forte. Elle n'était plus que Melley, jeune femme trahie et blessée au fond de son âme.
Elle voulait rester là, s'enterrer, disparaître à jamais, oublier cette histoire…

Pourquoi avait-il fait ça ? Aurait-il assisté à sa mise à mort sans lever le petit doigt ? Les aurait-il suivis jusque chez Elis ? Se délectait-il, là, maintenant, de la voir dans cet état ? Ou ne voyait-il encore une fois qu'une occasion pour la manipuler et arriver à ses fins ?

Elle lui tourna le dos, lentement, salissant un peu plus son pantalon. Elle ne voulait pas qu'il la voie ainsi. Elle devait se calmer. Retrouver son assurance. Ensuite, elle aviserait pour lui. Les traîtres devaient tous payer chez les Assassins.


Sauf que la petite voix ne voulait pas le livrer à la justice de son père…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Mar 31 Juil - 9:29



THE RÉVÉLATION



J’avais regardé les Ombres faire leur boulot. Regarder, regarder jusqu’à ce que ça explose en moi. Ce sentiment, il était apparu il y a peu de temps et il avait grandi. Il m’empêchait de faire ce que je voulais de Melley sans avoir d’horribles remords. Il allait aussi me faire faire une grosse bêtise qui allait sûrement me coûter la vie mais je n’avais pas le choix. C’était plus fort que moi. Alors, qu’un des hommes tenaient la jeune femme, visage dans l’eau, en train d’étouffer, je sortis des armes et tuai ses collègues. Rapidement, n’hésitant pas à poignarder dans le dos. Un jour, l’un d’eux m’avait dit que je n’étais qu’un rat. Et un rat, ça se faufile, c’est vil, lâche. Eh bien voilà, je leur fais une petite démonstration de ce que c’est faire un rat.
Puis, quand ils furent tous morts à par celui qui tenait Melley. Je m’approchai lentement, savourant l’instant où j’allais lui planter moi poignard dans le cœur. Pour le faire payer de l’avoir tabasser. Puis je libérai la jeune fille et elle se recula aussitôt. Forcément… C’était parce que je l’avais emmené ici qu’elle s’était fait tabasser. Mais ce qu’elle me dit m’énerva. Elle ne savait rien et elle disait ça comme ça, sous le coup de la colère.

« Pour toi c’est facile de dire ça hein ? En fait, c’est où tu es gentil et tu es fidèle à ton clamp ou alors t’es méchant et tu es une taupe. Mais ce n’est pas comme ça que ça se passe en fait. C’est où j’obéis ou je crève, ok ? Ils m’ont cueilli quand j’étais gosse et je ne voulais pas mourir. S’ils n’avaient pas été là, je crois que je serais même pas devenu assassin. »

J’avais hurlé, je n’étais pas vraiment en colère mais je voulais qu’elle comprenne. Qu’elle me pardonne… Qu’elle me laisse la soigner et la prendre dans mes bras. Mais pas qu’elle me repousse comme si j’étais la dernière des pourritures.
De toute façon maintenant j’allais mourir alors peu importe. La voir se faire maltraiter ainsi, ça m’avait fait comprendre ce qu’était cette drôle d’impression qui montait en moi. J’avais sacrifié ma vie pour la sienne et au moins une fois dans ma vie j’avais fait quelque chose de bien. Je n’avais pas supporté de voir son corps ainsi abîmé sans réagir. Je m’étais sentis coupable plus que jamais. A chaque coup qu’elle recevait, j’avais eu l’impression que c’était moi qu’on tabassait. Ensuite, le déclic… Et hop ! Le nom était du sentiment était clairement apparue. L’amour.
C’est pathétique et con. En plus, maintenant ça n’a plus aucune importance. Je m’éloignai d’elle, ramassait ses armes, détachai son cheval et ramenai tout ça près d’elle. Je lui mis la bride de la monture dans les mains. Posai, son équipement devant elle et le regardai avec un petit sourire triste. Si triste…

« Retournes au camp… De toute façon si ce ne sont pas les assassins qui me tuent, les Ombres s’en occuperont parce qu’ils seront bien un jour ce que j’ai fait. Je t’ai sauvé, je me rebelle, je ne leur sers plus à rien. J’aurais dû me douter que ça arriverait un jour… Je vous attends là, dis leur de se dépêcher. »

Elle ne bougeait pas et elle me fixait. Bien sûr… Elle ne me croyait pas. C’était évident.

« Bon. Tues moi alors. Va s’y, je te laisse ce plaisir. Tu auras ta vengeance, la méchante taupe sera éliminée et je n’aurais plus tout ce que j’ai fait sur la conscience. Comme ça tout le monde sera content. »

Je lui mis un poignard entre les mains, détachai ma cape et lui mit sur les épaules. La sienne était complètement déchirée de partout et son retour au camp prendrait plus de temps puisqu’elle était blessée alors je ne voulais pas qu’elle est froid.
Je la fixai dans les yeux. Justement les miens tiraient sur le rouge aujourd’hui, une coïncidence vu que cette journée était assez sanglante. Je voyais que Melley hésitait, qu’elle n’arrivait pas à me tuer. Je souris, au moins elle s’était un peu attaché à moi. Assez du moins pour avoir du mal à me planter un poignard dans le corps. J’étais touché. Et j’attendais qu’elle le fasse.
Putain d’amour… Il aura causé ma perte -comme celles de bien d’autres- mais elle si importante la mienne… (parce que je suis le plus beau…//VLAN//)






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Mar 31 Juil - 19:06

Les larmes se tarissaient, emportant la colère avec. Elle ne comprenait pas. Un moment elle était énervée contre lui, pour tout ce qu'il avait fait en l'espace de trois jours, et soudain, elle voulait qu'il reste, que plus jamais il ne parte, qu'il soit près d'elle…

Et lui aussi était énervé après elle, car il hurla :


-Pour toi c’est facile de dire ça hein ? En fait, c’est où tu es gentil et tu es fidèle à ton clamp ou alors t’es méchant et tu es une taupe. Mais ce n’est pas comme ça que ça se passe en fait. C’est où j’obéis ou je crève, ok ? Ils m’ont cueilli quand j’étais gosse et je ne voulais pas mourir. S’ils n’avaient pas été là, je crois que je serais même pas devenu assassin.

Chaque mot la percuta de plein fouet, manquant de lui couper le souffle. Elle avait oublié ce genre de détail. En fait, elle était dans l'erreur. A travers Lewis, elle revoyait la trahison d'Elis, si longtemps auparavant…Alors que les deux situations étaient complètement différentes. Elis avait fait exprès d'être banni pour quitter les Assassins et avait trouvé refuge chez les Ombres. Lewis n'avait pas eu le choix…s'il disait vrai, c'était ainsi depuis son enfance…
Et lui avait fait marche-arrière pour elle. Il avait défié les Ombres pour la sauver…
Maintenant, elle s'en voulait d'avoir réagit de la sorte. Son père lui avait toujours dit de connaître les moindres détails avant de juger. Et là, elle l'avait jugé sur trois jours. Bon, en même temps après ce qu'il lui a fait dans cet espace-temps réduit, c'était réaction normale de sa part.

Elle n'osait pas le regarder. Son corps se rappelait à elle, chaque bleu lui faisait signe de vie. Mais elle s'en fichait. Pour l'heure, elle combattait intérieurement. Elle avait toujours tous ses sentiments étranges qui l'envahissaient, et cette petite voix qui voulait donner une autre chance à Lewis.

Entendant des bruits de pas, elle releva la tête. Et se surpris à être rassurée en voyant que Lewis ne partait pas. Pendant un instant, elle avait cru qu'il allait de nouveau fuir, comme les fois précédentes. Mais non, il s'éloigna, agrippa armes, armures et cheval et les posa devant elle, mettant la bride au creux de ses paumes. Et, en levant les yeux, elle vit son regard triste. Et si sincère.


-Retournes au camp… De toute façon si ce ne sont pas les assassins qui me tuent, les Ombres s’en occuperont parce qu’ils seront bien un jour ce que j’ai fait. Je t’ai sauvé, je me rebelle, je ne leur sers plus à rien. J’aurais dû me douter que ça arriverait un jour… Je vous attends là, dis leur de se dépêcher.

Pour toutes réponses, elle le fixa. Non…elle ne voulait pas…ou si, il le fallait…mais non… Elle ne savait quoi croire. Son cœur, son esprit d'Assassin, Lewis ? Qui disait qu'il attendrait sagement ? Et surtout, qui disait qu'elle allait le livrer ? Elle y avait songé oui, mais tout était si confus qu'elle ne s'en sortait pas elle-même. C'était la première fois qu'une situation lui glissait entre les doigts de la sorte…

-Bon. Tues moi alors. Va s’y, je te laisse ce plaisir. Tu auras ta vengeance, la méchante taupe sera éliminée et je n’aurais plus tout ce que j’ai fait sur la conscience. Comme ça tout le monde sera content.

Il fourgua un poignard entre ses mains et, délicatement, posa sa cape autour de ses épaules. C'est vrai que la sienne était en lambeaux…Elle sourit pour le remercier mais il ne le vit sans doute pas, étant en train de se relever.
Regardant le poignard, elle réfléchit une nouvelle fois, toujours assise au sol. Le tuer, dire que c'était les Ombres, ne pas avoir à se justifier…tout serait réglé. Mais…elle ne pouvait pas. Ne voulait pas surtout. Malgré son attitude et ses actions, il y avait ce côté qu'elle aimait bien. Celui ou il l'appelait sincèrement princesse, celui ou il était tendre, celui ou il était naturel. Celui ou le rôle de taupe, de dragueur, de séducteur, disparaissaient pour laisser place au véritable Lewis.

Elle leva le regard et croisa celui du jeune homme, qui la fixait. Ses yeux avaient viré au rouge sang, comme celui qui jonchait l'herbe de la clairière. Il souriait légèrement, mais attendait qu'elle le tue.

Tremblant un peu, elle leva le poignard et le jeta de côté, loin d'eux. Puis, lentement, réveillant chaque coup, elle se releva, manquant tomber mais il l'aida sans qu'elle ne le repousse. Elle garda sa main sur son épaule pour maintenir son équilibre puis murmura :


-Merci Lewis…je…excuse mon attitude…j'espère ne pas t'avoir trop fait souffrir…

Elle sourit un peu, osant une nouvelle fois le regarder. Elle aimait bien voir sa cicatrice, et ses cheveux qui descendaient, lisse et blancs, ses yeux qui changeaient de couleurs…

-Tu ne te feras pas tuer. Je te le promets. Mais je veux pouvoir t'accorder ma confiance. Je connais ton secret et tu connais tous les miens. J'espère que je peux te faire confiance comme tu peux me faire confiance. Je ne dirais rien à mon père.

Puis elle réfléchit. En fait, son père n'était pas au courant qu'elle était sortie. La soi-disant mission de reconnaissance était une excuse pour l'emmener. Donc cela l'arrangeait. Elle n'aurait pas à expliquer les bleus de son visage à son père qui s'inquièterait tout de suite.

Se détachant de lui pour ne pas se reposer que sur son épaule, elle s'éloigna en boitillant et se rhabilla, les vêtements frottant son corps meurtri.


-Rentrons au Camp. Dit-elle une fois prête, capuche rabattue pour qu'il ne voie pas son visage marqué de coups.

Elle grimpa sur Espoir, la selle tirant encore plus les plaies, alors que Lewis faisait de même. Elle le laissa passer devant. Elle n'avait pas peur qu'il s'enfuit s'il suivait, mais elle préférait se laisser guider. Son corps répondait difficilement pour l'heure et cela facilitait le travail de sa monture.

Elle observa le dos de son collègue et repensa à la cape qu'il avait mise sur ses épaules. Il faudra qu'elle la lui rende…Ils avaient laissé les corps, avaient fouillés pour voir s'ils ne contenaient pas quelque chose qui aurait pu compromettre Lewis mais il n'y avait rien. Elis donnait ses ordres de vive voix, donc…rien que de penser qu'il était si près, qu'il osait la toucher si près du Camp la révulsait. Et son ventre était un souvenir constant, même si c'était Jyffrey l'auteur de la marque et non Elis.

Et tout était toujours confus en elle. Elle voulait lui pardonner, voulait croire qu'il pouvait changer, éliminer la partie de lui qui faisait les coups bas, mais de l'autre…elle ne savait plus. Mais une chose était sûre, ni les Ombres, ni les Assassins ne le tuerait. Les premiers parce qu'ils ne le retrouveraient plus et les seconds parce qu'ils ne connaîtraient jamais la véritable nature de Lewis.
Melley était consciente qu'elle prenait des risques. S'ils étaient découverts, son père devrait la tuer tout comme Lewis. Fille ou non. Et cela lui arracherait le cœur. Mais Lewis ne venait-il pas de se sacrifier pour elle? Parce qu'il aurait très bien pu laisser les Ombres faire leur travail, l'emmener chez Elis ou elle serait morte après des mois de torture et s'en tirer à bon compte. Au lieu de ça, il s'était rebellé et avait défié les Ombres.

Soudain, les remparts apparurent devant eux. Elle avait réfléchi tellement longtemps ? Elle descendit de cheval en serrant les dents pour que personne ne remarque la grimace, et commença à marcher en camouflant du mieux qu'elle pouvait son boitillement. Elle espérait juste ne pas rencontrer son paternel…

Et, alors qu'elle voulait se diriger vers chez elle, elle sentit une main ce poser délicatement sur son bras…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Mar 31 Juil - 20:56



Un gros dodo s'impose



J’avais posé ma main sur le bras de Melley. Où elle croyait aller comme ça ? Rentrer chez elle et attendre toute seule dans la peur que ses blessures guérissent ou qu’Elis vienne la chercher. Pas question !

« Je t’emmène chez moi princesse et je vais te soigner. » dis-je

Puis sans lui laisser le temps de réagir, je la pris dans mes bras comme… Une princesse justement. Elle avait du mal à marcher et ça irait plus vite comme ça. Mais il valait mieux qu’on ne nous voit pas. Alors je passais par un chemin plus discret, qui me servait quand je partais espionner pour les Ombres. Personne ne venait ici.
Je sentais la jeune femme qui s’accrochait et je ne pus m’empêcher de m’enivrer de son doux parfum. Bon, il avait légèrement disparu pour laisser la place à celui de la terre et du sang mais il faut faire avec ce qu’on a. Je souris légèrement, faisant attention à ce qu’elle ne me voit pas. Une fois arrivé chez moi, je passais par la porte de derrière qui était dissimulée par d’épais fourrés. Là encore, aucun assassin ne savait qu’elle existait. Je l’avais découvert un jour, par hasard. En tout cas c’était bien pour sortir discrètement.
Je déposai délicatement Melley dans mon lit. Il ne fallait pas croire que chez moi, c’était sale, mal rangé comme j’ai la plupart des mecs. Au contraire, c’était très ordonné. J’y veillé sans cesse. Et par pour les filles, non. En fait je n’en amenai jamais ici, pas pratique pour filer parce qu’elles pouvaient très bien m’attendre. Et puis ici, j’arrêtai un peu d’être le beau dragueur, un peu –voir beaucoup- macho et ça ne collait pas du tout avec l’ambiance.
J’entendis le ventre de Melley grognait et je m’empressai de lui apporter de quoi manger. Puis j’allais chercher de quoi la soigner. J’enlevai ma cape de sûr ses épaules. Je fis tout ce que je pouvais faire puis lui donner des habits pour ce changé. Elle dormirait mieux dans une de mes chemises –beaucoup trop grandes pour elle- que dans des vêtements déchirés et plein de sang. Je me tournai le temps qu’elle se change puis je la laissai dormir. Je m’assis sur un fauteuil et je me mis à l’observer pensant à diverses choses. Surtout à ce qu’elle avait fait. Pourquoi ne m’avait-elle pas tué ou alors dénoncé ? Elle se mettait en danger en plus. Et puis quand elle m’avait dit espérer ne pas m’avoir trop fait souffrir j’avais faillis éclater de rire. C’était elle qui disait ça alors que je l’avais drogué, quasiment violé et ensuite emmené dans un piège où elle s’était fait tabasser.
Je m’endormis à mon tour.

***

Je fus réveillé par le cri de Melley. Je la vis se redresser dans mon lit, haletant. Super… Elle devait avoir fait un cauchemar. Je me levai et allai m’asseoir près d’elle. Je voyais bien qu’elle essayait de ne pas pleurer.

« Eh ! Calme-toi. C’était rien qu’un rêve. Il faut te recoucher. » lui dis-je

Je la forçai doucement à se rallonger. Puis je caressai ses cheveux avec douceur. Je savais qu’elle n’était pas prête de se rendormir alors je décidai de l’interroger un peu.

« Pourquoi tu as changé d’avis ? Pourquoi tu ne m’as pas dénoncé ? » lui demandai-je

Silence… Elle me regardait sans rien dire.

« S’il te plaît, réponds-moi. »

Au fond je ne voulais qu’une seule réponse : « Parce que je t’aime ». Mais je savais que ça ne serait pas celle-ci. Ça aurait été trop beau pour être vrai.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Mar 31 Juil - 21:48

C'était Lewis.

-Je t’emmène chez moi princesse et je vais te soigner.

Chez lui ? Mais comment … ? Elle faillit crier de surprise lorsqu'il la souleva de terre et commença à marcher. Elle lui en fût reconnaissante. Elle ne savait pas si ses jambes l'auraient supportée tout le long. Et encore plus lorsqu'il passa par un chemin dissimulé, un chemin qu'elle ne connaissait pas. Elle s'accrochait à lui, de peur de tomber mais aussi pour éviter de poser tout son poids sur lui. Il marcha ainsi quelques minutes puis déboula sur une porte tout aussi bien cachée que le chemin emprunté. Décidément, elle passait trop de temps dehors…elle ne connaissait même pas son propre Camp.

Il l'ouvrit et entra chez lui, la déposant tendrement sur son lit. Elle sourit à son dos alors qu'il allait refermer. Elle en profita même pour observer. Chaque pièce était rangée, nettoyée et ordonnée. Il y flottait un doux parfum et les décorations étaient superbes. De la part de Lewis, lorsque l'on savait ce qu'il pouvait faire, c'était…bluffant. En tout cas, Melley se sentit à l'aise, là. Elle n'était pas seule…Et avait évité son père.

Alors qu'il revenait et qu'elle voulait le complimenter sur son intérieur, son ventre grogna violemment. Elle mit sa main dessus, gênée. Il était vrai qu'elle n'avait rien mangé au dîner, la veille, et que Lewis était venu interrompre son petit-déjeuner…
Mais ce dernier revint vite avec une assiette pleine qu'elle prit entre ses mains. Elle commença à manger lentement alors qu'il retirait la cape de ses épaules et commençait à nettoyer les plaies. Elle ferma les yeux à chaque contact brûlant du désinfectant et des coups. Mais il était si doux sur sa peau…elle était si bien…et ce n'était pas la même sensation que lorsqu'elle était droguée. C'était autre chose…et elle ne mettait toujours pas le doigt dessus.

Une partie d'elle lui ordonnait de le livrer, qu'il était un traître qui n'hésiterait pas une seconde fois à la piéger pour sauver sa peau, tandis que l'autre, la plus forte en fait, lui conseillait d'oublier sa véritable nature. De se concentrer sur le Lewis qui la soignait là, tranquillement, sans ses sourires macho et dragueur. Le Lewis qu'elle avait appris à apprécier, en trois jours…Et, une troisième partie, qui s'angoissait pour tout. Elis, son père s'il apprenait ce qu'elle faisait, à savoir couvrir un traître.

Soudain, il se releva et revint avec des vêtements propres. Une de ses chemises en fait. Deux fois trop grande pour elle, mais ainsi elle pourrait l'enfiler en chemise de nuit. Elle savait qu'elle passerait la nuit ici. Parce qu'elle ne pourrait pas rentrer seule chez elle sans un minimum de forces, et parce qu'elle savait qu'elle aurait trop peur pour dormir seule chez elle. Et Lewis était l'unique personne à connaître ses frayeurs…

Prenant les habits, elle attendit qu'il se tourne pour retirer ses vêtements troués et salis de terre et de sang. Elle en profita aussi pour mieux observer son corps. La marque de Jyffrey, bien visible, nette sur sa peau, et le reste, rouge, bleu…elle voyait même le contour d'une épée sur sa cuisse…Cela allait mettre des semaines à disparaître…
Bref, elle enfila rapidement la chemise, qui descendait jusqu'au dessus des genoux puis se coucha. Elle voulut parler, dire quelque chose à Lewis, mais le sommeil la happa bien avant qu'elle n'ouvre la bouche.

******

Son sang couvrait les murs. Ses mains ensanglantées laissaient des traces sur les parois, indiquant le chemin. LE menant à elle. Courant, trébuchant, s'égratignant les jambes, elle tentait de trouver la sortie. Mais savait qu'il n'y en avait pas. Et, derrière, SON rire résonnait sur les murs de pierre, se répercutaient pour se fracasser contre son tympan, la paralysant, lui laissant quelques secondes pour gagner du terrain.

Tombant à genoux une énième fois, elle n'eut plus la force de se relever. Se collant dos au mur, priant pour qu'IL la laisse, elle tenta de voir ses mains. Elle voyait leur contour, tremblant et en sang. Son corps était méconnaissable. Et, d'un coup, IL fût là. La lumière de sa torche éclaira l'espace, dessinant un cercle de lumière. Une cage de lumière d'où elle ne ressortirait plus en vie. IL ricana et se pencha vers elle, caressa son visage déformé par les coups, rit haut et fort.


-Tu es à ma merci…

Elle se recroquevillait, se tassant comme elle le pouvait, écarquillant les yeux, commençant à pleurer. Cela faisait longtemps qu'elle avait arrêté de contenir ses pleurs. Maintenant, IL s'en délectait presque autant que le reste.

-Pleure donc tant que tu le peux…

Elle le vit sortir sa lame. Effilée. Qui avait déjà arraché beaucoup de peau à Melley. IL s'agenouilla et mit une main sur son ventre. Elle cria. La croix était rouverte, IL la creusait à chaque fois plus profondément, ne lui laissant pas le temps de cicatriser. Depuis combien de temps ? Une éternité. Elle n'arrivait pas à mourir.

Alors, lorsque la lame entra dans sa chaire, déchirant, trouant, creusant, elle hurla. Hurla comme jamais. Hurla si fort qu'elle se réveilla.

******

Melley se redressa en sursaut en criant. Haletante, elle ne sut plus où elle était. Ce n'était pas chez elle. Elle ne se souvint qu'en voyant Lewis se lever du fauteuil pour s'asseoir près d'elle. Elle avait envie de pleurer. Se retenait.


-Eh ! Calme-toi. C’était rien qu’un rêve. Il faut te recoucher.

Un rêve…non. Pire. Pire qu'un rêve. Son ventre la tiraillait, même si elle savait que c'était son imagination. Elle se laissa faire lorsqu'il appuya pour qu'elle se recouche. Mais dormir…non. Elle ne pourrait plus avant quelques temps. C'était toujours les mêmes sortes de cauchemars…Calmant son cœur, en partie grâce aux caresses du jeune homme sur ses cheveux, elle préféra se concentrer sur les paroles de Lewis plutôt que sur une quelconque signification des rêves :

-Pourquoi tu as changé d’avis ? Pourquoi tu ne m’as pas dénoncé ?

Elle le regarda sans pour autant répondre. Elle-même ne savait pas trop. Elle était bien avec lui, malgré son mauvais côté et ses actions. Et puis, il connaissait ses secrets. Lui seul pouvait l'aider, comme maintenant. Même si c'était la seule nuit qu'elle passait là, avec lui à côté pour veiller sur elle. Après, si elle faisait des nuits blanches, ce ne serait pas grave. Elle préférait encore ça aux rêves.

-S’il te plaît, réponds-moi.

Elle le fixa, dans la chambre devenant sombre au fur et à mesure que le soleil descendait. Ses yeux étaient noisettes, comme les siens. Cela lui rappela ce qu'il avait dit, "peut-être que mes yeux seront aussi sombres que les tiens". Au final, il n'avait pas eu tort…

-Je n'ai pas envie que tu partes. Je…je ne sais pas moi-même…je suis divisée en deux, l'une qui veut te livrer, pour respecter les lois chez nous…et l'autre, si forte, si puissante, qui ne veut pas…qui aime être près de toi…qui aime ce côté de toi. Celui ou tu es tendre…Et puis…je ne veux pas être seule…

Elle baissa la tête. Il ne comprendrait sans doute pas la moitié. Elle-même ne s'en sortait plus. Il sentait bon. Elle venait de le remarquer, il était si proche.

Et, d'un coup, il lui redressa la tête. Sans qu'elle puisse réagir, il pencha la sienne, ferma les yeux et posa ses lèvres contre les siennes. Surprise, elle écarquilla les yeux puis les ferma à son tour, une onde de paix se propageant dans son corps, chassant les dernières frousses du cauchemar, chassant même cette partie qui voulait le dénoncer.

Ce n'était plus le baiser dont elle se souvenait alors qu'elle était droguée. Celui-ci était…doux, tendre. Elle se laissa faire, mélangeant sa langue à la sienne, parcourue par un frisson de plaisir. Il passa ses mains autour de son cou alors qu'elle ne savait pas où mettre les siennes.

Et ce n'est que là qu'elle comprit. Ce n'est que là, liée à Lewis, savourant le premier véritable baiser, sans être droguée, qu'elle mit un nom sur ce qu'elle avait. Sur ses sentiments contradictoires qui se battaient en elle.

Elle l'aimait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Lewis Elensar
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 23/07/2012

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Mer 1 Aoû - 13:29



ENFIN!
Heureusement que Lewis est là parce que sinon la princesse elle aurait toujours rien comprit



Si je n’avais pas été en train d’embrasser Melley, je crois que je me serais mis à danser. Ca réponse n’avait certes pas était aussi claire que je l’attendais mais au moins c’était celle que je souhaitais tant qu’elle me donne. Et puis maintenant, elle avait enfin réussit à mettre un nom sur ce qu’elle ressentait. Et là encore, c’était exactement ce que j’attendais.
Elle trouva enfin où mettre ses mains alors que moi j’essayais de m’empêcher de lui enlever ma chemise. Ce n’était vraiment pas le moment. Elle n’était pas en état et je la voyais déjà me baffer parce que j’allais trop vite. Ou peut-être pas… Enfin bon, je n’allais pas essayer. J’osais d’ailleurs, ne pas trop la toucher de peur de lui faire mal. Je me détachai légèrement d’elle.

« Tu as mis du temps à comprendre princesse. » murmurai-je

Puis je l’embrassai de nouveau. Et je me souvins d’un truc. Tom si connaissait un peu en médecine, enfin déjà plus que moi et j’étais sûr que je pouvais lui faire confiance. Il pourrait sûrement soigner Melley mieux que moi. Alors je me relevai, caressant doucement sa joue. Je ne pouvais pas la laisser tout seule, sinon je savais que sa peur reviendrait en bloc. Je dis à la jeune femme que je revenais tout de suite et je sortis. Justement Théo passait par là. Pour une fois qu’il arrivait au bon moment et qu’il allait pouvoir servir quelque chose, je n’allais pas m’abstenir de le faire courir un peu.

« -Eh ! Théo ! appelai-je
-Oui ?
-Tu pourrais aller chercher Tom et lui dire de venir ici avec de quoi soigner quelqu’un s’il te plaît.
-Pourquoi ? T’as pas l’air blessé.
-Pour toi parce que si tu n’y vas pas tout de suite je vais tellement te frapper que t’arriveras même plus à bouger après, compris ? »

Il partit tout de suite, c’était un froussard et j’étais sûr que cette technique allait marcher. Puis je rentrais à l’intérieur et retournai près de Melley. Je l’attirai contre moi avec douceur, enfouissant mon visage dans ses cheveux.
Un peu plus tard j’entendis qu’on toquait à la porte et Tom apparut. Il nous regarda, haussa les sourcils et posa un sac au pied du lit.

« -Je ne veux pas savoir comment la demoiselle a fait pour s’amocher comme ça et encore moins pourquoi elle n’est pas en train de te tabasser. dit-il
-Je comptais pas le faire.
-Tant mieux et c’est très étrange parce que d’habitude tu me racontes tous tes coups avec les filles.
-Oui bah, pas cette fois. »

Cette fois il haussa les épaules puis il me dit de dégager. J’obéis en grognant légèrement. J’attendis ensuite calmement que Tom soigne Melley puis il repartit sans un mot. Je m’approchai de la jeune femme et me penchai pour l’embrasser.

« J’ai hâte que tu guérisses. » dis-je

Mes mains glissèrent le long de ses hanches, faisant attention de ne pas lui faire mal. Je détestai l’amour, ça allait me rendre super protecteur, romantique et je pourrais plus décoller Melley de peur qu’il lui arrive quelque chose. Enfin, au début…








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Mer 1 Aoû - 20:00

Elle l'aimait.

Cette pensée tournait en boucle dans l'esprit de Melley alors que le baiser s'intensifiait et que le jeune homme serrait ses mains sur son cou, et elle sur les hanches de Lewis, comme pour les empêcher d'aller plus bas. Elle sentait bien qu'il voulait aller plus loin. Mais pas elle. Pas tout de suite. Son corps n'était pas encore assez beau et puis…elle avait aussi peur. De deux choses. La première, qu'il soit dégoûté à cause de la marque sur son ventre. L'hideuse croix que Jyffrey avait dessinée sur elle, dix ans auparavant… Et la seconde…ben…peur de l'acte. Oui elle l'avait fait. Oui, elle avait perdu sa virginité, trois jours avant. Mais à ce moment elle était droguée et donc elle ne se souvenait plus de ce que c'était.

Et puis, secrètement, elle voulait voir jusqu'où il l'aimait. S'il pouvait attendre un peu ou s'il ne pensait qu'à ça…
Lewis se détacha juste un peu pour murmurer :


-Tu as mis du temps à comprendre princesse.

Elle sourit alors qu'il reprenait son baiser. Oui elle avait mis longtemps. Mais c'était si nouveau…si étrange pour elle qui croyait ne jamais avoir d'homme dans sa vie…Mais le problème…c'est que Lewis était un coureur de jupons. Qui lui disait qu'elle n'était pas une passade et qu'à la prochaine belle fille il aille voir ailleurs ? Qui lui disait qu'il lui resterait fidèle, si jamais ? Bon…à la limite, mais vraiment parce qu'elle le voulait, il pouvait faire ce qu'il voulait lorsqu'elle était en mission ou du moins hors du Camp. Mais s'il pouvait faire l'effort, lorsqu'elle était là, de mettre de côté le Lewis macho et dragueur, pour laisser place à celui qu'elle aimait tant, alors elle accepterait encore mieux qu'il la trompe…même si, au fond, elle ne voulait pas qu'il le fasse tout court…parce que cela ne se fait pas, c'est tout…

Ses pensées furent arrêtées nettes par Lewis qui s'était stoppé et se relevait en caressant sa joue doucement. Il lui assura qu'il revenait vite et avant qu'elle puisse répliquer il était sorti. Seule, dans l'obscurité qui commençait à tomber, Melley revit les murs. Revit le sang. Revit la lueur de la torche qui se profilait, qui allait l'attraper pour lui faire du mal…

Mais elle se força à rester stoïque, neutre, comme à chaque fois. Les images partiraient, comme les autres. Lorsqu'elle était seule, chez elle, et que cela arrivait, combien de fois était-elle restée assise dans son lit, les yeux grands ouverts, attendant que les images s'en aillent pour qu'elle se rendorme ne serait-ce que dix minutes ? Trop souvent.

Heureusement, Lewis revint rapidement et se rassit à ses côtés, l'attirant contre lui. Elle se blottit contre son torse, profitant. En fait, ses sentiments avaient cessés de se battre. Ils allaient tous vers une seule direction : l'amour. Elle voulait être avec Lewis, quoique cela puisse être bizarre lorsque l'on sait ce qu'il s'était passé de prime abord. Mais justement, elle voulait oublier, profiter du Lewis qui se tenait là, près d'elle, oublier les Ombres, son histoire, tout. Pour l'instant. Plus tard, elle réfléchirait à la suite des événements.

Quelques minutes après, l'on toqua à la porte. Elle se tendit tout de suite mais ne laissa rien paraître. Elle n'expira que lorsqu'elle reconnut l'aubergiste. Avec un sac. Que venait-il faire ? Elle n'avait pas donné assez pour réparer la chaise ? Mais comment savait-il qu'elle était là ?

Ils discutèrent, l'homme disant ne pas vouloir savoir comment elle s'était retrouvé dans cet état et pourquoi elle ne frappait pas Lewis. S'il savait…mon dieu...

Chassant son collègue, l'homme attendit que la porte soit fermée pour ouvrir son sac et sortir de la pommade, des pansements et des herbes. Non…pas d'herbes. Automatiquement, elle pensa à la drogue.

Elle le laissa enduire les plaies de crème, froide et bienfaisante. Sur les plus graves, il ajouta un pansement de fortune. A la fin, il lui tendit les herbes en disant :


-Si la douleur est trop forte, mâchez ça.

Elle prit les herbes en acquiesçant et demanda par simple curiosité :

-Cela fait longtemps que vous connaissez Lewis ?

Il sourit et répondit :

-Suffisamment longtemps pour te dire que ce n'est pas le mec le plus fidèle sur terre. Fais attention, demoiselle.

Elle resta silencieuse alors qu'il s'en allait. Elle l'avait aussi compris ça. Mais comme dit, voulait faire fi de ce côté de Lewis, profiter des moments où son côté tendre était le plus fort.
D'ailleurs, il revint vite, se penchant pour l'embrasser puis ajoutant :


-J’ai hâte que tu guérisses.

Il reprit son baiser et elle sentit ses mains glisser le long de ses hanches, délicatement, pour ne pas lui faire mal. Elle guérirait vite. Ce n'était pas ça qui allait la cloîtrer au lit. Elle avait connu bien pire…Se détachant, elle prit ses poignets, et les remonta lentement sur elle. Il la regarda, surpris, mais se laissa faire. Elle posa ses mains sur sa poitrine, étonnée d'avoir osé le faire elle-même. Cela le mettrait en appétit pour…plus tard. Et ainsi, elle se faisait légèrement désirer. Le laissant reprendre possession de ses lèvres, elle mit ses propres mains sur le torse musclé du jeune homme.

La nuit était tombée lorsqu'ils se détachèrent, arrêtant leurs baisers. Et Melley se rendormit, lovée dans les bras de Lewis, se sentant plus en sécurité que jamais.

******

Melley ouvrit les yeux la première, le matin suivant. Elle avait bien dormi, les rêves s'étaient tenus assez loin pour qu'elle se repose comme il se devait. Le soleil entrait par intermittence dans la pièce, qu'elle ne reconnut pas. Jusqu'à ce qu'elle sente un bras autour de ses épaules et voit Lewis qui dormait toujours. Et tout revint encore une fois. Elle leva la tête et observa son visage. Il était fin et charmeur. La cicatrice de son œil ne lui donnait pas mauvais genre et ses cheveux lisses et blancs encadraient magnifiquement bien le contour du visage.

Souriante, elle se détacha de lui, prise de curiosité. S'asseyant au bord du lit, elle grimaça lorsque les bleus se réveillèrent à leur tour. Les ignorant, elle se leva et s'éloigna du lit, pieds nus et vêtue de la chemise du jeune homme. Elle vit ses habits et ses armes posés de côté, mais ne voulait pas s'habiller maintenant. Là, elle voulait explorer la maison de Lewis.

Elle ne se reconnaissait même plus. Melley l'Assassin, laissant place à Melley, la femme ordinaire…
Elle sorti de la chambre et atterrit dans le couloir. Là, elle longea les murs en silence, ses pieds effleurant à peine le sol rutilant. Salle de bains…oui…elle descendit les escaliers et déboucha dans la cuisine. Vaste, une immense table trônait au centre, pouvant accueillir au moins douze convives. Elle toucha les meubles, regarda les décorations accrochées au mur, parti à la recherche du salon…qui était juste à côté. Un canapé, une grande cheminée, deux fauteuils…C'était un vrai nid douillet en fait. Elle souriait béatement, regardant tout et voulant tout connaître.

Il y avait quelques images de lui, mais rares. Des fleurs, tableaux…et des armes. Accrochées dans le salon. Épée, poignard, dague. Une vraie collection. Elle s'approcha, effleura leur tranchant, admirant leur relief, les gravures, la garde…C'était beau.

Lewis dormait toujours semblait-il. Alors elle voulut lui faire une surprise. Pour le remercier de l'avoir aidée. De l'avoir soignée aussi. Même s'il n'aurait pas eu besoin de faire tout ceci s'il ne l'avait pas emmenée dans le piège. Mais c'était aussi sa faute. Elle aurait du sentir quelque chose ou se méfier plus.

Mettant ses bras devant elle, elle vit les bleu et autres marques. Elle ne voulut même pas aller voir son visage dans une glace. Il ne devait pas être beau…

Bref, elle retourna à la cuisine et commença à préparer une table pour le petit-déjeuner. Son ventre grognait. Si fort qu'elle espérait qu'il n'entende rien…Elle mit des bols, des croissants, du thé bien chaud, du jus de fruit…un petit festin.

Maintenant, fallait juste qu'il se réveille…Elle eut soudain peur qu'il croie qu'elle était partie. Mais non…il fouillerait bien la maison et la découvrirait là. Ou alors il l'avait entendue depuis belle lurette mais faisait semblant…

Ah ! En parlant du loup ! Elle était persuadée d'avoir entendu des bruits de pas, en haut…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Lewis Elensar
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 23/07/2012

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Mer 1 Aoû - 21:52



Lewis le matelas


Quelle ne fut pas ma surprise quand Melley prit mes mains et vint les poser sur sa poitrine ? Je souris légèrement et me remis à l’embrasser. Si elle voulait vraiment que je lui enlève sa chemise, elle était bien partit. Je dus encore une fois faire un effort considérable pour ne pas le faire.
Ensuite Melley s’endormit contre moi. Et je repensais aux deux autres filles que j’avais aimées. Une seule des deux avait gardés toute mon affection, la première, celle qui s’était fait tué. L’autre, je la haïssais comme personne. Si, en fait, comme ma mère, parce qu’elle aussi avait abandonné mon père juste pour aller voir un homme plus riche. Elles étaient si semblables, égoïstes, possessives. Mais melley ressemblait à mon premier amour, Céleste. Au moins, j’étais sûr que les Ombres ne la tueraient pas parce qu’elle avait découvert mon secret. Je finis par fermer les yeux à mon tour et par sombrai dans le sommeil.

***

Je fus réveiller par du bruit dans la cuisine. J’avais appris à être vigilent même pendant mon sommeil. Je paniquai au début jusqu’à ce que je remarque que Melley n’était plus dans le lit. Je me levai lentement et descendis en baillant. Je découvris que la jeune femme avait préparé le petit déjeuner. Et elle n’avait lésinais sur la quantité. Je haussais les sourcils en souriant. Elle n’arrêtait pas de regarder autour d’elle, à la recherche du moindre détail qui aurait pu lui échapper. Je m’approchai, l’embrassai légèrement me penchant. J’étais beaucoup plus grand qu’elle, la chemise qu’elle portait le prouver. Puis j’allais m’asseoir sur une des chaises. Elle me rejoint et je pris un croissant et croquai dedans.

« Alors tu aimes ton château princesse ? » demandai-je

Par là je voulais dire que maintenant je voulais qu’elle reste ici. Avec moi… Elle ne me répondit pas. Nous déjeunâmes tranquillement puis je partis en quête d’un pantalon pour elle. Puisqu’elle arrivait à tenir debout sans problème maintenant, nous irions chez elle après pour lui chercher des vêtements. Mais là, elle n’allait pas se balader simplement avec une chemise. Surtout qu’elle avait de très jolies jambes –malgré les bleus- et elle me narguait avec en se promenant comme ça. Je lui en trouvai un vieux que je déchirai pour qu’il ne soit pas trop long et une ceinture.
Puis nous sortîmes. Au début tout se passa bien jusqu’à ce que je voie le père de Melley un peu plus loin, dos à nous. Il commençait à se retourner alors je me jetais à terre, entraînant la jeune femme avec moi et lui servant de matelas. J’avais visé un buisson et je regardai au-dessus pour voir le chef des assassins s’en aller tranquillement.

« Ouf ! Jusqu’à ce que tu sois guéri, je crois que je vais plus te laisser sortir. » dis-je à Melley

Je l’aidai à sortir puis nous filâmes direct chez elle. Je poussais vivement la porte et elle entra. Puis alla fouiller dans son armoire. Et c’est là que je vis une robe.

« J’aurais jamais cru en trouver une robe chez toi ! Tu devrais la mettre. » lui dis-je

Puis j’allais m’asseoir sur le lit attendant qu’elle finisse de se changer. Et encore une fois, je fus surpris par ce qui arriva.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Mer 1 Aoû - 22:27

Lewis ne tarda pas à apparaître sur le seuil de la porte. Il sourit en voyant la table et s'approcha, se penchant pour l'embrasser. Il était bien plus grand. Elle qui se trouvait déjà grande…
Elle s'installa après lui et commença à manger avec entrain. Son ventre réclamait la nourriture !


-Alors tu aimes ton château princesse ?

Elle lui sourit mais ne répondit pas. Sous-entendait-il qu'elle allait rester ? Cela voulait-il dire qu'elle n'était pas une simple passade ?
Mais oui, le château était magnifique…
Ils déjeunèrent en silence, savourant les mets puis le jeune homme alla chercher un pantalon. Pour le déchirer. Melley voulut lui dire d'arrêter de détruire ses vêtements mais n'en eut pas le temps. Parce qu'elle aurait très bien pu replier le tissu plusieurs fois …Elle prit le pantalon et l'enfila, ainsi que la ceinture qu'il lui tendait.

Ensemble, ils sortirent, mais sans se prendre par la main ou autre signe trop évident. La journée commençait à peine et les Assassins n'étaient pas tous dehors mais elle ne voulait pas attirer l'attention. Heureusement, son boitillement ne se voyait pratiquement plus. Cela dépendait du terrain en fait. Elle marchait, Lewis à ses côtés, ne faisant pas attention aux autres, lorsque le jeune homme se jeta au sol, l'entraînant avec lui, la plaquant sur lui. Elle ne bougea pas, sans comprendre, jusqu'à ce qu'elle redresse la tête.

Son père. Son père qui se promenait. Valait mieux l'éviter pour l'heure…


- Ouf ! Jusqu’à ce que tu sois guéri, je crois que je vais plus te laisser sortir.

Melley le gratifia d'un sourire et se releva avec lui. Puis ils se hâtèrent d'aller chez elle. Il referma vivement la porte derrière elle. La maison n'avait pas bougé en quatre jours. Son petit-déjeuner traînait toujours sur la table. Donc, son père n'était pas passé. Bon signe.

Bref, elle alla directement vers son armoire pour chercher quelques vêtements à sa taille. Pas que les habits de Lewis lui déplaisent, mais elle ne voulait pas non plus profiter…Elle prit un pantalon brun, une chemise blanche traditionnelle, qui allait avec le reste de son armure et voulut refermer lorsque le jeune homme s'exclama :


-J’aurais jamais cru en trouver une robe chez toi ! Tu devrais la mettre.

Elle ne répondit rien. La robe était là en effet. Offerte il y a longtemps par un Artisan tailleur pour la remercier de ses services. Elle était couleur bordeaux, une sorte de bustier et assez large vers le bas. Elle était belle oui, mais Melley n'avait jamais porté de robe. Même pas durant sa jeunesse. Elle avait toujours été une sorte de garçon manqué à vrai dire. Mais elle se promit de l'emmener. Elle la mettrait lorsqu'ils seraient en privé.

Lewis s'installa sur le lit et elle alla vite se changer. Ensuite, elle alla juste se regarder dans la glace. Sans son armure, elle n'avait pas de capuche pour dissimuler le tout. Et son visage était…déformé presque. Un énorme hématome se profilait à côté de l'œil, un autre à la mâchoire et un troisième près de l'oreille.

Ressortant de la salle de bains, elle agrippa la robe et la lança à Lewis, toujours assis sur le lit en disant :


-Pour plus tard…

Le ton suggérait bien des choses. A lui d'imaginer la suite…oui elle était sadique et le faisait baver.
S'installant à ses côtés, elle le titilla, caressant son torse, son visage, ses bras…il commença à l'embrasser dans le cou et elle ferma les yeux, soupirant d'aise au contact. Les mains du jeune homme se promenèrent sur ses hanches doucement, pour ne pas faire mal alors qu'elle ne sentait plus grand-chose et elle sentait qu'il se retenait d'aller plus loin. Alors, se détachant, elle lui murmura :


-Chez toi…pas ici.

Il sourit en comprenant. En fait, elle avait envie. Malgré ses peurs, malgré son corps affreux, elle avait envie d'être avec lui, liée avec lui autrement que par des baisers. Et sa chambre n'était pas le meilleur endroit. Parce qu'elle lui faisait penser au "viol" et donc au mauvais Lewis, alors qu'elle voulait se concentrer sur le bon. Il avait les yeux pétillants et elle reprit possession de ses lèvres, le mordillant, jouant avec lui. Elle n'entendit pas la porte s'ouvrir ni même les bruits de pas.

-Désolé de t'interrompre …

La voix avait jaillit et Melley se recula vivement, tiraillant les quelques plaies encore douloureuses. Elle avait reconnu la voix. Et ne voulait surtout pas se retourner. Sans capuche, il verrait les bleus. Mais son mensonge était prêt.

-Melley ?

Elle se retourna lentement, pour affronter son père. Celui-ci était dans l'encadrement de la porte. Capuche rabattue, ce qu'il ne faisait que chez lui ou chez elle, elle voyait ses yeux bicolores passer d'elle à Lewis pour revenir et s'attarder sur elle. Et elle vit la surprise, l'étonnement se dessiner sur son visage. Il s'approcha d'elle, mit un doigt sur les bleus et dit :

-Qu'as-tu fait ?

Elle lui prit sa main et la retira de son visage. Son doigt relançait les piques de douleurs, même s'il ne le faisait pas exprès.

Elle inspira et répondit, priant pour qu'il la croie :


-Et bien…nous sommes allés dans une auberge hier et…j'ai un peu trop bu…une bagarre a éclatée…et si Lewis n'avait pas été là pour me séparer de l'autre et me ramener…je serais toujours là-bas…

Elle baissa le regard, prise de remords pas possible de lui mentir ainsi. D'ailleurs la réaction ne se fît pas attendre. Il se releva, croisa les bras et dit :

-Je ne pensais pas cela de toi Melley. Toi qui disais ne jamais boire.

Le ton n'était ni froid ni glacial. Il était neutre, et c'était bien pire. Elle n'osait même pas le regarder. En fait, elle n'osait pas bouger tout court. Il croyait son mensonge, c'était déjà pas mal. Restait plus qu'à espérer que les Ombres ne soient pas découverts de sitôt…

Elle déglutit lorsqu'il ajouta :


-Pour la peine, tu resteras au Camp un certain temps. Je ne t'enverrais pas en mission si tu risques de te saouler dans une auberge. Tu ne quitteras pas le Camp sans que je le sache. Est-ce clair ?

-Oui…

-Lewis, je compte sur toi pour la surveiller.

Elle l'entendit faire demi-tour et sortir. Elle avait honte, mais n'avait pas vraiment eu le choix. Elle se mordit la lèvre. Et c'était un miracle qu'il l'ait cru du premier coup. Le seul mensonge plausible pour expliquer les marques…S'il savait qu'elle ne buvait jamais plus qu'il ne fallait…

Inspirant un grand coup, elle se tourna vers Lewis et réussit à lui sourire.


-Viens, on va chez toi.

Il ne dit rien mais la suivit. Ils longèrent les murs, se faisant petits. Elle ne voulait pas être vue. Comme s'il y avait une pancarte au-dessus de sa tête avec écrit "ivrogne" dessus. La rumeur allait se propager. La rumeur qui disait que la fille du Seigneur n'était pas capable de faire honneur à son nom…

Lewis avait raison au final. Et elle le lui dit, une fois de retour chez lui :


-Ne me laisse pas sortir avant une éternité…

Elle alla poser les vêtements pris chez elle près de son armure et s'assit sur le lit, attendant que le jeune homme la rejoigne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Lewis Elensar
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 23/07/2012

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Jeu 2 Aoû - 15:39



Waouh



Je regardai Melley appuyé contre le mur en face d’elle. J’avais bien vu qu’elle s’en voulait d’avoir mentit à son père et surtout de lui faire honte.

« Tu aurais dû me laisser inventer un truc et me laissai faire. Surtout que je ne sais pas comment ton père a fait pour te croire, tu mens très mal. Il doit vraiment avoir confiance en toi. » lui dis-je

Je souris, personne ou presque n’avait confiance en moi alors j’avais appris à très bien mentir. Mais je ne voulais plus y penser. Je m’approchai de la jeune femme, tout sourire. Son père m’avait demandé de la surveiller. Cette mission, j’allais l’accomplir avec le plus de sérieux qu’on est jamais vu, je n’allais plus la lâcher. Je l’embrassai délicatement l’allongeant sur le lit.

« Il n’y a aucune chance pour que tu fasses un pas en dehors de cette maison princesse. Je vais te garder pour moi tout seul. » murmurai-je

Mes mains parcoururent son corps. Elle m’en avait fait baver, à me narguer et à jouer avec moi. Peu importe qu’elle soit bleue ou rouge. Je crois que si son père n’était pas arrivé, je n’aurais pas pu me retenir très longtemps. Je n’arrivais pas à croire que j’étais tombé amoureux de la fille du chef des assassins alors que j’étais une taupe. Et justement, que cette fille, soit rechercher par les Ombres pour leur servir à un quelconque rituel. Je n’avais vraiment pas choisie celle qui me facilitera la tâche et encore moins le bon moment. C’était vraiment un mauvais plan mais j’étais obligé de le suivre. Quel imbécile je pouvais faire.
Je me mis à déboutonner la chemise de Melley. Il faudrait que j’aille lui acheter d’autres robes. Parce que je sais reconnaître de jolies jambes même avec des bleus partout et il faudrait mettre les siennes en valeur. Avec moi, elle n’allait pas rester un garçon manqué très longtemps. Je suivis du bout du doigt la cicatrice sur son ventre que j’avais déjà remarqué la fois où elle était droguée. Où je l’avais drogué. Je l’embrassai de nouveau et me mis à écarter doucement ses cuisses alors que je sentais ses mains parcourir mon dos. Je descendis dans son cou. J’étais satisfait, j’allais enfin pouvoir me lier à elle sans qu’elle plane complètement

***

J’entendis Melley m’appelait et je descendis calmement. Je venais de sortir de la douche après mettre réveiller. Je ne regrettais pas d’avoir couché avec la jeune femme, ça avait été super.

« Oui princesse ? Il y a un problème ? Tu veux quoi pour le… Waouh ! »

Je venais de rentrer dans la cuisine et je m’étais arrêter pour pousser cette exclamation en voyant la fille qui avait une robe très, très courte et un grand décolleté à côté de Melley. Elle me disait vaguement quelque chose…

« -J’y crois pas ! Tu m’as trompé ! hurla la nouvelle arrivante
-On se connait ?
-Fais pas l’innocent salopard !
-Non, je te jure, je sais pas qui t’es.
-Bess.
-Bess… A oui, la serveuse là ! Oui maintenant que tu le dis ça me revient mais comment veux-tu que je te trompe si tu n’es pas ma petite amie.
-Mais on a… C’était…
-On a passé la nuit ensemble et alors ?
-Mais…
-Bon écoute, y a eu confusion. Je ne t’aime pas et il est hors de question que je sois avec toi. Bye bye maintenant. »

Elle partit en courant alors que je sentais Melley me fusillait du regard. Elle devait avoir compris que c’était avant elle mais elle avait quand même l’air de m’en vouloir. Je m’approchai d’elle et lui relevai le menton vu qu’elle n’avait pas l’air de vouloir me regarder.

« Qu’est-ce qu’il y a princesse ? Je te jure que c’était avant toi…Et je sais que tu n’aimes pas quand je suis comme ça mais je ne veux être gentil qu’avec toi. »

Je l’embrassai légèrement.

« Bon, qu’est-ce que tu veux déjeuner ? » demandai-je en changeant de sujet







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Jeu 2 Aoû - 19:32

Appuyé au mur en face d'elle, Lewis la regardait. Enfin il parla :

-Tu aurais dû me laisser inventer un truc et me laissai faire. Surtout que je ne sais pas comment ton père a fait pour te croire, tu mens très mal. Il doit vraiment avoir confiance en toi.

Non. Justement. C'était son rôle de mentir à son père. Il y avait déjà trop de choses qui pesaient sur les épaules de Lewis, elle pouvait aussi en prendre sur elle. Elle sourit en coin à la fin de sa phrase. Oui elle mentait super mal. En fait, elle n'avait jamais réussi à cacher quoique ce soit à Kem. Mais là…ou alors il ne se posait pas plus de questions, ou il avait autre chose de plus urgent. Ou les Ombres n'avaient pas été découverts. Melley craignait se moment ou un Assassin arriverait en criant que cinq cadavres avaient été retrouvés dans le Bois. Kem n'était pas idiot et ferait peut-être le lien. Et s'il venait poser des questions, elle n'arriverait plus à lui mentir…

Il s'approcha d'elle, et l'embrassa tout en l'allongeant sur le lit. Elle frissonna, sachant déjà ce qui allait se passer. Elle avait peur, mais la mettait de côté. Elle ne voulait pas gâcher l'instant et de toute façon, elle savait pertinemment qu'elle ne parviendrait pas à retenir Lewis plus longtemps…et…elle lui avait dit que ce serait chez lui et non chez elle donc…
Il murmura, toujours penché sur elle :


-Il n’y a aucune chance pour que tu fasses un pas en dehors de cette maison princesse. Je vais te garder pour moi tout seul.

Elle sourit alors que les mains du jeune homme commençaient à descendre sur son corps. Il déboutonna lentement la chemise qu'elle portait, et elle stressait. Qu'allait-il dire ? En voyant la marque ? Allait-il se relever et partir ? Mais non. Il l'effleura du bout du doigt, glissant dessus, suivant son tracé, tout en retirant les habits qu'ils portaient tous deux.

Une fois fait, elle posa ses mains sur le dos de Lewis, alors qu'il écartait lentement ses cuisses en l'embrassant. Elle ne réfléchissait plus, laissait le jeune homme faire. Il savait quoi faire de toute manière…
Elle se laissa donc emporter, savourant sa véritable Première Fois, sans drogue ni rien, laissant leurs deux corps unis exprimer l'amour qu'ils se portaient, malgré leurs débuts…chaotiques.


******

Une nouvelle fois, ce fût Melley qui se réveilla la première. Nue, dans les bras de Lewis, elle souriait bêtement dans la chambre. Elle l'avait fait. Et ne regrettait rien. C'avait été un moment intense, merveilleux. Elle n'avait pas souffert et était sûre qu'il s'était montré bien plus doux et délicat que lorsqu'elle était droguée.

Le laissant dormir, elle se leva et chercha la salle de bains. La maison était bien plus vaste que la sienne et les pièces autrement agencées. Elle ne s'y retrouvait pas encore, surtout qu'elle allait rester pour un certain temps. Elle se promena donc nue dans les couloirs, ouvrant les portes pour chercher ladite salle de bains qu'elle trouva enfin cinq minutes après.

Elle entra sous la douche, et l'eau piqua sur les plaies. Mais elle n'y prit pas garde et resta longtemps, yeux fermés, laissant l'eau débarrasser son corps des dernières traces de terre et autre. En sortant, elle vola une serviette et s'enroula dedans, se postant devant la glace. Elle sourit en voyant ses cheveux complètement en bataille. En revanche elle soupira en voyant les bleus régresser lentement. Le visage l'importait plus que le reste de son corps en fait. Parce qu'elle mettait sa main au feu que son père viendrait encore. Pour vérifier que Lewis la surveillait bien et surtout qu'elle restait sobre. Elle s'en voulait encore terriblement de lui avoir menti. Mais bon…elle avait choisi de sauver Lewis. Elle l'aimait. Alors elle ferait tout pour l'aider.

D'ailleurs, il faudra qu'elle en parle avec lui. De comment ils allaient faire. Déjà, il faudrait qu'il mette sa capuche dès qu'il sortait du Camp. Lui avait le droit donc s'il voulait retrouver son ami aubergiste…et ainsi il deviendrait un Assassin comme un autre.
Elle n'arrivait pas à croire qu'elle était tombée amoureuse de lui. Elle qui le détestait comme personne quatre jours avant, voilà qu'elle l'aimait plus que quiconque aujourd'hui. Et le tout malgré son caractère et son côté macho, dragueur et séducteur…

Regardant dehors tout en s'habillant, elle se surprit à être énervée. Hier elle n'avait pas tilté. Aujourd'hui si. Son père lui avait interdit de sortir, comme pour une gamine de quatorze ans ! Les missions, elle voulait bien comprendre qu'il ne lui en donne plus ou les moins dangereuses, pendant un certain temps. Mais ne pas sortir sans qu'il le sache ! Elle aimait sa liberté ! Et il y avait des moments ou elle aimait grimper dans les arbres et rêvasser, seule au monde avec pour seuls bruits la nature et son cœur qui battait avec régularité.

Nouant la ceinture autour de sa taille, elle chassa ses pensées et ressortit en silence, décidée à préparer le déjeuner une nouvelle fois. Et, à peine à la cuisine, on toqua à la porte. Lewis n'étant pas réveillé, elle alla ouvrir et tomba nez-à-nez avec…la serveuse !

Melley la fît entrer gentiment. Mais vu le regard…l'autre s'en fichait.


-Il est où ? Allez dis le moi sale garce !

Melley fronça les sourcils. Qu'avait-elle dit ? Elle serra les poings pour ne pas être méchante et rétorqua :

-Il est en haut. Que veux-tu?

-Tu perds ton temps avec lui ! Il t'aime pas ! S'il t'as dit le contraire, pars pendant qu'il est temps ! C'est un salaud.

Melley ne répliqua rien et appela :

-LEWIS !!! Viens !

Elle entendit une porte claquer puis un bruit de pas. Lewis apparut, les cheveux mouillés, donc il était sous la douche, et s'exclama :

-Oui princesse ? Il y a un problème ? Tu veux quoi pour le… Waouh !

Il s'était stoppé net et observait la serveuse avec de gros yeux. En même temps, elle était habillée d'une robe hyper courte avec un décolleté insolent.

Et elle commença à l'engueuler, disant qu'il l'avait trompé. Bah oui, avec Melley…il se défendit, disant qu'elle n'était pas sa petite amie et que donc, il n'y avait pas de tromperie possible. La serveuse, Bess, tenta d'argumenter, disant qu'ils avaient passé la nuit ensemble, semblant plus au bord des larmes qu'autre chose. Lewis la mit à la porte, en étant un peu violent. Melley le fusilla du regard. Le côté de sa personnalité était ressorti, celle qu'elle n'aimait pas.

Celle qui avait fait qu'elle l'avait détesté les premiers temps…Elle baissa la tête. Elle était bien consciente que c'était avant elle. Qu'il l'avait fait avant de comprendre qu'il l'aimait, elle. En espérant que ce soit sincère. Elle voulait y croire. Croire qu'il pouvait s'améliorer, au moins avec elle ou pour elle. Ce qui la rendait heureuse, c'était de savoir qu'il ne montrait son vrai lui qu'avec elle. Cela lui réchauffait le cœur. Alors, revoir l'autre côté, celui qui l'avait drogué et emmené dans le piège…

Elle vit ses pieds arriver devant elle et il lui releva délicatement le menton, l'obligeant à le regarder.


-Qu’est-ce qu’il y a princesse ? Je te jure que c’était avant toi…Et je sais que tu n’aimes pas quand je suis comme ça mais je ne veux être gentil qu’avec toi.

Elle le regarda, plongeant dans son regard assez clair. Elle voulait le croire. Voulait croire à un amour possible et durable avec lui. Voulait qu'il soit là. Simplement. Que ferait-elle, seule, avec interdiction de sortir du Camp sans avertir son père s'il n'était pas là pour l'occuper ?

Il l'embrassa légèrement et demanda, changeant de sujet :


-Bon, qu’est-ce que tu veux déjeuner ?

Elle sourit, et réchauffa des légumes et de la viande qui traînait au frais. Une fois fait, elle prépara les assiettes et en posa une devant lui. Elle ne lui avait pas répondu, avait agi directement.
Commençant à manger, sa curiosité reprit le dessus.


-Lewis…

Elle le regarda alors qu'il haussait les sourcils, interrogateur.

-Est-ce que j'ai le droit de savoir comment…ils t'ont pris ?

Elle ne voulait pas prononcer le mot "taupe", "Ombre" ou autre chose ici. L'on pouvait entendre sans le vouloir. Il s'arrêta et baissa un peu les yeux.

-Mais…si tu veux pas en parler…je comprendrais.

Elle ne voulait pas qu'il replonge dans de mauvais souvenirs. Malgré sa curiosité. Elle ne voulait pas qu'il souffre. Elle esquissa un sourire pour le rassurer et continua, déviant un peu :

-Si jamais tu sors…vu que je suis bloquée là pour quelques temps, mets ta capuche. Tu seras un Assassin comme un autre et ceux qui seraient éventuellement à ta recherche ne te reconnaîtront pas.

Intérieurement, elle ne voulait même pas qu'il sorte. Elle aurait trop peur que les Ombres le découvrent tout de même et le tuent pour se venger de sa rébellion. Mais elle ne voulait pas non plus le privé de liberté…
Il ne disait toujours rien.

Elle mit sa main sur la sienne, posée sur la table, caressant sa peau avec son pouce.


-Je sais que c'est vraiment bizarre par rapport à il y a quatre jours mais…je t'aime Lewis…malgré le côté que tu as montré avant…celui que je n'aime pas comme tu l'as remarqué.

Elle se tut, étonnée d'avoir dit "je t'aime" si naturellement, sans que sa voix tremble. Et lui n'avait toujours rien dit.

Alors elle resta silencieuse, attendant une réaction quelconque de sa part…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Lewis Elensar
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 23/07/2012

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Sam 4 Aoû - 10:50



The past



Je regardai Melley et je soupirai. Me replongeai dans mes souvenirs des moments où j’avais commencé à être pris au piège de ce jeu mortel que pratiquait les Ombres n’étaient vraiment pas ce que je préférai faire. Et je voulais plutôt qu’on évite le sujet parce que si la jeune femme pouvait éviter de penser à moi comme une taupe ça serait mieux. Parce que taupe allait forcément avec salaud et donc le côté qu’elle n’aimait pas.

« C’est pas que tu ne m’aimes pas quand je suis un connard. Tu me hais carrément. » dis-je avec un petit sourire

Puis je mangeai un bout de viande.

« Je t’aime aussi princesse. Et ne t’inquiètes pas, il est hors de question que je te laisse seule ici. Je n’ai pas envie que la serveuse revienne pour se venger. Elle m’a l’air tenace. Mais pas autant que toi en tout cas. »

Je lui fis un baise main puis lui conseiller de manger. Je ne dis plus rien avant qu’on ait fini. Je ne voulais vraiment pas parler des Ombres. Parce que j’avais eu une idée surtout. Pour éviter d’avoir des problèmes du côté des assassins. Mais c’était risqué. Très. Et si le père de Melley n’acceptait pas alors autant dire que j’étais déjà mort. Mais il fallait encore que j’y réfléchisse.
Je débarrassai la table et je voyais bien que la jeune femme voulait vraiment savoir pour les Ombres. Et je savais qu’elle ne me lâcherait sûrement pas avant que je lui raconte. Alors j’allais m’asseoir dans la salon lui disant de venir à côté de moi.

« Ils m’ont coincé au dans une petite ruelle. Il voulait des infos sur le nouveau mari de ma mère que je haïssais comme personne. Ils m’ont menacés de me tuer mais dès que j’ai sûr qu’ils voulaient le tuer je n’ai pas opposé de résistance et j’ai déballé tout ce que je savais. Sa mort voulait dire que j’allais pouvoir retrouver mon père et que j’allais enfin pouvoir me venger par rapport à ma mère. Alors après ils m’ont demandé d’aller chercher d’autres trucs sur mon beau-père et j’ai accepté. Il est mort et là encore les Ombres m’ont fait faire d’autres petits travaux. J’avais déjà l’impression d’être pris au piège mais j’essayais d’oublier. Et puis je suis devenu assassin parce que je me suis dit qu’ils allaient peut être me laisser tranquille mais non. A la place ils m’ont fait taupe. Et le pire c’est que je n’ai jamais revue mon père parce qu’il était mort avant que je puisse m’échapper de la jolie maison mon salopard de beau-père. » dis-je

Ca y est, elle savait maintenant. Je baissais la tête, je savais que je n’aurais jamais du montrer que je voulais tuer le nouveau mari de ma mère et j’aurais dû jouer le petit bourge terrifié mais je n’avais pas pu. Je le détestais beaucoup trop, je voulais qu’il disparaisse d’une façon ou d’une autre et aussi faire payer ma mère, cette sale égoïste de m’avoir enlevé à mon père. Je n’étais qu’un enfant en colère qui absolument qu’on le libère. Résultat toute ma famille était morte et je m’étais retrouvé taupe. Ce n’était pas très brillant, même, pas du tout. J’attendais une quelconque réaction de la part de Melley.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   Sam 4 Aoû - 13:39

Lewis soupira légèrement. Ca y est. Elle le faisait souffrir. Il était sans doute replongé dans ses souvenirs et tout cela à cause d'elle…

-C’est pas que tu ne m’aimes pas quand je suis un connard. Tu me hais carrément.

Elle lui rendit son petit sourire. Oui elle le haïssait ce côté mais bon…Il continua à manger un peu. Puis il continua :

-Je t’aime aussi princesse. Et ne t’inquiètes pas, il est hors de question que je te laisse seule ici. Je n’ai pas envie que la serveuse revienne pour se venger. Elle m’a l’air tenace. Mais pas autant que toi en tout cas.

Son cœur fît un salto dans sa poitrine. Jamais personne ne lui avait parlé ainsi….mais elle haussa néanmoins un sourcil pour la fin. La serveuse, se venger d'elle ? Melley était Assassin. Ce n'était pas une petite serveuse jalouse et frustrée qui allait lui faire peur…Elle avait d'autres choses plus monstrueuses pour ça.

Elle se sentit rougir lorsqu'il lui fît le baise main en lui conseillant de manger. Ce qu'elle fît, n'ayant rien d'autre à faire. Le déjeuner se termina en silence. Un silence profond, nullement dérangeant. Mais elle voyait qu'il n'arrêtait pas de penser à son passé. Elle s'en voulait terriblement d'avoir posé la question. Mais elle était si curieuse…et ainsi elle pourrait sans doute mieux comprendre…
Melley terminait de nettoyer alors que Lewis débarrassait les derniers couverts. Elle n'arrivait pas à empêcher la curiosité de la piquer, elle voulait tant savoir ! Mais elle ne voulait pas le forcer. Leur relation était récente…il ne voulait peut-être pas trop s'avancer. Même s'il devait savoir qu'elle n'était pas une femme comme les autres…par rapport à toutes celles qu'il a eu évidemment. Melley était bien consciente qu'il y avait mieux qu'elle encore dans le Royaume. Rien que Lola…

Appuyée au comptoir, elle réfléchissait à ce qu'elle allait faire de son après-midi, puisqu'elle ne pouvait pas sortir, lorsque Lewis s'installa sur le canapé, lui faisant signe de la rejoindre. Elle obéit, s'installant à ses côtés. Les rares piques de douleur dues aux bleus étaient faibles et elle les ignorait sans peine. Et, d'un coup, il se lança :


-Ils m’ont coincé au dans une petite ruelle. Il voulait des infos sur le nouveau mari de ma mère que je haïssais comme personne. Ils m’ont menacés de me tuer mais dès que j’ai sûr qu’ils voulaient le tuer je n’ai pas opposé de résistance et j’ai déballé tout ce que je savais. Sa mort voulait dire que j’allais pouvoir retrouver mon père et que j’allais enfin pouvoir me venger par rapport à ma mère. Alors après ils m’ont demandé d’aller chercher d’autres trucs sur mon beau-père et j’ai accepté. Il est mort et là encore les Ombres m’ont fait faire d’autres petits travaux. J’avais déjà l’impression d’être pris au piège mais j’essayais d’oublier. Et puis je suis devenu assassin parce que je me suis dit qu’ils allaient peut être me laisser tranquille mais non. A la place ils m’ont fait taupe. Et le pire c’est que je n’ai jamais revue mon père parce qu’il était mort avant que je puisse m’échapper de la jolie maison mon salopard de beau-père.

Il baissa la tête, les yeux dans le vague. Elle avait écouté, avait bu ses paroles. Il n'avait guère eu le choix. Ou il parlait ou il mourrait. Et il avait était satisfait de les aider parce que son beau-père allait mourir. Pour lui, ce devait être normal d'avoir agit ainsi, à l'époque. Il ne pensait certainement pas au piège qui se refermait autour de lui. Il n'avait plus de famille. Le seul être qu'il avait tant aimé, son père, était mort. Il avait agit pour rien au final. Melley le regarda, voulant l'aider comme elle pouvait. Lui prenant la main, elle la serra.

-Merci de me l'avoir dit, Lewis…je te promets que les Ombres ne te retrouveront plus. Je suis là.

Elle ne savait pas quoi dire pour lui remonter le moral. Elle lâcha sa main et remonta le long de son bras, délicatement, effleurant à peine la peau. Elle se glissa dans son cou et l'attira à elle. Posant la tête du jeune homme sur le haut de sa poitrine, elle caressa ses cheveux alors que lui mettant une main sur son ventre.

-Je peux comprendre ce que tu as ressenti pour ton beau-père. Moi-même j'ai été adoptée. J'étais dans une famille de bourgeois, je ne me sentais pas à ma place. Ce n'est que bien après ma sélection que j'ai appris qui était mon vrai père. Que j'ai appris mon histoire. Mon…destin si jamais. Je suis retournée chez mes autres parents, je voulais les remercier. Ils m'avaient tout de même élevée. Je n'ai eu qu'un accueil froid et glacial. Tout ce qu'ils voulaient, c'est que je quitte les Assassins. J'étais en colère ce jour-là. Si je m'étais écoutée je les aurais frappés et j'aurais saccagé la baraque. A la place j'ai escaladé l'Église d'Ikrahm.

Elle ne savait pas pourquoi elle lui racontait cela. Peut-être pour qu'il oublie, que les mauvais souvenirs retournent loin dans son esprit. Ou juste pour que lui aussi connaisse un pan de son histoire.

Le mettant face à elle, elle plongea dans ses yeux et s'approcha, l'embrassant, caressant son torse, le laissant descendre plus bas. S'interrompant elle murmura :


-Tu n'es la taupe de personne, Lewis…jamais plus tu ne le seras…

Elle lui sourit et reprit ses caresses, l'allongeant sur le canapé. Cette fois, c'est elle qui prit les devants. C'est elle qui le déshabilla lentement, c'est elle qui joua avec lui en le faisant baver. C'est elle qui s'unit à lui de sa propre initiative.

Melley n'avait jamais pensé ressentir ce sentiment de bonheur, de paix et de plénitude un jour. L'amour…ça aussi elle ne pensait pas le connaître. Si, l'amour envers ses amis, son père mais pas le Vrai Amour. Et là…

Tête sur le torse de Lewis, il jouait avec ses cheveux alors qu'elle parcourait son torse musclé. Les yeux dans le vague, elle repensait aux Ombres tués deux jours avant, dans la clairière. Aucune alerte n'avait été donnée. Elle voulait voir si elle n'avait pas rêvé. Il fallait qu'elle aille voir de ses propres yeux la scène. Voir si elle n'était pas différente.

Elle se promit d'y aller, à l'aube. Là, elle était fatiguée et voulait rester encore dans les bras de son Assassin d'amour.

******

Melley quitta la chambre en silence. Ils étaient tout de même retournés en haut, plus confortable pour dormir. L'après-midi avait filé, après l'amour ils avaient discuté de tout et rien, se découvrant l'un l'autre. Le soleil n'était même pas encore là qu'elle s'était levée discrètement et s'était habillée. Tenue au grand complet. Armure, capuche, armes. Un véritable Assassin. Elle avait voulu prévenir Lewis, mais s'était ravisée. Déjà, il dormait trop bien pour qu'elle ose le déranger, et ensuite, si son père l'apprenait et voyait qu'il l'avait aidée à désobéir alors qu'il devait la surveiller, il s'en prendrait pour son grade, et Melley ne le voulait surtout pas. Elle assumait ce qu'elle projetait de faire et Lewis ne devait pas se faire réprimander par Kem pour une faute qu'il n'avait pas commise.

Elle descendit, mit un bol et prépara tout pour le petit-déjeuner de Lewis et s'échappa par la porte secrète. Elle prit le même chemin caché, sortant du Camp. Le garde n'avait rien dit. En même temps, elle était un Assassin comme un autre et il n'allait pas vérifier l'identité de tous. Il fallait juste qu'elle se dépêche. Qu'elle soit rentrée avant que Lewis ne remarque qu'elle était sortie du Camp. A la rigueur, sortie de la maison, mais du Camp…Une fois éloignée, elle se mit à courir. Elle avait mémorisé le chemin, et devait faire travailler ses muscles. Les bleus étaient toujours visibles sur son corps, mais déjà moins bien que cinq jours avant. Son visage reprenait aussi son aspect normal et elle en était ravie.

Elle s'arrêta à quelques mètres, écoutant. Il n'y avait rien. Alors elle avança, lentement, vérifiant ses arrières. Débouchant dans la clairière, les cinq cadavres étaient toujours là, rigides, bleus, puants. La putréfaction avait commencé. Plantée au centre, les souvenirs revinrent. Les images des Ombres la frappant, de Lewis restant adossé à l'arbre, l'eau qui entrait dans ses poumons sans qu'elle puisse l'en sortir…Son cœur se calma d'un coup. Elle regarda chaque corps, se disant que tout était réel. A un moment elle avait cru rêver…

Une branche craqua et elle se retourna vivement, prête, attentive. Une silhouette se détacha de la grotte et avança dans la lumière de l'aube naissant. Une silhouette sombre avec une démarche chaloupée. L'armure, noire, se fondait dans l'obscurité de la forêt. Seules les armes se voyaient au reflet des lames.


-Bonjour à toi, ma jolie…

Melley serra les dents. Non…pas lui. Pas ici. Pas maintenant. Il ricana et se posta devant elle, à deux mètres. Elle était paralysée. C'était l'occasion ou jamais. Le tuer, en finir, finir avec les cauchemars…mais sa peur reprenait le dessus. Il connaissait tous ses secrets maintenant…

-Tu ne pensais certainement pas que j'étais si prêt hein ? Je ne suis jamais loin. Comme si j'allais rester enfermé sur mon Territoire alors que tu coures encore ? Je ne pensais pas que ce serait si simple de t'avoir, "princesse".

Il avait accentué le mot. Qu'attendait-il de sa part ? Que voulait-il dire ?

-Si seulement Lewis n'était pas un Assassin…son talent de menteur, manipulateur et simulateur en aurait fait un Ombre magnifique…

Que venait faire Lewis là ? Qu'est-ce que cela signifiait ? Il voulait qu'elle craque et qu'elle parle. Non, elle le laisserait faire. Elle cherchait comment faire pour être sûre de le tuer du premier coup.

-Tu n'es pas curieuse ? Mais si….je sais que tu es curieuse. Tout comme tu es amoureuse…je connais tous tes secrets ma jolie. Tu n'as plus d'armes contre moi.

Il rit haut et fort, les oiseaux s'envolant de leur perchoir. Puis, redevenant sérieux il s'expliqua :

-Le premier piège n'en était pas un. Il était prévu que Lewis les tuent et te sauve. Tout comme s'était prévu qu'il te soigne et qu'il "t'aime". Il sait faire semblant…vraiment dommage qu'il soit chez les Assassins…Il était prévu qu'il te remmène ici. Mais tu es venue de toi-même c'est encore mieux !

Chaque phrase la percuta. Non. Elle ne voulait pas y croire. C'était Elis, un Ombre et les Ombres mentaient ! Il ne disait pas la vérité ! Lewis ne lui aurait pas fait un coup pareil ! Pas ça !

-Alors oui Melley, tu t'es fait avoir. Je sais que tu es une romantique non ? Lewis s'est chargé de combler tes prières. J'espère que tu en as profité tout de même un peu.

Melley bouillait de colère, de peur, d'incompréhension. Elle n'y croyait pas. Mais, lorsqu'une autre silhouette arriva, blanche, qu'elle reconnut comme étant Lewis malgré la capuche qu'il avait mise, se plaçant à côté d'Elis sans broncher, son cœur éclata. La trahison remplaça le reste.
Elle le regarda, regarda l'Ombre, chercha à comprendre. Lewis avait un plan forcément ! Il le faisait exprès et bernait Elis pour l'aider !

Heureusement qu'elle portait la capuche, sinon ils auraient pu se délecter de voir son visage se déformer en grimace de douleur. Mais elle l'aimait ! Il ne pouvait pas ! Pas ça ! Tout ce qu'il lui avait dit, ce qu'il avait fait, n'était-ce que d'autres mensonges ? Il fallait qu'elle tue Elis. Il mentait.


-Maintenant que tout est clair, tu vas me suivre gentiment ma jolie. Ton destin t'attend depuis longtemps. Je suis patient, mais il y a des limites.

Elle ne bougea pas. Lewis allait faire quelque chose, il avait prévu quelque chose…elle l'aimait, ne voulait pas croire qu'il avait pu la trahir ainsi, ne voulait pas croire qu'il n'avait ne serait-ce que pu le faire !

-Non ? Bon. Si tu ne m'écoutes pas, c'est lui qui se prendra des coups.

Il agrippa vivement Lewis, l'attirant à lui.

-L'amour est ton point faible, tout comme la peur que tu as de moi…alors tu m'obéis et il n'arriverait rien de fâcheux à ton ami.

Elle ne bougea toujours pas. Et, d'un coup, Elis cogna Lewis. Melley hoqueta, ne supportant pas de voir Lewis se courber en deux, souffle coupé.

-Je peux continuer. Sinon tu enlèves tes armes et tu viens te mettre à genoux devant moi.

Il préparait à nouveau son poing, mais avec un poignard. Cette fois, il frapperait et ferait couler le sang. Et elle ne voulait pas. Baissant la tête, elle obéit difficilement, posant ses armes au sol, comme cinq jours avant. Puis, elle s'avança, lentement, et s'agenouilla tout aussi difficilement devant l'Ombre qui retira sa capuche.

Elle avait si peur. Il était trop proche. Elle frissonna lorsqu'Elis lui redressa la tête violemment pour qu'elle le regarde.


-J'aime tant voir la peur dans tes yeux…Crains-moi…meurs dans la crainte…

Elle tremblait de peur maintenant. Mais elle réussit à dire :

-Lâchez-le…j'obéirais…je vous suivrais…lâchez-le…

Elis rit une nouvelle fois. Il avait lâché Lewis et Melley ne le voyait pas. Elle ne voulait pas qu'il souffre. Elle ne voulait toujours pas croire que c'était prévu. Qu'il l'avait trahie. Elle n'y croyait pas. Mais pour le sauver, elle suivrait Elis et ferait face à son destin.

L'amour était son point faible. Et, par amour, elle était prête à mourir, faisant sombrer le Royaume. Par amour…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une taupe dans les rangs [pv Lewis]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une taupe dans les rangs [pv Lewis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» C'est l'heure de t'accueillir dans nos rangs jeune chat |Pv: Le Clan ^^
» Un emmerdeur dans les rangs des rebelles.
» "Dans nos rangs point de traitres;du sol soyons les seuls maitres."
» Event VII - Un Assassin dans les rangs !
» Une taupe parmi les taupes!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Jakar :: Régions :: Bois des assassins-
Sauter vers: