Le Royaume de Jakar

Assassin, Ombre, Artisan, Sage...Qui choisirez-vous pour mener à bien votre mission ? Sauvez le Royaume ou mettez le à feu et à sang !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nouvelle histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Nouvelle histoire   Dim 26 Fév - 11:50

Eghir se leva et s'approcha de la fenêtre. Le soleil inondait toute la vile, remplie de bruits des marchands, des enfants qui couraient partout. Le vie était de retour après un bien dur hiver. Les esclaves étaient acceptés, depuis 4 mois il menait la ville d'une main de fer, et les activité fleurissaient. Les marchands arrivaient d'un peu partout, surtout attirés par la main d'oeuvre, mais le fait était que la ville, gagnait maintenant en maisons. Au-delà des remparts se construisaient des petites maisons de chaumes, attirées par l'effervescence de la ville. Aujourd'hui c'était bien visible. Les rues semblaient bien étroites pour accéder au marché, malgré les travaux qu'avait entrepris Maedren.
Le gouverneur sourit. Oui cette ville s'élevait, grâce à son fonctionnement unique. Et les habitants, après s'être rendus compte de certains avantages à être esclaves avaient cessés de critiquer, même si au fond Maedren savait qu'ils regrettaient leur vie d'antant.
Vivre dans une cage en or.... C'était le quotidien de nombres d'esclaves, et certains demandaient à retourner à la rue, préférant êter pauvre plutôt que privé de leur libre arbitre. Car c'était lui, Eghir Maedren, l'arbitre.

Sortant de son Bureau, el Gouverneur, parti d'un pas maître vers les esclaves qui l'attendait. C'était le jour des bilans. IL s'entretint avec tous, afin de savoir s'ils étaient bien traités, s'ils faisaient correctement leur travail et s'ils avaient des informations.
Une femme, peau bronzée, qui était chargée de rénover une façade d'un manoir, malgrés le froid du mois de mars, lui annonça qu'une petite troupe de spectacle était arrivée dans la ville. Personne ne les avait encore vu, mais ils résidaient à l'auberge Du Bon sommeil, juste à côté de la maison où elle travaillait. Eghir fut surpris, puis un grand sourire étira son visage. Les visiteurs étaient rares, et il voulait être sur de leur fiabilité, et leur souhaiter la bienvenue.
Il remercia son informatrice, lui promis une prime, puis la congédia. C'était son jour de congés pour elle, alors aucune raison de la gâcher.

Le gouverneur, demanda à un valet qui passait par là d'aller chercher ces visiteurs. Il les invitait à un diner, le soir même. Le rendez-vous était fixé dans la cour arrière (cour pavée, avec des massifs de fleurs,et un grand bassin avec des poissons multicolores) à 6h de l'après-midi.
Il espérait qu'ils viendraient tous, ou au moins le conteur, car c'était ce qui lui importait le plus. Les nouvelles du Monde.

Maedren continua ses entrevues, d'humeur plus légère, et fit tout ce qu'il avait à faire, décalant ses rendez-vous, invitant quelques personnes éminentes de la Cité pour le diner. Il était curieux, et espérait qu'ils seraient bons.




[ça te va comme début ? Si faut rectifier quoi que ce soit n'hésite pas Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Dim 26 Fév - 18:58



It is better to keep silent,
sometimes.



    Un repas est insipide, s’il n’est assaisonné d’un brin de folie.


    Que c’était beau ici ! Et ça me changeait un peu d’Orusfog. Et oui, j’étais parti en voyage avec quelques amis à Zakar pour faire des spectacles. Il était convenu que pendant que je racontais des histoires, ils feraient des acrobaties. Mais on ne s’était pas encore mis au travail, il fallait déjà qu’on s’installe dans l’auberge où on allait loger. Cette auberge avait l’air assez propre et respectable. Nous avions pris beaucoup de chambres puisque nous étions cinq, il y avait, en plus de moi, deux jeunes filles que je connaissais depuis longtemps, Moon et Midnight qui était jumelles et qui étaient contorsionnistes. Et deux hommes, Link et Will, l’un était jongleurs et cracheur de feu et l’autre acrobate. Mais de nous cinq, la plus folle c’était bien moi.
    Au bout d’un moment nous décidâmes de sortir pour visiter la ville mais au moment où nous franchissions la porte d’entrée de l’auberge, un homme se posta devant nous et nous annonça que nous étions invités à diner avec le gouverneur de cette ville, Eghit Maedren à priori, à 6h dans la cour arrière. Puis il partit avant que nous ayons pu dire un mot.

    ♦♦♦
    "-J’adore cette ville !" dis-je en faisant un tour sur moi-même
    "-Mais ils ont quand même instauré l’esclavage ici." souffla Link en regardant plusieurs personnes courir en portant de lourds parquets
    "-Qu’est-ce que tu racontes ?" froncement de sourcils de ma part
    "-Tu n’es pas au courant ?" intervint Moon
    "-Jumelle tu sais bien qu’elle n’est jamais au courant de rien tant que ça se passe en dehors de sa ville natale.
    -Heureusement qu’on est là sinon elle serait complètement ignorante !
    -Oh, c’est bon Will."
    marmonnais-je

    Certains disaient que je me devais de rapporter les nouvelles de tout Jakar part mes histoires. Je trouvais ça vraiment idiot, je voulais faire rêver les gens et les faire rire, pas leur zappé le moral avec de mauvaises nouvelle. Mais bon, j’étais en voyage alors je n’allais pas me plonger dans une de mes longues réflexion silencieuse. Je me mis donc à gambader comme une enfant, allant d’un étalage à un autre alors que les autres me crier de les attendre. J’étais la plus jeune et la plus petite par la taille des cinq et avec ma voix encore assez enfantine on avait l’impression qu’ils étaient tous mes grands-frères et sœurs, voir mes parents pour certains. Surtout avec ma façon assez excentrique de m’habiller qui faisait des fois penser à des déguisements. Aujourd’hui j’étais vêtue d’une robe serrée à la taille par une ceinture noir vernis qui avait comme motif des carreaux, comme les cartes de jeux, noir sur un fond blanc.
    Au bout de plusieurs heures de visites Moon qui devait être la plus adulte de notre drôle de petit groupe déclara qu’il fallait y aller car le lieu de rendez-vous avec le gouverneur était à l’opposé de l’endroit où nous nous trouvions et qu’il allait bientôt être 6h. Bien, alors partons.

    ♦♦♦
    "Joker, fais encore un pas et je t’empaille." criais-je

    Le petit renard flamboyant arrêta net sa course vers la nourriture étalé sur la table comme s’il m’avait compris et sembla se transformer en pierre. Link derrière moi souffla un truc comme « Quel idée d’avoir emmené cette bestiole ». Il n’avait jamais été d’une grande dyplomatie et encore moins avec les animaux du style chapardeur comme les renards justement. Mais puisqu’il voulait faire dans cette espèce de mauvaise humeur sarcastique et bien soit.

    "Il y a quelque chose qui ne va pas Link ?" demandais-je en tournant le dos au gouverneur qui n’avait pas encore eu le temps de dire un mot

    Il avait ouvert la bouche mais n’avait pu laisser échapper aucun son en apercevant cet éclair roux fonçant vers le repas.

    "-Ouais, il se trouv…
    -Stop ! On arrête là les gamineries tous les deux ! Encore que pour Spring c’est normal…"
    intervint Moon
    "-Eh !" m’exclamais-je
    "-Bon, je vais faire les présentations." enchaina aussitôt Midnight toujours avec autant de tact," Gouverneur, je m’appelle Midnight et voici ma jumelle Moon, nous sommes contorsionnistes. Link qui est là, est cracheur de feu et jongleur, quant à Will, c’est un acrobate. Et enfin il y a Spring, la conteuse.
    -Toujours avec son âme de gamine irresponsable."
    ironisa Link

    Je lui tirais la langue puis rejetais mes longs cheveux blonds en arrière, laissant la pleine vue sur mes yeux vairons. Un serviteur nous fis signe de nous asseoir. Bon bah, asseyons-nous alors et heureusement parce que mes petites jambes commençaient à flancher après toute cette après-midi de balade.

    "Alors, que nous vaut l’honneur de cette invitation Mr le grand gouverneur alors que nous ne sommes que de pauvres petits artisans de rien du tout." reprit notre, oh si charmant, ami très sarcastique

    Les jumelles eurent la même réaction, elles se passèrent la main sur le visage. Will se crispa et moi je levais les yeux au ciel. La soirée s’annonçait magnifique... Comme à chaque fois que Link était de mauvaise humeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Mer 29 Fév - 18:37

A l'heure dite, la petite troupe arriva. Les invités étaient déjà présents, et Maedren s'approcha d'eux, pour les recevoir. Il était le maître et voulait qu'ils se sentaient les bienvenus.
Cependant ce n'étaient pas des hôtes ordinaires qui avaient l'habitude des soirées mondaines, car ils commencèrent à se chamailler, et une jeune fille s'adressa à lui, et fit les présentations de manière ... expéditive.

- Gouverneur, je m’appelle Midnight et voici ma jumelle Moon, nous sommes contorsionnistes. Link qui est là, est cracheur de feu et jongleur, quant à Will, c’est un acrobate. Et enfin il y a Spring, la conteuse.

Le gouverneur allait pour répondre lorsque le cracheur de feu prit la parole.


-Toujours avec son âme de gamine irresponsable.

Puis l'homme se tourna vers le gouverneur et lui lança.


- Alors, que nous vaut l’honneur de cette invitation Mr le grand gouverneur alors que nous ne sommes que de pauvres petits artisans de rien du tout.

Maedren senti sa joie le quitter rapidement. Alors comme ça ce jeune homme avait des reproches à lui faire... mais il le materait, il le savait. Cet homme savait peut-être ricaner et cracher du feu, mais il ne connaissait rien du monde dans le quel vivait Eghir.
Il fit un sourire dur au dénommé Link et prit la parole à l'intention de toute la troupe.


- Tout d'abord je vous souhaite la bienvenue ici. J'espère que vous vous y plairez, c'est pour cela que je vous ai convié à ce diner. Vous pourrez vous faire une petite représentation, rémunérée bien entendu.


Maedren se tourna vers Link et le sonda rapidement.

- Alors monsieur est contre l'esclavage. Vous avez vos préjugés, vous pensez savoir ce qui est bon ou pas, mais vous n'avez pas idée. Vous êtes persuadé qu'un mot gouverne une vie. Mais vous avez faux. Oubliez ce que vous pensez connaitre, et découvrez, avec des yeux nouveaux. Ensuite vous pourrez peut-être critiquer.


Maedren jaugea l'homme qui, senti qu'il avait intérêt à se taire. Il n'était pas aussi imposant que le gouverneur.
Eghir se tourna vers Spring, la conteuse.


- Tu est bien jeune pour une conteuse.. Mais je ne doute pas de ton talent. Pourrais-tu nous conter quelque chose, qui vous présenterais tous, votre périple, votre vie, ou .. ce que tu veux, mais qui représente votre troupe.


Madren lui sourit.


- Enfin je vous laisse vous restaurer avant, étancher votre soif, discuter, je vous demanderais de prendre la parole avant le début du repas.




[désolé mais pas fameux... je dois avouer que je suis un peu à court... :/ désolé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Mer 29 Fév - 21:55


Grave if you want
but fly.



    La vie est un ballet ; on ne le danse qu’une fois.

    Je fis un sourire éclatant au gouverneur puis Joker sauta sur la table. Un seul regard et il était de nouveau en train de patienter par terre. Non mais ! Pas de boule de poils à côté de ces plats aux odeurs alléchantes. Les jumelles se regardèrent. A Orusfog, tous ceux qui me connaissaient savaient parfaitement qu’on ne m’imposait jamais de sujet pour mes histoires. C’était bien simple, si on m’en donnait un je racontais quelque chose qui était tout le contraire. Petit habitude toute simple. Link c’était enfin tut, ce que fit remarquer Will puis il dit:

    "-Gouverneur, j’aimerais bien avoir votre don et aussi qu’il puisse marcher sur Spring. Quand elle a décidé de parler, rien ne peut l’arrêter, croyez-moi.
    "-Ouais et j’en suis fière." retorquais-je
    "-Ça, on avait remarqué !" marmonna Link
    "-Tient, tu as retrouvé ta langue toi. Tout est éphémère.
    -Spring tu nous sors ta sagesse là ? Petit corps pour grand esprit.
    -Mais je suis pas si petite Will !"


    Je me mis debout en me grandissant le plus possible comme une enfant l’aurait fait. Moon déclara que j’étais petit pour mon âge et je me rassis en relevant le menton pour paraître à peu près digne puis je me remis à manger calmement alors que les autres parler. Je faillis m’étrangler une fois parce que j’avais essayé de rire en avalant un morceau de viande et pendant que je toussais Link qui avait à peu près retrouvé sa bonne humeur déclara que je n’étais vraiment pas doué pour me taquiner. Notre petite troupe n’était pas vraiment de celle à se tenir parfaitement bien, dans les règles de la bienséance mais plutôt dans le genre du grand n’importe quoi. Alors qu’à côté de nous le gouverneur restais digne, nous faisions les pitres, de toute façon on ne pouvait pas tomber plus bas, on avait déjà tout fait. Le repas continua ainsi, dans notre joie et humeur qui était quotidienne pour nous mais qui ne semblait pas l’être pour notre hôte.

    ♥♥♥
    Je me levais calmement en repoussant ma chaise et en reposant ma serviette sur la table, à côté de mon assiette vide. Alors aussitôt mes amis se turent comme si c’était un signal. Ils se tournèrent vers moi et je m’écartais de quelques pas d’eux. Ils savaient qu’il était temps que je raconte une histoire, pour eux c’était une évidence. Alors je ne pris même pas la peine de prévenir le gouverneur et comme je ne commençais jamais les histoires pas « Il était une fois… » ou d’autres introductions dans le genre s’il ne comprenait pas tout de suite ce qui se passait tout le monde pourrait trouver ça normale.

    "Savez-vous pourquoi l’homme doit parler sans cesse, pour se sentir mieux, pour pouvoir communiquer et pour le reste ? Comment il a acquis la parole? Cela remonte au commencement de tout… Avant tous les hommes étaient muets, à vrai dire ils n’avaient même pas de bouche. Jamais ils ne criaient, ne geignaient, ne discutaient. Ils n’en avaient pas besoin car ils étaient tellement forts qu’ils pouvaient tout gardait en eux. A vrai dire qu’auraient-ils à avoir sur la conscience pour que ça leur pèse ? Rien. Ils étaient comme des anges. Jamais une seule bêtise. Mais un jour, un homme n’eut plus de nourriture alors il décida d’aller en chercher, malheureusement il n’en trouva. Alors, il regarda la minuscule habitation d’un de ses congénères et il décida d’aller prendre de la nourriture là-bas. Mais il faut savoir que déjà les hommes avaient leur honneur et celui-ci décida de rien demander à son voisin. Ce fut donc le premier à voler… Et comme une faute en entraîne toujours une autre, il commit une deuxième erreur. La plus horrible. Le propriétaire des aliments volés rentra dans sa cahute et sous le coup de la surprise l’homme attrapa un bout de bois et l’abattit sur sa tête. Quand il baissait les yeux sur le corps tombait à ses pieds il vit une substance rouge s’écoulait lentement par terre, en dessous de la tête de son voisin. Il tomba à genoux à côté de celui-ci et se mit à le secouait frénétiquement. Et puis à un moment il comprit qu’il était mort mais d’habitude les hommes s’éteignaient de vieillesse ou alors plus rarement de maladie. L’homme comprit alors qu’il venait de tuer, mais pas un animal pour se nourrir. Non, un de ses confrères. Il resta ainsi à côté du corps pendant plusieurs jours à pleurer puis il sortit après avoir et décida de reprendre sa vie normalement. Mais malheureusement il n’arrivait pas à oublier, ses souvenirs le hantaient. Et il finit par tomber malade. Mais pas physiquement bien entendu ! Mentalement… Il perdait peu à peu la raison et il priait sans cesse pour pouvoir aller mieux. Alors un jour il se réveilla avec un large trou dans le visage. Il était totalement paniqué et il ouvrit se trou comme si c’était une habitude. Il avala de l’air un grand coup et tout à coup un bruit sortit de lui. Il n’en revenait pas ! Peu à peu il apprit à parler et à se servir de ce trou qu’il appela bouche. Puis un jour il alla trouver un autre homme et lui raconta tout. Il se sentit beaucoup mieux ensuite mais chaque personne qui entendait des sons sortirent de sa « bouche » s’en retrouvait automatiquement doté. C’est ainsi que les hommes purent communiquait et que à notre époque nous le pouvons aussi."

    Grand silence.

    "-Si devait écrire un livre Spring, je suis sûr que dedans tu expliquerais le monde comme tu viens de le faire. Mais putain, je t’en supplie, pour quelque chose d’autre fait en sorte de faire paraître les hommes un peu moins horrible parce que là tu viens aussi d’expliquer le commencement des meurtres." souffla Link
    "-Que veux-tu ? Moi j’explique mais je ne change pas ce qui est une évidence. Les hommes tuent. S’en est une. Pas ma faute si on est aussi horrible."

    ♥♥♥
    Retour en fanfare de Joker qui se jeta sur un poulet en grimpant sur la table et après avoir jetait un regard du genre « Maintenant il est à moi » à mon attention il tourna les talons avec son repas et se dirigea vers les furets en fouettant l’air de sa grosse queue rousse. Mes amis applaudirent en souriant les jumelles sautèrent sur leurs pieds en un ensemble parfait et hop là ! C’est partit pour des ponts et des membres tous tordus. Je vis ensuite la lueur du feu qui apparaissait et vis Link qui sentait mis à jongler avec des torches enflammés sorties de nulle part. Un petit sourire apparu sur mon visage.

    "-Tu te rappelles du pari qu’on avait fait Will ?
    -Celui de la roue ?
    -Oui. Je suis prête.
    -Je sens qu’on se retrouvait avec une Spring blessait moi."


    Le gouverneur s’était levé mais avant qu’il ait pu faire un autre geste j’étais déjà partis en courant. Je fis une roue parfaite et sautais pour attraper une branche puis je me mis à me balancer. Au bout d’un moment je la lâchais et partis en avant pour en rattraper une autre. Je ne réussis pas mais une voisine m’attendait juste en dessous et celle-ci je n’eus aucun mal à l’attraper. Je me mis debout dessus et m’appuyais sur une branche un peu plus haute mais juste à côté.

    "-Tu me dois quoi déjà mon Willnouné chou?
    -Deux petits déjeunés chez Eagle et c’est quoi ce surnom ?"


    Je ne répondis rien. J’étais très fière de moi, ça servait d’avoir des amis comme les miens, au moins j’arrivais à accomplir quelques acrobaties. Mais tout à coup j’entendis un drôle de craquement et la branche contre laquelle j’étais adossé craqua. Et me voilà en train de tomber. Pris pour qu’un matelas apparaisse en dessous comme par magie ma poule parce que sinon tu t’en sortiras avec un traumatisme crânien au mieux! C’est fou ça non ? Moi qui me croyais chanceuse j’ai l’air d’être tout le contraire. J’avais l’impression que cette chute durée des heures pourtant je ne voyais pas défilé ma vie. Ce n’est pas ça qu’on était censé voir juste avant de mourir ? Bon bah alors c’est que j’allais me retrouver handicapée pour la vie mais vivante. Happy face !
    Pourtant quand je me sentis entrer en contact avec quelque chose, cela ne me parut pas aussi dur qu’un sol de terre normalement constitué. Peut-être que finalement le matelas était apparu. Mais quand j’ouvris enfin les yeux, car ils étaient fermés avant, j’avais quand même peur et c’est encore le cas. Bon bref, quand j’ouvris les yeux j'en vis d'autres qui me fixaient et au dernière nouvelle les matelas n’en ont pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Dim 4 Mar - 13:46

Les troubadours, puisque leur troupe ne semblait pas posséder de nom, commencèrent à discuter, comme le début, et continuèrent pendant un sacré bout de temps. Chahutant gentillement. Eghir lui pensait avoir affaire à des gens qui savaient quand bien se tenir, mais à priori, ils étaient entre eux, et les autres de simples intrus. Maedren hésitait pour les rappeler à l’ordre, mais se retint. D'abord écouter la conteuse, et ensuite il verrait.

La jeune fille prit soudain la parole, et tout le monde se tu. Ils avaient l'habitude de s'arrêter en pleine phrase car lorsqu'Eghir prenait la parole, il ne prévenait pas. La jeune fille débuta immédiatement la parole. Au grand soulagement de certains qui en avaient marre de cette troupe turbulente.


"Savez-vous pourquoi l’homme doit parler sans cesse, pour se sentir mieux, pour pouvoir communiquer et pour le reste ? Comment il a acquis la parole? Cela remonte au commencement de tout… Avant tous les hommes étaient muets, à vrai dire ils n’avaient même pas de bouche. Jamais ils ne criaient, ne geignaient, ne discutaient. Ils n’en avaient pas besoin carils étaient tellement forts qu’ils pouvaient tout gardait en eux. A vrai dire qu’auraient-ils à avoir sur la conscience pour que ça leur pèse ? Rien. Ils étaient comme des anges. Jamais une seule bêtise. Mais un jour, un homme n’eut plus de nourriture alors il décida d’aller en chercher, malheureusement il n’en trouva. Alors, il regarda la minusculehabitation d’un de ses congénères et il décida d’aller prendre de la nourriture là-bas. Mais il faut savoir que déjà les hommes avaient leur honneur et celui-ci décida de rien demander à son voisin. Ce fut donc lepremier à voler… Et comme une faute en entraîne toujours une autre, il commit une deuxième erreur. La plus horrible. Le propriétaire des aliments volés rentra dans sa cahute et sous le coup de la surprise l’homme attrapa un bout de bois et l’abattit sur sa tête. Quand il baissait les yeux sur le corps tombait à ses pieds il vit une substance rouge s’écoulait lentement par terre, en dessous de la tête de son voisin. Il tomba à genoux à côté de celui-ci et se mit à le secouait frénétiquement. Et puis à un moment il comprit qu’il était mort mais d’habitude les hommes s’éteignaient de vieillesse ou alors plus rarementde maladie. L’homme comprit alors qu’il venait de tuer, mais pas un animal pour se nourrir. Non, un de ses confrères. Il resta ainsi à côté du corps pendant plusieurs jours à pleurer puis il sortit après avoir etdécida de reprendre sa vie normalement. Mais malheureusement il n’arrivait pas à oublier, ses souvenirs le hantaient. Et il finit par tomber malade. Mais pas physiquement bien entendu ! Mentalement… Il perdait peu à peu la raison et il priait sans cesse pour pouvoir aller mieux. Alors un jour il se réveilla avec un large trou dans le visage. Il était totalement paniqué et il ouvrit se trou comme si c’était une habitude. Il avala de l’air un grand coup et tout à coup un bruit sortitde lui. Il n’en revenait pas ! Peu à peu il apprit à parler et à se servir de ce trou qu’il appela bouche. Puis un jour il alla trouver un autre homme et lui raconta tout. Il se sentit beaucoup mieux ensuite mais chaque personne qui entendait des sons sortirent de sa « bouche » s’en retrouvait automatiquement doté. C’est ainsi que les hommes purent communiquait et que à notre époque nous le pouvons aussi."

Un silence méditatif s'abattis sur la salle.

Maedren se leva. Ce n'était pas ce qu'il désirait. Il se doutait qu'elle savait conter, mais ce n'était pas la question, il voulait savoir qui étaient ces gens. Si c'était ce qu'elle avait fait, c'étaient des criminels ?! Eghir était d'humeur massacrante. Cette fille, n'avait pas compris qu'elle devait se soumettre à la condition. Pourquoi contait-elle ?! Pour son propre plaisir personnel certainement, car sinon pourquoi aurait-elle refusé un défi. Car c'était ce qu'il lui avait demandé. Beaucoup de personnes sont incapables de raconter la vérité. Peut-être ne connaissait-elle qu'un stock d'histoires limités, et qu'elle n'en n'avait aucune sur l'histoire de la troupe.
En tout cas elle ne savait pas contre pour les autres.

Mais comme un feu follet la jeune fille s'était levée et sautait partout, faisant des cabrioles. Oui elle manquait de maturité.

Mais elle finit par atterrir sur une branche au dessus d'Ehir. Ce dernier, n'eut le temps de rien faire ni dire que déjà la branche se cassait.

Eghor se fit écraser par la jeune femme, écarquillant les yeux de colère, puis de douleur. Car si la jeune fille avait eu un "matelas" confortable pour atterrir, ce n'était pas son cas, et le sol pavé était douloureux.

Immédiatement une esclave, nommée Esryll, se porta à son secours, vérifiant que la vie du gouverneur n'était pas en danger, puis vérifia que les organes vitaux n'étaient pas en danger. Elle connaissait les bases pour avoir travaillé par le passé comme assistante d'un médecin, mais ce dernier ne la payait plus, la maltraitait et elle avait décidé de venir servir la Cité, et avait été attribuée au service en salle dans le palais du Gouverneur. Elle ne s'était jamais plainte de son travail, car elle savait qu'il y avait bien pire, et qu'elle avait tout ce dont elle avait besoin. Si elle réagissait bien, peut-être qu'elle aurait une prime, ou quelque chose qui lui permettrait d'ouvrir sa propre auberge, car c'était son but dorénavant.

Elle ordonna à tout le monde de s'écarter de la victime, afin de la laisser respirer, mais Eghir avait perdu connaissance. Il avait des os brisés, mais rien d'irréparable. Deux esclaves arrivèrent, avec une civière, emportant le blessé vers l'infirmerie.

Un silence lourd s’abattit sur la petite assemblée réunie dehors. Même les troubadours, se tenaient à carreaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Dim 4 Mar - 18:01

[font=Georgia]

○I make people laugh,○
•to be laughed.•



    Rire est le propre de l’homme.

    Je regardais les esclaves couchaient le gouverneur en penchant légèrement la tête sur le côté. Un lourd silence régnait mais au moment où les hommes soulevaient le blessé Link chuchota une vanne. Les réactions furent différentes. Un serviteur qui avait entendu se retourna pour dévisager mon ami, Will essaya de garder un visage impassible mais on voyait bien qu’il avait du mal, les jumelles pouffèrent le plus discrètement possible alors que moi je me cachais mon visage dans mes mains pour éviter qu’on me voit rigoler. Après ça nous partîmes pour retourner à l’auberge en se lançant une flopée de blagues au passage et quand nous fûmes arrivés à l’auberge j’avais dû m’arrêter deux fois parce que je n’arrivais plus à respirer tellement je riais. Mais jusqu’à ça ne s’arrêta pas là, jusqu’à tard dans la nuit nous nous sommes réunis autour d’une grande table et nous avons continué.

    "-Je plains le gouverneur." déclarais-je d’un coup
    "-Quand même, tu as vu sa demeure et tous ses serviteurs, enfin esclaves ?
    -Ouais mais il m’a l’air bien trop sérieux pas vous ?
    -Pas faux.
    -J'irais le voir demain.
    -Je ne crois pas que ce soit une bonne idée. dis Midnight
    -Je ne pars jamais d’une bonne idée et pourtant ça donne presque chaque fois de bon résultat. Et puis je peux toujours essayer."


    ♣♣♣
    Le feu de Link passa juste devant moi, cachant pendant quelques secondes mon visage mais laissant ma voix intacte et donc l’histoire aussi. Je faisais beaucoup de gestes, mimant mes paroles, me laissant absorber par ce que je racontais. C’était le plus important pour moi, je ne devais pas seulement être une fille racontait des comtes avec une voix vide. Non, je devais être mes histoires. J’en racontais rarement qui avait été inventée par quelqu’un d’autre. Ça ne servait à rien, elles ne reflétaient pas vraiment ma personnalité. Je vis Will faire un saut spectaculaire devant moi et en me retournant légèrement sur le côté je voyais les jumelles se tordre dans tous les sens. Et puis surtout je sentais le regard du gouverneur dans mon dos. On était allé s’installer pas loin de sa demeure mais personne ne m’avait dit qu’en fait la fenêtre de sa chambre donnait droit sur nous et notre spectacle. Mais en fait, je m’en fichais complètement. Je n’en avais rien à faire de ce pauvre sage qui n’avait pas souri une fois dans la soirée, qui n’avait pas parlé, qui avait été d’une froideur incroyable. Il n’avait pas dit un mot du dîner ou presque. Pourquoi ? Sûrement parce qu’on ne lui rien demander. Mais en même temps il aurait pu venir lui ! Il croyait vraiment qu’on allait lui tendre une belle et grande perche pour qu’il participe. Mais non ! Il n’avait qu’à bouger son gros cul et parlait ! Mais non, il avait attendu que ça vienne, qu’on lui fasse tout le boulot. Magnifique, magnifique… C’est beau ça, non ? Un gouverneur qui ne sait même pas s’imposer. Bon sang, mais les gens ne pourraient pas faire un effort ?
    Un enfant se leva et se mit à danser autour de Moon. Bah voilà, lui au moins il a pas attendu qu’on vienne le chercher. Il s’est décidé tout seul, comme un grand et même si on peut penser qu’il s’incruste moi ça ne me gêne pas. D’ailleurs la plupart des gens qui devienne mes amis je l’ai abordé en entrant dans la conversation sans que personne ne m’y invite. J’ai donné mon avis à de parfaits inconnus. J’ai fait le premier pas, voilà et eux n’ont jamais hésité à faire le deuxième. Ils ont toujours répondus et contestés s’ils n’étaient pas d’accord avec moi.
    Mais pour ça il faut avoir un minimum de courage et de confiance en soi. J’espère que tu montreras que tu as un peu plus gouverneur Maedren par la suite parce que là tu me déçois vraiment.

    ♠♠♠
    Enfants et adultes applaudissent et sifflent avec énergie. Mes amis et moi saluons nos spectateurs et souriant, ravis. Ça me fait toujours un bien fou de voir tous ses gens qui m’ont écouté avec tellement d’attention se lever et applaudir avec une telle spontanéité. Et puis je vois toujours cette petite lueur dans leurs yeux montrant qu’ils sont toujours un peu dans l’histoire, celle qui s’est allumée et qui s’est mise à briller plus fort au fur et à mesure de notre spectacle. J’ai l’impression que je l’ai rends tellement heureux et j’espère que c’est vrai. Je serre les mains des jumelles que je tiens et salue une nouvelle fois avec un sourire jusqu’aux oreilles. Puis nous nous détachons et allons répondre aux questions des spectateurs. Quand des enfants demandent à Link de leur apprendre à jongler il le fait avec enthousiasme. Les jumelles aide une jeune fille à faire le grand écart alors que Will attrapa une petite fille et la soulève dans les airs et la fais sauter. Les rires résonnent de toutes parts alors que moi je raconte une histoire de fantômes à deux garçons et que leur mère me sourit. Puis elle me dit de dire bravo à toute notre troupe et s’en va alors que ses enfants me font coucou de la main. Je leur souris et leur rends. Puis je me tourne vers de nouveaux gosses. Cette fois ce sont trois petites filles qui me disent qu’elles adorent ma robe et je leur promets que demain je la ramènerais et que je leur ferai essayer. C’était une robe brune qui m’arrivait aux genoux, aux manches bouffantes trois-quarts rayés deux de marrons différents. En bas de il y avait une espèce de bande beige sur laquelle il y avait des motifs en formes de pièces de jeu d’échec. J’avais des collants rayés comme les manches de ma robes et je portés des escarpins bruns vernis aux bouts arrondis.
    Au bout d’un moment la foule se dispersa, nous avions décidé de faire une petite pause avant de reprendre. Link jouais distraitement avec ses balles de jonglages, Moon et Will sortaient quelques croissants qu’on n’avait pas mangé au petit-déjeuner et Midnight regardait dans la direction de la fenêtre du gouverneur. Je fis de même et vis juste sa tête. Il devait être couché. Je penchais la tête sur le côté comme quand je le regardais se faire transporter hier soir.
    Je souris et je lui fis signe.

    ♦♦♦
    Je regardais mes amis s’éloignaient en direction de l’auberge puis partis en direction de l’entrée de la demeure du gouverneur . J’avais décidé de lui rendre visite en fin d’après-midi et voilà, le moment était arrivé. J’avais dit aux autres de rentrer et que je les rejoindrais plus tard.
    Quand j’entrais dans la demeure l’esclave qui avait volé au secours de Maedren tel son chevalier servant me dit que le blessé dormait.

    "-Et ne puis-je pas attendre dans la chambre du Grand blessé ?" demandais-je
    "-Vous devriez être moins ironique mademoiselle.
    -Et vous apprendre l’humour. Autant bien à en faire qu’à en entendre.
    -Je veux bien que vous attendiez là-bas mais promettez moi de ne pas lui tomber dessus une nouvelle fois.
    -Comment pourrais-je tombais puisque que je n’ai rien à escalader pour prendre de la hauteur ? Voyons, un peu de logique !
    -La commode. Les murs.
    -Ah ! Excusez-moi mais je ne suis pas une araignée qui monte sur les murs et au plafond donc en principe je ne pourrais pas tomber."


    La servante de répondis pas et me jaugea juste du regard. Au bout de quelques secondes je crus voir apparaître un petit sourire au coin de ses lèvres et je lui en rendis un, éblouissant. Elle me fit signe de la suivre et nous voilà partis dans une succession de couloir…

    ♥♥♥
    "-Je peux vous laisser seul avec lui ?
    -Oui.
    -Vous n’allez vraiment pas lui tomber dessus pendant qu’il dort.
    -Non, quand il aura arrêté de ronfler peut être, comme ça il aura une chance de m’éviter.
    -Avez-vous conscience qu’il fait peut être semblant de dormir et qu’il vous entend ?
    -Et alors ?
    -Vous êtes vraiment incroyable !
    -Je sais, merci, c’est de famille.
    -Pff… Je vous le confis. Faîte en sorte qu’il ne lui arrive rien pendant son sommeil, chantez-lui une berceuse si ça vous amuse mais faîtes attention ok ?
    -Promis, je veillerais sur son sommeil divin."


    Soupire de l’esclave alors que moi je souriais toujours. Elle sortit et je me retrouvais seule avec un Maedren qui avait l’air parfaitement endormi. Je pris une chaise et comme je l’avais promis à la femme je me mis à veiller. Au bout d’un moment je me mis même à chanter une courte chanson de ma voix d’enfant et à la fin le gouverneur ouvrit les yeux.

    "-Hier vous m’avez demandé de raconter une histoire qui résumé notre troupe. Déjà il y a quelque chose que vous devez savoir, je ne travaille pas sur commande. Ensuite comment aurais-je pu en choisir une, il y en a tellement. Alors je vais vous dire ce qui nous résume. Nous notre boulot ce n’est pas de raconter le monde aux gens, ils le connaissent déjà si bien. Nous on doit le réinventer pour les faire rêver, de les faire rire et de leur rendre un peu d’espoir. Et on ne fait pas pour l’argent mais pour s’amuser nous et les autres. Voilà ! Content ?"

    Un rayon de lumière vint illuminer le visage de Maedren. La lumière du savoir et en toi, très cher. (//VLAN//)Et en plus dès le réveil !(//REVLAN//) En plus du visage sérieux d'une fille que tu pensais sûrement complètement immature. Quelle ironie...


Dernière édition par Spring le Jeu 17 Mai - 11:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Jeu 8 Mar - 23:03

Maedren reprit connaissance dans l’après-midi, jeta un coup d’œil par sa fenêtre, et vit la troupe de la veille. Il les regarda, ne sachant comment réagir mais il n’eut le temps de rien faire et on lui fit immédiatement boire une décoction infâme, et il reparti dans un sommeil sans rêves. Il aurait aimé agir, ne pas être mis sur la touche, mais pour le moment il ne pouvait rien faire.

Une voix légère, et rythmée le conduisit lentement hors des nuages cotonneux. Eghir ouvrit les yeux, et vit la jeune conteuse. Celle-ci voyant qu'il était réveillé prit al parole.

"-Hier vous m’avez demandé de raconter une histoire qui résumé notre troupe. Déjà il y a quelque chose que vous devez savoir, je ne travaille pas sur commande. Ensuite comment aurais-je pu en choisir une, il y en a tellement. Alors je vais vous dire ce qui nous résume. Nous notre boulot ce n’est pas de raconter le monde aux gens, ils le connaissent déjà si bien. Nous on doit le réinventer pour les faire rêver, de les faire rire et de leur rendre un peu d’espoir. Et on ne fait pas pour l’argent mais pour s’amuser nous et les autres. Voilà ! Content ?"

Maedren sent un rayon de soleil lui réchauffer partiellement son visage et ouvrit la bouche. Une goulée d’air frais le réveilla un peu plus. Bon à vrai dire, le discours semblait très bien, mais pas le matin, après qu’on l’ait drogué pour le guérir. Il n’arrivait pas à penser, et ça l’embêtait.
Maedren tenta tout de même une réponse, se concentrant.


- Satisfait.
Articula-t-il gauchement, la bouche pâteuse. Il se frotta les yeux, chassant le sommeil. J’aurais préféré avoir ce discours avant de me faire écraser, mais je te remercie de ta parole. Il reprenait ses esprits lentement, et se rendait compte de sa maladresse avec les mots.

Il tendit la main vers le broc, trop loin de lui et murmura, comme si cet effort lui coutait énormément (et c’était le cas)


-.. mbrprmmm… broc.. s’il-te-plait.

Il bu un peu d’eau, se délectant de l’eau fraiche dans sa gorge. Il garda le silence pendant un bon moment. Le temps de récupérer toutes ses facultés, et de réfléchir à la situation. Il avait apparemment mal jugé la jeune femme, mais sur le coup, il avait été furax. Il n’appréciait pas qu’on se joue de lui, lui avouer directement les bases de fonctionnement de la troupe, aurait évité bien des désagréments. Il soupira.

- Je pense mademoiselle Spring que nous ne sommes pas partis sur le bon pied, et j’espère qu’on pourra apaiser notre situation. Votre but de conteuse est noble, même si ce n’est pas habituel. Enfin je vous propose de discuter de tout cela autour d’un bon repas, qu’en dites-vous ?


Eghir s’était redressé et son ventre lança un grognement, comme pour appuyer ses dires. Maedren sourit à son interlocutrice et se leva.
Il savait qu'aux cuisines, il serait toujours servi et qu'on lui apporterait un petit plat fraichement cuisiné. Il voulait mettre la jeune femme à l'aise et discuter avec elle. Cette troupe était la bienvenue, et il voulait que tous gardent en tête un bon souvenir de cette ville. Alors il devait rectifier le tir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Sam 17 Mar - 12:14


It is beautiful the innovation,
oh yes, it is great beautiful!



    Pour vivre, j' inventerais l' ininventable.

    Mauvais pied ? Quel mauvais pied ? Moi je m’étais éclater hier soir ! Ce n’était peut-être pas le cas du gouverneur mais je m’étais vraiment bien amuser. C’est lui qui avait viré rouge. Je fis juste un geste de main pour montrer que ce que j’étais censé oublier était oublié et je partis d’un bon pas vers la cuisine en soutenant Mr le gouverneur au sommeil divin. Pour ses précédentes paroles sur le fait que je l’avais écrasé ce n’était pas un problème. Ça aurait pu vexer quelqu’un mais certainement pas moi ! Dans mon entourage il n’y avait que des emmerdeurs de premières classes et on se faisait tous chier les uns les autres dans un esprit de camaraderie rare dans nos cas. Bref ! Si ça avait été moi à sa place je n’aurais pas du tout formulé ça comme ça. Ça aurait été pire… Et vu le caractère du gouverneur ça aurait de nouveau mal tourné. Joker nous rattrapa dans le couloir et vint se frotter contre moi. Il avait un truc attaché autour du cou, plus précisément un bon de papier. Je l’attrapai en fronçant les sourcils. Depuis quand Link utilisait mon renard comme pigeon voyageur ? Car j’étais presque certaine que c’était lui. J’ouvris le message qui m’annonçait que Eagle se ramenait avec Monsieur demain et qu’il innové en inventant une nouvelle race de messager. Putain d’innovation ! Maintenant elle prend MON Joker en cible ! Les renards deviennent des « messagers » et les pigeons des sales voleurs ! Mais c’était quoi ce monde ? On ne pouvait même plus appeler les choses par le monde. Plus de petit éclair roux qu’on pouvait surnommer le filou ! Plus de volatile gris qu’on pouvait appelait pigeon voyageur. Quand on ose dire que les hommes sont tous des tueurs au fond on se reprend des insultes et des regards noirs. Et oui, c’est tout l’innovation ça ! On change les noms de tout le monde pour le bien de l’humanité et la praticité du monde!
    J’allais lui écrire ça à mon emmerdeur de première parce qu’après moi ça devait bien être le premier ! Mais il y avait un problème, le bout de papier était trop petit. Eh l’innovation ! Tu ne pourrais pas faire en sorte que Link fasse avec le grand mais qu’il ne fasse pas dans le grand ? Evidement que non ! Parce que si tu faisais ça il faudrait aussi que tu m’innove moi ! Bien sûr que non, tu n’arriveras jamais à me faire ça à moi !
    Bon bref, arrivée dans la cuisine de notre petit trio assez originale. A-t-on déjà vu un gouverneur avec un renard et une fille habillait aux couleurs du chocolat ? Certainement pas ! C’aurait été une aberration mais voilà l’inno…

    « -Oh ! Mais c’est qu’on progresse ! Le gouverneur marche et à l’air d’aller mieux et toi la ptite tu ne t’es toujours pas transformé en araignée pour monter au plafond. dit l’esclave qui m’avait emmené voir Eghir en me sortant de mon délire révolutionnaire

    -Vous avez vu ! Je ne suis pas la meilleure des meilleures ? répondis-je tout sourire puis je me tournai vers le GRAND blessé, Au fait je vous préviens, vous m’avez tutoyé une fois alors je vais vous rendre la pareille, c’est la dernière fois que je vous vouvoie. Je trouve ça lourd à la fin ! »

    Sur ceux je m’assis à côté de lui à une grande table pendant qu’on nous servait toute sorte de plat. Ils étaient voyants ces cuisiniers pour savoir à quand on allait débarquer pour manger ? Ou ils avaient tout simplement toujours quelques trucs de prêts des fois que le gouverneur ait un petit trou ? Enfin là c’était plutôt un festin…

    « Vache de vache ! Ca à l’air trop bon ! Dis donc, après tu pourrais me faire visiter la ville ? Je n’ai pas encore tout vu à vrai dire… »demandais-je

    Mais pour revenir à mon sujet et surtout pour conclure je dois dire que quand l’innovation je l’adore. Parce qu’il faut avouer que je ne m’innove pas mais j’innove ce qui m’entoure tous les jours. Comme beaucoup des hommes je présume mais bon… Voilà quoi, j’ai fait mon coup de philosophe accomplie alors maintenant pour me récompenser je vais bien profiter de toute cette nourriture alléchante. Je dois avouer que ça me prend souvent c’est petit coup de science sur l’homme. Et, comme coup du sort il y a pas pire, qui m’aurait vu en philosophe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Sam 24 Mar - 23:34

La jeune femme acquiesça puis le soutint tandis qu'ils se rendaient aux cuisines. Maedren accepta cette aide même s'il aurait pu se débrouiller seul. Il ne voulait pas forcer sur ses blessures. ils arrivèrent aux cuisines et une volées d’hommes et de femmes virent leur proposer à manger. Le gouverneur prit un repas composé d'une soupe en entrée puis un plat artisanal mais élaboré. il verrait pour le dessert après, s'il réussissait déjà à tout manger, et s'il avait toujours faim.
La conteuse babillait joyeusement avec une esclave. Son visage lui était familier, mais il ne se souvenait plus de son nom ... Enfin pour le moment il s'en moquait. Il avait juste faim.


-Vous avez vu ! Je ne suis pas la meilleure des meilleures ?
reprit Spring à l'attention du gouverneur.
Au fait je vous préviens, vous m’avez tutoyé une fois alors je vais
vous rendre la pareille, c’est la dernière fois que je vous vouvoie. Je
trouve ça lourd à la fin ! »


Maedren passa le meilleur des meilleurs pour se stopper sur le tu. Il l'avait tutoyer ?! Hoho .. grossière erreur... En même temps il s'était éveillé avec difficulté, et encore plongé dans le coltar il n'avait pas du prendre conscience de ses mots.

« Vache
de vache ! Ca à l’air trop bon ! Dis donc, après tu pourrais me faire
visiter la ville ? Je n’ai pas encore tout vu à vrai dire…


Eghir la regarda, les sourcils haussés. Il allait devoir s'habituer à sa manière de vivre, faire des efforts parce qu'elle était énormément familière. Elle ne semblait pas se rendre compte de ses actes, des mondes différents dans lesquels ils évoluaient.

- Je suis navré pour le tutoiement, ce n'est pas dans mes habitudes... Ce devait être un oublie. Mais je ferais un effort pour le tu, si ça vous tiens - te tiens pardon- à coeur. Oui ceci est délicieux et pour la visite... je ferais de mon mieux pour te faire aimer cette Cité.

Les plats arrivèrent, dégageant un appétissant fumet. Ils mangèrent tout deux, lui sa soupe en premier, elle goutant à tout, ouvrant des yeux épatés, et pétillants de vie.


Le gouverneur lança la conversation.


- Alors Spring, pourquoi cette troupe ? Font-ils partis de ta famille ?


Il s'interrompit ne voulant pas la noyer sous les questions, mais il en avait plusieurs de réserves. Il savait aussi où il voulait l’emmener. Le quartier jeune. Des jeux pour enfants côtoyaient des terrasses, des magasins et des écoles. Les jeunes se regroupaient souvent là-bas ce qui faisait de cette zone un quartier dynamique. Les prix étaient relativement peu élevés mais la foule y était dense.
Sinon il y avait le vieux centre, près du palais, avec des grandes demeures à couper le souffle, plus improbable et époustouflantes les une que les autres... Ou bien l marché, sur la place centrale, qui avait lieu tous les jours. Mais jamais deux jours de suite selon le même thème. C'était aussi un coin fourmillant d'activité...
Enfin il proposera tout ça à la jeune conteuse, et elle choisirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Jeu 17 Mai - 12:09

[font=Georgia]

~Rire à~
-en mourir-



    Rire est le propre de l’homme.

    J’arrêtai de minutes de manger et penchai légèrement la tête sur le côté en réfléchissant à l’endroit où je voulais aller. Hum… Difficile comme choix, tout avait l’air si intéressant, c’était vraiment une jolie ville. Puis, je me dis que je choisirai après et j’enfournai un bout de gâteau dans ma bouche puis me mis à taper dans les mains pour exprimer mon enthousiasme. C’était vraiment trop bon !

    « -Jeune fille on dirait une enfant ? me dit la servante
    -Et alors ? L’enfance n’est pas une des plus belles parties de la vie ? En quoi ça gène ? Les enfants sont dés fois beaucoup intelligents que les adultes.
    -Je ne suis pas sûr, ils n’ont pas notre expérience.
    -Mais ils ont un esprit très ouvert et surtout l’imagination. Qu’est-ce qu’on deviendrait sans l’imagination ? Le monde n’est pas fait que de la réalité… Il serait bien trop dur sinon ! »


    La femme ne répliqua rien, elle ne pouvait rien répliquer. Les enfants avaient réponse à tout, même si ce n’était pas juste, même si ils n’y connaissaient rien. Ils inventaient et c’était mieux. Je souris au gouverneur. Personne d’en cette demeure n’avait l’air d’être habitué aux personnes comme moi. Aux personnes qui ne vivaient pas que dans la réalité et qui créaient les rêves. Et tout à coup je sus exactement ce que je voulais visiter.

    « Et si on faisait tout ? Si on allait dans tous les endroits que vous avez cité ? Ça serait bien ! Et puis rien de mieux qu’un peu d’exercices pour te remettre sur pieds ! » dis-je avec enthousiasme

    Puis je me levai faisant quasiment tomber ma chaise et éludant la question sur mes amis. Plus tard, plus tard… Je pris le gouverneur par le bras et le fis se lever. Je me dirigeai vers la sortie, tirant derrière moi. Je faisais la plupart des choses sur un coup de tête, improvisant au fur et à mesure, c’est ça qui me réussissait le plus. On allait bien voir si cette petite promenade se passait bien ou non. La servante voulut me retenir mais je partis comme une flèche avec Joker. Une fois dehors je souris de nouveau à Maedren et lui dit qu’on allait commencer par le marché. Rien de mieux pour me mettre de bonne humeur !

    ***
    Je rejoins le gouverneur, assis dans un coin et je m’excusai. L’inspiration m’avait emporté en arrivant sur la place et je mettais retrouver en train de raconter une histoire avant même que le pauvre homme est pu comprendre ce qui se passait. Je m’assis à côté de lui en regardant ce que j’avais gagné, je pourrais aller m’acheter un petit souvenir. Autre que le souvenir du si bon repas que j’avais engloutit peu de temps avant…

    « Demain, c’est moi qui vous emmène en balade ! En voyage dans mon monde. Récompense pour réussir à me supporter. Je suis un truc très fatigant ! » dis-je

    J’en étais consciente mais je ne voulais pas changé. Je n’avais aucune raison de le faire. Contrairement à la vie de Maedren qui avait l’air ennuyeuse, pleine de devoirs et de tout ce qui va avec moi je m’amusais. Pour moi la vie était un jeu où il fallait se laisser aller, emporté par le courant, laissant les défaites derrière nous et puis voilà. Je tenais à profiter le plus possible avant que la partie ne se termine. Un jeu, c’était fait pour s’amuser.
    Je pris Joker sur mes genoux et caressai son doux poils roux. Tout le monde n’avait pas la chance d’avoir un renard pour animal de compagnie…

    « Tu dois me prendre pour une fille qui ne comprend rien à rien. Une gamine qui ne comprend pas toutes les responsabilités qui pèsent sur toi mais c’est faux. Ma mère aussi est une grande sage et je comprends. Mais je préfère rester un minimum éloigné de ça. Ma mère fait son travail mais sinon elle est comme moi. Elle ne confond pas la vie et le travail. Tu devrais vous amusez un peu plus vous savez. Enfin, je connais presque rien de toi et je ne peux pas savoir mais bon … Je trouve ça dommage de te voir toujours aussi sérieux. C’est triste… Enfin bon, peut être que demain ce sera différent, non ? »

    J’avais lâché tout ça d’un coup. Demain je comptai bien le faire rire au moins une fois. Et pas un de ces petits rires brefs. Non ! Je voulais qu’il se roule par terre tellement il trouverait ça drôle. Et encore une fois, j’improviserais. Je lui proposai de reprendre notre promenade.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Mer 13 Juin - 16:18

La jeune femme semblait emballée, et pleine d’énergie, mais elle éluda sa question. Maedren la regarda, avec un sourire en coin.
Il était bon pour parcourir toute la ville.


Maedren la conduisit au marché, ainsi que dans des quartiers méconnus, mais fabuleux. Ils déambulèrent dans la Cité (pour lui, c'était plus une course qu’autre chose, mais pour la jeune femme, ça ne semblait pas incongru). Cependant elle finit par s'arrêter sur une place et à parler. A conter.
Les gens s'attroupaient, et l'écoutaient avec attention, captivés. il ne pouvait rien faire, alors il attendit. Sagement.

Spring finit par revenir, de bonne humeur, ce qui semblait être permanent chez elle.


« Demain, c’est moi qui vous emmène en balade ! En voyage dans mon monde. Récompense pour réussir à me supporter. Je suis un truc très fatigant ! »


Maeren eu un de ses petits sourires en coin et lui répondit.

- Il me semblait qu'on devait se tutoyer...
Il eu un haussement de sourcil amusé et reprit. Je dirais plutôt que c'est toi qui m'a baladé, trop rapide à mon gout. Et je n'ai pas eu à supporter grand chose, sachant que tu as passé une bonne partie de l'après midi en solitaire, au milieu de la foule et des enfants, à leur conter des histoire. Mais je serais curieux de voir de quoi est constitué ton monde...

Il l'observa. Ses yeux brillaient, d'une lueur enfantine, et son sourire la faisait rajeunir si bien qu'elle donnait l'impression d'être une adolescente alors qu'elle devait avoir atteint l'age mur. Enfin c'est la conclusion à laquelle le gouverneur était arrivé en l'observant cet après-midi. Ses formes étaient généreuses, celles d'une femme, et son visage avait quitté les rondeurs de l'enfance. Il était cependant incapable de lui donner un age, mais cette vie qu'elle menait la rajeunissait, la passionnait, lui offrait une autre vie. Un autre monde.

« Tu dois me prendre pour une fille qui ne comprend rien à rien. Une gamine qui ne comprend pas toutes les responsabilités qui pèsent sur toi mais c’est faux. Ma mère aussi est une grande sage et je comprends. Mais je préfère rester un minimum éloigné de ça. Ma mère fait son travail mais sinon elle est comme moi. Elle ne confond pas la vie et le travail. Tu devrais vous amusez un peu plus vous savez. Enfin, je connais presque rien de toi et je ne peux pas savoir mais bon … Je trouve ça dommage de te voir toujours aussi sérieux. C’est triste… Enfin bon, peut être que demain ce sera différent, non ? »


Maedren prit le temps de réfléchir à ce qu'elle venait de dire avant de répondre.


- Je pense que tu as trouvé ta voix, celle qui te permet de vivre heureuse dans ce triste monde, alors je ne peux porter aucun jugement, même si ce que tu fais me semble futile. Ca te réussi. Moi ma vie c'est.. Ce qui me rend vivant. Je serais incapable de m'occuper de déambuler dans les rues, de faire des pirouettes. Les sourires des gens ne me suffisent pas à vivre. Ma voix, être gouverneur, est ce qui illumine ma journée. C'est mon aspiration la plus profonde, et ça me comble. Je n'ai besoin de rien d'autre.


Il se tu, le regard dans le vague. Comment pouvait-il expliquer son engouement pour la politique, le pouvoir..? C'était impossible, et pour rien au monde il ne le quitterait.

- Je suis sérieux car c'est dans ma nature, je sais m'amuser comme tu le fais, mais j'ai vieilli, muri, et plus rien ne me surprend, pas assez pour que je rie aux éclats. Ne t'attriste pas à ce propos, un sourire de ma part est plus puissant qu'un éclat de rire venant de toi. Ma joie lorsqu'elle est visible est d'autant plus précieuse qu'elle est rare.


Maedren se leva et lui fit signe de la suivre. Il la conduit devant une bicoque en bois, à la limite de la ville.


- C'est ici que je passais mon temps lorsque j'étais jeune, avec ces pantins.

En effet, on pouvait voir derrière la devanture des pantins, de différentes formes, différentes tailles, différentes couleur.. Mais tout était devenu terne, recouvert par la poussière.

- J'ai fini par me lasser de tout ça, et de toutes mes autres passions. Mon travail est la seule et unique chose qui me fait encore me sentir vivant.

Il regarda Spring un sourire presque triste sur les lèvres. Il était rare qu'Eghir parle autant de lui. Mais cette femme semblait vouloir le connaitre, savoir ce qui se cache derrière le masque du gouverneur.
Maedren venait de se dévoiler.

- Mais ne crois pas que je suis malheureux, c'est ma vie, et elle me convient parfaitement.

Il la salua d'un signe de tête. Ca serait tout pour aujourd'hui. A moins qu'elle ne veuille lui parler.
Le gouverneur avait encore quelques dernières choses à faire aujourd'hui. De toute façon ils se verraient le lendemain, et il lui fallait reprendre des forces, car il sentait que cela serait éreintant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Jeu 14 Juin - 18:15

[font=Georgia]

Titre du rp
Suite titre du rp



    ♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠

    J e souris doucement, je comprenais, enfin essayer. Pour moi la vie était aussi terne que ces pantins. Par contre il était partit dans la direction exact où je devais aller moi aussi en me disant au revoir. Il fallait que je me dépêche et je partis donc en courant, passant devant lui en lui faisant un signe de la main.

    « Salut gouverneur ! » lui criai-je

    Puis je me retournai pour regarder devant moi, il m’était déjà arrivé de me prendre un truc quand je ne regardai pas devant moi ce qui était assez fréquent. Mon esprit était comme celui-ci des enfants, curieux et volatile. Je voulais tout voir, tout savoir et avec les informations que j’avais acquises, je me forgeais un monde à moi en les modelant comme je le souhaitais. Moi, je ne copie, je ne reprends pas, je crée. Je rejoins mes amis et nous décidâmes de faire un tour en ville pour faire quelques spectacles. Puis nous sommes rentrés à l’auberge et nous sommes allés nous coucher assez rapidement. Demain, Eagle arriverait avec Saule, son fils et Monsieur, le chien. Enfin, l’arrivait du petit garçon n’était pas annoncé mais j’étais sûre qu’il serait là aussi, il suivait son père partout. Ca promettait d’être une journée assez mouvementée. Même très. Comment ça elles le sont toujours. Je ne pouvais pas imaginer une journée à rien faire. La notion même de l’ennuie m’était presque totalement inconnue car je trouvais toujours quelque chose à faire. Je ne tenais pas en place car mon cerveau tournait toujours à cent à l’heure, inventant toute sorte de chose. C’est aussi pourquoi, cinq minutes après que je me sois couchée, je me relevai et allais faire de même avec les autres. Puis je leur proposai une idée pour un spectacle et finalement nous ne fûmes pas couchés avant une heure avancée de la nuit.

    ♥♥♥

    Le lendemain, je sortis avant les autres, vêtue d’un tee-shirt bleu marine et d’une jupe beige avec des pois de toutes les couleurs. J’avais aussi des ballerines assorties à mon haut. Je me dirigeai vers la résidence de Maedren et ce fut encore une fois la servante avec qui j’avais discuté la vieille qui m’ouvrit. J’entrai, tout sourire et elle commença à parler :

    « -Vous avec déjeuner ? demanda-t-elle
    -Non, j’espère que le gouverneur non plus !
    -Pourquoi ça ?
    -Parce que je lui réserve un petit déjeuner assez spécial.
    -Oh non mon dieu ! Vous allez encore lui tomber dessus !
    -Mais non ! Y a pas d’inquiétude à se faire. Par exemple, hier, il est bien revenue en un seul morceau, non ?
    -Oui bon, mais j’ai toujours peur. »

    Je souris puis je m’arrêtai derrière la servante, elle me désigna la porte et avant même qu’elle est pu dire un mot j’entrai. J’aurais mieux fait de toquer, je sais, c’est beaucoup plus polie. En plus je trouvai le gouverneur en plein travail, à son bureau. Je vis du coin de l’œil la femme affichait un air désespéré. Je m’approchai de Maedren, le prit par le bras et l’obligeait à se lever de sa chaise.

    « Allez, on y va, la paperasse et tout le barda c’est pour plus tard. Sinon on va être en retard ! Tu n’imagines même pas combien Will peut être chiant par rapport à ça ! » dis-je

    Puis je l’entraînai, toujours animé par mon énergie inépuisable. Nous fûmes vite arrivé devant l’auberge et finalement nous n’étions pas si à la bourre que ça. Ils étaient tous encore en pyjama en train de se traînaient hors du lit et ils avaient tous des têtes de déterrés. Si les jumelles étaient déjà réveillées avant qu’on arrive il fallut aller réveiller Link et on fut plusieurs à se recevoir des oreillers en pleine tête. Une fois tout ce petit monde prêt et frais nous nous dirigeâmes assez lentement vers l’entrée de la ville pour attendre l’arrivée de mon ancien maître. En attendant je chantais une petite chanson de ma voie enfantine. Mais nous vîmes très vite arrivé Saule qui courrait dans notre direction devancé par Monsieur. D’ailleurs je faillis tomber quand celui-ci se jeta sur moi dans l’intention de me lécher le visage. Très gentil mais non merci ! Joker se ramena lui aussi, sortant de nulle part. Il était sûrement allé explorer la ville. Puis Eagle arriva et s’arrêta, je me jetais à son coup, lui collant un gros bisou sur la joue.

    « -Oh mon maître vénéré ! dis-je
    -Oui, bon c’est bon. J’ai compris, tu veux un croissant.
    -Ouah ! Qu’est-ce que tu es intelligent ! Je suis admirative ! »


    Il en sortit un sac remplie de bonne pâtisserie et tout le monde se jeta dessus en poussant des cris de joies. Ce fut Saule qui se dit qu’il fallait peut être en donné un au grand monsieur qu’il ne connaissait pas mais qui avait l’air d’être avec nous.

    « -Tenez ! dit-il à Maedren
    -Ouah ! Mon ptit chou, ça c’est mon cousin ! dis-je après avoir avalé une bouchée
    -N’importe quoi ! C’est le gouverneur ! dit Moon
    -Tu ne veux pas un croissant Saule ? demanda sa jumelle
    -Non, non, c’est bon. Je préfère vous les laisser. »

    Ce petit âgé de dix ans était un vrai ange, très généreux. Je lui fis un gros câlin avant de m’empiffrer de nouveau avec les autres. Tout le monde finit par s’assoir dans l’herbe et je me plaçais a ôté de Maedren.


    « -Eghir, je te présente Eagle, mon ancien maître et son fils Saule Pleureur. dis-je
    -Enchanté gouverneur. dit le boulanger de sa voix de basse
    -Au fait comment vont Chocolot et Patience ?
    -Bien, bien. Tu ne demandes pas de nouvelles de ta mère ?
    -Mais si ! Mais attends un peu, tu anticipes ce que je veux dire !
    -Pour une fois que ce n’est pas toi.
    -Ouh ! Spring la voyante !
    s’exclama Moon
    -Je suis sûr que tu serais merdique dans ce métier. ajouta Link
    -Moi je dis que tu serais parfaite. contra le petit garçon
    -Mon Saule t’es un amour !
    -Lèche-cul…
    marmonna le cracheur de feu
    -Link, remonte un peu ton niveau de langage s’il te plaît .
    -Bah avec toi comme père Eagle, je suis sûr qu’il est devenue expert en insultes le petit.
    -T’arrêtes tes conneries tu veux !
    -Et si on allait se promener. »
    dit le sage Saul

    Tout le monde accepta. Tout le monde savait que Link et Eagle avait des caractères très forts et ce n’était pas rare que ça tourne à la bagarre entre les deux-là. Alors autant calmer le jeu avant que ça ne dégénère. Nous nous retrouvâmes bientôt sur une des grandes places et mes amis allèrent faire quelques numéros. Mais cette fois j’étais bien décidé à ne pas abandonner Maedren. Saule restait accroché à moi. Je le considérai comme mon petit frère.

    « -Spring, je t’avais déjà parlé de June ? me demanda-t-il
    -Oui, la fille dont tu es amoureux, tu lui as dit ?
    -Ben en fait, j’ose pas, je sais pas comment faire. Tu peux m’aider s’il te plaît.
    -Ben, tu sais moi, je vais te sortir un truc bizarre. Eghir, t’as pas un conseil à lui donner ? »


    Nous avions tous les deux les yeux fixés sur le gouverneur. Il est très beau alors il devait bien avoir eu quelques conquêtes. Moi, personnellement, je n’avais jamais pensé à avoir un petit ami. Ma tête était bien trop occupée pour réfléchir à cela et je courrais toujours d’un point à un autre, ne faisant pas attention au reste. Je n’avais jamais eu aucune prise sur le temps et je ne voudrais jamais en avoir une, pour moi essayer de le retenir c’était le laisser s’échapper encore plus vite. Enfin, faudrait quand même que je commence à y réfléchir parce que j’ai quand même vingt et un ans. Je vis que Saule était tout rouge et je lui ébouriffai les cheveux. Puis je reportais de nouveau mon attention sur Maedren dans l’attente d’une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Lun 9 Juil - 23:45

Maedren s'était levé avant le soleil, et l'avait regardé se lever, prendre de l'altitude. Puis il s'était assit à son bureau et avait écrit. Il passait beaucoup à écrire. Des lettres de tous genre, des ordres, de demandes... Tout se faisait à l'écrit. Tout était archivé. Il gardait une preuve de tout, si son empire ne s'écroulait pas c'était car il était organisé et méthodique. il ne laissait personne marcher sur ses plates-bandes, ni contester son autorité. Il verrait lorsqu'il aura relever cette Cité, lorsqu'elle sera devenue autonome, et la plus puissante du Royaume ! Concentré dans ses pensées, il entendit à peine la demoiselle entrée.
Ce fut son odeur, et son regard qui le firent relever la tête.


- Mademoiselle Spring...


Il la salua de sa voix grave, tandis qu'elle, aussi énergique que les jours passés, l'attrapa par le bras. Il suivit docilement, car il savait qu'elle tiendrait parole, elle lui montrerait son monde, et il était curieux. Peut-être avide et intéressé aussi, cela pourrait lui être utile... Mais il cachait ces pensées au fond de lui, il ne tenait pas à ce que Spring l'apprenne, ou s'en doute. Ou qui que ce soit. C'était une chance inespérée qu'il tenait là, alors il n'allait pas la lâcher.

La demoiselle parla, énormément, elle l'entraina dans les rues de Zakar, et lui présenta de nombreuses personnes. Son mentor, qui semblait distant, et à juste titre. Il n'était qu'un intrus, ce n'était pas sa place ici... Mais Maedren ne intéressait pas à lui, pas important. il y en avait des dizaines de comme lui dans cette ville. Cependant il se prit le bec avec l’autre, qu'il n’affectionnait pas vraiment, Link. A vrai dire il n'appréciait pas grand monde, et ça n’empêche pas le monde de tourner...

Cependant le garçon qui était aussi présent n'avait pas encore sa place dans son monde, il était comme perdu, nageant enter plusieurs eaux. Malléable.


-Spring, je t’avais déjà parlé de June ? me demanda-t-il
-Oui, la fille dont tu es amoureux, tu lui as dit ?
-Ben en fait, j’ose pas, je sais pas comment faire. Tu peux m’aider s’il te plaît.
-Ben, tu sais moi, je vais te sortir un truc bizarre. Eghir, t’as pas un conseil à lui donner ? »

Maedren haussa un sourcil et s'arrêta de façon à bien observer le garçon. En effet Spring n'était pas la bonne personne à questionner, elle avait tellement son monde, tellement elle, tellement différente, tellement.. vivante. On ne peut pas adapter ce qui va à Spring à qui que ce soit... impossible.
Le garçon, avait les yeux brillants, les cheveux en bataille, et une petite grimace timide. Comme hésitant un peu de demander l'avis d'un inconnu aussi imposant, de dévoiler sa vie et ses petits secrets... Mais c'était trop tard.


- il te faut être toi même, te trouver. Si la regarder de loin te suffit, attend toi à la voir avec d’autres hommes, heureuse. Si ça ne te fait rien alors tu n'as pas besoin de conseil, continue à te cacher, tu finiras comme un individu parmi tant d'autres, perdu dans la masse. Ensuite tu peux l'épater, la conquérir, faire le fière, ameuter l'attention sur toi, et la gagner. Avec un petit tour, comme tous tes amis savent bien faire, je ne doute pas que tu deviendra rapidement le centre d'attention de tout le monde. Idolé par les filles, détesté par les autres garçons. Tu ne risques pas de faire de vieux os, tout le monde nourrira de la rancœur contre toi, mais si tu es capable de te détacher de tout ce qui est matériel, alors c'est pour toi. Tu auras la fille que tu veux, elle viendra vers toi seule, ne voyant que toi.

Le garçon l'écoutait attentivement, se cherchant. Maedren faisait parti de la dernière catégorie, celle qui avait fait celui qu'il était. La plus puissante, la plus courante, mais tout le monde passe à côté, ne se rendant pas compte de leur chance. Il continua donc, afin de présenter sa catégorie.

- Et ensuite, il y a les autres. Il y a les discret, les timides plein de charmes. Tu peux conquérir qui tu veux, avec de bonnes manières, un joli sourire, et du romantisme. Tout le monde possède ces qualités au fond sois, mais faut-il encore s'en servir... Tu resteras discret, mais tu auras ce que tu veux. Ceux qui croiront dominer en fait n’auront aucun pouvoir, car toi,
il toucha l'emplacement du coeur du garçon, tu sais toucher les gens. Tu sais t'en faire des amis, tu sais ce que tu veux. Il te faut juste apprendre à l'avoir.

Eghir se tu. C'était comme ça qu'il avait réussit. Pas besoin de graisser des pattes, il avait su briser tous les grands. Personne ne pouvait rien contre lui car personne le le voyait vraiment. Peut-être même aujourd'hui tous ses camarades n'avaient pas fait le lien entre lui, et celui qu'il était à l'époque.. S'ils savaient...

- Va la voir, emmène là discrètement hors de portée de voix et de vue. Pas un endroit fermé, laisse la libre. Un endroit beau, que tu aimes. Parles-lui. Racontes-lui. Puis lorsque vous serez assez proches, dis-lui ce qu'elle ai pour toi. Prends ton air amoureux mais sensible. Ne l’effarait pas. Ne sois pas brusque. Laisse-lui le temps qu'il faudra, et multiplie les petites attentions discrètes à son égard. Ne ferme jamais ta porte pour elle, et lorsqu'elle sera prête, elle sera tienne. Ne la force pas à se confronter aux autres, ça les freine bien souvent. Bien entendu, elle peut immédiatement répondre à tes avances, si tu as su la convaincre. Si tu l'as séduite discrètement, par tes manières et ton sourire.

Il se tu et regarda le petit devant lui. il semblait réfléchir. Il passa sa main dans ses cheveux et les ébouriffa.

- Allez, file ! Une demoiselle t'attends.

Il lui fit un clin d'oeil et le partit garçon disparu en vitesse. Maedren se tourna vers Spring qui le regardait attentivement. Il haussa les épaules et lui emboita le pas. Il serait bientôt l'heure de manger... Son ventre criait famie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Mar 31 Juil - 13:53

Je souris puis regardai où était les autres. Ils s’étaient dispersés et faisaient des démonstrations un peu partout sur la place. Eagle vendait ses pâtisseries et Saule Pleureur avait disparue au coin d’une rue. Joker s’approcha derrière moi et je le sentis venir se frottait contre mes jambes alors que Monsieur restait sagement couché à côté de son maître. Je pris le petit renard dans mes bras caressant sa douce fourrure rousse. J’adorai plonger ma main dedans, c’était tout doux. A la maison on avait aussi un chat mais il n’aimait vraiment pas Joker et ils passaient leur temps à se courir après. C’était assez épuisant à la fin surtout quand ils se servaient de nos jambes pour se cacher. Je m’étais ramasser, face contre terre, plus d’une fois à cause d’eux.

« SPRING chérie. Viens voir ! » m’appela Moon

Midnight était venue directement et m’attrapa par le bras et m’emporta sans me laisser le temps de d’ouvrir la bouche. Je me retrouvais devant un étalage rempli de bijoux et de masques magnifiques, tous très colorés. J’étais émerveillée devant tout ça. C’était si beau. Aussitôt, nous nous jetions toutes les trois, sur notre argent, le sortant de nos poches.

« -Rah ! On est ruinée ! s’écria l’une des jumelles
-C’est la dèche. poursuivit l’autre
-Pas pour moi en tout cas.
-Forcément Spring, toi tu as ta mère pour t’aider un peu. Enfin un peu… Vous êtes vachement riche quand même.
-Et elle trouve encore le moyen de venir me voler à la boulangerie.
dit Eagle en passant
-La différence entre elle et vous, c’est qu’elle ne dépense pas tout.
-C’est facile à dire Will, il y a tellement de belles choses partout où on va.
-Faut savoir se retenir. »


Je souris et dis aux jumelles que je pouvais bien leur offrir un truc. Elles me sautèrent au cou dans un parfait ensemble et sans Maedren, derrière pour me retenir, je crois que je serais tombé sous leur poids. Joker, qui était toujours dans mes bras couina et trouva le moyen de s’échapper. Il retomba sur ses pattes et partit, la tête haute. Personnellement, je choisis un bracelet et un masque aux grandes plumes colorées. Puis nous décidâmes d’aller manger dans une petite auberge. J’attrapais le gouverneur par le bras.

« Il est possible que le repas soit un peu écourté par ce que, dans le genre, on est les champions pour s’attirer des ennuis et devoir se mettre à courir pour éviter de se faire massacrer. » lui dis-je avec un grand sourire innocent

Nous nous installâmes tranquillement et tout ce passa bien jusqu’à ce qu’un type pas poli vienne demander à Moon de lui donner sa chaise. Et pas très gentiment. Je cite : « File-moi ta chaise sinon je te casse la gueule, pigé ? ». Les mecs s’étaient aussitôt levés pour défendre la jeune fille et même Maedren avait ouvert la bouche pour parler. Mais ce fut sa sœur qui réagit le plus vite, elle se leva et foutu son poing dans la tête du mec. Il avait l’air tellement pressé d’avoir ce poing… Il ne fallait pas croire que les jumelles étaient aussi innocentes, gentilles, discrètes et matures qu’elles ont l’air. Elles se protègent entre elles et peuvent devenir très, très violentes. Voir complètement sadiques. Midnight attrapa le pauvre type par le col et le fixa d’un regard effrayant.

« Si tu lui parles encore une fois comme ça c’est moi qui te casse la gueule. Maintenant dégages et va apprendre la politesse vermine ! »

Elle le lâcha le poussant loin de nous. Je levai les yeux au ciel alors que Link lui disait d’y aller doucement.

« -C’est là que tu peux commencer à t’inquiéter parce que, si il a des copains avec lui, ils vont tous se ramener. dis-je à Maedren
-Spring, si c’est le cas, tu emmènes le gouverneur loin d’ici. Il ne faudrait pas que sa réputation soit salie parce qu’il a été pris dans une bagarre.
-Tu t’es jamais occupé de notre réputation à nous.
dit Link
-Mais tu ne fais pas de la politique que je sache. C’est une chose très importante dans ce milieu. Nous on s’en fout, tant qu’on fait de bon spectacles alors tout va bien pour notre clientèles.
-Et pour nous-même ?
-Personnellement, peu importe ce qu’on pense de moi, ça ne m’intéresse pas.
intervins-je
-Ouais bah pas moi.
-Link, la plupart du temps c’est à cause de toi qu’on a des problèmes alors fermes ta gueule. »


C’est alors que qu’un groupe d’hommes entra et se tourna vers nous. Je pris Maedren part la main et l’entraînai à ma suite. Nous sortîmes discrètement sans qu’ils nous remarquent. C’était que j’avais l’habitude. Eagle m’obligeait toujours à partir quand ça tournait mal, il était quand même assez protecteur et malgré qu’il fasse toujours semblant d’être de mauvaise humeur et d’aimer personne, il était adorable.
Bref, je finis par m’arrêter et je lâchai le gouverneur.

« T’inquiètes pas pour eux, ils ont l’habitude. » dis-je

Puis je me mis à parler de tout et de rien en sortant mon nouveau bracelet. Je n’arrivais pas à le mettre et donc je demandai à Eghir de m’aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Mar 31 Juil - 16:15

Spring acheta quelques breloques sur une étale puis toute la petite troupe se dirigea vers une auberge. La jeune femme prit le gouverneur par le bars et le mis en garde

« Il est possible que le repas soit un peu écourté par ce que, dans le genre, on est les champions pour s’attirer des ennuis et devoir se mettre à courir pour éviter de se faire massacrer. »

Eghir haussa les sourcils puis la regarda avant de sourire. Il se demandait encore comment cette fille faisait pour l'étonner. Bien entendu ça allait dégénérer. Il songea à ce qui allait se passer si les rumeurs courraient qu'il créait des bagarres dans les tavernes des bas-fond. En fait... il n'en n'avait cure. Les bas-fonds, il connaissait et savait que personne ne le reconnaitrait. Pas qu'il soit banal, loin de là, mais il savait faire profil baset avait crée son personnage.
De toute façon, il savait se défendre. Ce n'était pas un guerrier, loin de là, mais il prenait soin de sa silhouette, et pratiquait une activité physique régulière. il avait ainsi apprit les techniques de base pour se défendre. Il était gouverneur donc les risques étaient importants.
Tous commandèrent à manger et à boire et la discussion fila. Ils parlèrent de tout et de rien jusqu'à ce qu'un homme arrive et agresse une des demoiselle à leur table. Sa soeur prit sa défense et l’intrus parti le visage en sang, la queue entre les jambes.
Le gouverneur se demanda pourquoi ce type était venu. Ils étaient une bonne tablée, et il y avait encore de la place ailleurs.. A part pour le plaisir de dominer une femme et de se battre, Eghir ne voyait aucune raison.

Comme Spring le lui avait murmuré après l'incident, une bande de gredins des rues fit interruption dans la paisible auberge. Qui ne serait plus paisible bien longtemps.
Spring se leva rapidement et entraina le gouverneur à sa suite, qui ne résista pas. Il n'était pas un héros, et il avait passé l'age de bastonner.

La demoiselle emmena son invité dans des petites ruelles désertes et elle finit par s'arrêter.


« T’inquiètes pas pour eux, ils ont l’habitude. »

Eghir l'observa et en déduit qu'elle savait de quoi elle parlait. Il se demanda un instant si elle avait déjà participé à ce genre de bataille, et il eut sa réponse sans trop chercher.
Non.
Elle n'avait pas un physique de guerrière, et ce n'était pas dans son tempérament de se bagarrer de la sorte. Et puis cette petite famille, bien que d'apparence désinvolte veillait sur cette demoiselle.
Celle-ci interrompit son babillage et le fils des pensées de Maedren en lui demandant d'attacher son nouveau bracelet.

Eghir ne se fit pas prier et se saisit du bijoux. Celui-ci était coloré mais pas vulgaire, et lui allait parfaitement. Maedren attacha le bracelet puis descendit doucement ses mains vers celles de Spring. La demoiselle était immobile, le souffle court. L'homme sourit et prit délicatement la main de la jeune fille dans les siennes. Il les regarda et les caressa avant de poser une question qui lui brulait les lèvres.


- As-tu un amoureux ? Car je suis certain que ces mains délicates savent combler de plaisir ton amant...

Il plongea ses yeux bleus dans ceux bicolores de la jeune fille. Un sourire vint étirer les lèvres de Maedren, faisant apparaitre ses petites fossettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Mar 31 Juil - 22:06



Un sourire, Deux sourires, Trois sourires...



Je souris légèrement.

« Non, je n’en ai pas. » répondis-je

La plupart des hommes que j’avais rencontré me trouver trop étrange et ceux qui avaient rencontrés mes proches nous prenaient tous pour des cinglés. Ça ne me gênait. Moi, tant qu’on laissait ma liberté tranquille, que je pouvais aller où je voulais quand je voulais ça ne me dérangeait pas. Quand j’étais petite, mon père s’inquiétait toujours quand je sortais toute seule et des fois il m’obligeait à rester à la maison. « C’est pour ton bien. » me disait-il. Mais j’avais l’impression d’être un oiseau dans une cage qui aurait voulu aller voler dans le ciel mais qui devait se contentait d’un minuscule truc à barreaux. Ma mère avait tout de suite comprit qu’il fallait me laisser faire ce que je voulais « pour mon bien » et que je savais très bien me débrouillai. Etre non-violente ne me posait aucun problème. Si j’avais des problèmes, il suffisait de surprendre un peu mes agresseurs pour faire diversion et après hop ! Je file. Pas bien difficile.
Je revins à Maedren.

« Tiens, t’as des fossettes toi ? J’avais jamais remarqué… » dis-je

Puis je levais une main faire son visage pour les effleurer doucement. Il fallait dire qu’il ne souriait pas très souvent. Je souris à mon tour. J’aurais bien aimé avoir des fossettes moi aussi malheureusement ce n’était pas le cas. Je laissais retomber ma main toujours aussi souriante et j’ouvris la bouche pour poser à mon tour une question mais Saul apparut au bout de la rue avec une fille. Ça devait être June.

« -Spring ! Tu sais où sont les autres ? me demanda-t-il
-Oui, ils sont à une auberge mais ça à un peu dégénérai alors tu ferais mieux de ne pas y aller.
-Comment ça dégénéré ? demanda son amie
-T’inquiètes pas, c’est la routine chez nous. »

Puis ils disparurent. A leur place, Joker arriva mais je n’y fis pas vraiment attention. Mon renard allait et venait comme il le voulait. A place mon attention se vocalisa de nouveau sur le gouverneur.

« Et toi ? Tu as une amoureuse ? » demandai-je

J’avais penché la tête sur le côté. Mince alors, j’avais attrapé le truc de ma mère. C’était elle qui faisait toujours ça et maintenant ça avait détint sur moi. Bon, ce n’était pas très grave après tout.
Je plantai mon regard dans celui de Maedren, comme il l’avait fait juste avant, attendant patiemment sa réponse.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Jeu 2 Aoû - 21:30

Non, je n’en ai pas.

Le gouverneur ne sut s'il devait s'en réjouir, d'un côté cela voulait certainement dire qu'il était autorisé à aller plus loin. Puis la demoiselle abonda dans ce sens et lui caressa la joue, légèrement. Suffisamment pour électriser sa peau. Elle retira sa main et ouvrit sa bouche. Maedren ne sut trop ce qu'elle allait faire mais des indésirables surgirent soudain. Spring se tourna vers eux et leur parla, mais Eghir n'écoutait pas. Il l'observait, elle. Il ne l'avais jamais vraiment regardé avec ces yeux gourmands, ces yeux d'hommes. A vrai dire, il l'avait plutôt considéré comme une gamine irresponsable, mais depuis quelque temps, depuis qu'il s'était plongé dans ses yeux, il la redécouvrait.
Elle était mince, très mince même, mais cela ne la privait pas des formes élémentaires. Et surtout son visage. Lorsqu'elle le tourna de nouveau vers lui, il admira. C'était certainement ce qu'il y avait de plus beau chez elle (en son habillé).
Ses yeux étaient vivants, heureux, rien qu'en les regardant, ça faisait chaud au cœur. Et ses petites pommettes qui donnaient envie à l'homme de les parcourir du bout des doigts et de redescendre jusqu'à ses lèvres. Ses lèvres... Une vrai merveille, dont il lui tardait de gouter. Elles étaient pleines, et légèrement rosies. Elles étaient légèrement entrouvertes, laissant apercevoir ses dents blanches.
Les délicieuses lèvres entamèrent un ballet sensuel, surtout pour le mot "amoureuse".
Maedren releva les yeux jusqu'à croiser le regard coloré de la jeune femme.

Une jeune femme blond se superposa momentanément à Spring mais Maedren ne s'y attarda pas. L'amour ne faisait pas parti de sa vie. Il devait L'oublier, et Spring qui lui faisait face était toute aussi charmante. Mais il ne ressentait pas cette même pulsion presque violente pour elle que pour Lola. Spring était plus délicate, plus vive..
Pourquoi les comparait-il ?
Elles étaient toutes les deux terriblement différentes et pourtant tellement semblables... Une même énergie et joie de vivre les faisaient briller ! Tandis que ses autres "conquêtes" étaient moins.. originales. Plus sobre, mais toutes aussi palpitantes. Enfin palpitantes.. Il ne devait pas trop s'avancer, tout n'était pas encore joué avec la blondinette qui lui faisait face.

Eghir pencha la tête de façon à poser son front sur celui de la jeune fille, leurs nez se frôlant. Leurs souffles se mêlaient mais leurs lèvres restaient éloignées.


- L'amour n'a plus sa place dans ma vie, voilà bien longtemps que je l'ai banni. Mon travail est tout pour moi, et s'il m'arrive de le regretter, rien ne me fera y renoncer. Même si j'en souffre.

Il regarda Spring, cherchant à la déchiffrer, ce qui n'était pas bien compliqué pour un expert comme lui. Les femmes et les réactions étaient sa spécialité. Il avait l'habitude des masques et Spring étant naturelle, elle ne savait pas jouer ce jeu aussi bien que ses "conseillers", ce qui l'arrangeait.
Maedren avait mis les choses au clair, elle savait à quoi s'attendre. A décider si pour elle le jeu en valait la chandelle, ce serait à elle de prendre une décision.

Afin de l'aider un peu, Eghir rapprocha lentement ses lèvres de celles de la demoiselle, lui laissant le temps de réagir. Il effleurait lentement l'objet de ses désirs (qui étaient simplement ces lèvres, pour le moment), savourant ce moment. Le préambule. Le court instant, ou rien n'est sur, ou tout risque de basculer en une fraction de seconde. Si Spring ne voulait pas, elle n'avait qu'à rompre le contact, il l’accepterait. Mais elle pouvait approfondir ce baiser, et il le désirait. Mais il ne la forcerait pas.
[Edit Lola:HEEEEEEEEEY!! C'est MON Maedreninou! Grrr! XDD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Sam 4 Aoû - 14:42



Un sourire, deux sourires, trois sourire... ET UN GROS BISOUS!



Quand Maedren m’avait dit que l’amour n’avait pas de place dans sa vie à cause du travail j’avais déjà une surprise puis je m’étais dit qu’il valait donc mieux laisser tomber. Puis j’avais souris, c’était faux enfin pas complètement c’est juste qu’il y mettait un peu trop de mauvaise volonté. Ma mère aussi était une sage des plus occupés, elle faisait tout le temps plein de truc en même temps, prenait toutes les occasions qui se présentaient et surtout avait la mauvaise habitude de faire tout à la dernière minute. Pourtant elle avait eu mon père et c’était occupé de trois enfants et de la maison. Bien sûr elle avait reçu un peu d’aide mais elle avait très bien réussis à combiner amour et travail sans problème. Le truc c’est juste qu’il ne fallait pas les mêlaient. Si Will n’était pas devenue une Ombre, mon père et Arnatis serait encore là… Mais même avec ça ma mère avait réussie à rester debout et à continuer. Alors franchement, je ne vois vraiment pas comment le gouverneur n’y arriverait pas.
Mais au moins il m’avait prévenu. Quand il frôla mes lèvres je frissonnais. Il me laissait le choix, je l’avais bien compris. Il fallait donc que je me décide. Je l’aimais beaucoup mais avec ce qu’il m’avait dit est-ce que j’étais vraiment prête? Oh et puis zut !
Je répondis à son baiser. Je n’allais pas me laisser impressionner juste par quelques paroles. Et je voyais bien que lui aussi n’avait pas envie de je me détache.
Alors que notre baiser s’intensifiait j’entendis un grand cri et je me détachai légèrement. J’ouvris de grands yeux en voyant le spectacle qui s’offrait à moi. Puis je posais mon front sur l’épaule d’Eghir riant légèrement. Là, au bout de la rue je venais de voir passer tous mes amis, courant comme des fous, poursuivis par les colosses de l’auberge. Et Link -juste derrière Will, l’avant dernier- hurlait comme une petite fille. Ce qu’il n’avait encore jamais fait jusqu’à maintenant et pourtant, il criait souvent. Et à la fin de tout ça Saul et June essayaient de rattraper tout ce petit monde essayant de les convaincre d’arrêter leurs conneries. Je me détachai de Maedren avec un grand sourire. Quels idiots !

« Désolé mais je vais devoir aller les aider. Je ne veux pas que tu sois mêlé à ça alors je te retrouve au palais quand j’ai terminé. Comme ça tu auras le temps de finir le travail que tu étais en train de faire quand je suis arrivé ce matin. » dis-je

Puis sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit je partis, lui faisant un petit signe de main. Puis je me mis à courir pour rattraper les autres. Je dépassais tous les grands cons qui poursuivaient mes amis et accélérant encore pour rejoindre Eagle tout devant. Je dépassais tous les autres –j’étais très rapide- et me mit à la hauteur de mon ancien maître.

« -Alors ? Comment vous avez fait pour vous retrouver dans une situation pareille ? demandai-je
-Bah comme d’hab’. Et toi ? Où il est maintenant Maedren ? Et j’ai vu que vous vous étiez un peu rapprocher.
-Reparti chez lui. Te mêles pas de ça Eagle et le dis pas aux autres. Ils vont encore en faire tout un plat et j’ai pas envie qu’Eghir s’enfuit en courant.
-Comme tu veux mais je pense qu’ils vous ont tous vu.
-Merde !
-Bon on va où ? Tu vas nous trouver un itinéraire pour les semer n’est-ce pas ?
-Bah je connais pas cette partie de la ville.
-Putain Spring ! T’aurais pu prévoir qu’il allait se passer un truc comme ça et venir ici !
-T’avais qu’à le faire toi. Et puis tu devrais savoir que je suis comme ma mère, toujours à faire les choses à la dernière minurte.
-Sans blague ! »

Je cherchai un point de repère et quelques minutes plus tard alors qu’on commençait tous à fatigué –enfin pas nos poursuivants- j’en vis un. Je tapais dans mes mains pour attirer l’attention des autres et leur indiquer une ruelle. Puis je leur fis signe de se séparer. Joker apparut alors de derrière des tas de cageots et je me jetais de là où il venait. Eagle et Moon qui m’avaient suivis m’imitèrent juste à temps pour ne pas que les colosses nous voit. Sauf que la contorsionniste aperçut une ENORME araignée et ouvrit la bouche pour hurlait. Je lui sautais dessus, l’empêchant de nous faire repérer en lui couvrant la bouche avec mes mains. Elle avait horreur de ces bestioles tout comme sa jumelle. Une fois que je n’entendis plus les bruits de courses je la lâchai et elle sortit de la cachette en hurlant, sautant partout et s’époussetant. J’avais presque réussis à la clamer quand Eagle lui mit à de centimètres de son nez un bâton sur lequel se tenait l’insecte cauchemardesque. Elle se remit à crier.

« -Ah bravo ! C’est malin. Quel gamin. dis-je
-Arrêtes Spring, si je ne l’avais pas fait ça aurait été toi.
-Ok j’avoue. »

Puis nous repartîmes dans le sens inverse et nous retrouvâmes les autres. Moon se mit à raconter comment une araignée aussi grande que sa main avait essayé de lui sauter dessus pour l’attaquer avec plein d’autres exagérations.
Finalement je finis par m’en aller pour aller rejoindre Maedren laissant la troupe seule et en leur conseillant d’éviter les problèmes pour le reste de la journée. Je n’étais même pas sûr qu’ils y arrivent.

***

« -Vous ne lui êtes pas tombé dessus aujourd’hui à priori. dit la servante
-Bah oui, vous doutiez de moi ?
-Un peu.
-…
-Beaucoup.
-Bonjour la confiance ! »

Elle voulut annoncer au gouverneur que j’étais là avant de me faire entrer. Pff, ça m’énerve les trucs comme ça. Ca me fait perdre du temps pour rien. J’entrais sans lui laisser le temps de placer un mot. Eghir était debout et je m’approchai, le prenant dans mes bras (GROOOOOS CALINOU, hein Bernadette-l’ermite ^^).

« Ouah ! Je suis fatigué ! Je commence à me faire vieille, les course-poursuites c’est plus de mon âge. » dis-je avec un grand sourire

Puis je l’embrassai sur la joue et lui demandai de me faire visiter sa demeure parce que je n’avais presque rien vu. (elle va tester le matelas et là encore je dis, « hein Bernadette-l’ermite !♥♥♥)







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Dim 5 Aoû - 22:27

Spring répondit après quelques secondes à son baiser. Cependant un bruit de cavalcade les interrompit. Sa troupe... Elle s'excusa auprès de lui, car sa place était avec ses amis. Il pouvait retourner à son travail.
Le gouverneur soupira alors que la silhouette féminine s'éloignait dans la ruelle. il ne fit rien. Ne prononça pas un mot. Il se mit en marche.

Marcher lui permettait habituellement de réfléchir, mais il avait du mal cette fois. Cette fille était volubile et il savait que cela ne changerait pas. à la moindre chose elle pouvait être capable de aprtir en courant et de le planter là. Il ne supportait pas cela. il n'était pas devenu Gouverneur pour que n'importe qui le convoque selon son bon vouloir ! Il allait devoir trouver une astuce...
Il pénétra dans sa résidence et n'avait toujours rien trouver. Ses pas ne faisait aucun bruit comme il l'amait. Il arriva dans son bureau et retira ses bottes. Il senti la moquette sous sa plante des pieds et il sourit. Il ignnorait pourquoi mais cela le calma immédiatement.
Et ça lui apporta la solution.

Il fallait que ce soit elle qui vienne. Qu'elle entre dans son dommaine, qu'elle se plie à ses règles. Il garderait des trous dans son emplois du temps si elle le désirait, mais il ne se consacrerait plus jamais entièrement à elle, car elle était capable de tout planter. Si jamais elle abandonnait un de ses crénaux, elle le pouvait, mais elle devrait faire avec, et elle ne pourrait plus le revoir avant le prochain...
Cette idée n'était pas si mauvaise... Si on pensait qu'elle pourrait se satisfaire de simples créneaux. Et il était probable qu'elle vienne surtout le soir. Dans ce cas... Son plan n'était pas si parfait !

Eghir soupira fortement, remis ses botte et tenta de reprendre son travail. Mais ses pensées s’envolaient perpétuellement et il soupira de nouveau. La journée serait bientôt finie, après Spring ne pourra plus occuper toutes ses pensée, ni son temps.
Il se leva, agacé, et c'est à cet instant la demoiselle entra dans la pièce, sans frapper ni s'annoncer. Le gouverneur hésita à soupirer une nouvelle fois avant de s’abstiendre.
Elle l’enlaça et l'embrassa sur la joue.

Ouah ! Je suis fatigué ! Je commence à me faire vieille, les course-poursuites c’est plus de mon âge.

Maedren en répondit rien, se contentant d'un sourire blasé. Puis, suite à la demande de la jeune femme, il lui fit visiter le palais. Certains couloirs, avec les salles qu'ils desservaient. La salle bleue était certainement la plus remarquable, avec un énorme bassin aquarium, qui occupait tout un mur. Puis d'autres salles particulières, chacune avait sa petite touche d'originalité, qui permettait de varier les ambiances. Il finit sa visite par les jardins... Ceux qui étaient dans le palais, avec les allées blanches, et avec le bassin. Le dessus de l'aquarium de la salle bleu. Des bancs étaient disposés par endroits, parfois cachés dans la végétation pour procurer un peu d'intimité.
C'était l'endroit que Maedren préférait, même si cela évoquait parfois de mauvais souvenirs. Le calme et la beauté du lieu avaient le don de le calmer.

Spring était toujours accrochée à son bras et le gouverneur lui sourit, lui désignant un banc.


- Alors cette visite ..?


L'homme prit une mèche des cheveux blonds de la jeune femme dans ses doigts. Leur contact étaient doux, promettant de très agréables ébats. Il posa délicatement ses lèvres sur celles de la jeune femme, pour l'embrasser tendrement.
Eghir gardait son côté plus fougueux pour plus tard... Il n’était pas toujours sur du choix de Spring, alors il ne préférait pas l'effrayer. Mais si elle tenait à ce que leurs échanges soient plus forts, pas de soucis ! Il était près à lui faire l'amour ici, dans l'herbe verte et parfaitement entretenue, entre le rosier blanc et le cerisier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Jeu 9 Aoû - 22:18

Le palais était magnifique, surtout la salle bleue avec cet énorme bassin aquarium. J’avais ouvert de grands yeux émerveillés tout au long de la visite. Des fois je regrettais vraiment que ma mère n’est pas choisie une demeure plus grande. Et quand je lui demandai pourquoi elle ne l’avait pas fait avec tout l’argent qu’elle avait, elle me disait qu’une maison plus grande c’était forcément un endroit où elle pourrait perdre plus de chose. Elle disséminait des livres, des papiers importants et des courriers un peu partout et en effet, je l’imagine mal dans une demeure plus vaste. Ça serait une vraie catastrophe et fatal à Boris. Boris, c’est l’assistant de ma mère, elle l’a récupérer en obtenant une place plus importante dans son travail et celui qu’elle remplaçait s’en était débarrassé parce qu’il ne lui servait à rien. D’ailleurs la première fois que je l’avais rencontré, il m’avait avoué qu’il s’ennuyait à mourir avec son ancien employeur. Alors qu’avec ma mère, il avait du travail tout le temps, courrait tout le temps partout. Et ça lui plaisait… Tant mieux pour lui.
Pour terminer, Eghir m’emmena dans les jardins. C’était magnifique et très bien entretenue. J’avais un sourire jusqu’aux oreilles et je regardai un peu partout. Le gouverneur me désigna un banc en souriant et je m’assis, observant le magnifique rosier blanc et le cerisier autour de moi. Il attrapa une mèche de mes cheveux puis m’embrassa tendrement. Je répondis à son baiser.

« Cette visite était très agréable et ton palais magnifique. répondis-je en me détachant légèrement puis j’ajoutai, Je m’excuse d’être partie si vite tout à l’heure mais ils avaient vraiment besoin de moi. Je sais que tu n’as pas apprécié et je suis vraiment désolé. »

Il me regarda avec étonnement, c’est vrai que je n’étais pas avec lui et qu’il cachait bien ses émotions et j’en voyais souvent des gens comme ça. Qui se cachait derrière une barrière de sourire polie, faussant le jeu qu’était la vie en faisant semblant d’apprécier tout le monde.

« Tu sais c’est pas parce que je ne cache pas mes émotions, que je dois avoir pas loin de la moitié de ton âge et que je suis pas gouverneur que je suis idiote. J’ai bien vu ton sourire quand je suis arrivé. Sourire typique des sages, vous avez tous le même de toute façon. Pas difficile à remarquer. Et puis aussi je sais très bien que ça vous énerves tous quand les gens partent comme ça, vite et vous laisse en plan. Ça vous donne l’impression de ne plus être important du tout et alors quand après on se laisse pas annoncé. Le bouquet ! Enfin, moi je dis ça, je dis rien. Mais en tout cas je te préviens que tout ça, m’ennuie à un point impossible et donc si tu essaies de me faire devenir la parfaite demoiselle faîte sur mesure, je me barre. La politique, c’est pas un milieu pour moi, j’ai l’impression d’étouffer, d’être emprisonnée. » dis-je

Il m’avait prévenue pour son travail, je le prévenais moi aussi sur mes inconvénients. Ma mère et Boris ont toujours essayé de m’initier à leurs bonnes manières et tout leur tralalala mais ça ne rentre pas. Enfin si, quand elle m’emmené dans ses soirées à l’occasion, là je veux bien jouer le jeu. Mais au bout d’une heure, je suis obligé de sortir. Tout ça est programmé à l’avance, c’est comme une pièce de théâtre révisait depuis le début de leur vie et il n’y a aucune surprise. Et ça, je ne peux pas supporter et ça ne sera jamais le cas. Et pas non plus le cas pour Eghir.
Il ne dit rien. Et je souris légèrement. Tout le monde disait que j’avais un sourire si enfantin que ça me rajeunissait beaucoup. Comme si j’étais encore une ado et non pas une adulte.
J’embrassais Maedren posant mes mains sur son torse. Je voulais bien le laisser faire tout ce qu’il voulait maintenant que tout avait été mis au point. Mais je savais qu’il attendait mon feu vert. Bah oui, il était assez poli pour ne pas me sauter dessus sur l’instant sans que je puisse prononcer un mot. Trop gentil. Bref, j’ouvris le premier bouton de sa chemise. J’espérai que personne n’allait débarquer. C’était très bien possible, connaissant mon entourage. Il y en a qui pouvaient venir d’Orusfog jusqu’ici juste pour m’enquiquiner un peu. Et surtout, je ne pouvais pas leur en vouloir parce que j’étais capable de le faire aussi…


[Je mettrais les codes demain]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Sam 11 Aoû - 11:24

La demoiselle répondit à son baiser avant de se détacher légèrement de lui, de façon à parler.

« Cette visite était très agréable et ton palais magnifique. Je m’excuse d’être partie si vite tout à l’heure mais ils avaient vraiment besoin de moi. Je sais que tu n’as pas apprécié et je suis vraiment désolé. »

Maedren fut surpris un court instant. L'avait-elle vu ..? En même temps, c'était logique, qui aimerait ?! Il la laissa continuer.

« Tu sais c’est pas parce que je ne cache pas mes émotions, que je dois avoir pas loin de la moitié de ton âge et que je suis pas gouverneur que je suis idiote. J’ai bien vu ton sourire quand je suis arrivé. Sourire typique des sages, vous avez tous le même de toute façon. Pas difficile à remarquer. Et puis aussi je sais très bien que ça vous énerves tous quand les gens partent comme ça, vite et vous laisse en plan. Ça vous donne l’impression de ne plus être important du tout et alors quand après on se laisse pas annoncé. Le bouquet ! Enfin, moi je dis ça, je dis rien. Mais en tout cas je te préviens que tout ça, m’ennuie à un point impossible et donc si tu essaies de me faire devenir la parfaite demoiselle faîte sur mesure, je me barre. La politique, c’est pas un milieu pour moi, j’ai l’impression d’étouffer, d’être emprisonnée. »


Il n'avait jamais eu l'intention de lui demander quoi que ce soit de tel. C'était lui qui avait le pouvoir, et il ne partageait pas. Si jamais elle prenait de la place, si elle voulait rester, elle deviendrait une de ses maitresse. Peut-être plus officielles que les autres, mais elle ne risquait pas d'avoir plus... Et cela ne 'intéressait pas, heureusement. Par conter, il lui faudrait supporter ses sorties nocturnes, ses autres concubines... Car il en avait plusieurs. La majorité étaient des informatrices, mais quelques une étaient seulement pour son plaisir. Il avait songé une fois, lorsque Lola était apparue, à tout lâcher, mais n'avait pu s'y résoudre. Maintenant, il savait où était sa place. Il n'était pas aussi sombre qu'il le voulait, mais cela suffisait amplement pour le moment, il n'y avait pas de crise.

Spring l’empêcha de répondre et l'embrassa de nouveau, cette fois ses mains se firent plus audacieuses et s'attaquèrent à sa chemise.
Le Gouverneur saisit la nuque de l jeune femme, et approfondit leur baiser, son autre main plaquant le corps de la jeune femme, le caressant avec force. Il glissa une main sous la jupe de la demoiselle, caressant ses cuisses, aussi douce que du velours. Maedren la senti frémir à son contact et la souleva pour la poser dans l'herbe tandis que la jeune femme finissait de déboutonner sa chemise. Il se détacha d'elle, et plongea son regard bleu dans celui bicolore de la jeune femme. Il était temps de passer aux choses sérieuses.
Eghir laissa son instinct le submerger et ôta avec force et douceur les hauts de Spring, et commença à l'embrasser et à la mordiller. Il laissait à ses mains, sur la taille de la jeune fille, leur propre initiative et à sa bouche le loisir de gouter au corps de la demoiselle. Ses mains enlevaient le barrage formé par la jupe de Spring, tandis que ses lèvres remontaient lentement, s'attardant sur la poitrine dressée de la jeune fille. Il senti sa faim décupler, et repris ses baisers et caresses avec plus d'ardeur, oubliant totalement tout ce qui les entouraient, se concentrant uniquement sur cet instant magique, lorsque deux corps se rejoignent pour ne faire plus qu'un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Dim 12 Aoû - 14:40



Boris



Maedren me déposa dans l’herbe au milieu de mes habits éparpillés. Il me fixa un moment et je compris que je n’avais plus affaire au gouverneur polie. Il enleva ma jupe beige alors que je m’attaquais à son pantalon. Ses lèvres remontaient et restèrent quelques secondes de plus sur ma poitrine dénudée. Ensuite ses baisers et ses caresses se firent plus forts et tout comme le gouverneur j’oubliais totalement où nous étions. C’est-à-dire dans les jardins de son palais, cachés seulement par un peu de verdure. Et ça, ce n’était pas prudent en sachant que mon entourage avait le don de débarquait à n’importe quel moment, en fonçant droit sur moi comme des boulets de canons sans faire attention à ce que je faisais. Si il y avait une porte, ils entraient sans frappés et si elle était fermée à clé ils trouvaient une autre ouverture. Mais surtout, ils ne se faisaient jamais annoncés… Un peu comme moi. Mais je crois que j’éviterais quand même d’aller regarder derrière des arbres si j’étais eux. Et cette idée ne les effleurerait jamais. A se demander s’ils réfléchissaient des fois avant de foncer tête baissée. Sûrement jamais…
Mais heureusement pour moi, personne ne débarqua et ne nous découvrit. Je sentais les mains d’Eghir parcourir mon corps beaucoup trop maigre. Et pourtant je mangeais beaucoup, un vrai estomac sur pattes.
Maedren écarta mes cuisses et nous liâmes nos deux corps. Rien n’est plus magique que cela…

♥♥♥

Je respirais profondément alors qu’Eghir se laissait tomber à côté de moi. J’étais essoufflé et trempée de sueur mais je n’allais pas pouvoir me reposer bien longtemps.
Quelques minutes plus tard j’entendis deux voix qui discutaient puis une qui m’appelait. Et je la reconnus instantanément. Je sautais sur mes pieds et lançai à Maedren son pantalon. Je me rhabillai en quatrième vitesse, jurant à haute voix. Mais qu’est-ce qu’il venait faire ici putain de merdre ? Je retournai sur le chemin, sortant de derrière le rosier et le cerisier après mettre fait une queue de cheval haute pour cacher mes cheveux trempés de sueurs et pas très bien coiffés.
Je m’avançais vers une servante qui l’accompagner et qui dès qu’elle me vit me demanda où était le gouverneur.

« Je sais pas du tout. Mais qu’est-ce que tu fais là Boris ? » demandai-je

Il se tenait devant moi, me dominant de toute sa hauteur avec son costume parfaitement ajusté, son air à la fois sérieux et amusé et ses cheveux de jais aussi impeccables que ses vêtements.

« Heureux de vous revoir mademoiselle. C’est votre mère qui m’a envoyé pour vous prévenir et vous transmettre quelques lettres et messages de vos amis. »

Je vis qu’il savait très bien que je mentais pour le gouverneur et s’excusant auprès de celle qui lui avait montré le chemin il m’entraîna à l’écart. Je lui montrai où était Eghir et malheureusement il était encore en train de reboutonné sa chemise. Le sourire de Boris s’agrandit un tout petit peu mais pour lui c’était l’égal d’un rire.

« -Ravis de vous rencontrer gouverneur même si j’aurais aimé que ce soit dans d’autres conditions. Je me nomme Boris et je suis l’assistant de la mère de mademoiselle Tiwedd. dit-il
-Spring, c'est Spring, combien de fois je t’ai déjà dit d’arrêter de me servir tes mesdemoiselles.
-Pas assez pour que j’arrête visiblement. Bref, je suis venue ici pour vous dire que dans deux semaines vous devrez accompagner votre mère à une soirée avec ses collègues. Et oui c’est obligatoire, une heure et demie minimum.
-J’y arriverais pas, je vais péter un plomb avant. J’ai horreur de toutes ces femmes qui se trémoussent et déambulent en vantant leurs magnifiques habits.
-Et voilà vos magnifiques habits avec lesquels vous pourrez vous vantez. dit-il en me tendant une boîte
-Je suis sûre qu’elle doit être magnifique mais je verrais ça plus tard. Mais tu ne m’avais pas parlé de messages ?
-Si, Svetlana, Andrew, Mike, Julius, Mary et Peter menacent de venir vous cherchez et de vous ramener, je cite, par la peau du cul si vous ne revenez pas à Orusfog avec moi. Vos cinq tantes vont peut-être venir aussi. La petite euh… Lioudmila vous a fait un dessin et Pavel m’a donné des partitions pour vous parce qu’il a un problème avec la chanteuse de son groupe.
-Ça fait beaucoup.
-J’irais vous déposez tout ça à votre auberge. Maintenant il faut que je me remette en route.
-D’accord, embrasse ma mère de ma part. »

Il commença à s’éloigner, toujours aussi raide mais au bout de quelques pas il s’arrêta et se retourna.

« -Je dois vous prévenir de quelque chose mademoiselle. dit-il avec un air grave ce qui était rare
-Oui ?
-Je crois avoir aperçu Will en ville…
-Quoi ? Mais c’est impossible, les Ombres sont interdits ici, non ? Et puis tu ne l’as jamais vu.
-Si, sur les photos chez vous, votre mère en a garder dans un carton et je suis tombé dessus en rangeant son bureau. En tout cas faîtes attention à vous, il est dangereux. Tuez-le à la première occasion.
-Hors de question que je fasse ça. Je ne peux pas… Et puis je veux des explications, j’en ai besoin même.
-De toute façon si ce n’est pas vous qui vous vengez ce seront les autorités de la ville qui se chargeront de l’éliminer. »

Puis il disparut après avoir exécuté une petite révérence. Je me laissais tomber à terre. Il devait se tromper… Qu’est-ce que mon frère viendrait faire ici en sachant que c’est dangereux ? Et Maedren ne devait pas comprendre grand-chose puisqu’il n’était pas au courant que mon frère avait tué son jumeau et son père.

«Il faut que j’aille le chercher. S’il est vraiment ici, je suis sûre qu’il viendra à ma rencontre. » déclarai-je en me relevant

Je voulais m’en aller avant qu’Eghir et le temps de me poser une question mais malheureusement et il fut plus rapide et m’attrapa par le poignet.








[Je savais pas trop si tu serais d'accord avec le fait que Will soit peut être dans la ville donc si ça va pas tu me le dis et je change.]


Dernière édition par Spring le Mer 22 Aoû - 20:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Mer 15 Aoû - 15:53

Maedren souffla tandis qu’il s’allongeait aux côtés de Spring.
Cela avait été assez rapide mais puissant. Ils avaient été assez silencieux, et à part les murmures de la demoiselle et des petits cris qu’elle ne pouvait retenir, rien n’était venu troubler ce moment.

Son amante avait un sourire démesuré, comblée. Eghir fut rassuré de voir qu’elle n’avait pas été déçue. Il savait bien entendu qu’elles étaient ses performances, mais la première fois, surtout lorsqu’il ne connaissait pas trop sa concubine, il craignait de faire quelque chose de travers, de ne pas être à la hauteur.

Leur peau luisait, et le vent frais les faisait frémir. Quelques instants au paravent les températures battaient des records, et maintenant que leurs corps s’étaient séparés, et leurs souffles éloignés, ils réalisaient qu’ils étaient nus dehors.


Une voix fit bondir Spring elle se rhabilla en quatrième vitesse, faisant comprendre au Gouverneur qu’il lui fallait en faire de même.


Elle s’éloigna, comme gênée, le laissant se rhabiller seul. Il était entrain de reboutonner sa chemise lorsqu’elle arriva accompagnée. L’homme n’était plus tout jeune, mais prenait grand soin de son apparence.


Ravis de vous rencontrer gouverneur même si j’aurais aimé que ce soit dans d’autres conditions. Je me nomme Boris et je suis l’assistant de la mère de mademoiselle Tiwedd


Maedren lui rendit son salut, passa la main dans ses cheveux afin de les ordonner un peu tandis que la demoiselle débattait avec son protecteur, puisque cela semblait bien être la fonction qu’il s’était attribué.

Ils parlèrent de choses banales, et Eghir ne comprenait pas pourquoi cet homme avait fait le déplacement pour ça. Tandis que l’individu s’éloignait, Maedren se rapprocha de Spring. Le fameux Boris se retourna soudain, et d’un air grave annonça la vraie raison de sa venue ici.


-Je dois vous prévenir de quelque chose mademoiselle

-Oui ?

-Je crois avoir aperçu Will en ville…


-Quoi ? Mais c’est impossible, les Ombres sont interdits ici, non ?


Maedren se tendit. Un Ombre ... ? Dans SA Cité... ? Qui était-il pour prendre un tel risque ?! En tout cas le Boris avait raison, il ne laisserait pas cela impuni. La chasse à l’Ombre serait lancée… Quelle que soit cette personne.


Il faut que j’aille le chercher. S’il est vraiment ici, je suis sûre qu’il viendra à ma rencontre.


Mais Maedren ne lui en laissa pas le temps et l’attrapa par le poignent. Il la ramena vers lui, et approcha son visage. Si près qu’il arrivait à sentir son souffle accéléré par la panique. Cette situation la dépassait, mais elle voulait faire face. Il savait qu’il ne pourrait l’en empêcher. Il n’avait aucun droit sur elle. Il le savait et cela l’accommodait.


- Spring… Que cette personne compte pour toi ou pas, il sera tué. Les Ombres sont interdits ici, et savent parfaitement le sort qui leur sera réservé. Et il souffrira. Alors si jamais, par le plus grand des hasards tu le trouves avant moi, je te conseille de le convaincre de fuir car je n’aurais aucune pitié.

Maedren plongea ses yeux dans ceux de la jeune femme. Ils étaient glaciaux. Il y avait certaines choses avec lesquels on ne jouait pas, et les ombres, comme les assassins, en faisaient parti. Il était déjà agacé de savoir que l’un d’eux avait réussit à pénétré dans sa ville, alors qu'en plus Spring lui apporte son aide... Ca n'allait vraiment pas le fire. De plus il savait qu'il allait forcément l’interroger, pour savoir comment cela avait pu se produire : on Ombre dans cette Cité était pire qu'une profanation.

Le gouverneur lâcha le poignet de la demoiselle qui parti en courant et il fit demi-tour. Il trouva rapidement, comme il en avait l’habitude son chef de garde. Chef de Traque était plus juste, car c’était sa fonction, traquer et débusquer les assassins. Tout comme les Ombres...


- Suis cette fille. Spring. Un ombre tentera de la rencontrer. Ne prends aucun risque. Je veux l’interroger, pour savoir comment il a pu investir Zakar, s’il est seul... Donc vivant, mais s’il pose des problèmes, mort me conviendra aussi. Ne te fais pas remarquer. File vite ! Et ne la perds pas…


L’homme hocha la tête et s’éloigna en courant, à la recherche de la jeune femme. Il savait parfaitement faire son boulot. Des assassins étaient parfois incapables de le repérer, bien qu’ils sachent pertinemment qu’ils étaient recherchés.


Maedren poursuivit sa route tout aussi rapidement et arriva dans la salle des gardes. Tous avaient reçut la même mission à l’encontre des Ombres et assassins, même si certains refusaient de se mettre à chasser les hommes en blanc.


- Un ombre est entré. Réparez moi ça immédiatement ! Mettez vous en binôme et ratissez toute la Cité. Que personne ne revienne tant qu’il n’aura pas été trouvé ni appréhendé. Je vais m’occuper de ceux qui s’occupent de la garde maintenant, afin de les prévenir.


Tout le monde se secoua, et chaque garde parti, armé jusqu’aux dents, en quête de l’intrus. Maedren doutait que celui-ci réussisse à échapper à toutes ces personnes à ses trousses… Il avait décidé de certains, qui resteraient au palais, afin d’en assurer la sécurité, ainsi que de vérifié que l’intrus ne l’avait pas pénétré.

Ses gardes avaient reçus une formation spéciale, afin d’être capable d’égaler un assassin ou un ombre, ainsi ils devraient réussir à mettre la main sur cet homme.


Le Gouverneur demanda ensuite à de nombreuses esclaves du château de patrouiller en ville, ainsi que dans le palais, discrètement, afin de prévenir de l’Ombre. Des femmes, surtout esclaves, avaient tendance à être invisibles aux yeux du monde. Et Maedren avait besoin du plus de personnes possible…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring
Maître Artisan, loyal
Maître Artisan, loyal
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 15/12/2011
Age : 18
Localisation : Hum... Où suis-je? Dans une de mes histoires peut-être...

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Ven 24 Aoû - 9:32



The flower on a window




A peine Maedren m’avait-il lâchait que j’étais partis en courant. Je ne m’arrêtais pas avant d’avoir atteint ma chambre dans l’auberge. Comment un aussi beau voyage pouvait-il se transformer en mon pire cauchemar tout d’un coup. Mon frère, ici ? Est-ce que c’était possible ? Il n’aurait sûrement pas prit autant de risque juste pour me parler. Bien des années avaient passé depuis qu’il avait disparu et il aurait pu venir me voir des milliards de fois sans que ça pause problèmes. Alors il était en mission pour les Ombres et c’était encore plus normal que le gouverneur essaie de le capturer. Je ne savais pas quelle partie prendre. D’un côté il y avait Will, mon frère qui avait tué mon père et Arnatis et de l’autre Eghir. Je savais qu’une personne normale voudrait absolument qu’il se fasse tuer et soutiendrait Maedren mais le truc c’est que je ne pouvais pas. Mais avec ce qu’il avait fait, il restait mon frère et s’il mourrait je ressentirais autant de tristesse que pour ses premières victimes. Je ne voulais pas revivre ça. Mais je me m’étais en danger et mes amis aussi, parce qu’ils allaient forcément devoir se mêler de ça. Et pire ! Si mes tantes débarquaient vraiment. Oh mon dieu ! Qu’allait-il se passer ? Elles allaient trouver Will toutes ensembles et lui règleraient son compte. Elles étaient bien plus efficace à elles cinq qu’un groupe de vingt assassins.
En fait, ce n’était pas mes vraies tantes. C’était juste des amies à ma mère qui se considéraient comme telles. Et avec elles, c’était simple. Où elles t’adoraient, ou elles te haïssaient. Et c’était le cas avec Will. Depuis qu’il avait tué papa et Arnatis, avant ils s’entendaient très bien. Mais bon… C’était normal de leurs parts.
Je ne m’arrêtais pas en chemin et je me doutais que mon frère ne viendrait pas maintenant. Une fois dans ma chambre je remarquai un truc sur ma fenêtre. Il y avait une fleur traçait avec de la peinture noire dessus. Ce dessin était assez simple et je regardais dans le rond du milieu, celui auquel tous les pétales étaient censés être accrochées. Et au milieu de ce cercle on pouvait voir un endroit précis d’un toit d’une maison juste en face. Là, il y avait une silhouette sombre, celle d’un homme et ce n’était pas Will. J’en étais certaine. De là-bas on devait pouvoir voir toute ma chambre et observais mes faits et gestes. Alors une évidence s’imposa à mon esprit. Maedren m’avait fait suivre. J’aurais dû m’en douter. La peinture était sèche en tout cas ce qui voulait dire que ce mec n’avait pas pu voir mon frère. Parce qu’il n’y avait que lui pour faire un truc pareil. Il devait être venu tout de suite après avoir remarqué que Boris le regardait en sachant très bien qu’il viendrait me prévenir. Et le gouverneur aussi. J’étais sûr qu’il en savait plus que je ne le pensais sur moi, sur maman et sur mes amis.
En tout cas, pour lui montrer que je traçais moi-même un grand soleil au-dessus de la fleur après avoir trempée le pinceau dans la peinture restée près de la fenêtre. Ensuite j’allais me laver et me changer. Je revêtis une robe blanche, serrée en-dessous de la poitrine par un ruban rouge et des sandales à talons de la même couleur. Ensuite je séchais mes cheveux et je les brossais soigneusement.(ces magnifiques cheveux blonds qui virevoltent doucement au vent.//VLAN//) Puis, je sortis dehors et je me rendis sur une des grandes places pour raconter quelques histoires. Je m’étais arrangé pour éviter de croisé mes amis. En chemin je remarquais que les soldats étaient plus nombreux et toujours par groupe de deux. Ils cherchaient sûrement tous l’Ombre. Mon frère.
Pendant que je contais un récit tout droit sorti de mon imagination je repérais une des esclaves que j’avais vus au palais. Puis une deuxième. Alors, Maedren les avait envoyés aussi ! Je ne les avais pas vus tout de suite parce que personne ne penserait à les regarder. Elles étaient tout à fait communes et n’attiraient pas l’attention. Il fallait savoir qu’elles étaient là pour les trouver. Parce qu’elles avaient tellement peur que leur réaction les fasses repérer qu’elles faisaient en sorte de ne plus en avoir. C’était en fait l’absence de réaction qui les désigner comme les espionnes d’Eghir. J’eu un demi-sourire. Le toutou qu’il avait envoyé pour me suivre était là aussi. Dans la foule, il relâchait son attention. Il était beaucoup plus facile à repérer puisque je l’avais déjà vu de loin. Ah ! Tout ça montré bien que les troupes du gouverneur avaient encore du travail.

♦♦♦

Je toquai à la porte du palais et ce fus une esclave que je n’avais encore jamais vu qui m’ouvrit. Pourtant elle avait l’air de savoir qu’il ne fallait pas trop que j’entre parce qu’elle me dit qu’elle allait prévenir le gouverneur que j’étais là.

« -Je voudrais juste aller dans le jardin. dis-je
-Oui, je lui dirais. Attendez moi deux minutes. »

Elle voulut partir mais je la retins avec la même fermeté qu’Eghir quand il m’avait retenu moi. Mais moi, au contraire de paraître froide, je lui offris un magnifique sourire très doux et innoncent.

« -Voyons, je voudrais pas l’importuner. Je voudrais juste aller dans le jardin rien de plus. Le gouverneur ne tient quand même pas ces réunions là-bas ?!
-Je… Non…
-Ben voilà. »

J’entrais en la lâchant puis je retrouvais toute seule mon chemin. Je quittais le chemin et j’allais m’asseoir contre un arbre, dans l’herbe. Je sortis les partitions que Boris m’avait données de la part de Pavel et le dessin de la petite Lioudmila s’échappa du tas de feuille. Je le regardai et je souris. Il était mignon tout plein. Cette gamine était vraiment adorable. Quand à Pavel, sa chanteuse devait être encore tombée malade et il voulait sûrement que je prenne sa place pendant quelques temps. Ca arrivait souvent. Et des fois je devais remplacer le pianiste.
Je ne connaissais pas le premier morceau mais le deuxième… C’était une veille (très vieille) chanson que mon père adorait quand il était encore en vie. Il était en train de la chanter la dernière que j’avais entendu sa voix.
Je mis cette partition de côté et je m’entraînais un peu sur l’autre. Je finis par m’endormir là, dans l’herbe après mettre couché par terre, au pied de ce grand arbre.

♦♦♦

Je fus réveillé par Maedren. En ouvrant les yeux je me retrouvais nez à nez avec lui.

« Oh ! Bah mince alors, je crois que j’étais plus fatigué que je ne le pensais. Heureusement que j’étais à l’ombre parce que sinon je serais sûrement toute rouge à cause des coups de soleils. » dis-je

Puis je me redressais. Je le vis prendre la partition que j’avais mise de côté et observai les paroles. Un petit sourire triste se dessina sur mon visage.

« Mais mon amour
Mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour
De l’aube claire jusqu’à la fin du jour
Je t’aime encore, tu sais, je t’aime. »

Je venais de chanter le refrain alors que mes yeux s’embuaient lentement. Je baissais la tête et quand je la relevais j’avais un grand sourire. Sourire. Toujours. Pour être forte, pour aider les autres, pour les faire sourire. Sourire, si ce n’est pour vivre, au moins pour survivre.

« C’était la chanson préférée de mon père. Avant il la chantait tout le temps. Avant qu’on le tue. Avant que Will le tue… L’Ombre que tu recherches est mon frère et en plus d’assassiner notre père, il a réservait le même sort à notre frère, Arnatis qui était son jumeau. Horrible, hein ? Et pourtant je ne laisserais pas personne lui faire du mal, même si je lui en veux horriblement. J’ai pas envie de devoir pleurer un autre mort. Pas une deuxième fois. Et rappelle le mec qui doit me surveiller, il est repéré. » dis-je

Je me remis complètement sur mes jambes après l’avoir embrassé sur la joue et ramassé les feuilles par terre.

« Désolé. » dis-je

De un parce que je ne pourrais pas l’aider et je serais même contre lui et de deux parce que j’allais encore m’enfuir comme une voleuse. Je partis en effet en courant pour éviter qu’il me rattrape et je fonçais cette fois tout droite vers mes amis qui étaient dans une auberge entrain de boire un verre et qui devaient sûrement prévoir d’aller faire la fête. Je leur racontais tout à propos de Will et je leur demandais de l’aide. Link rechigna un peu mais finit par accepter après tous les autres. L’autre Will, pas mon frère, l’acrobate déclara qu’il faudrait attendre que l’Ombre se montre et quand attendant on pouvait quand même aller s’amuser. Pour déstresser un peu. Je les suivis en cherchant toujours en cherchant des yeux mon assassin de frère.

♦♦♦

J’entendis du bruit dehors et je sortis de l’auberge, suivie des jumelles et je vis passer une troupe de soldats assemblée autour d’un homme. J’essayais de m’approcher. J’étais une des seules à pouvoir savoir si c’était bien Will ou non qu’ils avaient attrapé. Parce que c’était sûr que c’était parce qu’ils pensaient l’avoir attrapé qu’ils faisaient ça. Je vis Maedren arrivait et j’essayais de nouveau de passer mais ses hommes m’en empêchaient. Un des leurs me repoussa violement et sans Eagle je serais tombé par terre.

« Putain, ils font chier. Il faut que tu vois si c’est bien lui. Mais comme des cons ils veulent pas te laisser passer. Je vais griller ces fils de putes, peut-être qu’après ils se décideront à bouger leurs gros culs. » dit-il Link

En bon cracheur de feu, il cracha son feu et les soldats s’écartèrent comme prévu. J’en profitais pour me faufiler jusqu’à Eghir et à l’homme. Ils me regardèrent surpris, ce demandant sûrement ce que je faisais là. Le suspect était blessé à l’épaule et il était à terre. Les soldats devaient être bien convaincu parce qu’ils l’avaient frappé plusieurs fois et ils n’avaient pas lésiné sur la force. Je m’agenouillai devant lui et l’observai attentivement.

« -C’est pas Will. Il est un peu trop vieux et puis vous trouvez vraiment qu’il me ressemble. Soyez un peu logique. C’est censé être mon frère, pas un inconnu. Bravo ! Blessé un innocent c’est du joli ça. dis-je
-Enfin quelqu’un qui veut bien me croire. Heureusement, je commençais à désespérer. dit-il
-Vous pouviez. Surtout qu’ils n’avaient pas l’air de vouloir me laisser passer. Allez, je vous embarque, il va falloir soigner tout ça. C’est pas joli, joli. Faudrait pas que ça s’infecte.
-Ça serait bien en effet. »

Will et Link s’approchèrent et l’aidèrent à se relever. Je voulus les suivre mais comme la dernière fois Maedren me retint.

« Quoi ? Tu veux m’accuser moi aussi ? Ou alors m’interrogeait peut être… » dis-je






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouverneur Maedren
Maître Sage, rebelle
Maître Sage, rebelle
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   Ven 24 Aoû - 19:28

Maedren était assit à son bureaux, comme à son habitude. Un homme d’une trentaine d’année était devant lui et lui expliquait les différentes défenses mises en place. C’était cet homme qui gérait la sécurité de la Cité. La sécurité une fois que le danger était dedans.

Sa stature donnait l’impression d’un homme mou, mais le gouverneur savait combien il était retord. Calculateur.
Il s’en méfiait comme de la peste, mais les idées de cet individu valaient très cher. Surtout ses stratégies.

Elysa, la nouvelle secrétaire, entra timidement dans la pièce après y avoir été invitée. Elle se sentait intimidée. Elle qui avait pourtant beaucoup de charisme elle se sentait ridicule comparée aux deux hommes. Elle savait qu’ils étaient extrêmement puissant, et qu’il valait mieux les avoir comme amis.

- Demoiselle Spring vous demande à vous voir… Elle est dans les jardins.


Le gouverneur hocha la tête tandis que la jeune femme se retirait tout aussi silencieusement. Il n’aimait pas ça. Que voulait-elle .. ?
Il finit cependant sa réunion, qui ne s’éternisa pas de trop. Il sorti ensuite afin de la rejoindre et fut accosté par son traqueur. L’homme avait un visage grave, signe d’ennuis.
Il ne fit pas de ronds de jambes et entra immédiatement dans le vif du sujet.

- Elle n’a rien fait que d’aller à son hotel. Mais un homme la suivait déjà. Il doit s’agir d’un ombre… mais il n’est pas très doué… j’ai mis quelques patrouilles sur le coup, afin de le garder à l’œil. Mais il semble vouloir la même chose que moi…

Eghir le regarda et réfléchi rapidement. Certainement un homme de main de ce Will… Il guette le bon moment.

- Continuez à faire votre boulot, ne vous occupez pas de cet intrus, il ne gênera plus très longtemps. Mais je voudrais savoir si d’autres individus prennent contact avec lui. Si rien ne se passe alors on procèdera à son arrestation.

L’homme hocha la tête et reparti dans l’ombre. IL avait un sens des responsabilités et la tête froide. Il savait immédiatement quelles décisions prendre, et respectait sa hiérarchie. Il avait profité de cette petite accalmie (la présence de sa cible dans le palais) pour venir au rapport. Il savait que la traque allait bientôt commencer, et que pour le moment ce n’était qu’une petite mise en bouche.


Le gouverneur arriva dans les jardins, et trouva Spring endormie. Autour d’elle des feuilles. Des dessins et des paroles. Il prit une feuille et la parcouru rapidement du regard

« Mais monamour
Mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour
De l’aube claire jusqu’à la fin du jour
Je t’aime encore, tu sais, je t’aime. »


La jeune femme venait de se réveiller et sa voie, mélodieuse avait remplie l’air. Elle prit ensuite la parole, comme prête à s’ouvrir.

C’était la chanson préférée de mon père. Avant il la chantait tout le temps. Avant qu’on le tue. Avant que Will le tue… L’Ombre que tu recherches est mon frère et en plus d’assassiner notre père, il a réservé le même sort à notre frère, Arnatis qui était son jumeau. Horrible, hein ? Et pourtant je ne laisserais personne lui faire du mal, même si je lui en veux horriblement. J’ai pas envie de devoir pleurer un autre mort. Pas une deuxième fois. Et rappelle le mec qui doit me surveiller, il est repéré.

Maedren était resté immobile tandis que ces informations arrivaient à son cerveau. Il élaborait une nouvelle stratégie. Il ne dit rien à propos de cet homme, ne voulant ni l’affoler ni la faire chercher un autre individu qui la suivrait.

Spring se releva rapidement et l’embrassa sur la joue, lui murmurant un pardon qu’il ne comprit pas.
Pardon de quoi ?
Ah les femmes… Il savait les séduire et tout ce qu’il faut mais pas de les comprendre.


***


Eghir était dehors.
Sur la place plus précisément. Il sentait tout le monde un peu tendu. Chacun évoquait une raison différentes, et tous semblaient si loin de la réalité. Lui avait encore en tête dans les révélations de Spring. IL essaye d’anticiper les réactions de ce Wil. Frère damné… Pourquoi s’intéressait-il à sa sœur ? Et pourquoi maintenant ?
Il n’avait pas de réponse car il ne savait pas assez de choses sur ce Will.

Un coursier arriva essoufflé.

- L’homme … L’ombre …il a … shhh… Il a donné un messa…. aaahhss.. .. ge… A .. shhsss… A un homme… Il expira bruyamment plusieurs fois avant de continuer. On vient de faire arrêter l’homme qui a reçut le message. Hhhh… Par contre…hhh… celui qu’on surveillait a réussit à profiter de l’agitation pour fuir. Mais certains sont à sa recherche, ce ne devrait pas être difficile de le retrouver.

Maedren hocha la tête et s’approcha de l’attroupement. Le prisonnier était là et criait son innocence tandis que les gardes faisaient une barrière entre lui et les curieux. Toutes les issues possibles et inimaginables avaient été bloquée et dorénavant la seule façon de sortir était de passer pardessus les murailles, dont la surveillance était très étroites. Les loups étaient dans la bergerie…
Soudain un jet de flammes fit surgir une jeune blonde.
Drôle d’arrivée.. mais venant de cette demoiselle rien ne le surprenait plus. Spring avait fait son retour. Spring s’approcha du prisonnier et faisant fi des gens qui lui barraient le passage lui fit relever la tête.

-C’est pas Will. Il est un peu trop vieux et puis vous trouvez vraiment qu’il me ressemble. Soyez un peu logique. C’est censé être mon frère, pas un inconnu. Bravo ! Blessé un innocent c’est du joli ça.

Maedren senti son sang prendre légèrement feu. Deux amis de la trouve de Spring avaient aidé le prisonnier à se relever et partaient lentement, suivit de Spring. Maedren lui attrapa ferment le bras une nouvelle fois. Cette fois-ci il sentait qu’il risquait de perdre son calme.

- Qui te dit que cherche ton frère petite sotte ?!Puis à l’intension des gardes. Ne le laissez pas partir ! Et vous, il s’adressait maintenant aux saltimbanques, si vous ne désirez pas l’accompagner jusqu’à l’interrogatoire et une jolie cellule je vous conseil de dégager immédiatement.

Les gardes avaient de nouveau récupéré l’homme et l’avaient menotté. Ils partirent pour les salles d’interrogatoires au sous-sol du palais.

Le gouverneur avait de nouveau son masque glacial. Il jouait aux échecs et n’appréciait pas les grains de sables du genre Spring. Surtout qu’avec l’agitation provoquée l’homme avait pu se défaire de son message. Quelques gardes devraient vérifier qu’aucun papier ne trainerait par terre.

- Ceci est une chasse à l’Ombre et je te prierais de te mêler de tes affaires. Pour te faire comprendre la leçon une petite journée en cellule t’aidera à comprendre. Et si tu veux que tes amis t’accompagne, ne te prive pas.

Il sourit durement, devant la mine de Spring. Il ne lui laissa pas le temps de réagir et l’embarqua, comme l’autre homme.
Tout le monde serait bientôt au courant de l’arrestation de la demoiselle. Son frère n’échapperait pas à la rumeur… ce serait une chance inouïe pour lui. Elle serait dans un endroit bien précis, reculé du monde.. Il n’aurait jamais de meilleure chance.

Toute la troupe, se dirigea vers les geôles du palais. Celles-ci étaient privées de lumière naturelles et seul un procédé astucieux permettait d’éclairer l’endroit de façon à ce qu’il n’y ait aucun coin d’ombre. Il y avait peu de prisonnier. Voir aucun. Maedren ne s’en servait que très rarement, il avait d’autres méthodes.
L’ombre fut conduit en salle de torture. Ou dite d’interrogatoire. Mais tous savaient que l’homme cracherait tout ce qu’il savait rapidement, il n’avait pas la carrure pour résister. Mais le gouverneur se moquait du traitement du prisonnier, il ne voulait que le papier que lui avait remis celui qui filait Spring.

Cette dernière était maintenant dans une cellule. Trop petite pour qu’elle puisse s’allonger et trop basse pour rester debout. Pas un cadeau qu’il lui faisait. Mais pour le moment c’était le moindre de ses soucis. Avant de fermer la porte dans un bruit sec il lui attrapa le visage et l’embrassa fougueusement. Il espérait qu’elle comprendrait… Elle n’était qu’une pièce sur l’échiquier.


Maintenant il fallait attendre l’arrivée de l’ombre et la capture de l’espion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouvelle histoire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouvelle histoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nouvelle histoire de personnage "Charlotte" - A partir du 15/12
» Une nouvelle histoire, pour une nouvelle vie. -By Nut-
» [20 avril] En avant pour une nouvelle histoire ?
» [Story FM14] FCGB : Ecrire une nouvelle histoire.
» tourner la page et écrire une nouvelle histoire (15/08)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Jakar :: Villes :: Zakar-
Sauter vers: