Le Royaume de Jakar

Assassin, Ombre, Artisan, Sage...Qui choisirez-vous pour mener à bien votre mission ? Sauvez le Royaume ou mettez le à feu et à sang !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une construction difficile... [rp metkild +...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Mar 10 Jan - 15:12

[voilà ! il n'est pas super mais bon...]


Ikrahm était belle. Vraiment très belle. Melley se le disait à chaque fois qu'elle revenait dans sa ville natale. Et à chaque fois elle avait un pincement au coeur et une pensée discrète du style : "j'ai escaladé ce mur il y a ..." ou encore "je me suis promenée dans ce parc avec Lunia..." Alors elle soupirait et se reconcentrait sur la réalité. Cette fois, elle était perchée sur un toit, contemplant la grand place, ou s'activait une cinquantaine d'ouvriers. Le Maître Suprême faisait en effet construire un immense bâtiment qui aurait pour but d'éclairer tout le Royaume.
Car, oui, au vu de la facilité avec laquelle les Ombres ont pris Zakar, il ne voulait pas que le même sort s'abatte sur d'autres villes. C'est pour cela que son père l'avait choisie elle pour cette mission. Pour, en quelque sorte, faire amende honorable. Ils avaient faillis à leur devoir à Zakar. Enfin, ELLE avait failli. Et tout ce qui pourrait la racheter était bon à prendre.

Elle observait donc les hommes en contre-bas, qui couraient chercher le matériel demandé, qui grimpaient pour continuer à construire, qui rigolaient, aussi. Doucement, sans bruit, elle redescendit dans la rue. La place avait l'air tranquille. Mais quelqu'un pourrait toujours saboter l'ouvrage de l'intérieur. L'Artisan chargé de la gestion du chantier se trouvait devant elle et gesticulait en aboyant des ordres. Mais c'était une voix de femme. Une Artisane. Souriant, Melley se dit qu'enfin, les hommes comprenaient que les femmes n'étaient pas des bonnes à rien. Le Maître Suprême n'aurait jamais donné un tel chantier à une femme s'il ne la jugeait pas apte à l'accomplir jusqu'au bout. Elle attendit patiemment qu'elle ait fini de diriger les hommes puis s'approcha.

L'Artisane, si captivée par les plans éparpillés devant elle sur une petite tablette ne la remarqua pas et sursauta lorsque Melley dit :


-Un problème ?

Elle avait l'air épuisée la pauvre. Elle tourna son regard vers Melley. C'était une jeune fille ravissante, aux cheveux dorés et aux yeux bleus le tout encadré par un visage fin. Melley attendit qu'elle se remette.
Il n'est pas donné à tout le monde de rencontrer un Assassin. Et encore moins de lui parler.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Metkild
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Messages : 1622
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Sam 14 Jan - 13:20

Metkild Feysick avait continué son périple, sa découverte du continent à son rythme, se faisant connaitre un peu partout, afin d’avoir toujours du travail, et donc de l’argent. Elle arrivait souvent à négocier un coucher et un repas. Malgré ses peurs, elle n’avait eu aucune mauvaise rencontre. Sauf peut-être une mais elle avait vite détalé, comme souvent lorsqu’elle avait senti un quelconque danger. Et grâce à son sens de la survie, elle était encore là aujourd’hui pour en parler. Elle voyageait toujours en carriole, souvent clandestinement, mais jamais en cheval. Elle avait toujours peur de ces bêtes, et elle n’était pas pressée d’apprendre à dominer cette peur.
Durant son périple, elle avait croisé parfois des assassins. Elle arrivait presque, maintenant à ne pas frissonner de peur en les voyant. Il fallait cependant qu’ils montrent rapidement leur visage, et se présent, sinon elle paniquait. Mais elle trouvait qu’elle avait déjà fait des progrès remarquables !
Elle finit son périple, faisant seulement les coins qui l’intéressaient. Elle commençait à bien connaitre toutes les régions et certaines étaient totalement inutiles pour elle et son travail. Elle avait établit une carte avec les différentes régions, le bois qu’on y trouve et même les grands artisans de la région, surtout ceux qui, comme elle, travaillent le bois.

En arrivant dans la grande Cité d’Ikrham elle avait été comme éblouie. C’était la première fois qu’elle arrivait dans une ville aussi… grande. Peut-être était-ce parce qu’elle était la capitale et qu’elle se devait d’être monumentale, mais lorsque Metkild passa les lourdes portes de l’entrée elle eu un mouvement de recule. Elle se sentait compressée, étouffer. Trop de gens. De tous les genres, riches, pauvres, gentils, méchants… Tout.
Elle qui avait l’habitude des marché, cette foule qui marchait dans le rue dépassait son entendement. La jeune artisane ne resta pas longtemps prise dans ce flot tumultueux et s’en dégagea facilement. Elle avait entendu parler d’une maison qui était à la recherche d’artisans pour une construction. Elle voulait tenter sa chance. Elle n’était pas vraiment talentueuse, mais les gens appréciaient souvent son travail.

Une maison avec une grande enseigne lui indiqua qu’elle était à destination. Elle postulerait, si besoin était puis demanderait un endroit où loger et ou se nourrir correctement et pour pas cher. A sa grande surprise lorsqu’elle donna le nom de son maître à l’homme qui s’occupait d’elle il lui annonça immédiatement qu’elle était retenue. Elle dirigerait la construction de l’édifice, il lui faudrait arriver demain dès l’aube, avec une idée de base afin de commencer la construction au plus tôt.

Elle ressortie, toujours pas remise de sa surprise et se dirigea vers l’auberge que l’homme lui avait conseillé.
Le lendemain elle alla comme convenu et fut immédiatement prise en charge par un homme rondouillard. Il l’amena à un vaste espace en terre battue, lui présenta une cahute qui lui tiendrait lieu de bureau. Elle devait réaliser son œuvre le plus rapidement possible, et serait payée en conséquence. Metkild en profita pour lui poser toutes sortes de questions. Ce qu’ils attendaient d’elle comme la situation du lieu et le budget disponible.
Elle passa son premier jour à se promener pour imprégner du lieu. C’était son premier gros œuvre. Elle ignorait beaucoup de choses, mais il y avait à ses côtés des personnes capables de répondre à ses questions. Elle fit des plans et imagina ce qui se tiendrait là. Du bois. Une grande opposition entre les flammes dévorantes qui seraient contenues et la structure toute entière. Les flammes s’élèveraient très haut dans le ciel, afin de permettre à tous de les voir. La force était encore à définir, mais elle se précisait de plus en plus. Les journées commencèrent à se succéder, éreintantes. En moins d’une selaine elle avait déjà l’impression d’être sur ce projet depuis des mois. Elle travaillait à la répartition des taches, guidants les hommes qui effectuaient le travail, vérifiait ce qui était monté et travaillait sur la pièce maitresses, qui surplomberait sa création.

Une voix la sortie de ce brouillard qu’était devenu son quotidien et de sa difficulté momentanée. Une voix jeune et enjouée qui différenciait des autres personnes avec qui elle travaillait actuellement. Elle se retourna et vie un assassin. Elle réagit à peine écroulée de fatigue. Sous le coup de la surprise ses yeux avaient témoignés de sa surprise et de sa peur. Mais elle n’avait plus la force de faire quoi que ce soit d’autre. Elle resta juste immobile, comme incapable de choisir une option, calculant ce qui lui couterait le moins de calories. Elle finit par prendre la parole.

-Je préfèrerais que tu te découvres. C’est le seul moyen que j’ai trouvé pour pouvoir communiquer avec des … Assassins.
Elle avait légèrement buté sur le dernier mot. Il lui procurait des frissons. Le mot en lui-même était affreux, et se référait à la morte de façon violente. Comme un meurtre. Je suis l’artisane Freysick. Metkild Freysick. Elle sourit avant de se retourner, une fois son visiteur découvert. Et oui j’ai un problème.

Elle observa la jeune femme, qui était plus âgée qu’elle, les traits plus marqués, et Metkild comprenait ça, avec le travail qu’elle devait faire, le poids de sa conscience ne devait pas être inexistant. Le traits de son visages, lui étaient vaguement familier. Elle avait l’impression de l’avoir déjà vue. Or ce n’était pas le cas. Elle en était certaine. Elle n’oubliait jamais les visages. Et celui-ci possédait une force et une beauté simple qui aurait retenu son attention.

- Mais …qui es-tu ? Pourquoi te soucier de mon travail ?


Pourquoi avait-elle l’impression de connaître cette fille. Pourquoi ses pièces de bois, livrées le matin même, n’étaient pas celles qu’elle attendait et pourquoi un inconnu les lui avait livré prétextant un roulement de livreur. Elle voulait des réponses. Mais ne posa pas ses dernières questions, futiles. L’autre ne pourrait lui avancer d’explication et ne connaissait en rien son travail alors elle serait dans l’incapacité de résoudre son problème.
Metkild ignorait les enjeux de son travail, tout innocente qu’elle était, mais elle sentait que ce ne serait pas de tout repos comme elle l’avait cru au tout début. Oh non, ce serait loin d’être une cure …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Sam 14 Jan - 18:42

-Je préfèrerais que tu te découvres. C’est le seul moyen que j’ai trouvé pour pouvoir communiquer avec des … Assassins.

Melley la regarda, intriguée. Se découvrir ? Personne ne lui avait demandé de faire cela, jamais. Mais bon, que risquait-elle ? Elle obéit donc et retira lentement la capuche qui recouvrait son visage. Si l'autre était effrayée par les Assassins, Melley ne comprenait pas pourquoi, mais ferait avec. Personne n'était forcé de porter les siens dans son coeur. Ils ne devaient juste pas oublier que, sans eux, leur vie ne serait pas du tout la même.

-Je suis l’artisane Freysick. Metkild Freysick.

Elle sourit et ajouta en se retournant enfin vers elle:

-Et oui j’ai un problème.

En posant cette question, Melley ne pensait pas que ce serait effectivement le cas. Elle avait demandé par pure politesse. Mais si elle pouvait aider, elle le ferait.

- Mais …qui es-tu ? Pourquoi te soucier de mon travail ?

Melley sourit. Oui, ce n'était pas courant de voir un Assassin aider les Artisans. Mais sa mission était claire et nettement gravée dans sa mémoire. Elle entendait encore son père lui dire : "Veille sur ce chantier comme si ta vie en dépendait. Nous n'avons plus le droit à l'erreur."

Il oubliait juste que, pour elle, sa vie dépendait de chaque mission qu'elle accomplissait. C'était comme si les missions permettaient à son coeur de battre régulièrement. Si sa vie n'en dépendait pas, elle serait morte.

Finalement elle répondit :

-Je me nomme Melley Al'Ran, enchantée. Je suis chargée de vous apporter mon aide et aussi de veiller à ce que ce projet arrive à son terme son encombre.

Peu de mots suffisaient à clarifier la situation. C'est alors que Melley remarqua quelque chose. La fille lui rappelait quelqu'un. Mais qui ? Une ressemblance ? Ou quelqu'un rencontré lors d'une précédente mission ? Son nom ne lui disait pas grand-chose. De toute façon, elle ne retenait pas bien les noms. Les visages ou les habitudes spécifiques suffisaient à tuer quelqu'un.

Elle se sentait à découvert, au centre d'une foule dont les regards convergeaient vers elle. Tout sa parce qu'elle n'avait pas sa capuche sur la tête. Sa capuche, celle qui la rendait invisible, qui la laissait incognito, un Assassin parmi tant d'autres. Mais elle ferait avec. Si l'Artisane préférait ainsi, elle accepterait. Mais elle était tout de même curieuse de savoir pourquoi. Peut-être un jour lui posera-t-elle la question...


-De quel problème souffrez-vous ? Puis-je vous aider ?


Oui, sans problème, elle ne pourrait rien faire. Elle attendit en observant l'immense structure qui commençait à prendre forme qu'elle réponde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Metkild
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Messages : 1622
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Dim 15 Jan - 0:27

La fille qui lui faisait face sembla se perdre dans ses souvenirs. Puis elle lui répondit

-Je me nomme Melley Al'Ran, enchantée. Je suis chargée de vous apporter mon aide et aussi de veiller à ce que ce projet arrive à son terme son encombre.


Al'Ran. Ce nom évoquait quelque chose à la jeune artisane.
Le chef des Assassins. Elle ferma les yeux un court instant. Oui c'était ça. Il avait les yeux vairon et deux grandes cicatrices sur le visage. Elle ne l'avait vu découvert qu'à une seule occasion et avait gravé ce court instant dans sa mémoire, et dans le bois. Oui ils se ressemblaient. Elle devait être sa fille. Tous deux étaient bien connus dans le milieu, et même si elle ne les avait pas fréquentés longtemps elle savait que pratiquement tous lui vouaient une grande admiration.


-De quel problème souffrez-vous ? Puis-je vous aider ?


La nouvelle question de Melley déstabilisa quelque peu Metkild. Pourquoi des assassins surveillaient le chantier. Elle se doutait qu'il s'agissait d'une œuvre politique, donc contestée. Mais de là à faire appel à des assassins... Elle frissonna avant de répondre.


- Melley... Oui j'ai entendu parlé de toi. Et j'ai rencontré très brièvement ton père. Sache que je suis presque contente de te rencontrer enfin, en chaire et en os. Presque. Parce que tu restes malgré tout un assassin.... Enfin on verra cela plus tard ! Pour le moment,
Metkild se retourna vers ses bouts de bois, j'ai un problème de construction.

Elle expliqua rapidement le principe de ce travail, construire un mécanisme permettant au socle qui contiendra la flamme de pivoter. Elle résuma la plus succinctement possible le rôle de chaque pièce. Plus elle parlait plus elle se rendait compte que les pièces qu'elle avait en main ne correspondaient pas à ce qu'elle désirait. Elle fronça les sourcils, arrêtant de parler. Non quelque chose n’allait as et elle n'aimait pas ça. C'était la première fois qu'elle sous-traitait et il y avait déjà des problèmes. Elle fit rappeler le livreur mais celui-ci restait introuvable. Un autre homme, travaillant aussi pour la personne auprès de qui elle s'était procuré la pièce, se présenta.
Où était passé l’autre homme ? Que devait-elle faire ? Peut-être l'assassin pourrait lui apporter son aide. Elle devait être un conseiller très précieux, et certainement le seul capable d’œuvrer pour le bien commun, car tous ici, sauf elle étaient prêts à tuer leur voisin pour gagner plus de sous. Ils ne se retenaient que par peur de salir leur nom et de détruire leur "réputation". Elle se tourna vers Melley mais celle-ci avait disparu.

Metkild fit un rapide tour sur elle même et constata qu'elle était seule. Pourquoi l'assassin avait-il prit la fuite ? Pour laisser secret sa venue ? Pour châtier le livreur ..??
Elle l'ignorait, mais dans l'instant elle devait prendre une décision.


- Amènes moi du bois. Du chêne. Et des outils pour le travailler. Dis à ton maître que son travail est indésirable, et donc que je ne payerait que le bois utiliser. Je ferais-moi-même les pièces que j'avais commende puisque qu'il est dans l'incapacité de les réaliser correctement.

Sa voix avait claquée comme un couperet. Sans trembler. Metkild voyait à l'air terrorrisé de l'homme devant elle qu'il ignorait beaucoup de ce métier et qu'il ne tenterait pas de se rebeller, ni de la frapper. Elle pouvait donc "compter" sur lui. Pour faire ce qu'elle lui demandait. S'il revenait un jour.
Elle se détourna de l'homme et se replongea dans ses plans, réfléchissant à l'impact de ce contretemps de taille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Dim 15 Jan - 11:56

[j'espère que sa te va !!]

- Melley... Oui j'ai entendu parlé de toi. Et j'ai rencontré très brièvement ton père. Sache que je suis presque contente de te rencontrer enfin, en chaire et en os. Presque. Parce que tu restes malgré tout un assassin.... Enfin on verra cela plus tard ! Pour le moment, j'ai un problème de construction.

Ainsi, son père et elle se connaissaient. Intéressant. Elle avait peur des Assassins. Cela se voyait et se sentait à son attitude. Mais Melley ne lui en voulait pas. Chacun est libre d'aimer qui il veut. Elle était ici pour accomplir une mission. Le reste n'avait que peu d'importance.

Elle expliqua qu'elle avait un problème avec les pièces livrées. Qu'elle ne pouvait pas trouver le moyen de faire pivoter la flamme. Elle voulut rappeler le livreur mais celui-ci s'était volatilisé. Remontant sa capuche d'un geste vif, elle se détourna et couru dans une ruelle pour ensuite regrimper sur le toit d'où elle était descendue. Metkild se poserait sans doute des questions, mais les explications viendraient plus tard. Le livreur pouvait avoir délibérément vendu des pièces qui ne convenaient pas. Tout sa pour salir l'Artisane. Et Melley ne supportait pas ce genre d'attitude. Il fallait qu'elle retrouve l'homme et qu'elle l'amène auprès de Metkild. Elle s'y connaissait. Melley l'avouait sans honte, elle ne connaissait rien au métier d'Artisan. Elle chercha un ouvrier à l'écart. Elle le vit, derrière un tonneau, en train de boire. Elle descendit souplement et s'approcha du poivrot. Celui-ci sursauta en la voyant et se releva tant bien que mal en tentant vainement de cacher sa bouteille.

Melley le saisit au collet et le plaqua contre le mur.


-Tu vas répondre à mes questions. Si tes réponses me conviennent, je ne dirai rien au sujet de ta bouteille. Sinon...

Laisser les phrases en suspens était bien plus efficace que des menaces claires et nettes. L'autre acquiesça.

-Bien. Connais-tu le livreur de ce matin ?

L'autre ouvrit de grands yeux. Il ne s'attendait visiblement pas à ce genre de questions. Finalement, il acquiesça et dit d'une voix hésitante :

-Je..je l'ai aidé à décharger les pièces.

Parfait.

-Et sais-tu ou il est maintenant ?

-Je..il a parlé d'une taverne dans les bas-fonds. Je n'en sais pas plus.

Sans un mot, Melley le relâcha. Il ne demanda pas son reste et couru vers le chantier reprendre son travail. Une taverne. Dans les bas-fonds. Melley connaissait Ikrahm par coeur. Et il n'y avait qu'une taverne située dans ses lieux. Un sourire aux lèvres, elle se remit à courir, évitant la foule, sautant souplement au-dessus des obstacles. Passer par les toits l'aurait retarder. Et elle ne voulait pas laisser Metkild seule trop longtemps. Les gens la regardait passer, un air surpris sur le visage, mais ne disant rien. Personne ne voulait avoir affaire aux Assassins. Elle arriva vite dans les quartiers mal-famés. Le Maître Suprême avait tout tenté pour les rendre accueillant comme les autres, mais rien n'avait abouti. Aussi laissait-il tout tel quel, mais augmentait les patrouilles pour être sur qu'il n'y ait pas de problèmes.

La taverne était au centre d'une petite place. De dehors, Melley entendit nettement les cris des poivrot et la musique.


Elle entra négligemment. Aussitôt, un grand silence s'installa. Le tavernier courut vers elle, la suppliant de ne pas fermer son établissement. Elle l'écarta d'un geste. Elle cherchait un livreur. Le tavernier, revenu à la charge, lui demanda ce qu'elle venait faire. Elle lui demanda s'il avait vu un livreur. Tout le monde avait entendu. Tactique parfaite.

Un homme ne tarda pas à se lever et à fuir vers la sortie. Mais Melley se trouvait entre. Alors qu'il approchait, elle l'attrapa par son col et l'attira à elle. D'un mouvement de tête, elle remercia le tavernier et sortit avec sa cible.


Une fois dehors, il se débattit, mais elle ne lâcha pas prise. Elle lui dit :

-Est-ce bien toi qui à livré l'Artisane se matin ?

Il acquiesça timidement. Elle sourit et répondit :

-Et bien nous allons lui rendre visite.

Les yeux de l'homme se dilatèrent, effrayé. Toujours tenu au col, il ne pouvait rien faire, mis à part se laisser emporter par l'Assassin. Elle le traîna de force jusqu'au chantier, ou Metkild faisait déverser du bois brut devant elle.

Melley se plaça à nouveau devant l'Artisane, de sa main libre, se découvrit, et de l'autre jeta l'homme aux pieds de Metkild. S'il osait ne serait-ce que s'enfuir...D'une voix décontractée, Melley dit simplement :


-A vous, Metkild. Je pense que vous êtes la seule apte à l'interroger.

Le livreur ne cessait de regarder à tour de rôle l'Assassin et l'Artisane. Il allait en prendre pour son grade, c'était certain. Melley attendit que Metkild réfléchisse aux questions à poser, tout en surveillant le prisonnier. Si l'on pouvait l'appeler ainsi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Metkild
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Messages : 1622
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Dim 15 Jan - 15:27

Le jeune hommes finit par revenir avec une stère de chênes. Metkild regarda attentivement le bois puis satisfaite elle remercia l'homme et le congédia.
Elle se mit rapidement au travail.

Melley surgit soudain avec le livreur. L'assassin se découvrit et lui lança :


-A vous, Metkild. Je pense que vous êtes la seule apte à l'interroger.

L'artisane la regarda surprise. Elle interroger un homme ? Elle regarda l'homme et question et le vit gémissant, complètement terrorisé. Elle ne supportait pas les lâches, incapables de se tenir debout. Il devrait assumer droitement ses actes. Mais elle aussi était faible, alors elle ne le blâmerait pas.
Elle lui parla d'une voix douce, mais fatiguée.


- Pourquoi ne m'as-tu pas apporté ce que j'avais demandé ?


Elle le regarda en attendant sa réponse. Elle ne savait pas trop quoi lui demander, elle n'avait pas l'habitude de ce genre de choses et elle n'appréciait pas vraiment.
Il sembla se fermer, refusant de parler, mais un petit geste de Melley le motiva à parler. Il débita tant de chose que Metkild ne fut pas certaine d'avoir tout entendu. Mais il semblait qu'on l'avait grassement payé pour substituer les pièces, et s'arranger pour que personne ne le remarque avant le freysick comme il l'appelait. il fallait qu'elle passe pour une incapable. En fait il devait au début faire... Elle n'avait compris quoi sur ce qu'elle venait de monter mais il y avait une partie de ctoctul -Metkild pensait que c'était un nom comme ça, elle n'avait pas compris de quoi il s'agissait, mais ce devait être un jeu d'argent, beaucoup d'argent- et il voulait y aller. Alors il avait décider de changer les plans. Elle ne pourraient pas effectuer son travail car les pièces brulaient en ce moment dans la cheminée de --- (mot incompréhensible). Il continua à raconter sa vie. Il avait 3 enfants en bas ages et un femme lavandière, il devait les nourrir, ect...

Metkild se releva et s'éloigna de quelques pas, sous le choc. Il y avait donc des personnes qui ne la connaissaient pas mais qui voulant lui nuire. Pourquoi ? Elle ne faisait que son travail ! Peut-être étaient-il jaloux... Elle se retourna et, pour la seconde fois l'assassin avait disparu. Elle se hâta et finit par la retrouver, portant le livreur. Metkild se fit aussi discrète que possible, curieuse de savoir ce que lu voulait Melley.
L'assassin avait de nouveau remis sa capuche, et faisait face à l'homme, à terre, contre un mur. Elle se mit à son niveau puis commença à parler à voix basse. Metkild, décidément trop curieuse s'était rapprochée et tendait l'oreille. Elle ne comprit rien aux balbutiements de l'homme mais Melley reprenait d'une voix distincte.


- où est Jyfrey ?

La jeune artisane se demanda qui était ce Jyfrey et ce que lui voulait Melley. Le livreur ne répondit pas, secouant énergiquement la tête. Metkild vit l'assassin fit jaillir rapidement ses lame, avec un léger suintement. Elle ne put retenir un hoquet de peur et tourna les talons. Elle couru jusqu'à ce qui lui tenait lieu de bureau et grava rapidement une statuette à l’effigie de Melley. Elle ne fit qu'une ébauche. Dangereuse, et sans pitié. Belle et mortelle à la fois. Elle grava les traits de son visage puis lorsqu'elle fut calmée elle retourna à son travail. Elle ne devait pas perdre de temps. Elle aurait aimé entendre d’autres bruits que ceux,lointain, des marteaux clouant des planches de bois. Metkild commença à chantonner des chansons de chez elle pour se motiver et se couper du silence pesant qui l'entourait.


Dernière édition par Metkild le Dim 15 Jan - 19:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Dim 15 Jan - 16:44

Metkild posa une question, d'une voix douce. Melley n'aurait pas choisit cette voix. Mais l'homme hésita à répondre. Elle fît un seul geste et il se mit à tout débiter d'un trait. Il avait donc été payé pour tout saboter.
Une fois qu'il eut fini, il profita de l'éloignement de Metkild pour tenter de se sauver. Mais Melley le suivit tout en remontant sa capuche. Elle le rattrapa facilement, le souleva pour le jeter au sol dans un coin discret. Il s'était recroquevillé, terrorisé. Et non, tu n'avais pas encore fini avec cette histoire.


Elle lui parla à voix basse proférant des menaces qui auraient glacé le sang de n'importe qui. Il répondit par des balbutiements. Elle reprit :

- où est Jyfrey ?

Il ne voulut pas répondre, secouant la tête à vive allure. Alors Melley joua le tout pour le tout. Elle fît jaillir ses lames dans un chuintement discret et les pointa vers le livreur qui devint livide. Mais elle entendit des bruits de course. Se retournant vivement, elle aperçu Metkild qui fuyait. Elle pensait que Melley allait le tuer. Elle devrait vraiement lui demander pourquoi elle avait si peur. Pour l'instant, elle ne voulait pas tuer, mais effrayer.

-Tu vas tout de suite répondre, ou tu meurs.

L'autre regardait alternativement les lames et le visage caché de l'Assassin puis répondit en balbutiant :

-Il est à l'auberge dans la prochaine rue, elle se nomme "Au roi qui sommeille".

Elle rengaina ses lames et se détourna du livreur. Ce n'était pas de sa faute. Elle connaissait l'auberge en question. Et Jyfrey allait payer pour ses crimes.

Elle se souvint de leur dernière rencontre...


******

Melley a quinze ans. Elle n'a qu'une envie, avoir dix-huit ans et être choisie dans une classe qui ferait la fierté de ses parents. Comme toujours, elle se promène dans les ruelles avant de rentrer chez elle, le soir. Sauf que, cette fois, c'est différent. Elle approche d'une auberge "au roi qui sommeille". Curieuse, elle y pénètre en entendant des cris.

Et là, elle reste figée. Un homme, en noir, tuant sauvagement toute personne qu'il voit. Le sol de l'auberge est maculé de sang. Plusieurs cadavres gisent sur les tables. Il la voit. Elle ne voit rien. Il est encapuchonné. Elle hurle. Il se rue sur elle, couteau au clair. Elle fait demi-tour et sors de l'auberge. Cours aussi vite qu'elle peut, l'entend derrière elle. Elle cours, mais cela ne suffit pas. Il la rattrape et la cloue au sol. Elle se débat. Il pose son arme à côté de lui et la maintient au sol des deux mains. D'une voix sensuelle il lui dit :


-Et bien ma jolie, en croyait fuir ? Je me nomme Jyfrey. N'oublie pas mon nom. Ni ce que je vais te faire ce soir.

Elle le regarda, apeurée. Sa mère lui avait parlé de jeunes femmes qui se faisaient violenter par des hommes sans scrupules. Est-ce ce qui allait lui arriver ? Elle ne voulait pas. Il sortit un poignard de sa cape. Remonta le haut de la jeune fille qui tenta de le frapper avec ses mains. Mais il la bloqua aussi facilement que l'on tue une mouche. D'un geste vif, il traça une ligne de feu sur son ventre, à l'horizontal. Puis une autre à la verticale. Une croix. Pourquoi ? La douleur irradia dans son corps. Elle haletait. Puis il saisit son menton et la força à le regarder.

-Tu as de la chance, je dois partir. Je te laisse la vie sauve. Mais je sais qui tu es, Melley. Et je te retrouverai. Et toi, tu ne m'oublieras pas.

******

Touchant son ventre, là ou les vieilles cicatrices étaient toujours encore, Melley revint à la réalité. Jyfrey était revenu. Et avait pris place dans la seule auberge qu'il connaissait...et qui n'avait plus jamais eu de propriétaire depuis le meurtre des clients et de l'aubergiste. Il y avait de cela dix ans. Serait-elle de taille à l'affronter aujourd'hui ? La reconnaitrait-il ? Ou était-il devenu vieux et moins agile qu'avant ? Tant de questions. Serrant la garde de son épée, Melley se convainquit qu'elle y arriverait. Elle s'arrêta soudain. Devait-elle y aller ainsi, sans réfléchir ? Ou d'abord prévenir Metkild et la Garde afin d'avoir de l'aide ? Si le combat tournait mal, elle pourrait mourir, et personne ne saurait jamais ce qui lui était arrivé. Elle n'aimait pas douter. Elle devait y arriver. Réduire l'Ombre à néant. Car, oui, maintenant elle savait que c'était un Ombre. Et elle n'aimait pas porter sa marque. Elle se remit en route. L'auberge n'était plus très loin.

Lorsqu'elle y arriva, une boule se forma dans sa gorge. L'auberge était restée telle que dans ses souvenirs, sauf que les vitres avaient été fermées avec des planches et que le toit tombait en ruine. Elle ressentit encore l'Ombre lui sauter dessus, son arme sur sa peau...Elle secoua la tête. Non. Elle était devenue une Assassin. Fille du meilleur d'entre eux. Elle le tuerait. Il devrait sortir. Pour attendre ses larbins. Et elle ne voulait pas se battre à l'intérieur. Elle se cacha donc et attendit. La patience était l'une de ses meilleures forces. Une heure s'écoula, sans que rien ne bouge. Puis, alors que le soleil déclinait à l'horizon, la porte s'ouvrit, et une silhouette familière en sortit. Jyfrey. Il resta sur le pas de la porte, comme s'il savait qu'elle se trouvait là. Alors elle sortit.


-Qu'est-ce que... ? A..oui...je me serais douté que les Assassins viennents ce mêler du chantier.

Sa voix n'avait pas changé. Sur son armure ce dessinait une croix parfaite, ornementée de tous les côtés. Mieux que celle qu'elle portait sur le ventre...Mais il ne l'avait pas encore reconnue. Tant mieux pour elle. Elle dégaina son arme et dit :

-Tu es fini, Jyfrey.

Il dégaina lui aussi son épée avant de répondre tranquillement :

-Une femme ? Ils m'envoient une femme ? Kem Al'Ran aurait-il peur ?

Melley resserra sa prise sur la garde de son arme. Il n'avait pas le droit d'insulter son père!

-Kem envoie qui il veut. Et il a autre chose à faire que de s'occuper d'un Ombre de pacotille tel que toi !

Les mots touchèrent leur cible. Piqué au vif, Jyfrey répliqua :

-Dis moi qui tu es ! J'aime bien connaître le prénom de mes victimes.

-Je me nomme Melley. Tu devrais me connaître.

L'autre ne bougea pas mais dit :

-Melley...oui. C'est toi qui a gardé la vie sauve, ce fameux soir...Serais-tu devenue Assassin juste pour moi ? Remarquable intention, j'en suis flatté !

-Non. Mais le destin l'a voulu ainsi.

Sur ces mots, elle se rua sur lui. Qu'elle en finisse. Elle attaqua, para, feinta, mais il évitait. Elle s'en était douté. Il ne se laisserait pas faire. Mais elle non plus. Et elle était au meilleur de sa forme et surtout, elle était plus jeune que lui. Elle feinta à gauche, attaqua à droite. Lui entaillant le bras. Il gémit de colère et repassa à l'attaque. Il hurlait des malédictions envers elle, toutes plus saugrenues les unes que les autres. Il réussit néanmoins à percer son armure et lui entailler également le bras. Mais elle ne broncha pas. Il y avait plus grave.

Elle ne sut combien de temps s'était écoulé. Mais ils se battaient toujours . Le soleil disparaissait peu à peu, créant un jeu d'ombre sur les murs. Elle ne fatiguait pas. Son endurance était au maximum. En revanche, son adversaire fatiguait. L'âge se faisait ressentir...

Souriant, il attaqua d'un coup d'estoc qui lui valu une nouvelle coupure sur l'autre bras. Chouette, elle serait jolie à voir....Elle para, se défendit et réattaqua. Elle commançait à en avoir marre. D'un coup de pied, elle écrasa le genou de l'Ombre qui tomba pratiquement. D'un autre coup de pied, elle l'envoya réellement au sol. Elle le désarma et, se mettant exactement dans la même position que lui dix ans auparavant, elle dit :


-Vois ce que sa fait d'être faible.

Elle fît jaillir ses lames et les lui enfonça dans la poitrine sans aucun scrupule. Se relevant, nettoyant ses armes et les rangeant, elle décida de fouiller le cadavre. Il y avait sans doute des preuves. En effet, l'une des poches renfermait une lettre. La lisant rapidement, elle compris que Jyfrey n'était pas le cerveau de l'affaire. Non. Quelqu'un d'autre l'avait envoyé sur les lieux se faire tuer. Quelqu'un qui était sur que Melley viendrait. Quelqu'un qui la connaissait tout aussi bien que Jyfrey. Quelqu'un qui avait survécu par deux fois au combat contre elle. Elis. A cause de lui, elle avait failli à Zakar. Le rencontrerai-t-elle à chaque fois ? Lui chercherait-il des noises tout au long de sa vie ? Vivement qu'elle réussisse à le supprimer. Cette preuve suffirait amplement. Regardant ses bras, elle se dit qu'il faudrait qu'elle fasse refaire ses manches, déchirées par les coups. Le sang avait arrêté de couler, mais avait taché son habit. Flûte. Elle se remit à courir, les gens la regardant encore plus bizarrement. Metkild devait savoir que les Ombres ne la laisserait pas en paix.

Elle arriva, essoufflée, près de l'Artisane. Les ouvriers étaient partis, mais elle contemplait les plans et le bois qu'elle avait commençé à façonner. Melley vit une statuette sur la table de travail. Une statuette qui la représentait fidèlement. Metkild avait-elle fait ceci ? Elle posa la lettre à côté de la statuette, se découvrit une nouvelle fois, se rendit compte qu'elle était couverte de sueur et dit :

-Les Ombres sont derrière tout sa. Ils ne vous laisseront pas travailler convenablement. Il nous faut décider de ce que l'on va faire.

Puis, regardant la statuette, elle ajouta :

-Est-ce vous qui a fait ceci ? C'est du joli travail. Mais pourquoi ?

Elle voulait quelques réponses. Juste pour assouvir sa curiosité. Melley regarda l'Artisane droit dans les yeux. Elle n'était pas un danger. Pas pour ceux qui, comme Metkild, travaillaient au bien-être du Royaume.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Metkild
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Messages : 1622
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Lun 16 Jan - 0:18

Metkild était plongée dans ses pensées, et dans son travail lorsque l'assassin finit par revenir. Elle était mal en point. Sa tenue était en piteux état et elle état toute décoiffée. Mais l'artisane ne voulait pas savoir ce qui s'était passé, espérant naïvement que le fait de ne pas savoir lui permettrait de ne pas être concernée.
Mais l'assassin parla.


-Les Ombres sont derrière tout sa. Ils ne vous laisseront pas travailler convenablement. Il nous faut décider de ce que l'on va faire.


Metkild frissonna. Elle remarqua soudain le silence qui régnait sur le chantier. il n'avait pas vu le temps passer. Elle remarqua aussi Melley qui observait avec attention son effigie en chêne. Metkild ouvrit de grands yeux tandis que l'assassin reprenait la parole

-Est-ce vous qui a fait ceci ? C'est du joli travail. Mais pourquoi ?


Pourquoi n'avait-elle pas rangé son travail ?! Qu'est ce qui lui avait traversé l'esprit ? Son sang ne fit qu'un tour, et elle se jeta sur la statuette, la cachant dans on dos.
Mais il était trop tard.
Pourquoi ne l'avait-elle pas soigneusement cachée ? Elle avait tellement de stress qu'elle en avait oublié les risques...


- oh ça c'est ... Enfin ça ...
Metkild reprit sa respiration. Comment lui expliquer tout ça ? Ca faisait partie d'elle, elle en avait l'habitude, ce qui passait pour un toc chez les autres. Surtout que personne ne comprenait sa culture. Mais elle voulait des explications. Ca me permet de surmonter mes peurs. Comme tu as pu le remarquer, c'est à ton image, et il contient une partie de ton âme. C'est une reflet de toi, un peu comme ton image dans un miroir sauf qu'elle est détachée de toi, autonome. Tant que tu sera en vie elle saura où tu es, et saura te secourir, mais si elle se brise, alors une partie de toi partira avec. Certaines ne s'en remettent pas, mais elles sont rares. cependant tous sont changés à jamais car ils ont perdu une partie d'eux, dont ils ignoraient l’existence. Mais si la personne représente voit son double, il lui arrive malheur.

Cachant la statuette, Metkild ferma les yeux et pria les esprits d'être cléments car elle restait un être humain, qui tentait de la protéger. Mais ils furent sourd à sa requête car soudain l'air se rempli de fumée dense. Metkild se plia en deux, toussant comme un mineur. Ce réflexe lui sauva très probablement la vie car un sifflement passa juste au dessus de sa tête, lui coupant une mèche de cheveux. Elle senti l'air bouger autour d'elle. L'assassin ? un autre individu ? Pourquoi ? Comme toujours lorsqu'elle se sent menacée elle prit ses jambes à son cou. Mes ses dernières se prirent dans une chaise et une table qu'elle heurta violemment la firent chuter. Elle protégea la statuette du mieux possible et filtrait l’air qu'elle respirait grâce à une des nombreuses épaisseur qu'elle portait. Puis remarque une paire de bottes devant son nez. Se relevant tant mien que mal elle se décala de façon à contourné l'inconnu. mais elle s'&éloignait et le brouillard diminuait, si bien que l'homme la vit et lui attrapa violemment le bras. Dans un mélange de peur, de protection, de rage,ou quoique ce soit d'autre, l’artisane ramena son bras devant elle. Le bras qui tenait la statuette en chêne. Cette dernière heurta avec puissance le visage de l'homme qui s'écroula. Sous le choc Metkild vérifia que la statue était intacte, se félicitant d'avoir employé du chêne, puis fit de mi-tour et couru aussi loin que possible.
Elle entendit soudain un sinistre craquement en direction du chantier. Elle se retourna et vit la construction vaciller avant de tomber avec fracas. La poussière se souleva et vola jusqu'à elle. Elle resta immobile, comme il y avait de longues années. Comme lorsque son père quittait la vie sous ses yeux. Son travail était anéanti.
Une pensée se fraya un chemin dans sa conscience. les plans. Elle devait sauver ce qui lui restait de son travail. Elle hésitait entre sauver ce qui pouvait encore l'être et risquer de tomber sur une personne malveillante, et rester ici à attendre. Elle se décidait lorsqu'elle remarqua de la fumée qui s'élevait de la zone où se trouvait sa cahute, elle se rapprocha puis lorsqu'elle remarqua les longues flammes qui s'élevaient vers le ciel elle sut qu'elle avait perdu. Tout.

Ses jambes refusèrent de la soutenir plus longtemps et Metkild tomba à terre, tenant toujours la statuette dans ses mains. Un hurlement puissant pour sa frêle carrure sorti de son cœur, trahissant son désespoir, sa haine, sa peur. Elle avait apprit à hurler lorsqu'elle était prise dans une tempête de neige, de façon à ce que des gens puissent venir la secourir.
Elle serrait toujours dans ses mains la statuette de Melley intact. Elle était son dernier espoir...




[bon j'ai tout ré-écris ... Mais j'aime moins que la première fois x) Si tu veux changer des trucs dis-le moi Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Lun 16 Jan - 21:15

[j'espère que sa va !!! dis le sinon !!]

L'Artisane devint rouge de confusion. Ce n'était qu'une statuette. Elle donna néanmoins des explications :

- oh ça c'est ... Enfin ça ... Ca me permet de surmonter mes peurs. Comme tu as pu le remarquer, c'est à ton image, et il contient une partie de ton âme. C'est une reflet de toi, un peu comme ton image dans un miroir sauf qu'elle est détachée de toi, autonome. Tant que tu sera en vie elle saura où tu es, et saura te secourir, mais si elle se brise, alors une partie de toi partira avec. Certaines ne s'en remettent pas, mais elles sont rares. cependant tous sont changés à jamais car ils ont perdu une partie d'eux, dont ils ignoraient l’existence. Mais si la personne représente voit son double, il lui arrive malheur.

Malheur ? Melley sourit. Que pouvait-il lui arriver ? La réponse sembla venir d'elle-même. En effet, une immense et compacte fumée envahit la place, séparant l'Artisane de l'Assassin. Remontant une nouvelle fois sa capuche, Melley, toussant, tenta de se rapprocher de Metkild. En vain. Elle entendit des bruits de chute, des meubles qui se fracassent, puis plus rien. Elle resta immobile, la fumée lui piquant les yeux et la faisant tousser. Il y avait quelqu'un. Près d'elle. Elle ne sut qui s'était. Marchant lentement, lames au clair, Melley aperçu la table de travail, les plans posés dessus. Elle s'y dirigeait lorsqu'un craquement la fît se retourner. L'immense construction s'écroula dans un nuage de fumée encore plus noir que celui qui les entourait. Le feu se propagea jusqu'à la table. Melley s'y précipita et attrapa les plans juste avant que les flammes ne viennent les lécher. Ouf ! Metkild voudrait sans doute pouvoir refaire ce qu'elle venait de perdre. Les enroulant vivement et les rangeant elle se baissa, pour éviter la fumée. Mais elle toussait de plus en plus fort.

Entre deux quintes, elle vit quelqu'un courir. Quelqu'un vêtu de noir. Un Ombre ! Elle se lança à sa poursuite. Elle devait l'interroger. Puis le tuer. Courant à l'aveugle, se baissant de temps à autre pour reprendre son souffle et vérifier que sa cible était toujours en vue, Melley se détermina. Pour son père, pour elle, pour sa mission, pour Metkild. Tant de gens reposaient sur sa réussite...Soudain, un hurlement se fît entendre. Un hurlement si puissant que même l'Ombre ralentit sa course. Bien. Melley regagna du terrain, espérant mentalement que le cri ne provienne pas de Metkild. Plissant les yeux, elle aperçut la fin du nuage de fumée. Enfin ! Sortant, s'acclimatant les yeux à la lumière de la lune, elle chercha l'Ombre. Elle était essoufflée. Et oui, courir lorsque les poumons sont remplis de fumée, ce n'est pas la meilleure solution !

Là-bas ! Elle le vit grimpant sur un toit. Alors, sans hésiter, elle le suivit. Les toits, c'était son terrain de jeu favori. Les tuiles cliquetaient sous ses pas. L'Ombre se retourna et la vit.


-T'es pas morte ?! Lui cria-t-il.

-Non, comme tu peux le voir. Par contre, ton chemin risque de s'achever ici.

Elle allait à nouveau devoir ce battre. Et elle n'était pas encore remise de celui contre Jyfrey. Et si tout avait été prévu ? Justement pour l'affaiblir un maximum pour pouvoir mieux la liquider ? Elis avait parfois des idées saugrenues, mais là, il exagérait. Démolir toute une construction juste pour elle, s'était trop d'honneur. Une pensée se faufila dans son esprit. Le bruit et le feu avaient sans doute dû alerter la Garde. S'ils la voyaient, elle ne serait plus seule. S'ils arrivaient à temps, elle aurait les réponses qu'elle voulait. S'ils...Elle n'eut pas le temps de formuler sa pensée. L'Ombre s'était rué sur elle et attaquait violemment. Parant, se baissant, elle sortit ses lames. Pas le temps de dégainer l'épée. Avec ses lames elle le tuerait aussi.

Réussissant à le plaquer contre une cheminée, sans savoir comment elle avait fait, elle mit sa lame sur la gorge de l'autre et dit :

-Ou est Elis ? Que veut-il ?

L'autre ricana et répondit :

-C'est toi qu'il veut...

-Et pourquoi détruire cette construction dans ce cas ?

-Ce sera de votre faute, les Assassins. Vous n'aurez pas réussi à accomplir votre mission...Et tout le monde verra que les Ombres sont les meilleurs...

Elle se prépara à le tuer de sa lame lorsqu'elle sentit quelque chose perforer son armure et pénétrer son bas-ventre. L'arme ! Elle avait oublié qu'il était armé ! Dans l'urgence, la curiosité avait pris le relais. Dans un hoquet, elle relâcha prise et recula de quelques pas. Rigolant, l'autre s'approcha d'elle et la poussa d'un geste vers le bord du toit. Elle se retint de toutes ses forces. Ses maigres forces...Elle se sentit tomber, mais réussit à aggripper la jambe de l'autre. Si elle devait mourir, elle l'emmenerait avec. Il ne put se dégager. Tout en tombant, elle sourit. Elle avait au moins réussit quelque chose...Elle heurta quelque chose de mou. Et d'assez chatouillant. De la paille. Une aubaine ! Elle était tombé dans une meule de foin !

Elle sortit tant bien que mal et s'assit contre le bois. Elle ne regarda même pas si l'Ombre était mort. Soulevant sa tunique déchirée, elle vit, à côté de la belle croix de Jyffrey, un énorme trou, si l'on pouvait dire cela, dans son ventre. Un organe vital avait-il été touché ? Allait-elle mourir ? D'une main tremblante, elle écrivit sur sa manche avec son sang :


"Désolée...pour tout..."

Puis, elle réussit encore à sortir les plans de sa cape. Pour que Metkild puisse refaire sa merveilleuse construction.

Au cas où elle ne se réveillerait pas. Pour que Metkild sache et puisse le dire à son père...

Elle se laissa emporter par la douleur et le sommeil. Tout en priant pour que Metkild aille bien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Metkild
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Messages : 1622
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Mar 17 Jan - 15:30

L'artisane resta un certain temps prostrée comme ça. Elle s'était tu et avait fermé les yeux. Elle senti soudain un mouvement, une sorte d'appel. Comme une urgence. Metkild regarda la statuette, se demandant si c'était Melley qui était en danger. Elle ne connaissait pas grand chose au pouvoir des statuettes et elle ignorait que celles-ci pouvaient communiquer.
Cependant elle fit taire toutes ses questions, se concentrant sur ses sens, et cette drôle d'impression. LA statuette était de plus en plus légère, et le bois semblait chaud à la jeune femme. ou peut-être était-ce son esprit enfumé.

Elle finit par arriver devant un tas de foin. Le trajet avait été long car elle se cachait, craignant à tout moment de tomber sur les semeurs e troubles oui elle voulait bien la sauver, mais elle refusait de risquer sa vie. un corps féminin et ensanglanté était étalé là. Metkild s’accroupit à ses côtés et vit les plans. Elle les avait sauvés... Elle fut remplis d'une joie immense, et d'une gratitude envers cette femme. Mais son esprit était en train de la quitter.

L'artisane regarda la plaie, retenant son souffle devant le trou béant de la blessure. Que faire ? Elle n'allait tout de même pas la laisser là ! Elle n'avait pas de matériel médical mais elle savait intuitivement qu'il fallait mieux recoudre, et ensuite penser, avant de laisser faire un pro. Là elle pendait tout son sang. Mais la jeune femme n'avait pas d’aiguille, ne de fil. Elle entreprit de fouiller délicatement la blessées, trouvant un objet pointu. certainement une arme. Elle préféra ne pas penser aux vis qu'avait ôté cet objet, mais plutôt au fait qu'il allait enfin sauver une vie. Elle murmura quelques prières aux esprits, leur demandant de ne pas la laisser partir. Elle n'avait pas fini sa mission dans ce monde.
l'objet s'enfonça dans la chaire, et Metkild enleva son haut, et en enleva un fil. Elle le passa tant bien que mal dans la blessure, et entreprit de faire des points solides, assez éloignées les un des autres car elle passait beaucoup de temps dessus, et il lui fallait aller vite. plus vite. Elle fit 6 points, puis reposa l'objet au sol, près de la statuette, hors de porté e vue de Melley (au cas où elle se réveillerait miraculeusement).
LA jeune femme tira délicatement sur les fils, priant encore, mais cette fois pour qu'ils tiennent. C'était de la bonne qualité de vêtement, donc ça devrait résister, mais combien de temps ?

Elle mit ensuite ce qui restait de son haut, et du suivant sur la blessure, pour faire un semblant de garrot. Mais comment pouvait-in faire un garrot à l'estomac ? Était-ce ce qu'il fallait faire ?
Metkild n'en savait rien mais elle ne laisserait pas tomber. Elle était maintenant en débardeur, et sentait la fraicheur de la nuit, et le souffle chaud venant de sa droite, de sa cahute, maintenant en cendre. Elle prit Melley dans ses bras avec l'intention de l'apporter dans le médecin le plus proche. Mais elle ignorait qu'un corps était si lourd. Elle ne parvint même pas à la décoller du sol. Elle s'y prit autrement, le prenant sous les aisselles, la trainant par terre, mais les résultats était loin d’être satisfaisant. Elle avait beau avoir l'habitude de porter das choses lourdes, des poutres en bois, elle était incapable de porter l'assassin. Son bas de dos la faisait souffrir lorsqu'elle tentait de se relever avec la jeune femme. Elle décida à aller chercher de l'aide.
Elle se releva et hésita de nouveau. Ses yeux allaient de Melley, à la statuette, de la statuette, aux plans, des plans à la statuette, de la statuette aux plans, des plans à Melley, de Melley à son sang, de son sang à ... " Désolée pour tout"
Désolée ? mais de quoi ? Elle n'avait aucune raison d'être désolée.
Metkild se décida, prit les plats et la statuette, et alla les cacher. Elle les mit dans les décombres de la tour, personne ne ferait rien ici sans son avis, et les intrus ne le bruleraient pas. Ils avaient réussi à le détruire, le feu n'apporterait rien de plus.

Metkild se mit à courir et aperçu au loin des gardes. Elle les héla :


-S'il-vous-plait !! Mon amie est blessée ! Elle a besoin de soin ! Immédiatement !


Les hommes la menaçaient avec leurs armes. Elle ne comprit pas de suite qu'elle était menacée, mais devant leur air elle paniqua.

-C'est vrai ! elle est là-bas ! elle indiqua la direction de son bras par terre, je l'ai bandé du mieux possible mais je n'arrivais pas à la bouger !! Alors je suis allée chercher du secours. S'il-vous-plait, allez l'aider... Sauvez-la.

un homme, certainement le chef prit la parole.


- Et pourquoi te croirait-on ? Tu es la seule personne sur les lieux, tu es donc la coupable. On va t’emmener...


oubliant sa peur Metkild lui coupa la parole.

-Je suis Metkild Freysick ! l'artisane en charge de ce chantier !! Jamais je n'irais saboter mon travail ! JAMAIS !! Mais devant la mine douteuse des gardes elle compris qu'elle avait joué la mauvaise carte, et se reprit. Allez voir ! Vous verrez que je ne mens pas ! Je vous le promet !! Arrêtez moi mais sauvez-la !

Devant son air désespéré et un peu ahuris (oui elle était en débardeur alors qu'il faisait nuit et frais, les cheveux emmêlés, pleins de poussière, et de cendres, le regard paniqué à l'idée qu'aucun d’eux n'aille sauver Melley. Et qu'il l'accuse d'avoir détruit sa construction) décida d'aller voir sur place. Elle le regarda, se retenant de lui sauter au cou, le suppliant de faire vite. Ensuite le chef la prit par le bras, la serrant plus que nécessaire. Elle retint des larmes de douleurs, serra les lèvres pour ne pas gémir et ferma les yeux. Elle pria de nouveau les esprits, pour que le garde trouve Melley rapidement et réussisse à l'amener chez un médecin.
Elle grelottait maintenant mais les gardes semblaient insensibles à son cas. Ils marchèrent dans les rues d'Ikrahm, jusqu'à une battisse. Ils entrèrent et jetèrent Metkild dans une cellule. celle-ci attendit, grelottant, repliée en position fœtale.

Au bout de plusieurs heures un garde revint et la fit sortir. il s'agissait de l'homme qui avait été vérifier ses dires. Avait-il trouvé le corps ? A temps ?! Tant de questions que Metkild ne pouvait poser. L'homme marchait à de grandes enjambées et elle était presque obligée de trottiner pour rester à sa hauteur. Elle posa sa main sur son bras, lui murmurant un merci. Elle le remercia du fond du cœur, quoi qu'il ai trouvé.
L'homme se stoppa et regarda sa main. Metkild grimaça, et la retira lentement puis le visage de l'homme pivota lentement vers elle. Son regard refroidit immédiatement l'artisane. il était froid et dur, ce qui gâchait l'harmonie de ce visage. il la fit attendre dans une pièce et celle-ci se prit à imaginer tous les scénarios possibles. mais elle avait trop peur de ce qui allait se passer pour continuer et préféra imaginer le garde sourire, un jour d'été allongé sous un arbre fruitier... Elle sourit à cette image, le trouvant charmant, et ça lui réchauffa quelque peu le cœur. Une porte s'ouvrit soudain et un autre garde lui fit signe d'entrer.

Un homme était présent, le visage fermé, debout devant un table, derrière laquelle était une chaise. Trois autres personnes étaient là aussi, dont le chef qui lui avait fait un bleu au bras, bien visible, notamment avec la trace des doigts. C'est un inconvénient des peaux claires qui marchent vite, mais pour une fois elle ne s'en plaignait pas, elle pourrait l'utiliser à son avantage. Elle prit place sur la chaise libre sur un signe de tête.
L'homme n'attendit pas et entra dans le vif du sujet.

-Que faisiez-vous sur le chantier, après l'écroulement de la construction ?

Metkild ouvrit grand ses yeux. Que lui répondre. Qu'elle cachait la statuette, afin d'éviter qu'il ne lui arrive malheur, et de protéger Melley, car celle-ci semblait être connue des Esprits. il lui faudrait d’ailleurs essayer de détruire la statuette, car les risques étaient trop importants. Pouvait-elle lui avouer que les plans étaient cachés là ? Pouvait-elle faire confiance à tous ces hommes ? Rien ne lui disait qu'ils n'iraient pas les chercher pour les détruire... Elle ne répondit pas, baissant les yeux. Elle était incapable de mentir et préférait garder le silence. Elle se sentait intimidée par tous ces regards. l'homme continua ses questions.
Qui était-elle ? Que faisait-elle sur les lieux ? Pourquoi cette tenue ? Que faisait-elle sur les lieux ? Pleins de questions, s'enchainant, toujours la même qui revenait, que faisait-elle sur les lieux.
Tout dans son esprit s'embrouillait, Metkild ferma les yeux, tentant de récupérer les fils de ses pensées mais l'homme continuait ses questions.
Il l'acheva en annonçant d'une vois posée, qu'elle mentait. Car il n'y avait personne de blessée où elle avait indiqué.
Metkild ne put retenir un petit cri.


- Comment ? Quoi ? mais .. c'est impossible.. Elle était ..
, elle balbutiait, ne pensait plus, elle parlait, commençait des phrases, ne les terminant pas. Elle était perdue, ouvrait la bouche, la refermait, tournant ses yeux dans tous les sens.

- Que faisais-tu sur les lieux ?!

La voix reprit, plus forte, mais Metkild était partie. Elle le regardait, étonnée. Melley n'étais pas là ... Comment était-ce possible ?!
Heureusement l'annonce de l'arrivée du maître suprême mit fin à cet interrogatoire. Les hommes bougèrent, accueillir cette prestigieuse personne. Metkild était de plus en plus perdue.Le maitre suprême faisait le déplacement. Dans quelle galère était-elle ? Elle ne comprenait plus rien ...
Le garde qui devait aller chercher Melley vint lui donner un haut car il était vrai qu'elle était un peu indécente, son débardeur, étant un sous-pull, moulant, pratique pour les longues journées de travail. Elle comprit qu'elle devait soigner un minimum son apparence. Mais le reste ne devait pas être beau à voir .... Elle prit le haut et remarqua que c'était le sien. celui qu'elle avait laissé sur Melley. Il était encore taché de son sang .. Elle fronça les sourcils et voulu poser une question au garde, mais celui-ci s'était déjà détourné et gardait un visage impavide.
Melley avait été enlevée, et seul son haut était resté sur place ? ou alors, mais elle n'osait y croire, il avait trouvé Melley, et soignée, elle n'ait plus eu besoin de son pull. Dans ce cas, l'homme lui avait menti, il y avait eu quelqu'un ... Ou peut-être le garde avait caché Melley, mais pourquoi ?

Le maitre suprême entra enfin dans la pièce. Le silence se fit et tous inclinèrent la tête avec respect sur son passage. il étaient maintenant près d'une dizaine. Les gardes, le maitre suprême et ses hommes, ainsi que l'homme de l'interrogatoire. Metkild fut surprise e l'homme qui lui faisait maintenant face. Elle l'avait imaginé autrement. Elle ne savait comment, mais certainement pas comme ça ... Plus grand, moins ... Elle ne savait pas trop. Enfin pour le moment elle avait d 'autres soucis. Elle aurait de nouveau droit à des questions...

Le maître suprême lui demanda de lui conter toute son histoire. Elle haussa un sourcil, jetant un coup d'oeil tout autour d'elle et commença. Elle conta son arrivée, son embauche immédiate pour une raison inconnue, son travail, les problèmes de pièces, l'intervention de l'assassin, puis l'attaque de sa cahute. Elle hésita un instant à dire qu'elle avait les plans et la statuette, puis opta pour raconter l'entière vérité. Elle ne pouvait plus rien cacher, cet homme était le plus influent, le plus important, elle ne devait prendre aucun risque. Elle lui raconta tout, la prise par les gardes, leur indifférence, sa longue attente dans le cachot, l'interrogatoire... Tout.
Tout le monde l'écoutait attentivement. Metkild voyait bien que le chef se retenait d'intervenir, mais il n'osait pas, pas en présence du maître suprême. Lorsque Metkild eu fini son récit abracadabrant elle attendit.
Elle subit le regard perçant du sage, et eu l'impression qu'il lisait en elle. mais elle n'avait pas peur, elle disait la vérité. Après un temps qui lui sembla éternité, il prit la parole

- Connais-tu le nom de cet Assassin ?

Metkild fut surprise, ne s'attendant pas à une telle question. Elle avait oublié de le mentionner dans son récit ? Elle répondit rapidement.


- Melley Al'ran.

Tout le monde dans la salle, retint sa respiration. Metkild en fut surprise et observa le garde. S'il avait caché le corps de Melley, il allait avoir des ennuis. Et de toute façon elle n'avait plus personne d'autres à regarder, vu que tous étaient en train de partir. Elle soupira en espérant qu'il n'allait pas la laisser là, qu'elle sortirait bientôt car cette chaise était des plus inconfortable, et qu'elle pourrait reprendre son travail car elle était vraiment très en retard maintenant, et que Melley allait bien, et que ses plans et la statuette seraient sécurité .... Elle allait pour adresser une nouvelle prière aux esprits lorsqu'elle se rendit compte qu'ils devaient commencer à en avoir marre, elle n'avait pas arrêter de la soirée pratiquement.

Le garde s’approcha et lui demanda de rendre le haut. Metkild aurait été en train de boire qu'elle aurait tout recraché. sauf qu'elle n'avait pas à boire. Elle cru qu'il plaisantait mais à sa tête elle supposa que non ...


- Mais enfin c'est MON haut ! Que j'avais laissé à Melley pour tenter de limiter la perte de sang ! C'est normal que je le récupère...
Mais fatiguée de se battre, et fatiguée tout court, elle s'était levé tôt le matin et avait eu une soirée des plus éprouvante et épuisante, elle coupa court à la discussion. Et puis j'ai froid. Donc je le garde. Elle regarda l'homme, hésita avant de poursuivre mais se lança. Mais si tu veux tellement le récupérer, vient me l'enlever... Elle lui laça un regard aguicheur qui le laissa de marbre.
Elle devait être très fatiguée. Elle soupira bruyamment et posa sa tête sur ses bras, tentant de trouver le sommeil. Elle imagina le garde venir derrière elle et lui arracher le haut et elle gloussa. Oui il valait mieux qu'elle s'endorme tout de suite plutôt que d'imaginer d’autres choses aberrantes. Comme Melley déguisée en ce fameux garde, et entamant un morceau de claquettes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Mar 17 Jan - 22:14

[voilà ! j'espère que cela te convient ! dis le sinon !]


Elle avait mal. Mais en même temps, elle ne sentait rien. Elle était en colère, mais apaisée.
"Tu es morte". La première phrase qui réussi à se former dans son esprit embrumé. Morte ? Non. Impossible. Les morts ne réfléchissent pas. Alors qu'elle n'arrêtait pas de le faire.


Un courant d'air frais lui caressa les cheveux. Ou était-elle ? L'air était humide et puait. Elle entendait vaguement des gouttelettes d'eau tombant à intervalles réguliers.

Qui était-elle ? Elle ne se souvenait de rien. Elle tenta d'ouvrir les yeux. Ce fût dur, mais elle y arriva. Il faisait sombre mais elle voyait son corps grâce à une bougie dans une sorte de couloir. La lumière était filtrée par les barreaux de sa porte. Une cage ?

Une bribe de souvenir s'installa en elle. Se forma en un nom. Le sien. Melley Al'Ran. Fille de Kem. Assassin.
Oui. Elle savait maintenant. Mais cela ne répondait toujours pas à la question du lieu ou elle se trouvait. Elle tenta de bouger les mains. Tenta. Car elles étaient retenues par quelque chose de lourd et de froid derrière son dos. Elle était attachée. Logique, si elle était enfermée.

Soudain, comme une gifle, tous les souvenirs affluèrent, en un torrent continu. Mektild, la construction, les Ombres, Jyfrey et Elis, le feu, son combat, sa chute…


Elle se souvenait de tous les détails. Mais pourquoi était-elle enfermée et attachée ? Elle résuma la situation dans sa tête. Elle était attachée et enfermée dans un lieu inconnu, et…et elle n'avait plus son armure ! Elle n'avait plus que son pantalon fin, une petite chemisette et c'était tout. Ses armes ? Ses lames ? Son armure ? Baissant la tête, elle vit nettement les contours de la croix, ainsi que sa nouvelle blessure. Celle qui la faisait souffrir. Elle aperçut du fil. Quelqu'un avait tenté de la soigner. Avait essayé. Elle voyait le bout de fil qui dépassait. Metkild ? Sans doute. Elle ne voyait personne capable de le faire. Mais ou était-elle ? Est-ce qu'elle allait bien ? Sa construction…fichue…comme tout ce que Melley approchait ses derniers temps. Grinçant des temps, elle secoua les mains, dans un espoir vain de se libérer. Mais le résultat ne fût que souffrance supplémentaire.

Elle n'aimait pas rester dans l'ignorance ! Soudain, elle entendit des bruits de pas. Deux ombres s'étirèrent sur la paroi des cachots. Quelqu'un parla. Un homme.

-Elle est là ? Demanda-t-il.

La deuxième voix se fît entendre. Plus autoritaire. Ce devait être le chef.


-Oui. Tu l'as attachée ? Ce n'est pas n'importe qui. Tu as entendu la fillette en-haut tout comme moi.

-Vous en faites pas. De toute façon, vu son état, elle est incapable de marcher. Et elle n'a plus ses armes. Fille de Seigneur ou pas, elle est à nous maintenant.

Oui, elle aurait été incapable de faire trois pas sans chuter. Mais pourquoi disait-il qu'elle était à eux ? Elle n'appartenait à personne ! La première voix reprit :

-Il faut faire attention au Maître Suprême. Il sait qui elle est. Il ne faut pas qu'il la découvre. Surtout sous ses appartements.

Il partit dans un rire froid et cruel. Elle se trouvait donc dans les cachots du Palais Impérial. Au moins, elle savait une chose. Maintenant, qui étaient-ils ? Que lui voulaient-ils ? Qu'avait-elle fait ? L'autre répondit une fois les rires calmés :

-Il ne saura jamais qu'elle est ici. Tout comme l'Artisane. Celle-là reprendra sa construction. A moins que le Maître Suprême ne décide de la virer.

-Imbécile ! C'est le but ! Toute cette opération n'est destinée qu'à la faire partir ! Bien sur, la démolition de son œuvre a été une aubaine pour nous. Mais l'Assassin nous a contraints à son kidnapping pour que nous puissions accuser librement l'Artisane. Car, si l'Assassin avait parlé, qui le Maître Suprême aurait cru ? Elle ou nous ? Réfléchis !

L'autre resta muet. Tout un plan dans l'unique but de renvoyer Metkild ? C'était absurde ! Melley ne comprenait rien. Sa tête tournait et sa vision se brouillait. Non. Pas maintenant. Elle voulait des réponses. Claires, nettes et précises. Les silhouettes s'approchèrent tout en parlant.

-Est-elle réveillée?

-Elle ne l'était pas la dernière fois que je suis venu.

Depuis combien de temps était-elle là ? Elle commença à paniquer. Tout pouvait s'être produit entre temps. Metkild pouvait être en train de payer pour un crime qu'elle n'avait pas commis. Elle retenta de se libérer. Rien à faire. Par contre, elle avait réussi à attirer l'attention des deux hommes.

-Tu as entendu ? Elle tente de se dégager. Elle est donc apte à nous répondre.

Soudain, la lumière fût vive et aveugla Melley. Deux hommes se tenaient dans l'encadrement de sa geôle. Elle ne pouvait même pas les décrire tant la lumière lui brûlait les yeux. L'un d'eux ouvrit et entra. Sans délicatesse, il prit Melley par les bras, la força à se relever et l'attira dehors. On lui banda les yeux aussitôt. Elle fît appel à ses autres sens. Pour tout mémoriser. Le chemin, les obstacles. Tout. Pour le cas ou elle pourrait s'échapper. Ils marchèrent quelques minutes avant de pénétrer dans une pièce un peu plus chaude. Son gardien la fît s'asseoir sur un tabouret en bois d'une secousse. Elle retint un gémissement.

-Bien. Maintenant que tu es de nouveau avec nous, tu vas pouvoir nous dire tout ce que nous voulons savoir.

-Jamais.

Elle fût contente. Sa voix avait conservé son assurance. Elle reçut un coup de bâton dans le dos. Et ben, ils voulaient des réponses ou elle serait frappée ? Elle ne dirait rien. Quoi que ce soit. Rien.

-Ne nous fait pas perdre de temps. Le Maître Suprême veut savoir pourquoi les Assassins ont aidé l'Artisane à démolir la construction. Dis le nous et on te fichera la paix pour un moment.

Elle ? Aider Metkild a…Ils n'allaient pas bien ! Le Maître Suprême était-il fou ? Attends…il ne savait pas qu'elle se trouvait ici. Donc ce n'était pas le Maître Suprême qui avait ordonné cet interrogatoire. Ni lui qui avait organisé son kidnapping comme elle le pensait malgré les dires des deux hommes. Ils étaient indépendants de toute cette histoire de démolition ! Ils s'en fichaient ! Ils ne voulaient que le renvoi de Metkild !

Elle n'arrivait pas à réfléchir. La douleur avait repris, donnant toute sa puissance. Elle détestait être dans ces situations. Désarmée, à moitié nue, couverte de blessure, faible…
Heureusement, personne ne semblait avoir remarqué l'étrange croix sur son ventre. S'ils faisaient le rapprochement avec Jyfrey…ils penseraient qu'elle était une Ombre infiltrée. Mais son nom devrait la sauver pourtant ! Elle le leur fît comprendre en criant :


-Je me nomme Melley Al'Ran et je ne vous permettrai pas de me traiter ainsi ni de m'accuser de choses que je n'ai pas faites ! Je vous préviens, vous le regretterez.

Ils rirent. Tout en riant, ils la ramenèrent à sa cellule. La jetant à l'intérieur après lui avoir enlevé le bandeau des yeux, le chef dit :

-Personne ne sait que tu es ici, ma belle. Personne ne le saura jamais. Ou tu coopères, ou tu meurs. Ainsi va la vie.

Ils partirent. L'obscurité reprit quelques peu ses droits sur la geôle. Baissant la tête en se remettant dans une position plus confortable, Melley se prit à désespérer. Personne ne le savait. Il disait vrai. Elle mourrait ici.

Car, oui, elle ne parlerait pas. De toute façon, elle n'avait rien à dire. Fermant les yeux, tentant d'oublier la douleur, elle pria pour que le sort de Metkild soit plus enviable que le sien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Metkild
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Messages : 1622
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Mer 18 Jan - 16:07

Une douleur dans la nuque tira violemment Metkild de son sommeil sans rêves. Elle tenta de tourner la tête mais la douleur le repris et elle dut presque porter sa tête pur se relever. Elle était toujours affalée sur la table. La pièce était désormais vide, vide de personne, vide d'objet. L'air était frais.
L'artisane venait d'attraper une magnifique torticolis et espérait que ça ne durerait pas trop longtemps. Elle ne pouvait tourner la tête ni la baisser. Elle soupira et se leva. Tendre les jambes et se bouger la fit aussi souffrir, mais après quelques minutes la douleur s'estompa.
Elle entrepris de visiter la pièce et ce fut très vite fait. Deux portes. Toutes deux fermées à clés. Aucun échappatoire. Mais la jeune femme refusa de sombrer dans le désespoir. Elle portait son haut qui avait servit à soigner Melley, rien n'était perdu !
Du moins tout n'était )as perdu car son travail avait bel et bien été détruit. Elle ferma les yeux, se remémorant de sa funèbre soirée. Il lui faudrait tout recommencer .... Elle pria de nouveaux les esprits, s'excusant de les déranger de nouveau. Elle souhaitait retrouver Melley, en pleine forme, et que les plans et la statuette soient en sécurité.

Au bout d'une durée indéterminée la porte s'ouvrit et un garde lui apporta une bassine d'eau, un miroir et des vêtements neufs. Ce n'était pas son style habituel, mais elle ne pouvait refuser des vêtements de qualités, surtout dans son état. La porte de referma et Metkild se lava de son mieux le plus rapidement possible, craignant que l'homme ne revienne alors qu'elle était dévêtue. Mais le garde ne revint la chercher que longtemps après, elle était prête, portant une minerve faite avec des vêtements autour du cou, et avait même eu le temps de démêler ses cheveux et de les discipliner un minimum pour ne pas avoir l'air d'une sauvage. Elle en profita pour l'observer, hésitant à lui poser des questions. Il était mal rasé et grognon, ce qui découragea la jeune femme. Il la fit sortir à l'air pur. Elle s'arrêta sur le seul de la porte et ferma les yeux, respirant l'air du matin. Car le ciel commençait à peine à se colorer, et quelques personnes, des lèves-tôt parcouraient les rues. Le garde la poussa sans ménagement. Il n'y avait pas de temps à perdre.

Il marchèrent jusqu'à la demeure du maître suprême. Metkild le savait car elle avait eu droit à une visite éclaire lors de son arrivée. Le bâtiment était massif, mais orné de détails qui lui donnaient une impression de légèreté. Les toits grimpaient en flèches vers le ciel, comme pour montrer leur importance. Sa forme rappela celle des églises des prêtres, y en avait-il qui ne s'occupaient que du palais ?
Le garde et sa prisonnière, car elle en était bien une, entrèrent et se dirigèrent vers une femme entre deux ages, assises derrière son petit bureau, très richement décoré, mais aec mauvais gout selon Metkild. D'un geste de la tête la secrétaire leur fit signe d'entrer. Ils enchainèrent les longs couloirs, les salles vastes et désertes. Leur pas résonnaient sur le sol en marbre, et ils se voyaient avancer, entourés de miroirs, et de grandes fenêtres ouvrant su un jardin privé, très soigné. Quelque domestiques les croisèrent, aussi silencieux que des ombres, mais ne daignèrent pas leur jeter un coup d'oeil. Finalement ils débouchèrent sur une grande porte, devant la quelle régnait une certaine agitation. Des gardes se tenaient là ainsi que quelques sages avec leur robe verte. Metkild se senti impressionnée de se retrouver entourée de personne d'une telle importance.

Ils pénétrèrent dans la salle et son garde fit de mi-tour, la laissant aux bons soins des hommes de mains du maître suprême. Celui-ci était présent et la salua du regard. Puis inita ses condisciple à prendre place, la réunion allait pouvoir commencer. On proposa un grand fauteuil bien rembourrer à l'extrémité de la table que présidait le maître suprême. Tous deux se faisaient face.

- Bien, je suppose que vous avez tous été mis au courant des incident produits cette nuit entrainant la destruction du chantier en cours.
Tous acquiescèrent. Cette jeune femme, Mlle Freysick, était l'artisan en charge du chantier. Notre ordre du jour est de savoir si nous la délivrons de toutes ses responsabilité, et d'un échec retentissant, ou bien si nous lui accordons notre confiance, avec des moyens plus importants pour recommencer et poursuivre ce projet.

Le maître suprême se tut, laissa ses conseiller discuter. certains demandaient des détails à Metkild mais ils étaient rares, les autres préférant parler entre eux, comme si elle n'existait pas. Au bout d'un moment le maître suprême leva la main, réclamant le silence. Qui se fit immédiatement.


- Nous sommes donc d'accord il me semble pour accepter de redonner sa chance à Mlle Freysick car elle est un personne capable et charmante. Cependant nous ne le ferons que si vous réussissez à nous avancer des preuves de votre histoire qui semble délirante.


Certain contestèrent, demandant à la virer immédiatement, d'autres grommelèrent dans leur barbe. Metkild prit la parole, car elle voulait tenter un minimum de se défendre.


- Votre altesse,
elle ignorait comment s'adresser au maître suprême et avait opté pour se terme qui lui semblait assez commun, je serais ravie de reprendre se chantier pour montrer la splendeur d'Ikrahm et du Royaume de Jakar, cependant la seule personne capable de me disculper est la célèbre Melley Al'Ran, et j'ignore totalement où elle est, et si elle est encore de ce monde à cet instant présent. Je prouverais que je ne mens pas, mais je ne peux réussir seule.

Les sages la regardaient tous, et la jaugeaient. Elle attendit vaillamment la réponse du maître suprême.

- Bien entendu, Grégorh vous accompagnera et vous fournira tout ce dont vous avez besoin, cependant sachez, que nous ne sommes pas de bonnes âmes charitables, alors vous devrez nous dédommager. Si vous nous avez mentis, vous serez châtiée, peine maximale.
Metkild ignorait ce dont il s'agissait mais elle vit nombre des sages frissonner.

- Oui monsieur. Je pense avoir une idée pour y parvenir, mais pour cela j'aurais besoin de récupérer ce pour quoi on m'a trouvée hier sur le chantier.
Elle n'osait dire tout haut ce à quoi elle pensait pouvait-elle leur faire totalement confiance ? Le maître suprême devrait comprendre son allusion, et elle espérait qu'il lui permettrait de récupérer la statuette. La veille elle lui avait permis de retrouver Melley, alors pourquoi pas ce jour-ci ?!

L'homme lui répondit, qu'elle avait Gregorh avec elle, et qu'il était là pour ça, cependant il l'entretiendrait dans son bureau, afin d'en savoir plus, car il n'avait pas été dit qu'elle serait reprise. Ils avaient évoquer la possibilité, mais rien de définitif. Il faudrait donc à Metkild user de toute son ingéniosité pour les convaincre de son utilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Mer 18 Jan - 21:06

Elle ouvrit les yeux. Elle s'était sans aucun doute endormie. Elle bougea ses jambes ankylosées pour les réveiller. Elle ne tenta même plus de bouger les mains. Elle sentait parfaitement les chaînes mordre sa chaire.

Depuis combien de temps était-elle prisonnière ? Depuis combien de temps n'avait-elle rien mangé ? Son ventre hurlait en silence. Heureusement, ils venaient lui donner à boire de temps en temps. Sa seule occupation était de regarder les ombres danser sur les murs ou alors d'observer ses propres plaies tout en réfléchissant sur un moyen de se sortir de là. Sa plaie la plus récente la faisait toujours encore souffrir, mais elle réussissait à mettre la douleur dans un coin de sa tête pour essayer de l'oublier.

Ou était Metkild ? Que faisait-elle ? Que lui était-il arrivé ? Soupirant, Melley ignora le flot de questions auxquelles elle ne pouvait pas répondre. Ses geôliers venaient régulièrement, riaient d'elle, l'emmenait dans l'autre salle, les yeux bandés et lui posaient toujours les mêmes questions : "Pourquoi avait-elle aidé l'Artisane à démolir son oeuvre ?" , "Que cherchait-elle en agissant ainsi ?"...

Et à chaque fois, elle répondait la vérité, qu'elle aidait l'Artisane à construire la Tour, qu'elle ne cherchait rien.
Et à chaque réponse elle recevait un coup de badine dans le dos.


Bien sur, Melley ne parlait pas des Ombres. Ils la croiraient encore moins. Surtout qu'ils n'avaient pas fait le rapprochement entre ses cicatrices et Jyfrey, dont le cadavre avait dû être retrouvé, la belle croix brodée sur sa tunique. Et, à la fin, lassés, ils la rejettaient dans sa cellule sans un mot et repartaient.

Elle se sentait si faible qu'elle se demandait comment elle faisait pour rester en vie. Cette fois, elle était vraiment dans une impasse. Elle ne voyait pas comment s'en sortir. Réfléchissant, elle se demanda si son père était au courant. S'il l'était, il devrait être à Ikrahm. Il ne mettait qu'une semaine, voir moins pour rallier le camp à la capitale. Mais est-ce qu'une semaine s'était écoulée ? Plus, moins ? Toujours cette question du temps.


Elis avait gagné, au final. La Tour était détruite et elle ne constituait plus un réel obstacle. Etait-ce lui qui avait payé ses geôliers pour la kidnapper et jouer la comédie pendant qu'il se délectait de la voir dépérir ?

Un nouveau sentiment apparu à cette pensée. Un sentiment qu'elle n'avait plus eu depuis longtemps. La détermination. Elle ne se laisserait pas abattre ! Elle se sortirai de là ! Et elle tuerai une fois pour toutes Elis ! Elle, Melley, se le promit mentalement.


Elle entendit des voix, au loin. Ses geôliers. Mais ils semblaient être immobiles. Elle bougea, discrètement, pour se rapprocher et entendre mieux la conversation.

-Je ne sais pas si c'est une bonne idée de la garder ici. Dit le plus jeune.

-Si. Ils ne penseront pas à chercher ici. Pas sous leur nez !

-Ils sont tous réunis en haut, avec l'Artisane. Elle va continuer à parler de l'Assassin. Il est plus prudent de l'éliminer et de se débarrasser du corps.

Le chef frappa du poing un mur. Le coup résonna et porta très loin. Metkild était avec qui ? Le Maître Suprême ? Sans doute si elle était réellement dans son palais. Lui la croirait. Kem et lui se connaissait. Il connaissait Melley. Il ne pouvait que croire Metkild. Une lueur d'espoir naquit au creux du ventre de la jeune femme.

-Non. Je te l'ai dit. On continue jusqu'à ce que l'on réclame son corps. Les ordres sont clairs : la laisser mourir à petits feux.

-Je sais...mais elle résiste. Je n'ai jamais vu sa ! Avec ses blessures et le manque de nourriture elle devrait être morte depuis longtemps...Je commence à paniquer pour tout dire.

-C'est un Assassin, sombre idiot ! Ils sont formés pour résister ! Mais je te prévient : tu ouvres ta bouche et je te tue. On la laisse la et on continue. SI jamais les recherches s'orientent trop vers ici, on avisera. Maintenant, garde la. Et tais-toi.

Elle entendit des bruits de pas s'éloigner. Le chef était parti. Elle était seule avec le jeune qui paniquait. Un plan fou naquit dans sa tête. Mais vraiment fou. Elle n'était même pas sure de pouvoir le réaliser. Elle hella le garde qui accouru.

-Que veux-tu ?

-Aller au petit coin.

Elle aussi savait jouer la comédie. Le garde soupira et ouvrit la cellule, lui banda les yeux et la fît sortir. Il la guida jusqu'à l'endroit ou une fois par jour elle allait pour effectuer les besoins naturels. Une fois stoppé, juste avant qu'il ne lui laisse un peu d'intimité, elle donna un coup de pied en arrière. En plein dans les bijoux de famille. Il émit un grognement et elle le sentit s'affaisser. Alors elle frappa tant bien que mal avec ses chaînes. Elle l'entendit tomber nettement. Une chose de faite. Maintenant, enlever le ruban. Elle joua avec sa tête, se mit contre un mur pour tenter de l'enlever. Au bout d'un moment elle parvint à le relever juste assez pour voir. Deuxième chose de faite. Tant pis pour les chaînes. Elle les garderaient encore un peu. Il fallait qu'elle trouve la sortie.

Elle avança, prudemment, mais retomba à moitié. Ses jambes ne voulaient pas la soutenir. Elle avait donné tout ce qu'elle avait en force dans sa libération et maintenant qu'elle était si près du but, elle n'y arrivait plus ! Elle se redressa en grimaçant et avança. Un pas après l'autre. Plus assuré à chaque fois. Mais elle n'arriverait pas à courir. Elle arriva devant une porte. Elle l'ouvrit avec ses coudes en espérant qu'elle ne soit pas verrouillée. Une chance, elle ne l'était pas ! Priant pour que la chance reste à ses côtés, Melley sortit dans le couloir principal en regardant de tous les côtés. Le chef pouvait revenir. Mais voilà, elle ne savait pas ou aller. Et elle ne voulait pas errer dans cette tenue dans le palais. Il fallait qu'elle trouve un escalier pour remonter à la surface.

Au bout de cinq minutes de marche difficile et douloureuse, elle en trouva un. Elle se laissa tomber sur la première marche. Haletante, elle ferma les yeux deux secondes. Sa allait passer. Elle y arriverait. Comme toujours. Mais la plaie s'était rouverte. Elle sentait le liquide chaud ses répandre sur ses jambes. Un bel indice pour le cas ou le jeune garde se réveillerait. Elle se releva et commença à grimper l'escalier. Il était immense....Arrivée en haut, sans savoir comment elle avait pu tenir aussi longtemps, elle vit une porte ouverte. Elle y pénétra doucement. C'était un couloir bien plus luxueux. Elle était passée des cachots au palais. Bien. Moins de recherche. Mais plus d'indices. Son sang continuait à se déverser. Sa vue se brouillait à nouveau. Pas maintenant ! Elle ne pouvait pas s'effondrer maintenant, alors qu'elle était si proche du but ! Mais des bruits de pas se firent entendre et elle n'eut pas le temps de se cacher. Le chef arriva et se figea en la voyant là. Il ne dit rien mais se précipita sur elle, l'agrippa violemment et la traîna à nouveau au sous-sol. Elle ne réussi pas à résister.


En bas, il la jeta dans le cachot et lui lia les pieds de la même manière que les mains. Pour qu'elle ne puisse plus du tout bouger. Après, elle l'entendit s'énerver contre le garde qu'il avait réveillé de force, lui disant que c'était une honte, qu'elle était pratiquement morte et qu'elle ne devrait pas pouvoir se battre ! Elle n'écouta plus.

Elle s'évanouit, mais juste avant, elle se dit que, au moins, son sang attirerait l'attention de quelqu'un. Si le chef ne pensait pas à le nettoyer, bien évidemment.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Metkild
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Messages : 1622
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Mer 18 Jan - 23:39

Les sages partis, Metkild se retrouva seule. Le maître suprême était parti le premier et Metkild ne savait où aller, comment, ni quoi .. Elle était perdu. Personne ne la calculait et elle se sentait invisible. Une voix la tira soudain de ses pensées.

- Je pense que vous devriez vous mettre immédiatement à la recherche de Mlle Al'Ran, la patience du maître Suprême n'est pas sans limite.


Metkild sursauta et se leva d'un bond avant de se retourner et de faire face à un homme passe-partout. Brun, yeux marron, peau légèrement bronzée, et mains... Gantées. Metkild fit une grimace mentale et répondit.


- je suppose que vous êtes Gregorh. Je me présente, Met..


-Mektild Freysick,
la coupa-t-il. Oui je sais. Je resterais à vos côtés, et vous aiderais dans vos recherches. Désirez-vous quelque chose en particulier ?

L'artisane le regarda, hésitante. Devait-elle lui parler de la cache ? Elle décida de lui révéler une partie de la vérité. Elle lui annonça qu'elle avait un objet susceptible de l'aider dans sa recherche sur le chantier. Elle ne parlerais pas des plans. Mais Gregorh lui annonça qu'elle ne pouvait sortir de l'enceinte du palais. La jeune femme le regarda puis se demanda si en piquant une crise ça allait changer quelque chose, mais la réponse était non. Ils ne lui faisaient pas confiance. Elle devrait demander à Gregorh d'aller chercher la statuette. Celui-ci l'écouta, ne posa aucune question et alla chercher quelqu'un pour récupérer l'objet.

Metkild attendit dans le couloir, se demandant ce qu'elle pourrait bien faire en attendant. Elle observa le ballet des serveurs, femmes de chambres et autres domestiques. Elle remarqua soudain une lingère avec un haut taché de sang. L'artisane se jeta littéralement dessus, et l'observa. il s'agissait de son haut à elle ! Quelle avait laissé à Melley. Elle le regarda sous toute les coutures, sous le regard impatient de la femme. Celle-ci l'aurait volontairement repris mais elle avait les mains prises.


- C'est à moi ce vêtement. où l'avez-vous eu ?! Depuis quand ?


Elle posa ses questions mais al femme ne semblait pas les comprendre. Metkild senti l'adrénaline couler dans ses veines. Ses perceptions s’affinèrent et elle se mit à courir dans la direction dont s'éloignait la femme. Elle était seule, gregorh ne l'avait pas rejointe, et tant mieux. Elle n'arrivait pas à savoir si elle pouvait se fier à lui. Elle couru, évitant les personnes, telles un courant. Elle remonta, observant tout du regard, et finit par déboucher dans un recoin. Des conduits tombaient jusqu'ici, et les linges étaient triés puis envoyé soit à laver, soit à la poubelle, soit ...
Mais Metkild eu beau, fouiner, poser des questions, observer, personne n'avait souvenir de se vêtement, tout comme s'il n'était jamais venu ici.

La jeune femme repartie dégrisée, contemplant ses pieds et se laissa aller au gré de ses pensées, évitant les lieux avec beaucoup de foule. Elle était triste, car elle sentait qu'il venait de se produire quelque chose d’important, mais elle n'arrivait pas à en tirer qui que ce soit. Peut-être si Gregorh était là, il pourrait lui apporter son aide, et sa connaissance des lieux et des gens, mais elle ignorait où il était et comment le retrouver.

Plongée dans ses pensées elle ne remarqua pas vraiment le sang dans le quel elle venait de marcher mais qui laissait des traces derrière elle. Ce fut gregorh, la retrouvant qui remarqua ses empruntes sanglante. Metkild se retourna et vit. une mare de sang devant un petit escalier sombre.

Elle regarda Gregorh. Celui-ci avait compris que quelque chose n'allait pas et demanda rapidement l'aide de la garde puis s'aventura dans les boyaux du palais. l’artisane resta à l'entrée, regardant le trou noir, stressant, se demandant ce qu'il y avait, et comment ça se passait. Puis oubliant les risques elle descendit à son tour. Les murs étaient sales, et sombres, il n'y avait que quelques petits flambeaux intermittents qui permettaient de s'y retrouver.
Metkild commença à paniquer puis entendit des voix d'hommes. Elle s'approcha, doucement pour observer la scène.
Gregorh était face à un homme mais elle ne put rien savoir d'autre, la pénombre étant trop épaisse. Elle remarqua que le couloir continuait et elle décida de si aventurer, Il n'y avait plus de traces de sang, elle devrait donc se fier à son instinct. Mais celui-ci ne lui soufflait que de faire demi-tour immédiatement en courant. Elle respira un bon coup et avança.
un pied puis l’autre. un bras le long de la parois.
Soudain un bruit de fers la fit pousser un petit cris. Elle regarda de son mieux et vit une personne. Elle était pieds et poings liés.

Elle gémis en reconnaissant ce corps frêle. Melley. Elle le savait, au fond d'elle qu'il s’agissait de l'assassin. Mais par quel miracle ?
Elle hurla alors, afin de prévenir Gregorh.


- Y A MELLEEYYYYYYYYYYYYYYYYY !!!

Acte un peu stupide mais qui lui permis de refouler un peu la peur et de se jeter contre le grille pour tenter de l'ouvrir, en vain.
Elle entendit des bruits de pas précipités et se retourna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Jeu 19 Jan - 18:11

Elle remua légèrement. Cette fois, son corps l'avait stoppée. Elle lui avait demandé trop d'efforts d'un coup. Ses paupières pesaient une tonne, mais elle devait ouvrir les yeux. Aussi les força-t-elle. Elle ne voyait toujours que les barreaux et les ombres sur les murs. Elle bougea les pieds, espérant encore se libérer. En vain. Elle soupira et reprit son souffle.

Melley était néanmoins fière d'elle. Ses geôliers savaient à présent qu'elle avait plus d'un tour dans son sac. D'ailleurs, elle les entendait bouger, dans le couloir. Depuis sa tentative, tous les deux restaient pour la surveiller et être sûrs qu'elle ne recommencerait plus. Ils pensaient qu'elle était toujours inconsciente. Elle pourrait l'utiliser à son avantage, au cas où. Elle regarda une nouvelle fois ses blessures. Le sang avait séché, formant une sorte de croûte qui appuyait sur la plaie et la faisait souffrir. Melley ne tentait plus d'oublier la douleur. Celle-ci signifiait qu'elle était toujours en vie. Plus de douleur et elle serait morte. Et elle ne le voulait pas. Elle ne voulait pas mourir.

Elle fronça les sourcils. D'autres bruits s'étaient ajoutés… Un bruit de course. Qui ? Il y eut du grabuge là ou se trouvaient ses gardes. Elle ne comprit pas de quoi il s'agissait. Elle ne parvenait pas à se concentrer suffisamment. Par contre, elle entendit des pas, plus lents, approcher de sa cellule. Elle bougea, faisant cliqueter les chaînes, attirant ainsi l'attention de l'inconnu.


Et cela fonctionna. Une silhouette apparut devant les barreaux éclairée du côté gauche. Melley la reconnue. Metkild. Elle réussit à sourire. L'Artisane cria qu'elle l'avait retrouvée, vrillant les tympans de l'Assassin. Aussitôt, des bruits de pas se rapprochèrent pendant que Metkild tentait d'arracher les barreaux avec ses mains. Melley tenta de rendre sa voix plus ferme et dit :

-Contente de vous revoir en pleine forme, Metkild.

Elle avait une voix rocailleuse. En même temps, elle n'avait plus ouvert la bouche depuis un certain temps. Il fallait qu'elle s'y réhabitue.
Un homme apparut aux côtés de l'Artisane. Il était grand, et possédait des cheveux châtains, si Melley ne se trompait pas. Il était suivi par des Gardes en armure. Elle se sentit comme un animal en cage. Elle aperçut ses geôliers, tenus fermement par les Gardes. Ils tremblaient tant ils étaient effrayés. Eux qui étaient si confiants…


L'homme aux côtés de Metkild força le chef à ouvrir la porte. Une fois fait, il dû encore ouvrir ses chaînes. Elles tombèrent dans un bruit sourd. Elle n'osa pas encore bouger les bras, de peur de se briser un os. Par contre, elle remua les pieds, pour qu'elle réussisse à marcher, tout à l'heure…
C'est à ce moment qu'elle se rendit compte qu'un énorme fardeau avait quitté ses épaules. Elle était libre.
Doucement, elle mit ses bras devant son corps. Elle avait de belles marques rouges là ou les chaînes se trouvaient et avait quelques difficultés à bouger souplement ses articulations. Celles-ci semblaient en plomb. Mais elle les dérouillerait rapidement.


L'homme avait rassemblé ses soldats et leur donnaient des ordres. Elle comprit entre autres qu'ils devaient enfermer les deux geôliers, de bien les garder pour les interroger et d'avertir le Maître Suprême. Le reste, elle ne le comprit pas. Metkild était près d'elle. Elle ne l'avait pas vue s'approcher. Elle sourit. Sa sauveuse. Son miracle tant attendu….

Melley se redressa tant bien que mal et demanda à l'Artisane :

-Pouvez-vous m'aider à me relever ? Je doute y arriver seule pour l'instant.

Elle n'aimait pas supplier les gens de l'aider. Mais là, c'était nécessaire. Elle sentait que, si elle mettait ses mains au sol, au moindre appui elles se briseraient. Et elle sentait qu'elle ne tiendrait pas debout toute seule comme auparavant.
Elle avait une dette envers l'Artisane. Et elle comptait bien la régler. Par tous les moyens.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Metkild
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Messages : 1622
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Sam 21 Jan - 12:36

Le cris de Metkild sembla réveiller Melley qu réussit difficilement à articuler.

-Contente de vous revoir en pleine forme, Metkild.

Sa voix était seiche et monotone, même si elle tentait de montrer sa joie de la revoir. Metkild ne lui répondit pas. Qu'elle aussi était ravie de la revoir, mais que pour la forme, c'était à désirer ..? L'assassin n'apprécierais pas qu'elle lui parle son état. Se sentir impuissant et inférieur était impensable pour les Assassins.

Gregorh apparu avec plusieurs gardes et ils entreprirent d'ouvrir la cellule. Lorsque ce fut fait, Gregohr et ses hommes, entreprirent de s'occuper des deux autres hommes, qui semblaient être à l'origine de l'emprisonnement de Melley. Metkild se doutait que quelqu'un d'autre était derrière, que tout ne se règlerait pas aussi facilement, mais pour le moment il fallait vérifier que allait bien. Elle s'était approchée à partit pas de l'Assassin qui restait plus ou moins immobile. Elle se sourirent, l'une par reconnaissance, l'autre par plaisir de revoir sa protectrice vivante.
Melley se redressa avec peine avant de lui demander, avec une petite voix si elle pouvait l'aider.

L'artisane s'empressa de l'aider à se lever. Elle était plus légère que lors de l'incident, mais pas au point que Metkild puisse la porter. cependant elle ne lâcha pas l'affaire. Jusqu'à ce qu'un garde la vit et propose de l'aider, ce qu'elle accepta avec grâce. L'homme souleva avec force mais douceur Melley et la porta jusqu'à une chambre qui devait tenir lieu de chambre de repos, ou infirmerie. Metkild lui emboita le pas, refusant de quitter Melley des yeux.

Elle s'inquiétait de son sort, et en même temps, était beaucoup plus intéressée. D'elle dépendrait son succès.
Metkild prit une chaise au bord du lit ou le garde avait allongé Melley. Elle l'avait remercié et celui-ci lui avait sourit simplement, comme si c'était naturel, que ce n'était que son travail. Elle regarda une vieille femme ausculter Melley, vérifiant qu'il ne lui était rien arrivé de grave ou d'irrémédiable, soigna ses plaies et lui apporta un repas copieux.

Metkild senti le léger fumet du repas de l'assassin lui monter jusqu'aux narines, réveillant son estomac qui gargouilla bruyamment. depuis combien de temps n'avait-elle pas mangé ..? Elle prévint Melley qu'elle allait chercher à manger elle aussi. Elle la laissa seule, avec ses pensées, au calme. Elle devait en avoir besoin.

Metkild revit la soigneuse et lui demanda une collation pour elle aussi. Le vieille femme la regarda austèrement puis, après quelques secondes accepta et la conduit aux cuisines. Sur place, l'artisane put combler sa fin et y rencontra Gregorh. Celui-ci avait un air grave. Elle se demanda pourquoi était-il aussi inquiet. Il prit la parole, semant le doute et l'incertitude dans son cœur.


- Mlle Freysick. Sachez que je suis ravi qu'on ai retrouvé Mll Al'Ran, cependant sachez que ce qui a été produit, au sein même du palais du maitre suprême est extrêmement préoccupant. Nous avons des gens peu fiables en nous, capable de nous trahir pour des broutilles... L'interrogatoire
-à ce mot Metkild frissonna d’appréhension- des tortionnaires a commencé, et décidera de beaucoup de choses. Le maître suprême rendra visite à l'Assassin, seul à seul, et il décidera de votre avenir.

Gregorh fit une pose, comme réfléchissant à la meilleure manière de présenter la suite. Ainsi il y avait d'autres mauvaises surprises?!


- Ce que vous m'avez demandé d'aller chercher tout à l'heure ... Eh bien...
L'homme se frotta nerveusement les mains, gantée avant de poursuivre. Eh bien, il n'y a rien. Soit nous avons mal vu, soit, quelqu'un est passé avant nous.

Il n'avait pas émis l'hypothèse qu'il n'y avait rien à la base, car ce manque de confiance aurait ébranlé la jeune femme, et elle n'avait pas besoin de cela. Il lui proposa de retourner sur les lieux, sous très bonne escorte. Elle accepta silencieusement, après avoir bien vérifié que Melley ne risquait plus rien.

Sept gardes les attendaient à la sortie et Metkild aurait certainement ébahi par ce grand nombre alors qu'elle est totalement inoffensive, mais elle avait peur. Peur que les plans qu'elle voulait protéger, que Melley avait sauvés aient disparus. Ce serait dramatique. Elle marcha vivement en silence, plongée dans ses pensées. Les gardes l'encadraient, attirant le regard curieux de nombreux passant.

Arrivés aux chantier, un calme inhabituel leur parvint. Tout était sens dessus dessous. Metkild s'avança respectueusement parmi les ruines ed son travail. Elle sentait les larmes lui monter aux yeux, elle alla directement à la cache et vit que celle-ci était vide. Elle soupira et se releva, le plus dignement possible et entreprit de se promener sur les restes du chantier. sa cahute calcinée, ainsi que quelques autres installations, roussies elles aussi. Du bois brisé un peu partout, des cendres... Metkild avait l'impression d'être sur un champs de bataille. Ses gardes étaient toujours là, eux aussi mal-à-l'aise. Cet endroit semblait être maudit, mais Metkild refusait de partir, de quitter cet endroit. Elle fit bien car elle aperçu du coin de l'oeil un morceau de bois, sculpté. Enn s'en approchant elle remarqua qu'il s'agissait de la statuette de Melley. Elle était noircie et abimée mais toujours entière. l'Artisane sourit et la regarda longuement. Il lui faudra régler ce problème.

Une idée lui vint et elle reprit sa route, cherchant à vérifier si c'était faisable. Les gardes avaient tentés de récupérer son butin mais elle avait été ferme la-dessus, elle seule porterais et veillerais sur la statuette de Melley.

De retour au palais les gardes les abandonnèrent à l'entrée et Metkild entreprit de rendre visite à l'Assassin. Gregorh l'accompagnait toujours. A l'entrée se trouvaient des gardes, et quelques sages et prêtres. Metkild attendit à leurs côtés de pouvoir entrer. Elle se demandait ce que pouvaient bien se rencontrer Melley et le maître suprême....

Elle demanda à un garde une arme fine et entreprit de retravailler la statuette. C'était moins facile qu'avance ses outils affuté mais la lame mordait facilement le bois. La sculpture se transforma, laissant place à une nouvelle forme, une forme idéalisée, un vague souvenir, un rêve. la forme qui correspondait à l'Assassin, mais qui permettrait à l'objet de prendre son importance. Ce n'était plus Melley. Mais juste ce que voyait Metkild. Elle ne voulait plus prendre le moindre risque pour la vie de Melley. Elle songea à toutes les autres statuette et se promit de les modifier et façon à ce qu'aucun des assassin (car il y avait pratiquement que des assassins) ne pâtisse d'une éventuelle perte ou casse des objets.

La porte finit par s’ouvrir et le maître suprême les convia à entrer. Il y avait de nombreuses chaises, et tous, gardes compris, s'y assirent, sur un ordre du maître suprême.

Celui-ci prit la parole.



[ça te va ? si y a un pb et que tu préfères que je fasse le discours du maitre surpeme dis-le moi]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Sam 21 Jan - 14:01

Metkild accepta de l'aider. Bien sur, Melley s'aida des jambes. Elle se releva don tant bien que mal, ses jambes tremblantes sur le sol. Puis, un Garde les vit et se précipita pour porter l'Assassin. Elle n'aimait pas cela. Elle se sentait impuissante, faible…Mais c'était la vérité pure et simple. Elle n'aurait pas été capable de marcher, même soutenue. L'homme la porta jusque dans une vaste chambre, sans doute prévue pour le repos et l'allongea sur le lit, délicatement. Elle le remercia du regard. Metkild avait suivi, et s'était installée sur un fauteuil près du lit.
Alors que Melley voulait prendre la parole, une vieille dame arriva et entreprit de l'ausculter. De temps en temps, Melley l'entendit murmurer, des phrases incompréhensibles. Mais elle ne dit rien à voix haute. L'Assassin se laissa faire, patiente. Elle soigna les plaies et mit un bandage autour. Puis elle partit pour revenir avec un plateau repas. Le fumet qui s'en dégageait réveilla le ventre de la jeune femme. Elle sourit timidement, mais entendit également le ventre de Metkild grogner. Celle-ci s'excusa et dit à Melley qu'elle allait elle aussi manger un morceau.


Se redressant sur le lit, Melley commença à manger. C'était délicieux. Elle savourait chaque bouchée. A la fin, il ne restait rien. Même pas de miettes. Elle déposa le plateau au sol avec une petite grimace. Se plier en deux avec un bandage si serré n'était pas une bonne idée. Elle resta assise. Elle n'était pas mourante.

Et elle avait bien fait. Quelques minutes plus tard, un homme entra, annonçant la venue du Maître Suprême. Melley déglutit. Déjà ? Elle n'était pas présentable ! Mais trop tard. Le vieil homme entra, son port royal et sa démarche altière dénotant une assurance sans faille. Il s'installa à la place qu'occupait Metkild avant, congédia les hommes et regarda longuement Melley qui lui rendit son regard avant de dire :


-Enchantée, votre altesse.

Il fallait rester poli, dans n'importe quelle situation. Le Maître Suprême, d'un geste de la main, lui fît comprendre que l'heure n'était pas à la politesse et commença :

-Je suis heureux de voir que vous n'êtes pas en trop mauvais état, Mlle Al'Ran.

Il sourit. Non, elle n'était pas trop amochée merci. Il continua :

-Mais toute cette histoire me laisse pantois. Mlle Freysick, l'Artisane en charge du chantier, nous a tout raconté, bien évidemment, et je suis prêt à la croire, sauf qu'il faut convaincre le reste des Sages. Et elle a fait appel à vous. C'est pourquoi je souhaiterais que vous me racontiez votre version des faits avant que l'on fasse entrer le reste du monde.

Melley acquiesça. Bien sur qu'elle allait défendre Metkild. Sans elle, dieu sait ou elle serait en ce moment. A oui, morte. Elle réfléchit soigneusement à ce qu'elle dirait et ce qu'elle ne dirait pas. Puis elle raconta :

-Votre altesse, Mlle Freysick a raison. J'avais comme mission de l'aider à terminer son œuvre, qui était magnifique d'ailleurs. Il y a d'abord eu un souci au niveau de la livraison. Je me suis occupée de cela et j'ai remonté le filet jusqu'aux Ombres. Ceux sont eux qui ont tout préparé. J'en suis persuadée. Lorsque la tour à été détruite, il y a…

Elle se tut. Combien de temps ? Elle n'en avait aucune idée. Il faudrait qu'elle demande à Metkild quand elle la verrait seule à seule. Elle reprit :

-Bref, il y avait un Ombre. Je l'ai suivi. Nous nous sommes battus et j'ai pu lui soutirer quelques informations. Mais c'est à ce moment là qu'il a réussit à….me blesser. Nous sommes tombés du toit ou nous étions. J'ai atterrit dans une meule de foin et lui je ne sais pas. Je ne sais pas s'il est vivant ou mort. Ensuite, je ne me souviens que de mon emprisonnement. Je ne peux malheureusement pas vous dire qui sont les deux hommes qui me gardaient. Je ne les ais jamais vu correctement. Ils me bandaient les yeux lorsqu'ils m'emmenaient m'interroger. D'ailleurs, il faisait passer cela pour l'une de vos directives. Ils me disaient que vous pensiez que j'avais volontairement aidé Mlle Freysick à détruire la tour.

Elle devança le vieil homme :

-Oui, ils m'ont battue à chaque réponse que je donnai, puisque ce n'était pas ce qu'ils attendaient. Mais cela n'est pas important. J'ai réussi à m'échapper. Mais trop faible pour rester discrète, rapide et même me cacher. Je pense que c'est grâce à mon sang que vous m'avez retrouvée. Ma blessure s'était rouverte et le sang inondait le sol. J'ai vraiment crue que j'allais mourir en bas. Pour la première fois de ma vie. Votre altesse, cette affaire est plus que grave. Il faut vite retrouver les auteurs de toute cette machination. L'Ombre que j'ai fait chuté ne devait pas être très haut placé, mais juste un soldat qui obéissait. Avant lui j'ai tué Jyfrey, un officier que j'avais rencontré dans ma jeunesse, avant ma sélection. C'est d'ailleurs lui qui m'a gravé la croix sur mon ventre, sa marque. Je...je vous prie de me croire. C'est la pure vérité !

Le Sage la regarda, comme s'il tentait de voir si elle mentait. Si lui commençait à soupçonner les Assassins, il y avait un problème. Il dit :

-Bien. Il est grand temps de faire venir le reste de l'assemblée.

Elle fronça les sourcils. Aucun commentaire ? Rien sur son récit ? Il ouvrit la porte et invita des gens à entrer. Des Sages et quelques Prêtres entrèrent, fiers dans leurs tenues brillantes et prirent place sur les sièges disposés dans la chambre. Melley venait de les remarquer. Puis il y eut quelques Gardes, qui se postèrent contre les murs, surveillants attentifs. En dernier entra Metkild. La voyant, Melley ne put s'empêcher de sourire. Elles étaient ensemble. Et elles s'en sortiraient. Une fois que tout le monde fût installé, l'Artisane le plus près possible du lit, le Maître Suprême prit la parole :

-Tout d'abord, je tiens à vous rappeler que Mlle Al'Ran, ici présente, était détenue prisonnière sous nos pieds. Fort heureusement, les blessures ne sont pas graves.

Melley observa les Sages. Ils se regardèrent, interloqués. Elle entendit quelques "ici ? Impossible !" Elle reporta son attention sur le vieil homme qui reprenait :

-Je me suis entretenu avec elle il y a un instant et elle m'a confirmé toute l'histoire de Mlle Freysick, ici présente également.

Tous les regards convergèrent vers Metkild qui se recroquevilla. Mais seule Melley l'avait vue. Elle mit sa main sur son épaule. Elles étaient ensemble.

-Aussi ai-je décidé de lui redonner sa chance. Le chantier reprendra, mais avec une vigilance accrue. Du moins, jusqu'à ce que Mlle Al'Ran aille mieux. A ce moment-là, nous pourrons diminuer un peu la surveillance.

Certains Sages commencèrent à protester. Melley en avait marre. Marre que personne ne soit jamais d'accord. Aussi choisi-t-elle d'agir. Elle se racla la gorge, assez bruyamment pour que tous se taisent et la regarde. Puis, d'un ton délibérément froid, elle dit :

-Messieurs et Mesdames. Je ne vois aucune raison de protestation. Son altesse le Maître Suprême a décidé de laisser Mlle Freysick reconstruire ce qu'elle a malheureusement perdu, et je suis entièrement d'accord avec lui. Et si moi je suis d'accord, mon père l'est aussi. Votre parole n'a que peu d'importance. Elle reconstruira la tour et moi je découvrirais le fin mot de l'histoire.

Un long silence s'installa. Melley inspira doucement. Autant parler l'avait un peu essoufflée. Mais elle ne le montrerait pas. D'un geste, le Maître Suprême congédia tous les Sages, Prêtres et Gardes. Resté seul en compagnie des deux jeunes femmes il dit avant de s'en aller :

-Reposez-vous bien, Mlle Al'Ran. Nous avons encore besoin de vous. Mlle Freysick, je vous charge de la surveiller un peu. Il ne faudrait pas qu'elle fasse une bêtise.

Le tout accompagné d'un clin d'œil. Une bêtise ? Elle ? Non ? Jamais ! Elles se regardèrent et sourirent. Puis, Melley posa enfin les questions qui lui trottaient dans la tête :

-Je ne vous remercierai jamais assez, Metkild. Mais, euh, combien de temps s'est-il passé ? Je voudrais également récupérer mes armes et mon armure. Je ne sais pas ou elles se trouvent.

La regardant elle ajouta :

-Me raconterez-vous ce qui s'est passé de votre côté ?

Puis elle se massa le poignet. La vieille dame n'avait pas mis de bandage. De toute façon, cela ne servirait à rien. Sauf qu'ils la démangeait affreusement…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Metkild
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Messages : 1622
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Dim 22 Jan - 12:08

-Tout d'abord, je tiens à vous rappeler que Mlle Al'Ran, ici présente, était détenue prisonnière sous nos pieds. Fort heureusement, les blessures ne sont pas graves.

La nouvelle ébranla une bonne partie de la petite assemblée. Metkild elle le savait déjà et attendait la suite, avec une certaine angoisse.

-Je me suis entretenu avec elle il y a un instant et elle m'a confirmé toute l'histoire de Mlle Freysick, ici présente également.


Tous les regards se braquèrent soudain vers elle. Metkild rentra la tête dans les épaules, cherchant à se faire oublier, que tous ne l'observent pas comme si elle était une délicieuse souris qu'ils voulaient croquer. Elle senti une main réconfortante sur son épaule. Melley. Elle sourit et lui jeta un coup d'oeil. Cette dernière semblait confiante et un peu plus en bonne santé.

-Aussi ai-je décidé de lui redonner sa chance. Le chantier reprendra, mais avec une vigilance accrue. Du moins, jusqu'à ce que Mlle Al'Ran aille mieux. A ce moment-là, nous pourrons diminuer un peu la surveillance.


Metkild se retint d'hurler de joie. Elle allait continuer ! Elle allait leur prouver ce dont elle était capable. Comme elle s'y attendait, des protestation s'élevèrent mais Melley y mit rapidement fin.

-Messieurs et Mesdames. Je ne vois aucune raison de protestation. Son altesse le Maître Suprême a décidé de laisser Mlle Freysick reconstruire ce qu'elle a malheureusement perdu, et je suis entièrement d'accord avec lui. Et si moi je suis d'accord, mon père l'est aussi. Votre parole n'a que peu d'importance. Elle reconstruira la tour et moi je découvrirais le fin mot de l'histoire.


Sa voix, malgré sa fatigue était ferme et tous s’inclinèrent. Que pouvaient-ils faire face à des assassins ? De plus si elle échouait où les décevait, ils sauraient qui blâmer, et pourraient peut-être chercher à récupérer la place de maître suprême...
Tous se retirèrent, le maître suprême en dernier. Celui ci ajouta, son air grave presque envolé.

-Reposez-vous bien, Mlle Al'Ran. Nous avons encore besoin de vous. Mlle Freysick, je vous charge de la surveiller un peu. Il ne faudrait pas qu'elle fasse une bêtise.

Metkild rougit un peu. Que pourrait-elle faire pour empêcher Melley de bouger ?! Enfin elles aviseraient plus tard. L'homme sorti les laissant toutes les deux, Gregorh devait avoir accompli sa mission de surveillance/protection.
Melley fut la première à parler.


-Je ne vous remercierai jamais assez, Metkild. Mais, euh, combien de temps s'est-il passé ? Je voudrais également récupérer mes armes et mon armure. Je ne sais pas ou elles se trouvent. Me raconterez-vous ce qui s'est passé de votre côté ?


Metkild hocha la tête avant de répondre.


- Déjà je pense qu'on pourrait se tutoyer, ça fera un peu moins formel. Ensuite pas la peine de me remercier, ce que vous avez fait pour moi est tout aussi important, surtout que vous n'avez pas fini !
Elle lui lança un clin d'oeil amusé. Elle avait oublié qu'il s'agissait d'une Assassin et avait besoin de parler, d'avoir une confidente. Pour le temps... Je ne sais pas exactement, je dirais deux journées et une nuit (en plus de celle où nous nous sommes rencontrées). J'ignore totalement où sont vos affaires, mais en cherchant dans le palais on devrait les retrouver. J'espère.

Elle fit une petite grimace avant de tendre la nouvelle statuette à Melley. Celle-ci détourna vivement le regard, entrainant un sourire de l'artisane.


- Non ne t'inquiètes pas, tu ne risques plus rien... Je me suis arrangée pour que ça ne t'embêtent plus jamais, c'est un cadeau. En souvenir de nos aventures.

Ensuite Metkild lui conta ce qu'il s'était passé de son côté, son corps presque sans vie, les gardes, ses interrogatoires, le maître suprême et sa découverte. Lorsqu'elle eu fini, elle lui raconta qu'elle avait été voir si les plans étaient toujours présents mais ils semblaient envolés...
Elle allait devoir les refaire, car elle doutait fortement les retrouver. Mais pour le moment c'était à Melley de raconter ses aventures. Ensuite elles dineraient et Melley aura grand besoin de se reposer. Metkild elle, s'occupera des plans. Il les lui faudrait pour le lendemain... Le chantier allait devoir reprendre le plus rapidement possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Dim 22 Jan - 12:52

Metkild avait envie de parler. Cela se sentait et fût prouvé par ce qu'elle débita :

- Déjà je pense qu'on pourrait se tutoyer, ça fera un peu moins formel. Ensuite pas la peine de me remercier, ce que vous avez fait pour moi est tout aussi important, surtout que vous n'avez pas fini ! Pour le temps... Je ne sais pas exactement, je dirais deux journées et une nuit (en plus de celle où nous nous sommes rencontrées). J'ignore totalement où sont vos affaires, mais en cherchant dans le palais on devrait les retrouver. J'espère.

Melley sourit. Oui, le tutoiement semblait s'imposer. Et elle s'était douté que Metkild ignore ou se trouvait son armure. Deux jours et une nuit…Elle avait survécu deux jours et une nuit à la porte de la mort. Un record pour elle.
Metkild lui tendit alors la statuette. Celle qui avait causé tout ceci. Melley détourna aussitôt les yeux. Non. Elle ne voulait plus revivre cela. Ou même le faire revivre à Metkild. Parce qu'indirectement, c'était sa faute à elle. Elle avait regardé la statuette. Mais Metkild sourit et dit :


- Non ne t'inquiètes pas, tu ne risques plus rien... Je me suis arrangée pour que ça ne t'embêtent plus jamais, c'est un cadeau. En souvenir de nos aventures.

Puis, Metkild lui raconta ce qui s'était passé. Ils n'avaient pas été tendres avec elle. La pauvre. Elle n'avait pas l'habitude de ce genre de situation. Pour Melley, c'était monnaie courante. Quoique, cette fois-ci, s'était limite. Metkild lui raconta également que les plans s'étaient évaporés dans la nature et qu'elle devrait les refaire. Melley la regarda, un air désolé peint sur le visage. Elle savait ce que cela faisait que de perdre quelque chose à laquelle on tenait vraiment.

Lorsque Metkild eut terminé son récit, elle demanda à l'Assassin de raconter. Un peu surprise, Melley répondit :


-J'ai été enfermée au sous-sol, à moitié morte, interrogée par des hommes et battue. Je ne vois pas ou c'est intéressant !

Elle rit. Cela lui fît du bien. Metkild la rejoignit également. Une fois calmée, Melley raconta plus sérieusement. Elle n'omit aucuns détails, cette fois. Tout. Son attente, son désespoir apparut à un moment de ne plus jamais être libre, sa douleur, sa tentative de fuite, sa libération. A la fin, Metkild décréta qu'il était temps de manger et repartit chercher des plateaux. Elle revint et se remit à sa place. Elles mangèrent tranquillement. Une fois qu'elles eurent terminé, Metkild lui annonça qu'elle devait se reposer. Mais Melley n'en avait pas envie.

-Reste. Je vais t'aider à refaire tes plans. J'en ai marre d'être seule. En plus, les plans, je les aient vus et j'ai une bonne mémoire visuelle.

Elle tentait de la convaincre. Et elle ne mentait pas. En général, elle aimait la solitude, mais pas à l'instant présent. Metkild était quelqu'un qu'elle appréciait et d'une agréable compagnie. Melley voulait rester avec elle encore un peu. Se convaincre que ce n'était pas un rêve. Qu'elle était réellement libre. Qu'elle n'était pas morte. Parce qu'une voix le lui murmurait au fond de sa tête. Que tout ceci n'était qu'illusion et qu'elle ne se réveillerait jamais.

C'est aussi pour cela qu'elle voulait que Metkild reste près d'elle. Pour supprimer la voix. Mais elle ne l'avouerait pas. Résignée, Metkild sortit chercher des feuilles pour redessiner les plans. A croire qu'elle avait attendu ce moment, car la vieille dame entra brusquement pour lui refaire les bandages. Malgré son air, elle était douce et enlevait délicatement les pansements. Melley ne résista pas et regarda qu'elle forme avait pris sa plaie. Beurk. Pas beau à voir. Elle était enflée et rouge. Mais elle ne souffrait pas. La vieille dame gémit et dit :

-Cela s'est infecté malgré mes baumes. Souffrez-vous ?

-Non. Je ne sens rien. Donnez moi l'un de vos médicaments cela ira déjà mieux.

Elle secoua la tête.

-Cela ne suffira malheureusement pas. Je vais mettre de la pommade, refaire les bandages et vous donner une potion. La pommade risque de brûler.

Melley acquiesça. Qu'elle fasse se qu'elle avait à faire.

Elle étala une pommade blanche autour de la plaie. Effectivement, elle brûlait. Et pas qu'un peu. Melley retint une grimace. Pas possible que sa brûle tant ! Puis, elle posa les bandages en serrant encore plus fort qu'auparavant, appuyant sur la pommade et faisant encore plus brûler la peau de l'Assassin. Ensuite, elle lui tendit une fiole de potion que Melley avala d'un trait avant de la lui rendre. Elle n'avait aucun goût, et fît disparaître un peu la sensation de brûlure. Avec un sourire, la vieille dame s'en alla, et c'est à ce moment que Melley vit Metkild sur le pas de la porte, les mains pleines de papier et crayon. Elle se réinstalla à sa place. Melley ne dit rien. Pas la peine de l'inquiéter plus que nécessaire. Elle avait une construction à refaire, et l'état de santé de Melley importait peu pour l'instant. De toute façon, infecté ou non, d'ici quelques jours elle sortirait, qu'ils le veuillent ou non, pour aller tuer Elis. Ou qu'il se trouve. Oui, c'était insensé, mais elle le ferait. Elle détestait rester confinée ainsi. Metkild semblait vouloir dire quelque chose mais s'en empêchait. La potion endormait-elle ? Parce que les yeux de Melley se fermaient doucement. Elle lutta, pour aider son amie à redessiner les plans. Elle lui indiqua les éléments dont elle se souvenait, et peu à peu cela prit forme.

Melley avait hâte de voir la construction finale…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Metkild
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Messages : 1622
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Lun 23 Jan - 11:43

Melley lui conta elle aussi ses aventures, après avoir bien rit, même si ça ne portait pas à l'humour. Elles avaient toutes deux besoin d'évacuer la tension des derniers jours.
Tout ce que Melley avait vécut avait impressionnée l'artisane. Elle elle se serait évanouie ou morte plutôt que de rester à survivre. Leurs caractères étaient très différent et elle éprouvait une grande admiration pour cette femme et tout ce qu'elle avait enduré.
Au bout d'un moment Metkild alla leur chercher de quoi manger car parler les avait affamées. Elle du moins. Elle revint avec deux plateaux bien chargés et en tendit un à l’alitée. Elle mangèrent tranquillement, papotant de tout et de rien. Surtout de rien en fait. Elles avaient besoin de se changer les esprits.

Puis Metkild décréta qu'il était temps pour elle de partir refaire les plans et que Melley devait se reposer. cette dernière protesta avec forme et finalement fini par convaincre la jeune femme de son utilité.

Metkild sorti alors à la recherche de papier et de quoi écrire, elle se perdit un peu à son habitude mais demanda rapidement son chemin et finit finalement par revenir assez rapidement à l'infirmerie avec ce qu'elle cherchait. Et Gregorh. Mais il resta à côté, près à l'aider dans son travail car il supervisait dorénavant les guarde qui allaient protéger son chantier.
Melley état toujours là, mais avec une lueur différente dans les yeux. Que s'était-il passé ? Qui avait-elle vu ? Mais elle ne dit rien. La jeune femme en parlera en temps voulu.

Elle s’installèrent et se mirent immédiatement au travail. Et à la grande surprise Melley avit une excellente mémoire. Elle lui rappela les grand axe jusqu'aux petits détails. il y avait quelques petites erreurs, qui s'expliquaient par son ignorance dans ce domaine. Au bout de plusieurs heures, le plan fut complet, comme à l'origine, et Metkild s'était permis quelques modifications après avoir testé certaines choses sur la construction.
Le nuit était bien tombée lorsque Metkild sorti la tête de ses plans. Elle tourna la tête et vit Melley, le yeux lourds de sommeil, qui tentait de rester éveillée.

Metkild lui sourit.


- Bonne nuit Melley ! Merci beaucoup pour tout ça. Merci du fond du coeur.


Puis elle fera les yeux et s’endormit elle aussi. Dans le fauteuil. Elle ne savait pas si elle avait une chambre et n'avait pas le courage de bouger.


Metkild fut réveillée en sursaut par un cri et des gémissements. Elle fouilla la pièce du regard mais ne vit rien ni personne. Puis elle remarqua que cela venait de l'Assassin. Celle-ci était agitée, le visage crispé, en sueur. Metkild lui prit la main. Ses doigts à elle étaient froids. Elle ignorait s'il s'agissait de mauvais rêves, de douleurs, ou de fièvres, mais elle tenta de la calmer, elle lui parla doucement puis se souvint que sa mère lui chantait des chansons dans ce cas là. Elle entama elle aussi une douce mélopée aux accents étrangers. Ces airs ne venaient pas de Jakar, mais d'au-delà de la mer. C'eut un effet apaisant sur Melley car celle-ci se calma doucement.
Gregorh qui était arrivé, pensant à un enlèvement ou autre chose d'aussi peu joyeux fut rassuré et ressorti tout aussi discrètement.

Metkild chanta longtemps, jusqu'à ce qu'elle s'endorme elle aussi, morte de fatigue.
Elle fut réveillée cette fois pas une douleur mais sur elle cette fois. La nuque. De nouveau. Elle ne put retenir un gémissement en remarquant qu'elle était de nouveau coincée.
Mais elle profita du fait d'être dans un palais où les médecins devaient être accessible pour ne plus en souffrir.
Melley dormait toujours, mais d'un sommeil tranquille.

Metkild parti avec Gregorh à la recherche d'un soulagement pour sa nuque. L'homme lui indiqua une pièce où la vieille femme qui s'occupait de Melley était en train de discuter avec un autre homme, autour d'un verre.
Metkild s'excusa de les déranger avant de demander quoi faire pour être soulagée. La vieille femme confia cette tache à l'homme et parti, certainement pour s'occuper de Melley.

Une bonne heure plus tard Metkild ressorti souriante. Elle n'avait plus mal ! Elle avait récupéré des herbes et autres lotions de beauté et bien être et ne souffrirait plus de ces torticolis.
En chemin elle croisa la vieille femme qui lui intimida de ne pas rentrer. Metkild haussa un sourcil et s’exécuta, elle savait de quoi elle parlait alors elle sorti travailler sur son chantier. Elle avait du travail en vue.

Elle travailla longtemps, supervisant les travaux des gens venus pour aider et réfléchis au meilleur moyen de réutiliser ce qui avait été détruit. Le soleil était à son zénith et une bonne partie des habitants aidaient à dégager le terrain et à pousser les décombres dans un coin. Metkild était surprise. D'où sortaient tous ces gens ? N'avaient-ils pas un travail ? Pourquoi l'aidaient-ils ?

Metkild attendit que tout soit dégager avant de repartir. Tous les gens étaient repartis, aussi discrètement qu'ils étaient arrivés, et l'artisane se demandait même si elle n'avait pas rêvé...
La construction devait être au début aérienne, mais finalement, en utilisant les restes elle comblerait certain vides de ces copeaux afin de donner un autre air à sa construction. un air rêche. un air qui a vécut, pour montrer la difficulté de ce chantier. Et pour remercier tous ces inconnus venus aider.

La jeune femme retourna au palais avec la ferme intension de voir Melley. Et de déjeuner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Lun 23 Jan - 20:06

Melley ne savait pas quelle heure il était lorsqu'elles finirent les plans. Ses yeux se fermaient toujours, mais elle luttait pour qu'ils restent ouverts. Metkild la vit et dit, souriante :

- Bonne nuit Melley ! Merci beaucoup pour tout ça. Merci du fond du coeur.

Melley n'eut plus la force de répondre. Elle s'endormit aussitôt.


******

Chaque pas était plus difficile que le précédent. IL était revenu. ILS étaient là. Et cette fois elle ne pouvait rien faire. Absolument rien. Elle avançait dans un long couloir étroit et sombre, éclairé faiblement à intervalles régulières. Elle les entendait approcher. Lui faire du mal. Toujours. A jamais. Ils ne la laissaient vivre que pour la voir souffrir. Et ils l'obligeaient à marcher vers une sortie qui n'existait pas. Ses jambes se plièrent sous elle. Tombant à genoux, haletante, elle regarda en arrière. Une ligne de sang les guiderait jusqu'à elle. Elle s'assit. Elle n'avait plus la force de marcher. Elle s'observa. Les deux blessures de son ventre saignaient. La croix aussi. IL l'avait rouverte. Pour la refaire mieux. Ses bras étaient couverts de marques de coups, d'entailles…Ses jambes n'étaient pas mieux. Comment faisait-elle pour vivre encore ? Elle tremblait. Les pas approchaient.
Tournant la tête, lentement, elle les vit. Deux silhouettes noires avancer vers elle. Elle se recroquevilla. Le premier ricana et s'adressa à l'autre :


-Vois ce qu'elle est devenue. Un toutou qui à peur de ses maîtres.

Elle tenta de rendre son regard furibond. Mais ils rirent. Le second parla :

-Je crois que les traits ne sont pas encore assez harmonieux. Je vais recommencer.

Il s'approcha, la lame secrète de Melley en main. Oui, elle était torturée avec ses propres armes…Il s'agenouilla près d'elle sans qu'elle bouge un muscle. Si elle en avait encore. Il retira sa capuche. Jyfrey….Elis les regardaient, prêt à intervenir. Ce qui ne serait pas le cas. Ils savaient tous deux qu'elle était à leur merci. Jyfrey le va la lame bien haute, montrant bien la ligne de fracture qui s'était créée lorsqu'il l'avait arrachée de son socle. Puis, il l'abaissa vers son dessin. Et recommença. Taillada la chaire, recréant la croix, mais avec les ornements autour. Melley hurla. Comme à chaque fois. Elle tenta de bouger, de se libérer. Elle ne réussit à rien sauf le faire rater son trait. Il soupira. Faisant un signe à Elis, celui-ci se posta près de lui et agrippa Melley par les mains, l'allongeant au sol, sur le dos. La retenant toujours, il sortit lui aussi son arme. La deuxième lame secrète…Melley ferma les yeux. Elle sentit nettement la pointe perforer son bras, tracer une nouvelle ligne de feu…

Se débattant du mieux qu'elle pouvait tout en hurlant, elle reçu une violente gifle de la part d'Elis. Ils continuèrent ainsi, longtemps…

Jusqu'à ce qu'un chant s'élève. Un chant doux, pur. Ils se relevèrent et partirent en courant. Melley n'osa pas bouger. Elle trembler encore plus qu'avant, le sang frais se répandant sous elle, mais le chant calmait peu à peu son cœur. Elle ferma les yeux. Elle partirait d'ici. Un jour…Mais elle écouta le chant. Ses mains cessèrent de trembler. Ses jambes aussi. Un jour…


******

Lorsque Melley se réveilla, le jour était levé et elle était seule. Son rêve de la nuit dernière était encore brûlant et vif dans son esprit. Un doute la frappa. Metkild avait-elle était présente ? Et elle, avait-elle gémi ou autre ? Elle resta allongée à se poser des questions jusqu'à ce que la vieille dame entre dans sa chambre. Elle s'approcha d'elle sans rien dire et défit les bandages. Au son de son soupir, Melley ferma les yeux un instant et les rouvrit pour voir. La blessure était encore plus enflée que la veille et avait pris une teinte inquiétante.

-La pommade n'a pas agi. Mais cela devrait guérir si vous prenez la potion et vous reposez. Avez-vous mal ?

Melley la regarda. Oui, cette fois elle avait mal. Pas autant que lorsqu'elle était enfermée, mais elle le sentait.

-Un peu. Il faut que cela guérisse rapidement. Je ne peux pas rester ici.

La vieille dame sourit avant de répondre.

-Je fais tout mon possible pour vous remettre sur pieds au plus tôt. Mais avec cette infection, il est préférable que vous restiez allongée. Même pas assise, allongée. Et il faut manger. Je vais vous chercher un plateau.

Elle ressortit. Melley attendit, observant le plafond. Elle n'aimait pas être allongée à rien faire. Metkild devait sans doute avoir besoin d'elle ! Son rêve l'inquiétait. Pourquoi rêvait-elle d'eux ? Metkild avait-elle un lien avec cet étrange chant qui l'avait apaisée ? Il faudrait qu'elle la demande lorsqu'elle reviendrait. La dame revint, un lourd plateau dans les bras. Ne pouvant et n'ayant pas le droit de s'asseoir, Melley fût obligée de la laisser la nourrir. Même si elle n'avait pas faim. Elle le lui avait dit, mais la vieille dame avait insisté. Sinon, elle ne guérirait pas du tout. Une fois qu'elle eut mangé un petit peu, son ventre ne voulant plus rien recevoir, elle dût boire la potion. Elle n'avait aucun goût.

-Est-ce que Mlle Freysick est dans les parages ? Demanda-t-elle avant que l'autre ne parte.

Elle se retourna et dit :

-Je lui ai dit de ne pas entrer. Il vous faut du repos. Et elle a une construction à refaire. Elle vous verra plus tard.

Elle ferma la porte derrière elle. Résignée, Melley referma les yeux. Les bandages étaient encore plus serrés qu'avant. La vieille dame avait encore une force extraordinaire. Elle s'empêcha de dormir. Elle ne voulait plus refaire ce…rêve. Et elle ne voulait pas manquer le retour de Metkild.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Metkild
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Messages : 1622
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Mar 24 Jan - 13:10

Lorsque Metkild entra dans la pièce, Melley était toujours allongée, mais cette fois les yeux grands ouverts.

Elles se saluèrent puis Metkild s'installa dans le fauteuil et lui conta de sa matinée.
Il n'y avait rien de palpitant mais Melley aurait peut-être une explication à la venue surprenant de nombreuse Ikrahmiens...
La vieille femme arriva, apportant deux plateaux bien chargés comme toujours. Puis s'adressa à Metkild.


- Si vous pouviez l'aider à se nourir, je pense que ça serait préférable, ensuite vous la laisserez se reposer, elle a besoin de reprendre ses forces.


Metkild acquiesça. Ce dont souffrait son amie semblait plus grave que ce qu'elle voulait bien dire. Elle regarda Melley et attendit que elle ne parle.



[pas fameux du tout mais je suis à court d'inspiration ...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Mar 24 Jan - 21:48

Metkild entra quelque temps après. Melley n'avait pas fermé les yeux, trop effrayée. Et elle voulait contrôler le tremblement de ses mains qui avait repris. Elle réussi à le cacher, Metkild n'affichant aucun air d'inquiétude ni rien. Se saluant, elle prit place dans son fauteuil et entreprit de raconter la matinée.

Le chantier avait été dégagé grâce à l'aide des habitants de la ville et les travaux avaient repris, encore plus contrôlés qu'un prisonnier condamné à mort. Melley sourit. Au moins, Metkild pourrait refaire sa somptueuse tour.

-Je pense que le Maître Suprême à demandé l'aide des gens pour t'aider. Je ne vois que cette possibilité.

Metkild n'avait pas posé la question, mais Melley était certaine qu'elle voudrait avoir son avis. Et sa voix n'avait pas tremblé. La vieille femme entra, deux plateaux chargés dans les mains. Melley fronça légèrement les sourcils, pour que personne ne le remarque. Elle ne voulait pas manger. Elle n'avait pas faim…

S'adressant à Metkild elle dit :

- Si vous pouviez l'aider à se nourrir, je pense que ça serait préférable, ensuite vous la laisserez se reposer, elle a besoin de reprendre ses forces.

Metkild ne fît aucun commentaire et acquiesça. La dame repartit mais elles ne bougèrent pas. Metkild semblait attendre des explications. Melley dit :

-Mange. Je n'ai pas faim. Ne te dérange pas pour moi.


Mais Metkild ne bougea pas d'un pouce. Elle attendait AUTRE chose. Regardant le plafond, Melley hésita. Que lui dire ? Que lui demander ? Elle opta pour la question en premier lieu :

-Metkild, ais-je…bougé dans mon sommeil ? Avez-vous chanté ?

Elle la regarda, attendant la réponse. Qui ne vint pas. Metkild attendait toujours. Et Melley comprit nettement qu'elle ne répondrait que lorsqu'elle aurait eu ce qu'elle voulait. Aussi Melley se résigna-t-elle à tout dire. Sauf le rêve.

-Je…bon. Je vais tout dire. Je ne voulais pas t'inquiéter avec sa. Tu as le chantier…autre chose à faire et de bien plus important. Mais je suis forcée…La vieille dame m'a dit que la blessure s'est infectée.

Metkild écarquilla les yeux mais Melley ne lui laissa pas le temps de répliquer :

-Mais cela va guérir. Je ne peux pas rester ici allongée indéfiniment pendant que tu travailles. C'est aussi pour cette raison que je te demande si j'avais un sommeil agité la nuit dernière.

Pas exactement cette raison, mais Melley savait que Meytkild était sensible. Elle l'aurait bien trop effrayée avec ce rêve étrange qu'elle ne parvenait toujours pas à comprendre. Melley regarda son amie, qui maintenant réfléchissait. Les mains de l'Assassin tremblaient toujours un peu, mais elle le cachait. Elle ne souffrait pas. Ne ressentait rien. Hormis de l'incertitude. Encore. Une question revenait sans cesse. Ou était son armure et ses armes ? Sans elles, elle n'était pas ce qu'elle était. Elles formaient un tout. Mais elle ne dit plus rien. Chaque chose en son temps. Elle les retrouverait. Du-t-elle les chercher une année entière.
Elle se redressa un peu, attendant la réponse de l'Artisane. Les plateaux étaient toujours posés devant elles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Metkild
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Messages : 1622
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Mar 24 Jan - 23:54

L'assassin tenta quelques détournement de conversation mais Metkild resta immobile. Elle voulait sa réponse. Et que Melley se livre à elle.
Elle finit par le faire, presque contrainte, mais Metkild savait qu'elle avait besoin de parler.

-Je…bon. Je vais tout dire. Je ne voulais pas t'inquiéter avec sa. Tu as le chantier…autre chose à faire et de bien plus important. Mais je suis forcée…La vieille dame m'a dit que la blessure s'est infectée.


Metkild ne s'attendait pas à une réponse comme ça et resta un court instant les yeux écarquillés.Ce que l'artisane craignait était en train de se concrétiser. Melley n'avait pas été sauvée à temps, ça s'était infecté. tout cela à cause de ces maudits gardes, et ombres....
Elle soupira. Que pouvait-elle faire pour aider son amie ?



-Mais cela va guérir. Je ne peux pas rester ici allongée indéfiniment pendant que tu travailles. C'est aussi pour cette raison que je te demande si j'avais un sommeil agité la nuit dernière
.

MElley semblait si sure d'elle, comme si sa blessure n'était pas importante, mais MEtkild savait qu'elle l'était, elle devait prendre soin d'elle. En attendant, elle pourrait répondre à sa question. Mais pas trop rapidement tout de même. Elle aussi voulait faire attendre Melley. Simple petite vengeance personnelle pour n'avoir été mise au courant de l'état de santé de l'Assassin.
Elle commença à nourrir Melley, même si cette dernière le refusait. La jeune femme fit les gros yeux et la "força" à manger. Elle le devait.


- Oui, tu avais un sommeil très agité. Tu criais, gémissais... Je préfères ne pas savoir ce que tu as vécut, car je pense que ce sera très difficile, mais tu devrais en parler avec des spécialistes. Il me sembles que certaines personnes soignent les maux comme ça, et elle te remettra peut-être d'aplomb. Je sais que beaucoup ne croient pas en cette "sorcellerie" mais... çe sera au moins une oreille attentive.


Metkild finit par se nourrir elle aussi, en silence, attendant la réaction de Melley. Elle réfléchissais à ce qu'elle pouvait bien faire. Peut-être voulait-elle voir sa famille? Mais ça donnait trop l'impression qu'elle allait rendre son dernier souffle, et ça ne la remotiverais pas. Prendre l'air ? non elle devait rester allongée.... Et elle ne semblait pas particulièrement portée nature.
Metkild se plongea dans ses pensées jusqu'à ce qu'une phrases de Melley lui remonte en mémoire, à son réveil, elle s'était enquis de ses armes. Peut-être les avoir à ses côtés lui permettrait de surmonter tout ça, même si elle se trouvait forte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melley
Maître Assassin, loyal
Maître Assassin, loyal
avatar

Messages : 4758
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 24
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   Mer 25 Jan - 20:55

Metkild, tout en réfléchissant sur la réponse, prit un plateau, le découvrit et prit une fourchette de légumes qu'elle tendit à Melley.
Elle refusa de la tête. Même l'odeur la gênait. Pourtant, en général, elle mangeait, et adorait cela. Mais là…Rien. Comme si son estomac se sustentait de l'infection ou même de son sang. Impression étrange. Metkild insista, comme une mère pour un enfant récalcitrant, et Melley se résigna à manger quelques bouchées du plat soigneusement préparé par la vieille dame.

Comme si elle avait attendu qu'elle mange pour répondre elle dit :


- Oui, tu avais un sommeil très agité. Tu criais, gémissais... Je préfère ne pas savoir ce que tu as vécut, car je pense que ce sera très difficile, mais tu devrais en parler avec des spécialistes. Il me semble que certaines personnes soignent les maux comme ça, et elle te remettra peut-être d'aplomb. Je sais que beaucoup ne croient pas en cette "sorcellerie" mais... ce sera au moins une oreille attentive

Elle avait crié ? Gémir, elle l'aurait accepté. Mais crier ? Non. Qu'avait pensé Metkild ? Bon, tant pis. Se qui était fait était fait. Parler à des spécialistes ? Elle n'avait jamais entendu parler de gens qui écoutaient les maux des autres. Metkild mangea elle aussi pendant qu'elle réfléchissait. Elle fît le point sur sa situation dans sa tête avant de répondre.

D'abord, elle était allongée à ne rien faire depuis…deux jours. Ensuite elle avait une blessure infectée qui commençait sérieusement à l'énerver, finalement elle n'avait toujours aucune nouvelle de son attirail et se sentait inutile. Et elle n'aimait pas, ce sentir inutile, surtout lorsque d'autres travaillaient toute la journée, comme Metkild. Elle rageait intérieurement. Mais ne fît rien transparaître. Elle répondit :

-Que sais-tu de ses "spécialistes" ? En quoi pourraient-ils m'aider ?

Il lui fallait des précisions. Pour qu'elle puisse mieux gérer et ensuite prendre sa décision. La vieille dame entra soudain et reprit les plateaux tout en rappelant à Metkild qu'elle ne devait pas rester trop longtemps. Mais Melley aimait bien sa compagnie. Rester seule avec ses pensées, surtout en ce moment, n'était pas réjouissant. Mais Metkild se leva et partit, en promettant à l'Assassin de revenir lui dire ou en était le chantier. Elle n'avait même pas eu le temps de répondre. Avec un sourire, Melley lui dit au revoir. Une fois la porte fermée, elle ferma les yeux. Avoir attendu les avait épuisés. Les yeux, pas elle. Enfin, elle pensait être reposée. Elle ne sentait rien à partir des blessures. Rien…de trop douloureux. Elle garda les yeux fermés. Elle pouvait se permettre de dormir un peu. Metkild ne reviendrait pas avant la nuit tombée et la vieille dame avait autre chose à faire. Elle s'endormit rapidement.

******

Cette fois, elle est dans la cellule. Jyfrey et Elis l'observent de dehors. Lames au clair. Et elle tremblait à nouveau. Elle se rendit compte qu'elle était nue. Comme un ver. Se sentant rougir, elle tenta de cacher certaines parties de son corps. En vain. Ses bras étaient attachés en l'air par les poignets. Et ses pieds aussi. Ohhh non…La croix était nette. Du sang s'en échappait encore, mais les ornements et les contours étaient d'une netteté sans pareille. Elle aurait pu trouver cela beau, si cela n'avait pas été gravé sur elle. A-même elle.
Les deux Ombres riaient devant la cellule. Jyfrey sortit un fouet, Elis également. Ils ouvrirent la porte, s'engouffrèrent à l'intérieur et recommencèrent. D'abord Elis, puis Jyfrey. L'un après l'autre. De plus en plus vite et de plus en plus fort. Melley tremblait. De peur, mais aussi de rage. Elle voulait se réveiller. Une partie d'elle avait conscience que tout ceci n'était qu'un rêve. Un simple rêve. Pourtant, c'était si réel…
Un coup la fît hurler encore plus fort qu'auparavant. Le décor se volatilisa, ainsi que les Ombres. Tout, sauf elle. Soudain, elle tomba, dans un puits noir. Tout en hurlant.


*******
Melley se redressa en sursaut et referma la bouche avant de se rallonger. Elle s'était pliée en deux instinctivement et avait réveillé une petite douleur qui se calma. Elle était en nage. Les draps aussi. Non…pas encore…Soupirant, elle regarda autour d'elle. Seule. Ou Metkild avait-elle été là et était repartie ? Elle ne savait pas. Et ne voulait pas savoir ce qu'elle avait fait, dit, ou autre durant son sommeil. Il faisait pratiquement nuit. Le chantier devait avoir fermé pour la nuit. Oui. Sans doute. Il y avait donc plus de chance pour que l'Artisane soit venue la voir. Quand ? Qu'avait-elle vu ou entendu ?

Elle haletait encore. Avait-elle cette fois hurlée au lieu de crier ? Hurler à en réveiller tout le palais ? Elle serra les draps de ses mains tremblantes. Non. Finit. Elle voulait sortir. Reprendre sa mission. Tuer Elis. Aider Metkild. Elle n'en pouvait plus.

La proposition de cette dernière rejaillit dans sa tête. Les spécialistes. Finalement, c'était toujours sa à prendre. Et s'ils pouvaient l'aider, tant mieux. Elle qui avait toujours pensé être forte. Se n'était pas le cas. Elle prit conscience que toutes les peurs, doutes et incertitudes accumulées au cours des ans et qu'elle avait refoulé dans un coin de sa tête jaillissaient tel un torrent dévalant une pente et emportant tout sur son passage. Oui, ce devait être sa. Les rêves, même l'infection, ses inquiétudes…Se devait être lié à ce qu'elle refoulait. Elle ne voyait rien d'autre.

La porte s'ouvrit à cet instant….

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedejakar.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une construction difficile... [rp metkild +...]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une construction difficile... [rp metkild +...]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Flou de Preval irrite le Bresil pour la construction d'une centrale éléctrique
» Project d'un construction d'un chemin de fer reliant Haïti à la Dominicanie
» La decentralisation, mise ne oeuvre difficile
» Le droit de construction et de réparation interdit !
» Petition pour la construction de minas tirith

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Jakar :: Villes :: Ikrahm-
Sauter vers: