Le Royaume de Jakar

Assassin, Ombre, Artisan, Sage...Qui choisirez-vous pour mener à bien votre mission ? Sauvez le Royaume ou mettez le à feu et à sang !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Disparitions [RP soaric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kirara
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 30/04/2012
Age : 18

MessageSujet: Disparitions [RP soaric]   Sam 5 Mai - 15:54

« D’étranges disparitions ont été répertoriées à Lemioss, ainsi que des meurtres. Trouvez-en la raison. »

Kirara ressassait encore et encore les termes de la mission dans son esprit. Ils avaient dû partir le matin très tôt afin de se rendre là-bas. La ville était relativement éloignée du reste du royaume.
Elle regarda Soaric. C’était le maître Archer avec qui elle devait accomplir cette mission. Le premier qu’elle rencontrait depuis Derek...Il tourna la tête vers elle et elle se détourna, gênée.
Dur de faire semblant de regarder le paysage : il n’y avait pas grand-chose à voir si près du désert de ténèbres. Afin de reprendre contenance et de mettre fin à un silence qu’elle trouvait oppressant, elle désigna la cité.

- On arrive.

Ils ne tardèrent pas à l’atteindre. Ils franchirent les portes et se retrouvèrent dans les rues.
Ils n’eurent pas besoin de se parler pour se mettre d’accords : il leur fallait trouver un endroit où passer la nuit. Essayer d’enquêter à une telle heure ne leur servirait à rien.
Lemioss, deuxième ville portuaire du royaume était plutôt grande, constituée presque intégralement de petites maison en pierre clair. C’était une belle cité. Et pourtant...


- Soaric, Tu ne trouve pas ça bizarre qu’il n’y ait presque pas de lumière, que toute les maisons soit fermées et que les rues soit déserte alors que la nuit vient de tomber ?

Un silence accueilli sa déclaration. Ce genre de villes était plutôt active aussi bien la nuit que le jour, et ce genre de réaction étaient loin d’être courantes.

- Les disparitions n’ont pas pus inquiéter les gens à ce point là...Nous devons absolument trouver un endroit où il y a plus de monde...

Elle venait de murmurer plus pour elle-même qu’autre chose et elle ne prêta même pas attention à la réponse de Soaric.
Dans une petite rue à l’est de la ville, plutôt miteuse, ils trouvèrent une petite taverne ouverte. Dès qu’ils entrèrent, tous les regards se tournèrent instantanément sur eux. Ils n’eurent pas besoin de besoin de plus d’explication pour comprendre : ils n’étaient pas les bienvenues ici. Ils se dirigèrent vers le comptoir situé à l’extrémité de la pièce. Sans demander son avis à Soaric, elle interpella l’homme qui essuyait des verres.


- Deux bières.

Les deux chopes de liquide ambré furent vite servies et ils burent en silence quand l’archère se redressa, regarda le barman dans les yeux et lui demanda :


-Pourquoi y a-t-il aussi peu d’animation, le soir ?

-Vous êtes nouveau, vous, je me trompe ?

-Non, vous avez raison. Alors ?

-Vous n’avez pas entendu parler des disparitions ? Cela fait...aller, deux mois que quelques personnes disparaissais de temps en temps. Mais depuis quelques temps, il y en a de plus en plus, et des personnes qui ne serait jamais partis de leur plein gré.

-Et elles ont lieu la nuit ?

-Pas vraiment. On ne s’en rend compte que tard, alors impossible de mettre une heure précise. Mais pourquoi vous posez toutes ces questions, vous ?

La jeune fille grimaça et vérifia que son arc était bien caché. Elle ne savait pas si ces gens étaient hostiles ou quoi que ce soit d’autre ; mais ils étaient inquiets et prudents, alors autant faire profil bas.
Soaric la regarda dans les yeux et hocha légèrement la tête, ce qu’elle considéra comme une approbation (a quoi d’ailleurs ? Ils n’avaient pas échangés un mot...)


- Nous sommes de simples voyageurs qui viennent de la ville de Gürik. Nous ne voulons rien d’autre qu’un endroit où manger et dormir.
L’homme ne fut qu’a demi rassuré. Il les regarda tour à tour et leur demanda :

- Vous allez rester longtemps ?

L’archère haussa les épaules le plus naturellement qu’elle put.

- Je sais pas...Quelques jours, peut-être...Votre taverne fait auberge ?

Le barman fit signe que oui.


- Ok. On vous prend deux chambres.

Lorsque qu’ils partirent se coucher quelques minutes plus tard, Kirara se dit que décidément, ils avaient à faire le lendemain.
Elle s’endormit presque aussitôt.






Dernière édition par Kirara le Sam 5 Mai - 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 24
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Re: Disparitions [RP soaric]   Sam 5 Mai - 18:27

Soaric chevauchait tranquillement aux côtés de sa compagne de mission. Il avait eu une lettre, quelques jours plus tôt, lui ordonnant de venir le plus vite possible, rejoindre un "collègue" pour une mission. Il avait donc du quitté Lola, Logan et le petit Elyas pour partir. Et ils lui manquaient déjà…
Il avait donc rejoint le lieu du rendez-vous et on lui avait présenté une jeune Maître Archer du nom de Kirara.
Elle avait une longue tresse dans le dos et des yeux bleus-gris, la plupart du temps. Elle chevauchait à ses côtés et, lorsqu'il la regarda, elle détourna le regard.

Il sourit en coin. Il ne pensait pas impressionner les gens. Le paysage était monotone, dans cette contrée presque désertique. Sa compagne lui fît remarquer qu'ils approchaient de la ville.
En effet, Lemioss apparaissait à quelques mètres d'eux et ils ne tardèrent pas à y entrer, alors que la nuit arrivait.

D'un signe de tête, ils se mirent d'accord pour chercher un endroit ou dormir. Soaric observait la ville, à l'affût.

Tout était silencieux. Trop même. Ville portuaire, les navires arrivaient à toute heure et donc l'activité ne cessait pas au coucher du soleil. Mais là…les lumières étaient pratiquement toutes éteintes, les portes et les volets clos, personne dans les rues, hormis quelques rares gardes.

Kirara déclara :


- Soaric, Tu ne trouve pas ça bizarre qu’il n’y ait presque pas de lumière, que toute les maisons soit fermées et que les rues soit déserte alors que la nuit vient de tomber ?

Il ne répondit pas. Il écoutait, au cas où. Puis elle murmura, sans doute plus pour elle-même mais il l'entendit :

- Les disparitions n’ont pas pus inquiéter les gens à ce point là...Nous devons absolument trouver un endroit où il y a plus de monde...

Elle baissait la tête, aussi ne sut-il pas si elle comprit sa réponse :

-Si. Les choses inexpliquées effraient les gens.

Finalement, ils trouvèrent une auberge, pas très accueillante, à l'est de la cité, mais une des rares ou il y avait de la lumière et des bruits de voix. Ils entrèrent donc et furent accueillis par des regards méfiants et un silence pesant. Les ignorants, ils allèrent vers le comptoir ou Kirara commanda deux bières. Ce qui n'était pas pour déplaire à Soaric.

L'Archère commença à poser des questions au tavernier, qui répondit d'un ton qui en disait long sur son envie d'y répondre.
Il déclara tout de même :


-Vous n’avez pas entendu parler des disparitions ? Cela fait...aller, deux mois que quelques personnes disparaissais de temps en temps. Mais depuis quelques temps, il y en a de plus en plus, et des personnes qui ne serait jamais partis de leur plein gré.

Soaric fronça les sourcils tout en buvant une gorgée de bière. Le phénomène s'accélérait ? Kirara lui demanda même si c'était que la nuit.

-Pas vraiment. On ne s’en rend compte que tard, alors impossible de mettre une heure précise. Mais pourquoi vous posez toutes ces questions, vous ?

Il devenait trop curieux. Et l'ordre de mission était clair, rester le plus discret possible. C'est pour cela qu'ils avaient privilégié des Archers aux Assassins. L'Arc de Soaric était bien accroché, enroulé de tissu, se mêlant à son haut, personne ne le devinait.

Il fixa Kirara dans les yeux et acquiesça à sa question muette : lui dire quelque chose sans révéler de trop et surtout, mentir un peu.


- Nous sommes de simples voyageurs qui viennent de la ville de Gürik. Nous ne voulons rien d’autre qu’un endroit où manger et dormir.

Soaric sourit à l'homme pour le rassurer, même s'il n'était pas convaincu. Gürik. Soaric n'y avait jamais mis les pieds. Première ville portuaire, c'est tout ce qu'il savait…
Mais le tavernier reprit contenance et vit enfin qu'ils pouvaient lui faire gagner un peu d'argent, aussi voulut-il savoir s'ils comptaient rester.
Elle répondit quelques jours et prit deux chambres.


Ils finirent leurs boissons, les payèrent et montèrent directement. Une fois seul, Soaric se coucha mais ne dormit pas tout de suite…déjà, la famille revenait s'imposer à lui…et ensuite…Lola lui manquait déjà…
Cela lui fît bizarre de dormir à nouveau dans un lit une personne…

Le lendemain, lorsqu'il se réveilla, il lui fallut du temps avant de se souvenir ou il était. La mission…disparitions…meurtres…Kirara…Oui. Il se rappelait.

Il se leva donc, s'habilla de pied en cap et descendit en silence. Sa compagne le rejoindrait le moment venu.
La salle commune était presque déserte. Un client et le tavernier. Soaric s'installa à l'écart, dos au mur, de sorte à voir l'escalier et ne pas rater la jeune fille si jamais elle ne le voyait pas. Il commanda un petit-déjeuner.

Et, en attendant, il réfléchit. Il espérait que les Ombres ne soient pas derrière ce phénomène. Ce pouvait être n'importe quoi ! Un chef de bande qui vend des esclaves, un meurtrier en série qui kidnappe avant de tuer froidement…
Il y avait tant de fous…
Il ricana. Il en faisait partie. Avec cette sorte de "seconde" personnalité, il était aussi cinglé que les autres…Mais la rage était loin et il préférait ne pas y penser. Se concentrer sur la mission, pour rejoindre Lola le plus rapidement possible.
Son assiette arriva, il remercia le tavernier et, alors qu'il commençait à manger, un homme vint s'asseoir en face de lui. C'était le second client. Il se pencha, et Soaric put sentir les relents d'alcool…


-Hep ! murmura l'autre.

Soaric le regarda, attendant.

-J'ai entendu c'que vot'e copine à dit hier. Les disparitions et tout…

-Avez-vous quelque chose à rajouter ?

-Pour sûr. Mon meilleur ami a disparu y'a une semaine. Et pourtant, il bougeait jamais. Ché pas c'qui s'passe, mais méfiez-vous…

Soaric soupira. Il avait un instant espéré que l'autre lui révèle une information qui les mettrait sur la voie.

-Ben, j'vais t'dire mon gars…pour une fois…les Ombres n'ont rien à voir là-dedans…

Là, l'Archer fronça les sourcils.

-Comment sa ? Dites-moi ce que vous savez !

L'autre ria, but une gorgée, s'essuya la bouche d'un revers de main et conclut :

-Lemioss est une ville ou les bandes sévissent. Elles passent inaperçues avec les bateaux…et ils ont l'œil partout. Méfiez-vous…

Il se leva et héla le tavernier pour avoir une seconde bouteille. Soaric continua à manger. Les bandes foisonnaient…Faisait-il partie de l'une d'elle et les mettait en garde ? Pour que, si jamais, ils ne puissent pas dire qu'ils n'étaient pas prévenus ?
L'Archer comprenait de moins en moins. Il vit alors Kirara descendre et lui fît signe de venir. Elle s'exécuta et il attendit qu'elle soit elle aussi servie pour commencer :


-Bien dormi ?

Elle acquiesça simplement et il enchaîna, murmurant pour être sûr que personne ne l'entende, même s'il n'y avait presque personne :

-Le gars assis là-bas m'a parlé.

Elle le regarda du coin de l'œil et il continua :

-Il dit que les Ombres ne sont pas impliquées, mais une des bandes qui sillonne la ville. Et pour la trouver cela va être difficile. Ils nous épient déjà, j'en suis sûr. Il faut donc être encore plus prudent.

Il mangea une autre bouchée et conclut :

-Que proposes-tu ?

Ce devait être sa première mission sur le terrain. Autant la laisser se forger une expérience…Cela lui rappelait même son propre Maître, Lyme…Qu'avait-il dit, un jour ? A oui.

"L'on ne cesse jamais de progresser. Et l'on en apprends tous les jours."

Quelle phrase véridique ! Soaric lui devait énormément. Et il se demandait s'il était toujours le meilleur Archer du Royaume. Lyme le lui avait dit à l'époque, mais maintenant, était-ce toujours vrai ?
Bah…il s'en fichait un peu…il termina donc de manger, pendant que Kirara réfléchissait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirara
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 30/04/2012
Age : 18

MessageSujet: Re: Disparitions [RP soaric]   Dim 6 Mai - 14:55

Le lendemain, elle fut réveillée par la lumière du soleil qui s’infiltrait par la fenêtre. Elle se leva avec difficulté avant de se diriger vers l’escalier. Elle descendit dans la salle principale de la taverne, qui avait l’air nettement moins miteuse en plein jour. Il y avait un client dans un coin et, plus loin, Soaric. Il lui fit signe de venir, ce qu’elle fit.

- Bien dormi ?

Elle se contenta d’un hochement de tête pour lui répondre. Il enchaina immédiatement et lui murmura :

-Le gars assis là-bas m’a parlé.

Elle regarda l’homme. Pas très mince, le nez rouge, signe qu’il buvait, un air de marin...Rien d’exceptionnel dans cette ville.

- Il dit que les ombres ne sont pas impliquées, mais une des bandes qui sillonne la ville. Et pour la trouver, ça va être difficile. Ils nous épient déjà, j’en suis sûr. Il faut donc être encore plus prudent.

Les ombres n’étaient pas impliquées. C’était une bonne nouvelle. Une très bonne nouvelle. A Niox, tout près du territoire des ombres, on avait l’impression que les ombres allaient attaquer à tout moment, surtout à cause de la présence omniprésente de l’armée. C’était déjà un souci en moins.


- Que proposes-tu ?

- Si les ombres ne sont pas là, nous risquons moins de chose, même si le danger est toujours là.

Elle s’interrompit un instant, le regarda dans les yeux.

- On se sépare et on fait des recherche chacun de notre côté. On se retrouve dans deux heures ici.

Il opina avant de se lever. Ils sortirent et partirent chacun de leur côté.
Elle marcha quelques minutes dans les rues. Les gens étaient vraiment méfiants, comment interroger et obtenir des informations sans avoir l’air suspecte ?
Elle était persuadée qu’elle ferait choux blanc lorsqu’elle aperçu un homme en cape noir situé dans un coin. Il se dissimula dès qu’elle le vit. Elle n’avait pu l’apercevoir qu’une fraction de seconde et pourtant elle était persuadée qu’il faisait parti de la bande qui les observait et enlevait les gens.
Elle se rendit soudain compte de quelque chose.
Cette bande n’était pas apparue toute seule. Soit elle était là depuis un certains temps et commençait à peine à opérer, soit elle venait d’apparaitre. Mais dans un cas comme dans l’autre, un événement avait provoquée cette réaction !
Elle faillit sauter de joie, avant de se dire qu’elle devait rester discrète. Et leurs ennemis se douteraient qu’elle avait découvert quelque chose.
Elle vit un petit garçon qui jouait avec des petites figurines en bois dans un coin de la rue. Elle s’approcha et lui demanda :


- Dis moi, mon petit, que fait tu tout seul dans un endroit pareil ?

Il leva les yeux vers elle. Il ne devait pas avoir plus de six ans, avec de grands yeux noirs et des cheveux de la même couleur.

- J’n’aime pas jouer dans ma maison quand elle est vide.

- Mais, et tes parents ?

- Ma maman elle est pas revenue depuis longtemps, et mon papa il travail. Il est pêcheur ! Il dit que c’est des méchants qui ont pris maman, quand personne ne regardait. D’ailleurs, personne ne les voit jamais disparaitre, les gens.

Le petit se désintéressa d’elle avant de se tourner de nouveau vers ses jouets. Elle se leva, parcouru quelques rues...

...Quand elle sentit des mains l’empoigner, l’empêchant de crier et de bouger.


*Merde.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 24
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Re: Disparitions [RP soaric]   Dim 6 Mai - 16:48

- Si les ombres ne sont pas là, nous risquons moins de chose, même si le danger est toujours là.

Leurs regards se croisèrent un instant, instant ou elle sembla réfléchir à la suite. Et Soaric ne put s'empêcher de penser à Lola en voyant le bleu qui ressurgissait plus fortement que le gris dans le regard de Kirara.

- On se sépare et on fait des recherche chacun de notre côté. On se retrouve dans deux heures ici.

Il acquiesça. Oui c'était mieux. Et plus discret. Ils se levèrent donc et se séparèrent. Soaric la regarda s'éloigner, lorsqu'il vit le client de l'auberge sortir à son tour. Bizarre. Soaric, sans savoir pourquoi, décida de le suivre. Soaric se faufila partout, veillant à ne pas se faire remarquer. Heureusement, il s'était procuré une dague avant de venir. Elle lui sera plus utile que l'Arc ici, même s'il s'était juré de ne plus être propriétaire d'un couteau. En fait, il se dit que, pour cette mission, il allait falloir qu'il mette entre parenthèse les promesses. Rien que celle qu'il s'était fait de ne plus frapper d'être humains. Cela allait être difficile.

L'homme, titubant de moitié, s'arrêta dans une ruelle et parla à un grand homme vêtu de noir de la tête au pied. Pas un Ombre, non. Juste un homme qui voulait rester incognito.
La bande avait donc des indic. Et Soaric en avait croisé un. Qui lui avait parlé. Bizarre…

Il réfléchit. La bande était-elle ancienne ? Avait-elle migré d'une ville à ici ? Parce qu'il était peu probable qu'elle vienne d'être formée. Parce qu'elle ne serait pas aussi performante.

Le client s'éloigna. Et Soaric se mit à suivre l'autre. Qui était rapide et agile. Il faillit le perdre par deux fois. Il courut pour le rattraper et grimpa sur un toit. Il voulait voir ce qu'il allait faire.

Arrivant avant lui, il aperçut un enfant jouer avec des figurines et….Kirara ! Elle lui parlait et ne se doutait de rien. Lorsqu'elle se redressa, l'inconnu enserra sa gorge, lui mit un sac sur la tête et l'entraîna à sa suite sans qu'elle parvienne à crier ni à se défendre. Soaric prit son Arc et visa l'homme. Il tira.

La flèche se planta dans la cuisse de l'inconnu qui cria et lâcha Kirara, en retirant la flèche et regardant partout. Soaric descendit souplement, une nouvelle flèche encochée. Kirara avait retiré le sac de sa tête.

Mais, alors qu'il allait parler, Soaric vit un sourire narquois se dessiner sur le visage de son ennemi. Et, d'un coup, tout fût noir.

******

Soaric ouvrit lentement les yeux. Il ne savait pas ou il était et encore moins comment il était arrivé là. Il avait juste mal à la tête. Il se concentra et se souvint. Kirara…l'homme…le trou noir. On l'avait donc assommé.
Il se redressa lentement. Il avait les mains liées dans le dos. Chouette…
Il se trouvait dans une sorte de cave ou de…débarras. Cela lui rappelait trop de mauvais souvenirs. Des souvenirs qu'il voulait supprimer !
Tout était poussiéreux, les objets dispersés partout, et aucun fenêtre. La seule lumière venait d'une petite bougie. S'il pouvait se lever, il pourrait brûler la corde. Mais justement, il ne réussit pas à se lever. La corde était attachée au mur, l'en empêchant.

Et Kirara ? Ou était-elle ? Ils l'avaient sans doute emmenée aussi ! Il gigota, pour voir si ses poignets passaient entre le nœud. Il grimaça, serra les dents. La corde lui rongeait la chaire. Pas la peine de continuer.

Il entendit des bruits de voix. Légers, mais il les entendit. Il n'aimait pas cette situation. Ou était Kirara ???


-Tu les a attachés ?

-Oui. Chacun dans une cellule séparée.

-Bien.

Une réponse. Kirara était dans une autre "cellule". Et il devina qu'il se trouvait sans doute dans le repaire de la bande. Mais qu'allaient-ils faire d'eux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirara
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 30/04/2012
Age : 18

MessageSujet: Re: Disparitions [RP soaric]   Mar 8 Mai - 16:38

Puis elle sentit qu’on la lâchait. Elle entendit un couinement de la part de son assaillant, surement de douleur, puis elle sentit qu’on la lâchait. Elle retira le bout de tissu foncé qu’on lui avait enfoncé sur la tête. Elle regarda son ennemi à terre et vit une flèche planté dans sa jambe droite, un peu au dessus du genou. Elle relava la tête et aperçu Soaric, perché sur un toit, l’arc en main. Il regardait dans sa direction, ce qui ne faisait aucun doute : c’était lui qui avait tiré. De toute façon, il n’y avait pas beaucoup d’autre personne qui l’aurait aidé.
Soudain, une personne surgit de derrière lui, sans qu’il ne l’ait vu. Elle grimaça, essaya de lui faire comprendre qu’il était en danger...Trop tard. Soaric avait été assommé et celui qui l’avait attaqué le chargeait à présent sur son épaule. Elle ne put voir son visage, dissimulé par une épaisse cape noir. Décidément, ils accumulaient les ennuis. Elle se retourna afin de sortir de l’impasse dans lequel elle était ; il lui fallait aider Soaric ! Elle parcourut quelques mètres dans la sombre ruelle, avant de se faire intercepter par trois hommes. Semblable à celui qui l’avait attaqué et observé, et aussi à celui qui avait assommé son coéquipier. Elle s’empara de l’arc attaché à son dos, encocha une flèche.
Elle n’eut pas le temps de tirer ; une douleur à la tête la fit s’écrouler. Elle entrevit un énième homme, derrière elle. Ils étaient combien, bon sang ?
Elle sombra dans les ténèbres.
Combien de temps s’était écoulé depuis qu’elle était inconsciente ? Une journée, une heure, ou seulement quelques minutes ?
Elle s’était réveillée dans une sorte de...de...cave, il n’y avait pas vraiment d’autre mot pour décrire l’endroit où elle était enfermée. Cela ne semblait pas vraiment prévu pour enfermer les gens, ce qui n’en faisait pas non plus la chambre d’un hôtel cinq étoiles...La bande les avait capturé, aucune autre explication possible. Et puis qui leur en voudrait, à part eux ?
Elle fit un rapide compte-rendu : elle n’avait plus aucune arme sur elle, ni arc, ni flèche, ni même le poignard qu’elle gardait à sa ceinture par précaution. Soaric, lui, avait surement été emmené dans une autre cellule.
Pour l’instant, ses priorités étaient de retrouver ses armes et Soaric ; s’ils en avaient l’occasion, ils enquêteraient dans la base des ennemis, et seulement s’ils ne risquaient rien !
Elle s’approcha de la porte, tourna la poignée bien évidement fermée à clé. Elle regarda autour d’elle, cherchant un outil quelconque qui aurait pu l’aider. Rien. Elle finit par s’assoir, découragée. Devant elle il y avait une unique fenêtre protégée par des barreaux. Le soleil s’engouffrait avec difficulté dedans mais quelque chose attira immédiatement son attention. Un reflet sur un bout de métal. Elle s’approcha et vit deux petits bouts de fer, de la taille d’une pince à cheveux. Un sourire éclaira son visage. Elle n’avait que peu de chance mais pourtant, elle tenait son espoir de sortie !
Elle s’empara des deux bouts de métal et se dirigea vers la porte.
Après dix minutes à essayer de crocheter la serrure, la porte coulissa dans un grincement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 24
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Re: Disparitions [RP soaric]   Mar 8 Mai - 18:00

Soaric gigotait toujours. La corde s'étirait petit à petit. Il fermait les yeux et serrait les dents. Il sentait sa chaire s'ouvrir. Mais il devait se libérer ! Sinon, comment pourrait-il venir en aide à sa coéquipière ? Qui ne devait pas être loin. Il avait entendu des bruits de l'autre côté du mur. Des bruits si feutrés que cela ne pouvait pas être un membre de la bande. Il tira, joua des poignets, ferma les yeux…oui ! Enfin ! Il était libre !
Il regarda ses mains. Bravo ! Les poignets ouverts de tout leur long ! Bref…

Il se releva et marcha doucement. La bougie était tellement faible qu'elle n'émettait plus beaucoup de lumière. Il trouva la porte. Une lourde porte de fer bien fermée à clé. Il laissa ses yeux s'acclimater correctement et regarda autour de lui. Il y avait forcément un objet qui pourrait être utile ! Il y avait donc une caisse renversée, des piles de tonneaux, des couvertures…et…une barre en métal ! Il la prit. Elle était longue et assez lourde pour tuer si on frappait avec assez de forces. Juste ce qu'il lui fallait, étant donné l'absence de son Arc, de ses flèches et de son couteau. Il se remit à la porte et colla son oreille. Rien. Il n'y avait aucun bruit.

Jusqu'à ce qu'il entende un grincement. Une porte qui s'ouvrait lentement sans doute. Kirara ? Avait-elle réussi à se libérer ? Si c'était le cas, il était heureux pour elle. Si c'était pire…il ne voulait même pas y penser.
Il devait faire quelque chose pour ouvrir sa porte aussi. Il pouvait faire fondre la serrure ? Cela marcherait-il ? Qui ne tente rien n'a rien. Il prit la bougie et la mit-en-dessous de la serrure. Mais il n'y avait plus assez de feu. La serrure fuma sans plus. Alors qu'il désespérait, il vit, par terre, un bout de bois. Il le prit et le cassa en deux.

Souriant, il se dit que cette serrure serait facile à crocheter. Et il se trompa. Il mit bien cinq minutes à entendre le doux cliquetis des rouages qui s'ouvraient. Il sortit lentement, la barre de métal bien en main. Il lui fallait retrouver Kirara à présent. Il longea le couloir. Sale et poussiéreux. Il y avait des portes de tous côtés. C'était une bande organisée. Vraiment très organisée. Il colla l'oreille à chacune des portes. Et à chaque fois il entendait des gémissements et des prières. Fronçant les sourcils, il se dit que ce n'était pas possible. Ils enfermaient toutes leurs victimes ici ? Et ensuite ? Donc…Soaric et Kirara aurait subis la même chose qu'eux. Il fallait qu'il trouve une clé pour les libérer.

Mais il entendit un bruit de pas derrière lui. Il serra la barre de métal et se retourna vivement, prêt à frapper…

Lorsqu'il reconnut Kirara. Là, il soupira de soulagement et sourit en disant :


-Tu m'as fait peur !

Elle sourit aussi et il continua :

-Les prisonniers sont tous derrière les portes. Il faut les libérer. Mais aussi mener l'enquête.

Elle acquiesça gravement.

-Il faut donc retrouver nos armes. Et glaner des informations, avoir des noms et des objectifs.

Il se tut et la regarda. Elle n'était pas blessée. Tant mieux. Il ne l'aurait pas supporté. Il pensait tellement à Lola…
Elle était juste poussiéreuse à cause de sa visite dans la cellule. Comme lui sans doute. A part les poignets qui étaient ouverts.


-Cherchons un moyen de monter dans la cachette.

Elle le suivit et ensemble ils marchèrent à tâtons, surveillant leurs arrières. Et Soaric stoppa net en entendant des bruits de pas. Devant eux, mais aussi derrière.

-On va emmener les numéros trois et quatre aujourd'hui. Le bateau part dans une heure. Il faut qu'ils soient prêts. Disait une voix.

Une autre répondit :

-Comme vous le désirez. Et, les numéros dix et onze ? Ceux capturés aujourd'hui ?

Soaric sourit. Ainsi ils donnaient des numéros aux prisonniers. Et apparemment, lui et Kirara était le dix et onze.

-Rendez-les plus dociles. Ensuite nous pourrons les transférer à leur tour.

Soaric serra la barre à s'en blanchir les phalanges. Non…il ne voulait plus revivre cela, rendre docile.... Il ne se laisserait pas faire. Malheureusement, ils étaient cernés. Et les pas se rapprochaient. Il fallait agir.
Trop tard… un homme cria :


-Ils se sont sauvés !!!

Aussitôt, des bruits de course se firent entendre. Flûte. Pour l'enquête en toute discrétion c'était raté. Maintenant, il fallait courir se cacher. Entraînant Kirara à sa suite, il partit si vite que les autres réagirent trop tard. Poursuivis dans un lieu inconnu, Soaric ne tarda pas à se perdre. Mais il trouva une fosse. Il se colla contre la paroi, Kirara contre lui pour les dissimuler.
Maintenant, attendre que les autres passent pour repartir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirara
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 30/04/2012
Age : 18

MessageSujet: Re: Disparitions [RP soaric]   Dim 20 Mai - 18:22

Elle se retrouva dans un couloir noir et étroit, construit de pierre et qui semblait s’étendre jusqu’à l’infinie. Elle avança lentement à cause de l’obscurité, pas très rassurée. Elle restait en territoires ennemies, il ne fallait pas l’oublier, ni faire des expéditions Kamikazes qui ne serviraient à rien ! Elle continua petit à petit quand elle finit par apercevoir une silhouette plongée dans l’obscurité. Sa première réaction fut de se mettre en garde, malgré ses maigres compétences en combat rapproché. Elle n’avait aucune information sur la personne présente devant elle. Elle se rapprocha, elle vit la personne se retourner...Elle se détendit brutalement, rassurée par la personne placée devant elle. Soaric ! Il tenait une barre de métal et semblait rassuré de la voir.

« Tu m’as fait peur ! »


Elle lui sourit en retour. A elle aussi, il lui avait fait peur, mais pour l’instant elle l’avait retrouvé et c’était l’essentiel.

« Les prisonniers sont tous derrière les portes. Il faut les libérer. Mais aussi mener l’enquête.

Elle hocha la tête. L’affaire ne semblait plus aussi nébuleuse et malgré le fait qu’ils aient été emprisonnés et enlevé, ils avaient désormais plus de possibilité de découvrir le fin mot de l’histoire.

« Il faut donc retrouver nos armes. Et glaner des informations, avoir des noms et des objectifs. »

Elle ne répondit rien et commença à réfléchir. Vu l’humidité et l’obscurité qui régnait dans ses couloirs, ils ne pouvaient être que dans des souterrains. Remonter à la surface et trouver une salle d’arme où ils avaient une chance de retrouver leurs arcs. Leurs armes. L’essence même des archers.

« Cherchons un moyen de monter dans la cachette. »

Apparemment, il en était venu à la même conclusion qu’elle. Elle le suivit donc aussi silencieusement qu’elle le put. Ils commencèrent à monter à tâtons, surveillant étroitement leurs angles morts. Si jamais l’expédition échouait... Soudain, ils entendirent des bruits de pas devant et derrière eux. Puis une voix.


« On va emmener les numéros trois et quatre aujourd'hui. Le bateau part dans une heure. Il faut qu'ils soient prêts. »

Numéro trois et quatre. Elle n’aimait vraiment pas ça...Des numéros pour désigner des humains (que pouvait-il désigner autrement, de toute façon ?), cela ne laissait pas beaucoup de possibilité quand à l’identité des personnes qui se rapprochait d’eux. Une personne répondit alors.

« Comme vous le désirez. Et, les numéros dix et onze ? Ceux capturés aujourd'hui ? »

Des trafiquants d’esclaves, comme elle le soupçonnait. Mais pourquoi ? Pour qui ? Le premier semblait être le chef, d’après le ton qu’utilisait le deuxième. Cela ne leurs apportaient pas grand-chose, si ce n’est le fait qu’ils étaient les numéros dix et onze.


« Rendez-les plus dociles. Ensuite nous pourrons les transférer à leur tour. »

Elle haïssait cette expression ‘’rendre docile’’. Ils n’étaient pas des animaux ! Cela la faisait penser à son père, qui avait usé de cette expression sous l’effet de la colère.
Soaric ne semblait pas ravi non plus. Ils devaient partir, mais ils étaient cernés, les pas se rapprochaient...


« Ils se sont sauvés ! »

Aïe. Ils étaient repérés avaient attiré l’attention, la dernière chose qu’il fallait faire ! Soaric l’entraina avec lui, ils se mirent à courir puis ils se cachèrent dans une fosse. Ils attendirent de nombreuses minutes que leurs ennemis s’éloignent avant de sortir de leur cachette et de commencer à partir. Soaric lui fit signe de se taire et il continua de l’entraîner vers l’extérieur. En effet, de la fosse, on apercevait une fine lumière provenant d’un renfoncement dans le mur. Qui n’était autre qu’un couloir remontant doucement vers la surface. Elle se remit à respirer normalement quand ils arrivèrent dans un couloir désert et moins sombre, parsemé de quelques fenêtres. Elle regarda par l’une d’entre elle et ne vit qu’une immense étendue bleue. La mer. Etaient-ils sur une île ou simplement sur la cote ? Devant eux il y avait un certains nombres de portes, toute fermé. Elle se tourna vers son coéquipier et lui murmura :

« Ont essaie de voir si l’une des portes referme nos armes ou des informations. Quand on aura fini, on partira libérer les prisonniers. Pour l’instant, autant rester discret, on sera trop vite repéré. »

Son partenaire hocha la tête sans ajouter de commentaires et ils partirent vers la première porte. Elle écouta quelques secondes à la porte et devant l’absence totale de bruit, elle la poussa discrètement. Devant eux il y avait un bureau, vide. Soaric s’approcha du meuble et regarda les différentes feuilles éparpillées. Il fronça les sourcils et sans un mot, lui tendit les feuilles. Des noms, des numéros, des heures. Elle n’eu pas le temps de tout lire, a son plus grand regret, mais fourra les papiers dans sa poche avant de se diriger dans le couloir. Elle referma la porte et ils se dirigèrent vers la deuxième. Soaric l’ouvrit...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 24
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Re: Disparitions [RP soaric]   Dim 20 Mai - 19:25

[tu me dis si quelque chose te gêne !]

Les hommes passèrent vite et ne les remarquèrent pas. Alors il relâcha Kirara et lui fît signe de rester silencieuse lorsqu'elle voulut parler. Leurs ennemis n'étaient peut-être pas loin, et la pierre aurait rendu le son de sa voix sur des mètres, donnant leur position aux autres.
Il l'entraîna donc le long du tunnel ou souterrain, il ne savait pas trop, l'emmenant vers la lumière qu'il avait perçue plus tôt de la fosse.

Remontant toujours, presque essoufflé maintenant, Soaric fût ravi lorsqu'ils débouchèrent dans un couloir bien plus éclairé, bien plus luxueux aussi. Un tapis recouvrait le sol, rendant les bruits de leur pas inaudibles. De hautes fenêtres étaient disposées le long du mur, révélant une magnifique vue sur la mer. Ile ou simple baraquement en bordure de mer ?

Et, de l'autre côté, des portes. Beaucoup de portes.


-Ont essaie de voir si l’une des portes referme nos armes ou des informations. Quand on aura fini, on partira libérer les prisonniers. Pour l’instant, autant rester discret, on sera trop vite repéré.

Kirara avait raison. Il hocha la tête et la regarda écouter à la porte, vérifiant. Puis elle actionna la poignée et l'ouvrit. Il n'y avait qu'un simple bureau, vide. Tenant la barre de fer toujours en main, il s'approcha. Il était jonché de papiers. Il en prit certains, les parcourus du regard, fronçant les sourcils.
Dessus, il y avait un rapport complet des transferts. Des noms, avec leurs numéros, les heures d'embarquement, les "propriétaires", le lieu d'arrivée…
Dégoûté, il les tendit à Kirara pour qu'elle comprenne.


Il n'y avait rien d'autre dans le bureau, aussi se hâtèrent-ils de ressortir, sa coéquipière mettant les papiers dans sa poche.
Dans le couloir, rien n'avait bougé. Pourtant, Soaric s'attendait à voir surgir les hommes à tout instant. Il écouta, n'entendit rien, ouvrit la seconde porte.


Elle était plongée dans le noir. Serrant la barre entre ses mains, sentant la présence de Kirara à ses côtés, il resta immobile. Parce que ce que la lumière du couloir reflétait n'augurait rien de bon. Il voyait une table au centre, enfin un morceau, et des objets accrochés aux murs.

Il chercha une fenêtre, n'en trouva pas. Il avança dans la pièce, permettant à la lumière d'éclairer une bougie éteinte. Il la prit et, tant bien que mal, alluma la mèche.
Alors il regretta aussitôt de l'avoir fait.


Devant eux se dressait une table munie de quatre chaînes, à hauteur des poignets et chevilles. Le long des murs couraient toutes sortes d'outils, allant du fouet au couteau en passant pas d'autres choses qu'il ne connaissait pas. La salle de torture. Là ou ils rendaient leurs "numéros" plus "dociles". De l'autre côté se dressait une sorte de cheminée. Avec à côté une longue tige. S'approchant, il put lire ce qu'il y avait dessus : "esclave". Il serra les dents. Ils brûlaient les gens au fer rouge ! Comme lui. Machinalement, il porta la main à la sienne, reçue si longtemps auparavant, alors qu'il allait être pendu…

Il se tourna vers Kirara qui était horrifiée.

-Je n'ose même pas imaginer dans quel était ce trouvent ceux enfermés au sous-sol…

-Moi non plus.

La voix avait jailli. D'un même mouvement, ils se tournèrent. Un homme se tenait dans l'embrasure de la porte, les bras croisés. Lentement, il entra, refermant la porte, tournant la clé.
Soaric prit sa barre, prêt à s'en servir.


-Qui aurait cru que vous voudriez venir ici de votre plein gré mes jolis ?

Soairc ne comprenait pas mais se concentra.
L'autre s'approcha de Kirara.


-Tu es jolie…je te revendrai un gros prix je pense…

Et, alors qu'il semblait "l'examiner", Soaric leva le bras et abattit la barre de métal sur le crâne de l'homme. Et, au dernier moment, celui-ci se tourna, attrapa la barre, la tordit, entraînant le bras de l'Archer qui, sous peine de se faire casser le bras, dû lâcher son arme provisoire.

-Non, mon beau. Ici c'est moi qui gouverne.

Soaric était proche, mais ne voyait pas son visage, couvert par un tissu.

-Tu as l'air de vouloir te rebeller. Que vais-je faire…te rendre docile d'abord ? Ou ton amie en premier ?

Il pensait quoi là ?! Soaric pensait surtout à un moyen de le tuer ou de l'assommer pour sortir vite fait. Et à Lola. Il n'arrêtait pas de penser à elle. De lui envoyer toutes ses pensées.

-Je pense que vous allez faire la connaissance d'une amie très chère à mes yeux. Continua l'homme.

Il s'avança et prit une sorte de gant, terminé par cinq longues griffes recourbées. Il l'enfila et sourit.

-Voulez-vous une démonstration ?

Un morceau de bois traînait au sol. Il le prit et frappa avec le gant. Les griffes s'y engouffrèrent comme dans du beurre. Soaric déglutit et s'approcha de Kirara. Elle ne devait pas souffrir.
Il ferait tout pour prendre les coups à sa place. Tout…et toujours en pensant à Lola…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirara
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 30/04/2012
Age : 18

MessageSujet: Re: Disparitions [RP soaric]   Jeu 24 Mai - 20:45

Ils entrèrent dans une pièce entièrement plongée dans le noir. Après quelques tâtonnements hasardeux, Soaric trouva une bougie qu’il alluma, permettant ainsi de voir ce que contenait la pièce.
Elle fut immédiatement horrifiée par ce qu’elle vu. La salle étaient remplis d’instruments de tortures, tous plus abominables les uns que les autres. Des outils uniquement destinés à faire souffrir...Elle eu des frissons rien que d’y penser. A Lemioss, un vieil homme qu’elle avait souvent vu avait été torturé par les ombres. C’était un ancien guerrier et il avait toujours l’air de souffrir. Elle n’avait pas très envie de finir comme lui...


-Je n'ose même pas imaginer dans quel était ce trouvent ceux enfermés au sous-sol…

- Moi non plus.


Une voix avait jailli de derrière eux et ils se retournèrent en même temps. Un homme, plutôt corpulent et grand se tenait dans l’embrasure de la porte, le visage masqué par un large pan de tissu. Il entra, referma la porte derrière lui et ferma a clé avant de remettre celle-ci à sa ceinture.

-Qui aurait cru que vous voudriez venir ici de votre plein gré mes jolis ?


Ils avaient donc l’intention de les emmener ici dès le début...Kirara déglutit et des sueurs froides coulèrent le long de sa tempe. Elle n’aimait pas ça, mais pas du tout...L’homme se tourna vers elle.


-Tu es jolie…je te revendrai un gros prix je pense…

L’homme la regardait avec attention et elle commença à se sentir mal. Elle n’avait absolument pas envie d’être vendu, surtout pas en esclaves. Elle tenait à sa liberté ! L’anxiété commença peu à peu à la gagner quand Soaric tenta de s’en prendre à leur geôlier. L’homme attrapa la barre en métal qui servait d’arme à l’archer et il se tourna vers lui.

-Non, mon beau. Ici c'est moi qui gouverne.

Il se rapprocha encore de l’archer.

-Tu as l'air de vouloir te rebeller. Que vais-je faire…te rendre docile d'abord ? Ou ton amie en premier ?

Rendre docile ? Il voulait les torturer ? Le malaise qu’elle ressentait depuis qu’ils étaient entrés dans la pièce s’étendit alors dans tout son corps. Elle avait affreusement peur. Elle se sentait si impuissante...Elle commença à avoir du mal à respirer mais ne laissa rien paraitre. Elle perdait tous ses moyens quand elle avait trop peur. Il est vrai qu’elle s’était longtemps entrainée avec Derek à contrer cet handicap mais elle restait humaine...

-Je pense que vous allez faire la connaissance d'une amie très chère à mes yeux.

Il sortit d’un coffre une sorte de gants, terminé par cinq longues griffes recourbés. Il l’enfila et un immense sourire s’épanouit sur son visage.

-Voulez-vous une démonstration ?

Il ramassa un morceau de bois qui trainait au sol et planta ses griffes dedans. Elles s’y enfoncèrent comme dans du beurre. Soaric déglutit devant ce spectacle. Il semblait particulièrement crispé...
Kirara tenait à peine sur ses jambes. Son anxiété ne la quittait pas et elle se retrouvait complètement incapable d’agir. Elle se maudissait elle-même d’être si impuissante...


*Bouge, allez, bouge !*

L’homme s’avança vers lentement vers eux. Apparemment, il voulait prendre son temps. Était-ce si bien que ça pour eux, après tout ? Elle regarda les différents outils dispersés dans la pièce. Ils pourraient peut-être s’en servir comme armes, même si ça la répugnait. Mais il fallait déjà qu’elle arrive à bouger. Elle essaya de se détendre, de respirer un grand coup...L’homme avait pris Soaric pour cible. Celui-ci avait entre ses mains l’une des multiples barres en fer qui se tenait près de la cheminé. Peu à peu, la jeune fille retrouva sa liberté de mouvement. Elle ne réfléchit pas très longtemps et fila aider Soaric. Elle s’empara elle aussi d’une barre en métal et ils commencèrent à combattre. Les forces étaient inégales et l’arme de leur ennemie était bien trop puissance...Bientôt, il ne restât plus que les deux barres qu’ils tenaient entre leur mains. Les autres gisaient en morceaux par terre. Les griffes étaient décidément bien trop dangereuses !
Après une ultime tentative, Kirara se précipita vers l’homme, sa barre fut brisée en deux...Soaric le prit par derrière mais il réussit à éviter le coup au dernier moment. Cependant, le tissu qui recouvrait son visage tomba à terre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 24
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Re: Disparitions [RP soaric]   Jeu 24 Mai - 21:41

[tu me dis si cela te va !]

L'inconnu avançait lentement, la griffe bien en évidence. Et il approchait de lui. D'un côté, Soaric était ravi. Il ne voulait pas voir souffrir une femme. Plus jamais. Il ne l'avait que trop connu quelques mois auparavant.
Il agrippa une barre qui traînait devant le four ou cheminée, et se tint prêt. Les griffes ne pouvaient pas briser le métal si ?
L'homme était proche lorsque Kirara apparut à ses côtés, une barre dans les mains également. Elle tremblait tant elle avait peur. Il espéra qu'elle réussisse à garder son sang-froid suffisamment longtemps. La peur peut bloquer tout mouvement.

D'un commun accord, ils commencèrent à se battre, priant pour que leurs forces combinées terrassent l'inconnu…mais non. Les griffes coupaient les barres comme du papier et, bientôt, toutes furent brisées, hormis celles qu'ils avaient encore.
Dernière tentative de Kirara, qui vit sa barre tranchée nette. Soaric en profita pour contourner son adversaire, voulant l'assommer. Alors qu'il allait abattre son arme sur la nuque du type, celui-ci fît un pas de côté, évitant le coup. Et, dans le coup de vent crée, son masque tomba au sol, dévoilant son visage.

Un fin sourire étirait ses lèvres, son nez était droit, ses yeux en amandes étaient d'une couleur gris acier. Et il était strié de cicatrices, toutes plus horribles les unes que les autres. Peut-être testait-il ses instruments. Ou alors c'était l'épreuve du feu pour les nouveaux venus dans leur bande. Enfin, peu importe. Soaric comptait bien le tuer, ou l'assommer pour l'interroger.

L'homme ne fût pas déstabilisé assez longtemps, malheureusement. Il se retourna vivement et trancha la barre que l'Archer tenait en main. Mais pas au milieu.

Il sentit chaque griffe entrer dans la main, s'enfoncer, cherchant passage dans les nerfs, tendons, muscles et os. Il lâcha le reste de son arme et contempla sa main ensanglantée sous le ricanement de l'inconnu qui s'était mis à bonne distance, pouvant les surveiller tous les deux. Kirara avait un air apeuré sur le visage. Et lui tentait de ne pas crier.

Le sang coulait à flot, il n'avait plus de sensation dans la main gauche, hormis la douleur. Ses doigts ne voulaient même plus s'ouvrir ou se fermer. Ils restaient à moitié plier, c'était tout.

Il se doutait aussi que l'inconnu avait fait exprès. Parce que le coup aurait pu lui perforer la main, voire la trancher. Il voulait donc les garder un minimum en état…

D'ailleurs il prit la parole, nettoyant négligemment le sang qui jonchait les cinq griffes.


-Ne crains rien…ceci n'est que le tout début.

Son cœur battait à tout rompre. Il cherchait un moyen de sortir, de sauver Kirara, de lui dire d'aller chez Lola pour lui dire…si jamais il…
Il voulait la sauver. Et il tentait d'oublier la douleur qui irradiait de sa main pour se propager le long de son bras.

Sans qu'ils puissent réagir, l'homme agrippa la jeune femme au bras et l'entraîna contre un mur ou d'autres chaînes étaient suspendues. Pour les poignets. Donc…il y avait toujours un spectateur…La souffrance psychologique peut être bien plus dévastatrice que la douleur physique. Elle allait y assister. Comme lui avait failli assister au viol de Lola, consumé par la rage, impuissant ou trop puissant justement. Il ne voulait pas qu'elle voie cela.
Alors qu'il l'attachait malgré ses tentatives pour se libérer, Soaric s'approcha et lui sauta au cou. Tant pis pour la douleur, mais ses doigts n'obéissaient plus. Avec son bras droit, il encercla le cou de l'homme. Ils tombèrent lourdement au sol, Soaric écrasé par l'autre qui se débattait.


-Alors…tu crois…me battre…Avec une main ? S'époumona-t-il en se dégageant brusquement.

Soaric ne répondit rien. Il ne fallait pas entrer dans son jeu. Se relevant avant que l'autre ne puisse faire quoique ce soit, il se remit en place. Mais il n'avait pas tort. Avec une seule main, cela devenait difficile. Heureusement qu'il n'était pas gaucher. Tranquillement, il finit d'attacher Kirara, retira la griffe qu'il rangea, puis se rapprocha de lui.

-J'aime beaucoup voir les regards des spectateurs. C'est même plus jouissif que celui du torturé…

Un malade. Rien d'autre. Un fou à lier. Soaric commençait à paniquer. Il ne trouvait pas d'issue et l'autre ripostait à chacune de leur attaque.
Et il le fît exprès encore une fois. Il l'attrapa au bras gauche, réveillant la douleur qui s'était quelque peu atténuée, et le jeta sur la table. La il attacha chevilles et poignets solidement. Et Soaric s'était laissé faire. Il ne savait pas comment contrer. Il ne savait pas comment s'en sortir. Il voulait dire quelque chose à Kirara encore. Lui dire pour Lola. Si jamais il ne revenait pas de la mission, qu'elle le lui dise. Qu'elle abrège son attente. Qu'elle lui permette de faire le deuil et de revivre.
Mais comment ? Expliquer, l'orienter…et il ne voulait pas que l'homme l'entende. Cela pouvait lui donner de drôles d'idées…

Alors, à la place, il dit :


-Ferme les yeux. Pense à autre chose. Ne t'en fais pas.

Il la regarda sans ciller, lui transmettant la force de le faire. Il connaissait la torture. Pas aussi violente, certes, mais il ne comptait plus.

L'homme se pencha au-dessus de lui et, d'un coup sec, arracha sa chemise, le mettant torse nu. Puis il se mit devant son visage et murmura :


-C'est touchant. Mais même lorsque l'on ne veut pas voir, on voit. Au fait, je me nomme Theran. J'aime bien que mes victimes connaissent mon nom. Pour l'emmener en enfer…Parce que je doute que je puisse te vendre. Tu as l'air de supporter la douleur. Donc la docilité, tu connais pas. Alors je vais m'amuser.

Il sourit et termina, lugubre :

-Et ton amie va tout voir. Ta souffrance comme ton agonie. Comme sa, elle sera tellement détruite que je pourrais la vendre tranquillement. Je ne voudrais pas abîmer son joli minois…

Soaric avait gravé chaque mot. Et tenta de ne pas montrer sa peur. Il regarda Kirara, qui était pâle comme la mort. Il fallait qu'il le lui dise. Mais comment ? D'une manière sous-entendue oui…
Alors que Theran s'affairait plus loin, ne les quittant tout de même pas des yeux, il lui dit, assez bas pour qu'elle puisse entendre mais pas leur geôlier :


-Si jamais…je meurs et que tu parviens à t'échapper…va au Sud d'Asperance. Suis la rivière. Lors d'une courbe, tu trouveras une sorte de prairie bordée de forêt. Il y a une maison là-bas. C'est la mienne. Tu y trouveras une femme, Lola. Et deux enfants. Dis leur…annonce-leur la nouvelle…si jamais. Pour qu'elle ne m'attende plus…

Sa voix s'était brisée et il l'implorait du regard. Avant de mourir, il ferait tout pour lui permettre de se sauver. Qu'elle puisse vivre. Il n'accepterait pas d'avoir une nouvelle mort à rajouter sur sa liste.
Theran revint, sifflotant. En main, il avait des charbons qu'il tenait avec des gants spéciaux. Des charbons brûlants.


-On va commencer en douceur…

Sa main lui fît mal alors qu'il voulait serrer le poing. Il ferma les yeux et serra les dents alors que le premier charbon se posait sur sa peau, brûlant la chaire, le faisant transpirer, irradiant des ondes de souffrances brutes. Il les posa tous puis retira le gant et agrippa autre chose. Un fouet au manche de bois à six lanières de cuir. Et au vu de leur état, il aimait s'en servir.
Les charbons brûlaient moins déjà, la peau s'était habituée, mais les coups portés en plus dessus le firent gémir.

Il ne voulait pas mourir ainsi. Il ne voulait pas sans être sûr que Kirara puisse s'échapper. Et il ne fallait pas qu'elle regarde. Ses doigts étaient gourds, son torse brûlant…Au moins Lola ne verrait pas son état…il sentit les larmes venir en pensant à elle, mais les retint. Cela lui ferait trop plaisir, à l'autre cinglé.

Alors il serra les dents et continua à réfléchir, tentant d'oublier qu'il était torturé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirara
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 30/04/2012
Age : 18

MessageSujet: Re: Disparitions [RP soaric]   Jeu 7 Juin - 9:45

C’était un cauchemar. Comment aurait-elle put appeler autrement la scène qui se déroulait actuellement sous ses yeux ?
Lorsque la capuche de l’homme était tombée, ils avaient enfin pu voir son visage. Un nez droit, des yeux gris et surtout...des cicatrices. Énormément de cicatrices, partout sur son visage. Il s’était retourné vivement et avait enfoncé ses griffes dans la main de Soaric. Elle s’était retenue de hurler ; elle ne devait pas être faible. Pas maintenant !


-Ne crains rien…ceci n'est que le tout début.

Il avait prononcé ses paroles en voyant le regard de Soaric. Il s’était mis à nettoyer le sang qui coulait sur ses lames. Il l’avait pris et de force attaché au mur par des chaine qui lui tenait les poignets. Elle ne pouvait plus rien faire...Les chaînes étaient attachée tellement haute qu’elle devait garder les bras tendu ! Alors qu’elle tentait de se libérer, Soaric sauta au cou de leur ennemi, essayant de l’étrangler. Ils roulèrent au sol.

-Alors…tu crois…me battre…Avec une main ?

Soaric n’avait que peu de chance de le battre. Ils étaient archer, pas guerrier ! Et en plus, avec une seule main...Il finit de l’attacher.

-J'aime beaucoup voir les regards des spectateurs. C'est même plus jouissif que celui du torturé…


Etrangement, elle n’avait pas peur. Enfin, presque pas. Pourtant, elle savait qu’ils ne s’en sortiraient pas indemne. Ni l’un, ni l’autre. L’homme empoigna l’archer, l’attacha à la table et celui-ci se laissa faire. S’était comme ça que tout se terminerai ? En finissant esclave à cause d’une mission qui avait mal tournée ?


-Ferme les yeux. Pense à autre chose. Ne t'en fais pas.

Soaric venait de s’adresser à elle, et il la regardait dans les yeux. Il essayait de la rassurer, sans doute...L’homme revint, arracha la chemise de Soaric. La jeune fille ne put s’empêcher de rougir, malgré la gravitée de la situation.

-C'est touchant. Mais même lorsque l'on ne veut pas voir, on voit. Au fait, je me nomme Theran. J'aime bien que mes victimes connaissent mon nom. Pour l'emmener en enfer…Parce que je doute que je puisse te vendre. Tu as l'air de supporter la douleur. Donc la docilité, tu connais pas. Alors je vais m'amuser.

‘’Tu as l’air de supporter la douleur’’. Soaric avait-il déjà été torturé ? Après tout, elle ne connaissait rien du passé de son coéquipier...

-Et ton amie va tout voir. Ta souffrance comme ton agonie. Comme sa, elle sera tellement détruite que je pourrais la vendre tranquillement. Je ne voudrais pas abîmer son joli minois…


Elle n’aurait donc pas droit à la torture, du moins physique. Parfois, le sexisme servait à quelque chose...Mais pourrait-elle supporter de voir l’archer se tordre de douleur devant elle ? Elle le devait. Il le fallait ! Soaric la regardait et lorsque Theran s’éloigna, il lui dit :


-Si jamais…je meurs et que tu parviens à t'échapper…va au Sud d'Asperance. Suis la rivière. Lors d'une courbe, tu trouveras une sorte de prairie bordée de forêt. Il y a une maison là-bas. C'est la mienne. Tu y trouveras une femme, Lola. Et deux enfants. Dis leur…annonce-leur la nouvelle…si jamais. Pour qu'elle ne m'attende plus…


Il était marié et avait deux enfants. Il était marié et il allait être tué par un fou sanguinaire ! C’était inadmissible...Elle fit, non loin de ses pieds, l’une des barres de métal cassée en deux. Elle était inutilisable à main nu mais le bout cassé était pointu. Très pointu. Theran revenait, des gants et des charbons en main. Des charbons qu’il comptait surement mettre sur Soaric...Elle blêmit.
Il posa les charbons sur lui puis s’empara d’un fouet en cuir. Il commença à le fouetter. Elle inspira profondément et voyant Theran occupé elle agrippa la barre de métal, avec le pied gauche. Son maitre lui avait enseigné pas mal de chose, notamment à envoyer des objets à distance, autrement qu’avec un arc et des flèches. Elle s’en était toujours étonnée. Pour elle, envoyer des poignards avec les orteils manquait cruellement d’intérêt. Pourtant, aujourd’hui, cela lui sauverait peut-être la vie. Elle prit une grande inspiration, leva sa jambe gauche, toujours en possession de la barre de métal et la lança. Elle se planta dans l’épaule de l’homme occupé à fouetter Soaric. Il en hurla de douleur et se tourna vers elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 24
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Re: Disparitions [RP soaric]   Jeu 7 Juin - 19:59

Il s'amusait. Franchement, il jubilait. Theran. Soaric oubliait la douleur. Il la mettait de côté, laissant l'autre jouir comme il le voulait. Il cherchait un moyen de sauver Kirara, pour qu'elle puisse vivre. S'il y arriverait, il suivrait, mais si jamais, il voulait être sûr qu'elle ait toutes les chances de son côté.
Le fouet continuait ses allées-venues sur son corps, le transperçant à chaque coup. Les charbons n'étaient plus chauds et il ne les sentait plus. Tout comme sa main. Il essayait de plier les doigts, de les déplier, pour qu'il puisse se battre, ou au moins tenir son Arc…mais il n'y arrivait plus. Elle ne répondait plus aux injonctions de son cerveau.

Un cri de douleur se fît entendre et le fît revenir à la dure réalité. Il eut peur que ce soit sa coéquipière, mais en la voyant, toujours attachée, indemne mais déterminée, il reporta son regard sur Theran. Il avait une moitié de barre de métal enfoncée dans l'épaule. Lâchant son arme de torture, il se tourna vers Kirara qui le défia du regard. Soaric se débattit comme un diable.


-Pour qui te prends-tu ?

Il gifla Kirara avec sa main libre, l'autre serrée sur sa blessure.
Soaric hurla :


-Lâche-là !

D'un coup sec, accompagné d'un cri, Theran arracha la barre de son épaule et entreprit de détacher l'Archère. Il fallait maintenant, l'assommer. Ainsi elle pourrait le détacher lui et ils s'enfuiraient, laissant leur geôlier à leur place.
Et il n'eut pas à réfléchir longtemps. Le sang s'écoulait bien trop vite de sa plaie et Theran n'eut rapidement plus assez de force pour agripper Kirara et la maintenir. Elle l'assomma comme il se devait et le libéra.


-Merci. Je n'aurais pas su quoi faire.

Il sourit légèrement, tout en grimaçant lorsqu'il redressa le buste. Il avait oublié les charbons qui tombèrent au sol. Se relevant, il essuya son ventre, prit un couteau et s'approcha de Theran.

-Tourne le regard.

Il n'allait pas non plus la forcer à assister à la mise à mort. Parce qu'il ne comptait pas le laisser vivre. Pas pour qu'il donne l'alerte ou se mette à les suivre. En fait, il s'immobilisa quelques instants, le couteau à deux centimètres de la gorge. Avait-il agit de la même façon avec la famille, quatre mois avant ? Avait-il donné la mort aussi simplement ? Non. Parce qu'il n'était pas lui à ce moment. Là, il voyait la lame, voyait le corps et voyait la suite.
Avec la famille, il n'avait pas vu la lame, n'avait pas vu l'affrontement, rien. Il n'avait pas été lui. Mais l'autre Soaric. Celui que Lola ne voulait plus jamais voir et qu'il avait fait ressurgir, sans réussir à le stopper. Cela avait failli tout ruiner.
Secouant la tête, il chassa ses pensées. C'était du passé. S'en rappeler pour éviter de refaire les mêmes horreurs, oui. S'en rappeler pour perdre du temps, non.

D'un coup sec, vif, précis, il trancha la gorge de Theran et entreprit de le fouiller. Sa main gauche n'était plus qu'un tas de chaire sanguinolente. Même Lola ne réussirait pas à la lui réparer, et le temps qu'il la retrouve, ce serait de toute manière trop tard. Alors autant s'habituer à tout faire d'une seule main dès maintenant…

Il prit une lettre soigneusement pliée dans la poche intérieure de Theran, l'ouvrit du mieux qu'il put en se relevant et la lut rapidement avant de la tendre à Kirara.

Elle disait qu'un rendez-vous était fixé le soir même pour transférer des prisonniers. Au port. A minuit.

Se tournant vers Kirara, il lui dit :


-Je pense que nous allons nous inviter au rendez-vous.

Elle écarquilla les yeux et il expliqua :

-Nous allons les espionner. Si nous le pouvons, nous emmènerons des soldats. Et dès qu'ils sont tous là, on les encercle. La Garde pourra les emmener pour les interroger ou les tuer sur place pour ceux qui résistent. Cela allègera la mission. Nous verrons peut-être plus clair ensuite.

Il la laissa analyser son idée tout en reprenant son couteau. Comment allait-il faire, pour tirer à l'Arc ?
Allant vers la porte, il lui dit :


-Viens. On ne doit pas rester. Il faut nos Arcs puis sortir et se reposer pour ce soir.

Il sortit, silencieux et attendit qu'elle soit derrière pour avancer. Le couloir était toujours désert, à croire qu'il n'y avait pas âme qui vive. Ils entrèrent dans la prochaine pièce. Une réserve. Et, au centre, leurs armes. La chance !

Kirara se saisit rapidement de son Arc et il fît de même. Il le mit en bandoulière, tout comme son carquois et garda sa dague en main, mettant l'autre couteau dans sa ceinture.


-Garde ton Arc prêt. Je doute pouvoir tirer.

Il lui montra sa main pour qu'elle saisisse le pourquoi. Et Lyme qui avait fait de lui le meilleur Archer du Royaume, ou presque, et voilà qu'il ne pouvait plus…

Ressortant, ils longèrent les couloirs, montèrent des escaliers, évitèrent des gardes. Il était toujours torse nu. Il ne s'en était rendu compte qu'en mettant son Arc autour de ses épaules, sentant la corde lui manger la peau et le bois frais sur son dos. Il priait donc pour ne rencontrer personne. Un homme torse nu, zébré de coups de fouets, des marques de brûlures, une main perforée, attirait l'attention. Tout comme une jeune femme, Arc bandé, le suivant.

Ils trouvèrent enfin, après des heures de course effrénée, une porte donnant sur une ruelle. Ils sortirent, se cachèrent plus loin et là, il soupira. Ils avaient réussis à sortir.

Il sourit et lui dit :


-Tu n'as rien ?

Peut-être avait-elle eu des coups aussi. A part la gifle. Peut-être avait-elle mal quelque part ?
Il attendrait qu'elle réponde, puis ils iraient se reposer à l'auberge. Ensuite, ils avertiraient le Gouverneur, quémanderait quelques Gardes, Guerriers, et, à minuit, ils seraient prêts. Peut-être termineraient-ils la mission. Et alors, il pourrait retrouver Lola. Cela faisait déjà presque deux mois qu'il en était séparé. Il dirait alors à Kirara de passer les voir dès qu'elle serait de passage. Il n'oubliait jamais ceux qui lui venaient en aide.
Mais tout ceci était de l'avenir. Il fallait rester concentré sur le présent, pour qu'il se réalise…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirara
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 30/04/2012
Age : 18

MessageSujet: Re: Disparitions [RP soaric]   Lun 27 Aoû - 9:58

Aussi tendu que son arc qu’elle avait bandé, Kirara suivait Soaric dans le dédale de couloir. Tous ses sens étaient en éveil et elle était prête à tirer sa flèche à la première occasion. C’était son coéquipier qui lui avait dit d’en garder une prête. Soaric avait la main en lambeau. Pourrait-il réutiliser son arc un jour ? Son cœur se serra à cette idée. Si jamais cela lui était arrivé à elle, comment aurait-elle réagi ? Au détour d’un couloir elle aperçut une porte d’où filtrait une lumière qui ne pouvait être que celle du soleil...
Ils se retrouvèrent dans une petite ruelle de la ville et elle soupira de soulagement en revoyant le ciel.

« Tu n’as rien ? »

Il avait l’air de vraiment s’inquiéter pour elle. Elle lui sourit.

« Oui, je n’ai rien, mais c’est surtout pour toi qu’on devrait s’inquiéter. »


Il ne répondit rien mais il avait très bien compris de quoi elle parlait. Sans dire un mot, ils se dirigèrent vers l’auberge où chacun rejoignit sa chambre, toujours dans le silence. Ni l’un ni l’autre n’avait envi de parler de ce qu’ils avaient vécu là-bas. Elle s’effondra sur son lit mais fut complètement incapable de trouver le sommeil. La journée avait été très mouvementée, trop mouvementé. Et peu à peu, ses pensées dérivèrent vers Soaric. Sa main avait été littéralement réduite en lambeau, elle en avait presque mal pour lui. Qui sait s’il pourrait réutiliser son arc un jour ? Mais quel était le futur d’un archer sans son arc ?! Elle finit malgré tout par s’endormir, après de longues heures à ressasser les souvenirs. Il ne fallait pas qu’elle y pense trop. Pour l’instant, le plus important était d’aller voir le gouverneur afin de mettre fin aux évènements de la ville. Ce fut d’ailleurs sa première pensée le lendemain matin, et elle descendit dans la salle principale de la taverne. Comme la dernière fois, il n’y avait que peu de client et aucun d’eux ne semblait se douter de l’évènement qui s’était produit plus tôt. Elle s’assit à une table et attendit que Soaric se lève. Elle n’eu pas à attendre longtemps, il descendit au bout de quelques minutes, un épais bandage autour de la main. Elle grimaça puis se reprit et sans dire un mot, elle se leva. Il avait très bien compris, ils sortirent de la taverne et se dirigèrent vers le palais du gouverneur, toujours sans bruit. Ils n’avaient pas vraiment besoins de parler. Kirara serra les dents en voyant le bâtiment s’agrandir au fur et à mesure qu’ils s’en approchaient.

« Ils vont voir, pensa-t-elle, ils vont voir ce qu’on vaut. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soaric
Maître Archer, loyal
Maître Archer, loyal
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 24
Localisation : La ou est celle que j'aime....

MessageSujet: Re: Disparitions [RP soaric]   Lun 27 Aoû - 11:35

[voilà ! donc maintenant toi tu peux faire la suite avec l'arrestation des meuchants !! et nous pourrons boucler le rp et la mission !!]

Kirara sourit avant de lui répondre :

- Oui, je n’ai rien, mais c’est surtout pour toi qu’on devrait s’inquiéter.

Il ne dit rien et regarda sa main gauche. Des bouts de peau se détachaient, le sang coulait de chaque trou causé par la griffe, et la douleur était intenable, mais il ne disait rien et restait neutre. Il regarda devant lui, et emmena sa coéquipière à l'auberge ou ils rejoignirent leurs chambres respectives en silence. Ils devaient se lever tôt le lendemain pour aller voir le Gouverneur et ensuite aller au rendez-vous des gangs.

Seul dans la pièce, il se mordit la lèvre, laissant la douleur le submerger un peu. Personne ne pouvait le voir. Il regarda encore sa main, tremblant. Que dirait Lola ? Il la dégoûterait. Il n'oserait même plus la toucher…
Allant vers la pièce salle de bains à côtés, il chercha une sorte de désinfectant et du bandage. Il ne voulait pas empirer la blessure et souhaitait tout de même garder sa main, même avec des trous ou autres dedans.

Fermant les yeux, serrant les dents, il aspergea sa main du liquide qui brûla immédiatement, se propageant dans son corps. Il en avait les larmes aux yeux et se mordait si fort la lèvre qu'il sentit le sang envahir sa bouche. Rouvrant les yeux, il regarda sa main. Trempée, en sang, mais il voyait le produit faire son petit effet. Alors, pour être sûr, il s'en aspergea une seconde fois. Moins douloureux mais même. Ensuite, il posa le flacon et enroula sa main dans le bandage, serrant juste ce qu'il fallait.
Retournant dans la chambre, il s'affala sur le lit, mais ne put s'endormir complètement. La douleur le maintenait éveillé et il n'arrêtait pas de penser à Lola…

Il ouvrit les yeux, aveuglé par le soleil qui entrait dans la pièce. Se redressant, il mit un certain temps à se souvenir ou il était. Mais lorsqu'il vit sa main, il ricana. Le bandage était plus rouge que blanc à présent et la douleur était atroce.
Se levant doucement, il changea le bandage, remit une couche de désinfectant qui brûlait, signe qu'il tuait les microbes, et descendit pour chercher sa coéquipière. Ils devaient aller rapidement chez le gouverneur avant de manquer le rendez-vous.

Il la vit, près d'une table, et vit nettement sa grimace en voyant le bandage. Ce n'était pas très beau, il devait l'avouer. Mais il ne dit rien et la suivit lorsqu'elle se leva et se dirigea vers la porte. Dehors, ils accélérèrent la cadence, le Palais s'agrandissant au fur et à mesure. Ils n'eurent aucun mal à voir le Gouverneur, puisqu'il savait qu'ils accomplissaient la mission.


-Alors ?

Le Gouverneur, assis derrière son bureau, les regardait attentivement, inquiet. Il n'avait rien dit sur la blessure de Soaric, heureusement.

-Ils ont un rendez-vous aujourd'hui. Un rendez-vous ou ils feront un échange de prisonniers. Au port.

Le Gouverneur hocha la tête.

-J'enverrais des hommes les arrêter.

-Gouverneur…je pense qu'il serait plus prudent de dissimuler les hommes pour les prendre par surprise. Au moins, il y aura très peu de fuyards.

Le Gouverneur sembla réfléchir puis annonça en se levant :

-Soit. Je les posterais dans les ruelles et sur les toits, pour couper toute retraite au brigand. Et vous ?

-Nous vous accompagnerons.

Il hocha la tête une nouvelle fois et les congédia, leur donnant un point de rendez-vous et envoyant un messager prévenir les gardes.
Dehors, Soaric dit à Kirara :


-Nous ne pourrons pas faire grand-chose à part couvrir les soldats du Gouverneur avec nos flèches. Enfin…les tiennes surtout. J'essaierais, mais pas sûr de réussir à viser correctement…

Il sourit en coin et l'entraîna là ou ils devaient se rendre. Le port était immense, des navires étaient amarrés, attendant l'ordre de départ, des hommes transportaient les marchandises à quai, des enfants jouaient. Et là, au fond du dock, l'homme au masque. Soaric le montra du doigt à Kirara, ainsi que les soldats du Gouverneur qui arrivaient. Maintenant, il fallait attendre que tous les bandits soient réunis pour les attraper d'un coup…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Disparitions [RP soaric]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Disparitions [RP soaric]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Disparition des statistiques
» Le triangle des bermudes
» Une disparition... [ le Clan ]
» [Continent Nord] Disparitions
» Téla tépula : disparitions d'images

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Jakar :: Villes :: Lemioss-
Sauter vers: